Pommier aux branches tourmentées

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


floyd a écrit le 17/03/2008 16:23 (ref msg # 15491 )
Bonjour,




Curieuses circonvolutions sur un pommier de plein vent, et apparamment en bonne santé. Jeunes rameaux d'un et deux ans.
Bonne fête.
patrice a écrit le 17/03/2008 20:10 (ref msg # 15509 )
Merci.
Ca n'est pas un pommier génétiquement tortueux?.. mais tortueux à cause de facteurs d'environnement?
floyd a écrit le 17/03/2008 21:55 (ref msg # 15515 )
Bonsoir,
S'agissant d'un arbre greffé par les croqueurs du Maine & Perche, je suis sur qu'il ne s'agit pas d'un "tortuosa"
Ce petit verger conservatoire est dans la Sarthe.
Son environnement est un ensemble de patures avec quelques restes d'un bocage. Pas d'usine ni de centrale…
C'est le seul arbre sur 25 autres sujets de variétés différentes qui présente ce faciès apparu il y a deux saisons au moins. Seul les rameaux de cet âge le présentent.
Pour la photo j'ai bien sûr coupé les pousses normales des prolongements.
La cause n'est donc ni génétique, ni environnementale.
Je penche pour une attaque carabinée de pucerons sur les pousses herbacées. La vigueur de ce jeune arbre étant parvenue à contrecarrer l'attaque. Sensible mais résistant…
louarn a écrit le 22/03/2008 10:20 (ref msg # 15677 )
bonjour à tous!! pour ce pommier il pourrait s'agir du manque de bhorre ou de magnésie dans le sol ce symptome est très proche petit apparté ce matin grêle et neige mêlée dans le léon, les poiriers en fleurs vont déguster

a plus
floyd a écrit le 22/03/2008 11:11 (ref msg # 15679 )
La question des carences se posent le plus souvent dans les terres fortement exploitées par des cultures très exigeantes.
Dans ce verger sarthois, ce n'est pas le cas. Ces branches tourmentées ne sont apparues que sur un seul arbre, il y a deux ans, et le phénomène ne se reproduit pas. Heureusement!
Une taille "un peu sévère" a rétabli la situation.
En cas de doute persistant sur un symptome de carence en oligo-éléments les résultats d'une analyse en laboratoire permettront de raisonner un éventuel apport.
louarn a écrit le 22/03/2008 18:35 (ref msg # 15687 )
quelque-part floyd ca me rassure, jai ce problème sur certaines brindilles courronnées, mais pas sur l'ossature des arbres de toutes façons en rapprochant les coursonnes des charpentières le problème devrait se résoudre tout seul!!
à+
floyd a écrit le 22/03/2008 18:42 (ref msg # 15688 )
La brindille couronnée c'est deux années de fruits assurées. Même un peu déformée mieux vaut la conservée, rien n'impose de la raccourcir…
Louarn, as-tu remarqué des pucerons sur ces pousses de l'été dernier?
louarn a écrit le 22/03/2008 23:12 (ref msg # 15701 )
oui et particulièrement sur un belle de pontoise pucerons gris deux traitements nécessaires à 8 jours d'intervalles!!d'habitude les tailles en vert et les pincements suffisent car 'est la qu'ils se concentrent le plus souvent;
à+
floyd a écrit le 23/03/2008 08:01 (ref msg # 15705 )
Bonjour,
Je crois que l'on tient les coupables.
Les cassis et groseillers, autres terrains de jeux des pucerons, présentent souvent des jeunes pousses tortueuses.
Des attaques à surveiller en particulier sur les jeunes greffons.
Le pincement réalisé avant juin favorise l'apparition de ramifications. Réalisé plus tard en saison il n'a pas cet effet. La croissance en longueur est juste arrêtée.
alias a écrit le 23/03/2008 09:43 (ref msg # 15709 )
On a les coupables, les pucerons qui inocculent le virus de l'enroulement,
sans gravite pour l'arbre mais juste curieux.
J'ai a peu pres la meme chose sur un cerisier mais c'est du au filet contre les pies qui a tordu les jeunes pousses.
floyd a écrit le 23/03/2008 11:19 (ref msg # 15712 )
"alias" a écrit :
… le virus de l'enroulement…

