pas de salive sur le greffon

greffer.net >> Greffage

floyd a écrit le 08/03/2008 18:47 (ref msg # 15045 )
Bonsoir,
… J'ai "entendu" aussi que la salive humaine était une bonne hormone de bouturage...
Ce ouï-dire reste à vérifier…

Lors du greffage il faut mieux suivre l'indication de Pierre Michard à la page 41 de son livre "comment greffer vos arbres": "Le greffon qu'il (le greffeur) vient de tailler est entre ses lèvres, le biseau à l'extérieur pour ne pas l'enduire de salive"
alias a écrit le 08/03/2008 22:37 (ref msg # 15052 )
j'ai deja essayer de mettre de la salive et defois de ne pas en mettre.
Il semble qu'avec la salive ca demarre un peu mieux. Mais la, il faut faire attention a ce que l'on a bu ou mange avant.
floyd a écrit le 08/03/2008 22:57 (ref msg # 15057 )
Bonsoir,
Une idée en amène une autre…
Puisque l'oxydation des tissus végétaux se produit rapidement après la fabrication du greffon, une goutte de jus de citron (par exemple) pourrait s'évérer utile, non?
alias a écrit le 09/03/2008 08:11 (ref msg # 15067 )
Le jus de citron contient de l'acide ascorbique qui a pour but d'etre un antioxydant. Pour ca, OK.

Mais , il y a en plus un di-acide, l'acide citrique , qui lui va bruler les tissus du bois. Donc la reponse est negative.

Le resultat sera forcement mauvais voir nul.
floyd a écrit le 09/03/2008 09:53 (ref msg # 15076 )
Bonjour,
"alias" a écrit :
Le jus de citron contient de l'acide ascorbique …antioxydant.
Mais…l'acide citrique…

Bruler le bois, c'est à dire oxyder?
Soyons optimiste et ne disons pas brutalement "Le resultat sera forcement mauvais voir nul."
Je manque de citron, mais un essai avec un jus naturel, frais, dilué pourrait être testé, non?
Alex a écrit le 09/03/2008 11:04 (ref msg # 15084 )
Bonjour,

Personnellement j'humecte abondamment les greffons avec ma salive ! D'abord au moment de la coupe puis lors de l'insertion dans le PG. Sur les pommiers, je n'ai constaté aucun effet négatif de l'utilisation de ce "lubrifiant". En revanche, peut être que sur cerisier ou néflier, cela peux expliquer mon très faible taux de réussite !?

Je ne m'étais jamais posé la question, pour être franc ! Merci d'avoir posé la question

Alex

NB : acide ascorbique = vitamine C. Il y en a probablement un peu dans le jus de citron; mais il y a surtout de l'acide citrique, bien plus agressif, je suis tout à fait d'accord
Peut être en diluant un comprimé de vitamine C ? Ca me paraît bien compliqué au regard de ce que faisaient "les anciens", en tous cas !
floyd a écrit le 09/03/2008 13:08 (ref msg # 15097 )
Bonjour,
Les anciens, comme Pierre Michard, ont pris le temps d'indiquer "pas de salive sur le greffon".
Le cachet de vitamine C, était sans doute rare au XIXème siècle.
http://biogassendi.ifrance.com/vitamineC...
Elle fut découverte en 1933.
L'essai d'un petit appoint vaut mieux qu'un grand doute…
Michel_Alpes a écrit le 10/03/2008 07:27 (ref msg # 15136 )
Bonjour,
Le fait de porter un greffon à sa bouche par le coté opposé à la taille d'implant ne veut pas forcemment dire enduire de salive. Cela vous permet tout simplement de garder vos deux mains libres pour oeuvrer sur le porte greffe. Le fait de "désinfecter" votre greffoir avant la taille du greffon serait remis en question si par la suite vous le tranformez en ....bâton de réglisse. Mais à chacun ses astuces ...et convictions.
alias a écrit le 10/03/2008 09:30 (ref msg # 15139 )
L'acide citrique est un acide qui brule et non qui oxyde.
Exemple: carpacchio ou diverses recettes pour cuire le thon avec du jus de citron.
La vitamine C est un anti oxydant et l'autre cuit (brule).
Le jus de citron empeche la viande de noircir et en meme temps, elle cuit.
floyd a écrit le 06/03/2011 18:46 (ref msg # 29726 )
Ce matin les croqueurs du Maine-Perche étaient à l'œuvre dans une de leurs bourses aux greffons très fréquentée, à Jupilles où ils ont un grand verger conservatoire.

