hormone de bouturage

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Multiplication végétative


nouvel azertien a écrit le 06/11/2019 23:31 (ref msg # 65801 )
Si vous avez un aloe vera...

https://www.youtube.com/watch?v=SpWeF0xn...


https://www.youtube.com/watch?v=Piu9xbQC...
François du Perche a écrit le 07/11/2019 19:15 (ref msg # 65802 )
"si vous avez un aloa vera"...............................il vaut mieux l'oublier et utiliser de la poudre aux hormones, les résultats seront bien meilleurs.
La deuxième video est convaincante, sauf sur ses conclusions finales.
Il est probable que beaucoup de gels végétaux (par ex. gel contenu dans les baies de gui) et autres produits naturels (p.ex décoction d'écorce de saule ou extrait fermenté de plantes spécifiques) améliorent un peu l'enracinement sans égaler les hormones qui sont le résultat de longues recherches effectuées par de vrais professionnels.

Message modifié 2 fois ; la dernière fois le 08/11/2019 10:03 par François du Perche
nouvel azertien a écrit le 01/07/2020 13:53 (ref msg # 67501 )
La poudre d'algues (KELP) serait utile pour la formation des racines.
(Quelques produits existent pour l'agriculture bio).
Qui a testé ?
nouvel azertien a écrit le 01/07/2020 14:04 (ref msg # 67502 )
A tester : on peut enraciner des tiges de tomates dans de l'eau...
On peut supposer que cette eau est riche en auxines...
(également possible avec des tiges de menthe qui se bouturent dans de l'eau).

Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 02/07/2020 19:51 par nouvel azertien
patrice a écrit le 02/07/2020 05:56 (ref msg # 67505 )
Les gourmands de tomates se bouturent aisément dans de l'eau de ville ou de pluie sans additif quelconque. C'est d'ailleurs couramment utilisé en milieu amateur pour préparer une récolte de fin de saison en bouturant les gourmands issus de taille, proposant ainsi un nouveau lot de plants pour prendre le relais de ceux de début de saison susceptibles de commencer à être affectés par maladies, etc.
nouvel azertien a écrit le 02/07/2020 20:13 (ref msg # 67508 )
Un macérat de son d'avoine serait censé densifier
le chevelu des racines des boutures en opérant "en même temps" un ralentissement sur l'élongation des racines.
La substance active est le tryptophane...
nouvel azertien a écrit le 02/07/2020 20:48 (ref msg # 67509 )
Boutures de gourmands de tomate (tomato suckers) dans de l'eau.
Changer l'eau tous les jours. Les racines apparaissent en une semaine.
https://www.youtube.com/watch?v=OLnW1taU...
Utiliser cette eau pour arroser d'autres boutures...
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 02/07/2020 20:49 par nouvel azertien
nouvel azertien a écrit le 06/07/2020 22:02 (ref msg # 67533 )
La vitamine B1 viendrait en complément des auxines pour aider à la formation des racines et ce avec une dose très économique de 1 mg/ litre d'eau.
floyd a écrit le 08/07/2020 12:09 (ref msg # 67540 )
La vitamine B1 ou Thiamine est bien connue des biologistes qui ont mis au point les milieux de culture pour l'in vitro.
On voit d'ailleurs la complexité et la variabilité chimiques de ces milieux dont la mise au point à commencé dans les années 1960.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Milieu_de_...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Folke_Skoo...

Chercher dans la nature telle ou telle ressource (eau de saule…) pourrait avoir un intérêt si l'on était certain quelles aient naturellement un degrés de perfection équivalent. Après 60 années de développement et d'utilisation des milieux de CIV et même s'il reste des molécules encore inconnues avec un rôle important, (j'en doute un peu), l'efficacité et les preuves pratiques sont du coté de la science biologique.

Skoog, né en 1908, a donc littéralement mis au point des recettes de grand-père, voire pour les plus jeunes d'entre-nous, des recettes d'arrière-grands-pères.
nouvel azertien a écrit le 09/07/2020 22:02 (ref msg # 67545 )
A noter que la dose précisée dans une des pages citées plus haut par Floyd est de 0,1 mg / litre ce qui est encore plus économique...
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 09/07/2020 22:02 par nouvel azertien
nouvel azertien a écrit le 24/07/2020 14:07 (ref msg # 67646 )
Les poudres de curcuma ou de cannelle ont une action antifongique (100 % bio) sur les boutures.
En vente au rayon épices de votre supermarché...
Pour réussir ses boutures, un internaute anglais utilise un mélange de miel et de curcuma pour associer leur propriétés antifongiques.
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 24/07/2020 14:09 par nouvel azertien
patrice a écrit le 24/07/2020 19:48 (ref msg # 67649 )
"nouvel azertien" a écrit :

Pour réussir ses boutures, un internaute anglais utilise un mélange de miel et de curcuma pour associer leur propriétés antifongiques.