Le pire n'est jamais sur. Un tour rapide sur la toile montre que les attaques virales sur vigne et pomme de terre sont de réelles préoccupations. Les symptomes concernent les feuilles. Rien de viral, à priori, pour nos fruitiers.
alias a écrit le 24/03/2008 09:41 (ref msg # 15730 )
Je pense que tu ne sais pas ce que c'est le virus de l'enroulement.
Ce virus est inoffensif pour les arbres sauf que la plante a ses feuilles et ses branches qui roulent sur 10 cm puis au fur et a mesure de la pousse, elles redeviennent a la normale sans aucun probleme pour la suite de sa vie, du moment que les pucerons ne sont plus la.
Par contre les autres virus que tu parles, cela sont tres preoccupants.
floyd a écrit le 06/05/2008 08:54 (ref msg # 16839 )
Bonjour,
J'ai entre les mains le plan du verger qui fut planté et greffé en 2000, à raison de deux exemplaires de chaques variétés.
Précisément, la variété sensible à ces torsades fantaisistes est repérée comme étant "Reine des Reinettes".
Le second arbre ne présente pas de symptome aussi marqué.
floyd a écrit le 16/02/2009 10:16 (ref msg # 21615 )
Visite et taille de contrôle ce week-end; rien à signaler. Reine des reinettes a retrouvé toute sa vigueur, et des rameaux bien droits.
J'ai supprimé les derniers petits rameaux tortueux pour l'esthétique.
Ferréol a écrit le 16/02/2009 23:40 (ref msg # 21631 )
Tiens au fait, maintenant que je travaille avec la bête responsable de ces curieuses formes, je peux vous dire qui en est le coupable, il s'agit probablement de Dysaphis plantaginea, le puceron gris du pommier.

Il n'est pas réputé pour transmettre particulièrement de virus, c'est juste sa salive qui induit des déformations, et cela peut aller très vite, dans nos élevages de cette bête là (et oui, je suis éleveur de pucerons de métier ^^) les feuilles des pommiers peuvent se recroqueviller en trois jours. C'est de plus un puceron qui se multiplie extrêmement rapidement et qui passe facilement inaperçu du fait que les premiers stades sont très petits et quasi transparents, à bien surveiller donc et le moindre enroulement de feuille doit mener à sa recherche.
Maintenant, je ne suis pas sur et certain du fait que l'enroulement provienne d'un virus transmis par ce puceron ou pas, je discuterai avec un spécialiste de la chose qui n'est autre que mon chef au boulot mais là, il est en congés.

A noter que ce ne sont que les larves qui nous embêtent puisque les ailés de cette espèce ne vivent que sur le plantain et sont incapables de se nourrir du pommier, il est aussi a noter qu'il ne peut se développer que sur des tiges 'poussantes' dès qu'elles sont 'bloquées' les pucerons ne peuvent plus s'y installer.

Certaines variétes sont plus sensibles que d'autres a ce puceron, 'Florina' un variété relativement récente de l'inra semble y être particulièrement résistante. 'Golden' par contre est relativement sensible, c'est d'ailleurs sur cette variété que l'on fait nos élevages de ce puceron...
André a écrit le 17/02/2009 01:38 (ref msg # 21635 )
Selon http://fr.wikipedia.org/wiki/Puceron_cen... ce genre de pucerons s'élimine par application d'huile minérale vers la période actuelle.

Peut-on utiliser de la simple huile de cuisine ou faut-il une huile spéciale ?
patrice a écrit le 17/02/2009 06:54 (ref msg # 21637 )
La lutte classique contre les pucerons dioéciques consiste en la réalisation de traitements à base d’huile minérale en sortie d’hiver

Peut-on utiliser de la simple huile de cuisine?


Une huile minérale est obtenue à partir d'hydrocarbures distillés.
Dans ta cuisine, c'est de l'huile végétale... (j'espère )
André a écrit le 17/02/2009 08:24 (ref msg # 21639 )
OK donc il faut utiliser de l'huile de paraffine par exemple ?
floyd a écrit le 17/02/2009 09:34 (ref msg # 21642 )
Par tradition sinon par économie c'est l'huile minérale paraffinique qui est l'huile blanche des traitements de fin d'hiver.

Depuis que les spécialités qui contenaient du malathion (insecticide organo-phosphorés) sont retirées du marché, on la trouve courament en vente, seule.

Le but poursuivi avec l'application d'huile c'est de recouvrir les pauvres petites bestioles d'un film huileux qui va proprement les asphyxier. Pratique moins grave que de les empoisonner avec un neuro-toxique…

Ceci-dit je ne vois nullepart qu'il serait inefficace d'employer l'huile à salade ou l'huile de friture usagée.( L'odeur, un problème?)
A voir si on peut produire une émulsion huile/eau pour faciliter la pulvérisation.
André a écrit le 17/02/2009 10:15 (ref msg # 21646 )
Je tenterai bien un tamponnage au pinceau à l'huile de tournesol sur tous les bourgeons de mes jeunes arbres juste avant le débourrement. On verra bien ce que ça donnera.

Ce qui m'étonne, c'est que l'arbre respire aussi par l'écorce non ? Et le badigeon risque de lui être néfaste à lui aussi dans ce cas.


greffer.net >> Hors-sujet