Devant l'affluence des demandes pas moins de trois croqueurs officiaient.
Un vrai plaisir à voir.

Chacun avait sinon sa méthode, au moins une particularité;
L'un ne lésinait pas sur la salive et le raphia mouillé*, les deux autres un peu plus bavards n'enduisaient pas de salive leurs greffons. Le président Pérocheau serrait vigoureusement la flexibande.

Greffe sur table, PG diamètre 10/12 serré dans une sorte d'étau en bois pour un travail assis en intérieur. Trois greffeurs et un seul "spécialiste" du mastiquage à chaud.

* raphia mouillé; qui pratique ainsi?
klakos a écrit le 06/03/2011 19:38 (ref msg # 29730 )
"floyd" a écrit :

* raphia mouillé; qui pratique ainsi?

Des gens l'utilise ici.
J'en ai rapidement déduit que c'était par habitude. On a pas "droit à l'oubli".
Ils apprécient sans doute "la petite tension consécutive au séchage"...

D'autres préfèrent encore le raphia synthétique : méthode un peu dépassée ?

Parfois le lien est oublié (car caché souvent) => l'arbre est évidemment fichu.

Personnellement, je préfère le bio-dégradable même s'il n'est sans doute pas parfait (peu étrangler si, comme moi, on a tendance à trop le tendre). Mais au moins, on peut l'oublier.
bataille41 a écrit le 08/03/2011 19:55 (ref msg # 29740 )
bonjour
à une époque je mouillais mon raphia et petit a petit j'ai abandonné et ne voit aucune différence à la reprise du greffon
Ferréol a écrit le 08/03/2011 20:57 (ref msg # 29743 )
J'ai tendance aussi à largement humidifier la plaie aussi bien sur le porte-greffe que sur le greffon avec ma salive quand je fais mes greffes sur table.

A mon avis ça change pas grand chose. Je ne suis pas sur qu'il existe un seul pathogène commun aux arbres fruitiers et à l'humain... D'un autre côté, je pense pas que ça apporte grand chose, peut-être un peu d'humidité nécessaire à la formation du cal cicatriciel (encore que le porte-greffe aussi bien que le greffon en amènent assez)...
belinsecte a écrit le 19/09/2016 09:07 (ref msg # 54048 )
Je n'ai lu aucun partisan de la salive qui relate des expériences comparatives:
ferreol (neutre),
alainhecl ("il parait que?")
satya (pas déterminé),
alias (pas sûr),
alex (mais il indique un faible % de réussite sur cerisier, neflier, et neutralité sur pommier),
josé ruivo (« surement »),
wauters (« ça marche mieux »)

En haut du présent sujet Floyd indique un opposant à la salive: Pierre Michard à la page 41 de son livre "comment greffer vos arbres »; A-t-il comparé? (idéalement en double-aveugle...)

peut-être que la salive serait mieux que laisser sécher le greffon 2 minutes à l'air libre? ou maintenir dans la bouche sans l'humecter? le mettre dans l'eau c'est un peu moins pratique (Satya écrit que greffer sous la pluie ne baisse pas les réussites; mais je ne sais s'il serait profitable ou défavorable de mouiller les coupes*, on peut aussi faire boire les greffons en trempant juste le bout recoupé dans l'eau plate ou vitaminée pendant 1 ou plusieurs jours pour les regonfler d'eau, je serais curieux de lire le résultat avec citron, mais je préfèrerais une infusion à froid de lamelles de poivron rouge cru: c'est le champion de la vitamine C mais il n'est pas acide)

j'ai entendu que l'oxydation du PG serait moins problématique que l'oxydation du greffon, qu'il faudrait donc tailler le greffon en dernier, qu'en pensez vous?

* Le sujet suivant montre un greffeur qui laisse le PG ouvert pendant 5 minutes, mais met les greffons coupés dans l'eau avant de les insérer!
https://www.greffer.net/discussion/viewt...


greffer.net >> Greffage