crans et incisions

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


Sarcé a écrit le 07/09/2012 01:16 (ref msg # 36839 )
quelle est la meilleure période pour inciser ?
le printemps ?
floyd a écrit le 07/09/2012 09:50 (ref msg # 36842 )
Au printemps, lors de la montée de sève ou lors des dernières tailles de Mars, pour être assuré que la cicatrisation va être rapide et que la réaction des tissus va être optimale.
Eric a écrit le 10/09/2012 15:55 (ref msg # 36876 )
"floyd" a écrit :



cliché du 6 juillet 2008


Qu est devenu ce prunier ? T aurai pas une photo pour voir le resultat des
incisions 4 ans plus tard ?
Liogood34 a écrit le 10/09/2012 17:43 (ref msg # 36879 )
Bonjour tout le monde,

Je prends la discussion en route.
Pour avoir posé la question, il y a bien longtemps, du bien fondé de ce genre d'incision à des pathologistes reconnus, que ce soit Pierre Aversenq ou William Moore, il semblerait que les conséquences de l'accélération du recouvrement des plaies soit plus néfaste que bénéfique.
Ces incisions vont forcer la croissance cambiale des deux bourrelets, qui, en se rejoignant vont s'appuyer l'un sur l'autre bien plus rapidement que si on intervient pas, et les contraintes exercées vont créer des fissures internes, dans le bois de coeur s'il y en a.
Lors du recouvrement "normal" d'une plaie, le contact entre les deux bourrelets est plus lent, et les contraintes internes sont bien moins subites et importantes et mieux réparties dans la structure de l'arbre.
Je chercherai des schémas qui expliquent bien le phénomène.
L'incision crée un désordre pérenne, la blessure initiale un événement fugace.

Il faudrait garder à l'esprit que les arbres ont 375 millions d'années d'évolution derrière eux... et sont tout à fait capables de se débrouiller tout seuls face à ce genre de blessure.
Lionel
Eric a écrit le 11/09/2012 00:51 (ref msg # 36883 )
Il est effectivement possible que cette cicatrisation rapide provoque des
contraintes dans le bois du coeur de l arbre.Pouvant eventuelement aller
jusqu a la rupture de celui ci ,mais je ne pense pas que ce soit le cas .
En effet , la contrainte si il y a, se fait dans le diameter et non dans la longueur .
Une eventuelle compression du coeur ne saurai le rompre, puisque le bois
supporte tres bien la compression . Cependent il est juste
d attirer l attention sur la possibilite d un probleme par la suite. Pour moi
ce probleme serait l inclusion dans l arbre d un champignon opportuniste.
Cette situation provoquerai la mort a plus ou moins longue echeance de
l arbre . Mais cela peut prendre des annees ,surtout si l on prend soin de
donner de l engrais ( fumier ) a l arbre pour lui permettre de se regenerer.
Bien souvent la maladie et la mort d un arbre est due a un manque. Soit
de soleil ou d elements nutritifs. D un autre cote ,trop d engrais les rends
sensibles a la pouriture.Il faut un juste milieu.
Floyd qui en connais un rayon sur les arbres pourra certainement nous
eclairer a ce sujet.
floyd a écrit le 11/09/2012 18:39 (ref msg # 36888 )
Tu me mets dans l'embarras, Eric… je suis loin d'être aussi savant que tu ne le dis ou qu'il faudrait l'être pour émettre une réponse définitive.

Pour ce qui est de mon pommier, il va bien. Je passe demain au verger, je ferai une photo.

D'accord avec Lionnel sur l'aptitude des arbres à se sortir d'un mauvais pas. On connait mieux leurs défenses contre les agressions biologiques, cependant les aspects "mécaniques" sont difficiles à appréhender.

Pour nous jardiniers, le soucis reste de sauver quelques récoltes que l'on espère abondantes. Il importe que la charpente de l'arbre encore jeune puisse résister au vent et à la charge fruitière.

