Mettez un pommier dans votre moteur !

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


André a écrit le 13/03/2008 12:51 (ref msg # 15305 )
Selon les perspectives agricoles 2007-2016 de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) et de la FAO (Organisation des Nations Unis pour l'alimentation et l'agriculture), les biocarburants de seconde génération (issus de biomasse ligneuse) devraient prendre le pas sur ceux de première génération (issus de biomasse agricole) du fait de l'impact négatif de ces derniers sur les prix alimentaires.

Dans quelques années, on pourra peut-être donc recycler nos vieux arbres dans notre voiture !

Source : http://www.futura-sciences.com/fr/sinfor...

L’autre technologie énergétique émergente couronnée par Technology Review se base sur les travaux visant à améliorer la production de biocarburants à partir de la dégradation de la cellulose, et utilisant des matériaux comme le bois, la paille ou les déchets agricoles. Contrairement aux autres techniques de création de biocarburant, cette filière cellulosique n’utilise pas de ressources alimentaires comme le maïs ou la canne à sucre. Elle est aussi plus écologique : elle est capable de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 87 % par rapport à l'utilisation des dérivés du pétrole. A titre de comparaison, un biocarburant comme l’éthanol produit à partir du maïs ne réduit ces émissions que de 18 à 28 %. Mais hélas, la production de biocarburant cellulosique à l’échelle industrielle est chère et non rentable. Frances Arnold, professeur d’ingénierie chimique et de biochimie au Caltech, pense avoir trouvé la solution : les enzymes. En effet, une seule de ces protéines suffit à transformer le maïs en sucre, lequel est une source d’énergie. Mais au contraire, il faut un ensemble d’enzymes pour dégrader la cellulose et produire de l’énergie. Frances Arnold cherche à créer des micro-organismes capables d’effectuer ce travail de manière plus efficace. Pour cela, elle a utilisé une technique dite d’évolution dirigée pour créer une multitude de séquences ADN capables de coder de nouvelles protéines. Puis elle insère ces gènes mutants dans des bactéries pour tester leur action. En effet, il ne s’agit pas seulement de trouver une bonne enzyme mais de constituer un groupe de travail de plusieurs d’entre elles, capables de collaborer efficacement.
floyd a écrit le 13/03/2008 13:14 (ref msg # 15306 )
"André" a écrit :
…Dans quelques années, on pourra peut-être donc recycler nos vieux arbres dans notre voiture…

Ou ce qui restera de la forêt amazonienne.
Alex a écrit le 13/03/2008 16:43 (ref msg # 15308 )
Bonjour,

L'idée des "travaux visant à améliorer la production de biocarburants à partir de la dégradation de la cellulose, et utilisant des matériaux comme le bois, la paille ou les déchets agricoles"; si je me souviens bien, est d'exploiter des plantes vivaces (graminées) qui pourraient pousser dans des zones considérées comme non cultivables. Il pèse donc aussi une forte menace sur les zones humides.

Alex
floyd a écrit le 13/03/2008 17:22 (ref msg # 15311 )
Bonsoir,
"Alex" a écrit :
…exploiter des plantes vivaces (graminées)…

Miscanthus dont on parle ici
André a écrit le 30/03/2008 18:25 (ref msg # 16008 )
Je viens de voir sur M6 un reportage indiquant que les véhicules diesels peuvent fonctionner sans problème avec un mélange de diesel et d'huile de friture de récupération filtrée (2/3 de diesel pour 1/3 d'huile).

A priori, cela fonctionne très bien mais c'est interdit simplement car l'état ne perçoit pas de taxe sur ce "carburant" !

Dommage car cela aurait deux avantages : réduire le coût des pleins d'essence et éviter une pollution inutile après chaque friture.

Reste à vérifier la nocivité éventuelle pour le moteur...

Pour plus d'infos :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Huile_v%C3%...
et
http://fr.ekopedia.org/Rouler_%C3%A0_l%2...
Eric a écrit le 31/03/2008 01:22 (ref msg # 16016 )
Pour avoir plus d infos pratiques sur le sujet c est par la que ca se passe :
www.oliomobile.org

A ce sujet mon tracteur fonctionne depuis 2 ans avec 0 a 80 % d huile
de friteuse .Jusqu a maintenant aucun probleme a signale si ce n est
qu avec le refroidissement des 2 dernieres semaines je me suis fait
avoir.J etait monte a 80 % en prevision de l ete qui s annoncai .
Du coup avec des - 5 °c plus moyen de demarrer . J ai du ressortir ma
pelle a neige pour deneiger l entree . Mis a par cela pas de soucis .
Meme que les soupapes semblent apprecier .c est probablement du au fait
qu un filme d huile reste sous le siege ce qui amorti les claquements .
Pour ce qui est de la legislation ,en Belgique c est plus coulant qu en France.
mais je ne suis pas trop concerne par cet aspect puisque mon tracteur
ne sort pas de la proprietee.
André a écrit le 01/04/2008 21:35 (ref msg # 16059 )
Attention !

Un collègue doué en mécanique m'a précisé aujourd'hui qu'il ne faut surtout pas mettre d'huile végétale dans un moteur diesel à injection (le fameux TDI) sous peine de fusiller les injecteurs...

Réserver donc l'huile pour les vieux moteurs diesels.
Eric a écrit le 01/04/2008 22:26 (ref msg # 16062 )
Il n y a pas que les injecteurs qui vont morfler,il y a surtout la
pompe a injection qui ne supportera pas le choque .


greffer.net >> Hors-sujet