Pouvez-vous proposer une source pour la propriété anti-fongique du miel ? (son champ d'action thérapeutique est habituellement anti-bactérien, je n'ai trouvé qu'une citation, ce qui paraît marginal par rapport à ce qu'il y a pour l'anti-bactérien).
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 24/07/2020 19:50 par patrice
nouvel azertien a écrit le 24/07/2020 22:37 (ref msg # 67650 )
Je trouve un passage sur le net concernant le miel de thym réputé pour ses qualités bactéricides ET antifongiques.
Il est d'ailleurs utilisé par les chirurgiens pour accélérer la cicatrisation des plaies.
Il a des propriétés antifongiques sur le champignon fusarium qui peut infecter des plaies.
On trouve également sur le net un miel cicatrisant en tube qui est un mélange de trois miels (sarrasin, sapin et thym).
Sur le web US, le miel a des propriétés antifongiques sur le candida albicans. (mots clé : honey antifungal)
Message modifié 2 fois ; la dernière fois le 24/07/2020 23:00 par nouvel azertien
patrice a écrit le 25/07/2020 05:26 (ref msg # 67652 )
"nouvel azertien" a écrit :

Je trouve un passage sur le net concernant le miel de thym réputé pour ses qualités bactéricides ET antifongiques.

On trouve un peu tout et son contraire sur les sites de "recettes de grand-mère".
En matière sérieuse, je n'ai trouvé que ceci attestant la propriété antifongique https://www.manchester.ac.uk/discover/ne... mais si j'ai bien compris, c'est uniquement avec un miel de laboratoire amélioré et non n'importe quel miel : "a biologically engineered honey that produces chemically reactive molecules containing oxygen"
nouvel azertien a écrit le 27/07/2020 20:49 (ref msg # 67668 )
Si le pourcentage de boutures réussies avec l'aloe vera est d'environ 50 % on est à près de 100 % avec un gel de bouturage,

Avec l'aloe vera on constate que les racines sont de bonne qualité.

Les gels de bouturage sont à réserver essentiellement pour des plantes ornementales, car on trouve sur le net des fiches concernant la toxicité de ces molécules qu'on doit utiliser à des doses homéopathiques (ces produits sont à tenir hors de la portée des enfants).

Avec l'aloe vera on peut donc bouturer des végétaux destinés à la consommation humaine sans prendre de risques.
floyd a écrit le 27/07/2020 22:42 (ref msg # 67669 )
Une fois encore, il n'y a pas de doses "homéopathiques" en horticulture.

Deux questions restent en suspens;
- quels sont les végétaux destinés à la consommation humaine qui sont multipliés par bouturage hormoné?
- quelles sont les sources bibliographique du risque sanitaire évoqué hâtivement…
nouvel azertien a écrit le 27/07/2020 23:08 (ref msg # 67670 )
On peut facilement trouver sur le net des commentaires sur les précautions d'emploi de l'Acide indole-acétique (A.I.A.). Je ne donne pas de lien direct...
Bouturage pour la consommation humaine : exemples : cacaoyer, citronnier, avocatier.
J'ai trouvé également des produits de bouturage dans une jardinerie avec de l'acide fulvique. L'emballage précise bien les précautions d'emploi...
à dose homéopathique : Ces hormones fonctionnent mieux si on ne tartine pas trop généreusement la bouture.
floyd a écrit le 28/07/2020 07:08 (ref msg # 67671 )
L'efficacité comme la toxicité sont question de dose.
Il ne viendrait pas à l'idée de quiconque de saupoudrer son cornflake matinal avec de la poudre hormonée, simplement à cause du talc qui sert de support à l'hormone végétale.

Tu refuses de sourcer ces nouvelles informations, et si l'on cherche sur la toile ce ne sont que copié/collé de "conneries" qui remontent.
Le bon sens, semble ne pas te suffire; 0,1mg de poudre dosée à 1% sur une bouture, pour créer un arbre qui produira une récolte commercialisée 10 ans après… restera-t-il des traces de ces hormones? Ces traces peuvent-elles réellement représenter un danger sanitaires? Il ne faut pas faire du principe de précaution, un usage abusif.

Tu abondes ce topic de trucs, de hors-sujet, de on-dit, de non informations, d'à peu près… Rien de solide.
ça devient lassant ce manque de rigueur scientifique !

patrice a écrit le 29/07/2020 05:51 (ref msg # 67677 )
"floyd" a écrit :

Une fois encore, il n'y a pas de doses "homéopathiques" en horticulture.


L'homéopathie a tenté aussi de conquérir l'horticulture... (vulgarisé entre autres par l'ouvrage de Mme Maute Christiane), le concept d' "agro-homéopathie" est né. Je ne saurais informer néanmoins quant à d'éventuels résultats probants obtenus.

L'expression "à dose homéopathique" est souvent utilisée à tord pour indiquer une dose faible par rapport à la dose normale, alors que l'homéopathie est une dilution telle qu'on ne trouve même plus trace de molécule du produit dilué, ce qui est différent.
floyd a écrit le 29/07/2020 18:52 (ref msg # 67680 )
Merci de ces compléments qu'il est bon de répéter afin d'inciter à l'emploi d'un vocabulaire sans ambiguïté.
Quant aux théories impalpables développées par les tenants de l'homéopathie, elles sont encore loin de déboucher sur des preuves expérimentales solides.


greffer.net >> Multiplication végétative