Une bonne partie du bois ancien de l'extrémité du PG est morte. Elle se trouve progressivement incluse dans les cernes du bois nouveaux du greffon. Par chance le bois mort a pu sécher à l'air libre, j'avais rogné les parties faibles, attaquées, humides.

Pour l'instant, je n'ai pas de raison de regretter ces incisions. Mais je surveille clôtures et portails pour éviter toute nouvelle intrusion de bétail!

… quatre ans, déjà !
floyd a écrit le 13/09/2012 01:03 (ref msg # 36904 )
De toutes les vilaines plaies encore visibles, celle-ci est la plus saine.
D'autres constituent parfois des cavités, là où le cœur du bois du PG est en train de servir d'abri et de nourriture aux cloportes, perce-oreilles…

Voilà comment les choses évoluent, on distingue les deux écorces lisses des bourrelets comme amplifiés par les incisions répétées.

Je n'ai pas réitéré depuis celles réalisées lors de deux premiers printemps. On distingue assez bien le gris du bois mort qui fut la tige du PG, là il est sec et sain.

Un parterre de fougères, pour la biodiversité! :


Den' a écrit le 04/03/2013 15:24 (ref msg # 39213 )
j'ai essayé de faire 2 incisions opposées sur le tronc de mon mirabellier qui vegette.
j'espère avoir bien fait.
On sent que l'écorce était tendu et se relache au moment de l'incision.
devrais-je en faire d'autre?
floyd a écrit le 04/03/2013 20:44 (ref msg # 39216 )
On peut avoir cette impression, bien que sur un arbre faible, je ne vois pas comment il pourrait être bridé par l'écorce.

La réponse habituelle et facile consiste à dire que "justement il est faible parce que bridé…"
On pratique alors comme les médecins de Molière, la saignée… faute de savoir quoi prescrire.

Il me semble préférable de cultiver un peu le sol très superficiellement et de prévoir un apport fertilisant; un fortifiant en quelque sorte!
Eric a écrit le 05/03/2013 00:25 (ref msg # 39219 )
Il est possible de faire grossir le tronc ou une branche ( pour equilibrer ) artificiellement en faisant deux ( plus )
incisions longitudinal sur la longueur desire ,ces insicions doivent etre oppose l une a l autre .
Il ne sert a rien de les faire trop rapproche s il y en a plusieurs . Sur un diametre de 10 cm ,3 seront plus que
suffisantes . D apres ce que j ai pu observer , un traitement est suffisant.
Il faut inciser jusqu au bois avec un cutter en mai ou juin.
La cicatrice s effacera apres quelques annees .
Je ne crois pas que cela aura un effet sur la vigueur de l arbre. Il est preferable d attendre que l arbre soit installe
depuis au moins 3 a 4 ans avant de lui faire subir ce traitement.
Si l arbre vegete ,cela ne lui sera d aucune aide. Si c est le cas voir la richesse du sol, son ph et une couche de
BRF pourra aider.
François du Perche a écrit le 11/06/2013 18:51 (ref msg # 40626 )
"crans et incisions" sur le tronc pour provoquer la formation de nouvelles branches, dont on détermine ainsi l'orientation & la fréquence. J'ai lu qquepart que sur les sapins de Noël, cette pratique était courante.
Expériences (réussies) avec les fruitier ? Mode opératoire, saison....
floyd a écrit le 11/06/2013 23:26 (ref msg # 40631 )
J'imagine que sur Abies picea d'éventuelles incisions ont pour objectif de contraindre l'arbre dans un développement compact.

Sur fruitiers, crans et incisions annulaires sont un frein sur la migration descendante de la sève élaborée dont les nutriments seront mis en réserve dans le système racinaire. Privé d'une partie de ces réserves, l'arbre peinera au printemps lors du débourrement. Une nanification de fait.

On pourrait dans le même but, tailler les racines… ce que les amateurs de bonsaïs pratiquent.
François du Perche a écrit le 12/06/2013 10:38 (ref msg # 40636 )
merci Floyd pour ta réponse.
Pour les sapins, j'ai bien cru comprendre qu'il s'agissait réellement de créer des branches pour éviter les manques et "corriger" ainsi la Nature.
Pour les feuillus, j'ai lu également que par des petites incisions adaptées sur le tronc, on pouvait faire percer de nouveaux bourgeons et donc façonner l'arbre à notre guise.
(sans se prendre pour Dieu le Père ni oublier que quand on chasse le naturel, il revient au galop !)
Il s'agit plutôt de petites entailles que d'incisions, mais c'est cousin germain.
Expériences ?
bourru a écrit le 12/06/2013 12:15 (ref msg # 40637 )
J'ai complètement abandonné les crans et les incisions annulaires.
Je pratique régulièrement l'incision longitudinale
pricipalement sur cerisier,
Une seule incision, à la serpette, à l'opposé du soleil, au printemps,
mais la saison importe assez peu.
Ce qui compte, c'est la constatation patente que l'arbre s'étrangle
dans une écorce trop serrée, qui ne se fendille pas naturellement.
Sytématiquement, dix jours avant greffage, sur tous PG à écorce genre "cuir dur"
bourru a écrit le 12/06/2013 13:57 (ref msg # 40639 )
fausse manip
floyd a écrit le 12/06/2013 15:04 (ref msg # 40640 )
PG à écorce genre "cuir dur", je vois bien l'image…
Il y aurait là un sujet intéressant à creuser, anatomie, coupes histologiques et tout le reste…
Est-ce génétique ou lié aux conditions de culture. Beaucoup plus de questions que de réponses!
François du Perche a écrit le 19/06/2014 16:44 (ref msg # 44495 )
quand on a une greffe en coulée qui a pris mais ne veut pas se développer, sans doute parce que le haut de la branche pompe toute l'énergie, est-ce qu'une incision juste au dessous de la greffe permettrait de relancer sa croissance ? (si on ne veut pas tailler la pousse terminale tout en haut pour supprimer la dominance apicale)
François du Perche a écrit le 16/08/2014 08:44 (ref msg # 44926 )
Dans la rubrique "greffage" "greffe avec 3 espèces sur le même arbre", Tropique nous dit
,l un de mes greffons végétait depuis de longs mois.J avais pratiqué une incision sur la partie opposée et,il avait démarré

C'est très intéressant si ça marche à (presque) tous les coups car c'est un problème récurrent des greffes en coulée.
J'ai essayé de faire 3 crans longitudinaux en enlevant un 1/2mm d'écorce à chaque fois au niveau d'une greffe de Chantecler sur Ariane faite au printemps qui végète. J'avais pincé la pousse terminale de la branche PG, ça n'a rien fait, elle a fait une nouvelle pousse terminale.
Voyons si les incisions sont + efficaces.

floyd a écrit le 16/08/2014 11:07 (ref msg # 44927 )
Outre le manque de lumière, car ce greffon est sous la branche greffée, l'ensemble qui porte la greffe produit assez d'auxine pour inhiber durablement les bourgeons espérés.
D'où une ultime tentative qui consistera à pratiquer un cran large au dessus du point de greffage.

Je crois qu'il sera intéressant de greffer latéralement et/ou au dessus pour vérifier si différences il y a.
François du Perche a écrit le 17/08/2014 08:54 (ref msg # 44935 )
merci Floyd, je ferai un cran large au dessus du point de greffage sur d'autres greffes analogues qui végètent (c'est bien un problème récurrent) en attendant 3 semaines pour faire la même chose à celui-là. ! Je ne peux pas faire de greffes vers l'intérieur ou sur le côté car il s'agit d'un pommier sphérique dont une des 4 branches a un mauvais angle que je cherche à rectifier. La photo est trompeuse, le greffon est bien ensoleillé.
Pour Tropique, est-ce que cette constatation de greffon qui démarre après une incision a été faite à plusieurs reprises car il peut s'agir d'une coïncidence


greffer.net >> Hors-sujet