fruitiers les pieds dans l'eau

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


palim a écrit le 02/02/2008 14:22 (ref msg # 13370 )
Il a plu 30 mm d'eau hier et en contrebas de mon terrain, là où la terre est plus argileuse , se forment des flaques .

C'est justement là qu'il me reste la place de planter des arbustes mais je m'inquiète .

Quels sont les fruitiers qui supportent d'avoir les pieds dans l'eau en hiver notamment ? Quelle est votre expérience en la matière ?

Palim
Alex a écrit le 02/02/2008 16:04 (ref msg # 13373 )
Bonjour,

En théorie, mis à part le pacanier (Carya illinoensis / C. aquatica), aucun fruitier ne supporte, à ma connaissance, une immersion totale prolongé de ses racines.
Toutefois, celà reste de la théorie et j'ai, à la maison, un cerisier (env. 40 ans) et un cognassier (5 ans) plantés alors que le sous-sol est inondé en continu (rivière à -60 cm environ); ainsi que plusieurs noyers, pommiers, poiriers, abricotiers, pruniers, etc. en sols très humides et argileux, surtout l'hiver, et tout semble bien se passer pour le moment

Le vrai problème, en réalité, est que les arbres ne s'ancrent pas correctement et tombent facilement en cas de tempête + sol détrempé.

NB : je connais de très vieux cognassiers au soleil mais plantés dans une cuvette très humide (source) qui sont splendides. Je connais aussi des noyers de 40-50 ans, réputés ne pas aimer l'eau, qui sont plantés dans un terrain inondé 2-3 jours par an !

Alex
JM a écrit le 02/02/2008 18:39 (ref msg # 13374 )
Il faut peut-être observer un peu la terre :
Trace de rouille : Fe++, fer ferrique, asphyxie temporaire.
Trace bleutée, couche d'argile bleutée : Fe+++, fer ferreux, asphyxie permanente.
Traces noires (à ne pas confondre avec des racines décomposées) : marmorisation manganique : asphyxie temporaire, souvent observé avec des traces de rouille.
S'il n'y a pas ces traces, c'est que le terrain reste sain une grande partie de l'année, donc les racines ont accès à l'air.
Après on peut faire deux choses dans cette zone : amender la terre avec de la matière organique (tourbe, compost, fumier très décomposé) pour l'alléger. Des porosités plus importantes que dans l'argile pure seront crées et l'air pourra pénétrer dans le sol. planter sur butte ou sur ados pour mettre une partie des racines hors d'eau en hiver.
floyd a écrit le 02/02/2008 19:36 (ref msg # 13375 )
Bonsoir à tous,
"JM" a écrit :
Il faut peut-être observer un peu la terre …planter sur butte ou sur ados ….

Palim dans un autre topic a parlé d'argile verte en bas d'un terrain pentu.
La pluie abondante a donc rempli une cuvette naturelle.

Je suggère de combler la cuvette par le nivellage du terrain, dès que le sol sera correctement réssuyé. Butte ou ados seront utiles s'il s'avérait impossible de donner une évacuation pour les eaux de surfaces.

Le chaulage va entamer la formation du célèbre complexe argilo-humique. Les amendements organiques interviendront l'an prochain.
On ne chaule pas la même années qu'on fume, disait-on jadis.

Fer réduit ou fer oxydé? Oxydé, c'est mieux. Réduit, il faudra décompacter avant que l'argile ne sèche et durcisse. Dans ce cas retarder les plantations s'impose!
Cordialement
klakos a écrit le 02/02/2008 19:45 (ref msg # 13376 )
Je suis allé au verger des croqueurs aujourd'hui. Hier aussi, il a beaucoup plut ici. La terre étant assez argileuse est détrempée, complétement saturée d'eau, pourtant les fruitiers y poussent bien. Du moment, que ça ne dure pas trop. Et encore, il y a les cerisiers près des saules (donc le coin est humide... je ne te dis pas à quel point) qui poussent sans broncher. Tout espoir est permis.
Sinon, il ne te restera plus qu'à te tourner vers le peuplier
Et 30 mm, ce n'est pas tous les jours !
floyd a écrit le 02/02/2008 20:12 (ref msg # 13378 )
Bonsoir à tous,
"klakos" a écrit :
… te tourner vers le peuplier …

Une solution de dernier recours. Le peuplier pour autant qu'une production d'un bois commercialisable soit attendue, exige un sol fertile, profond, frais…
Sinon les saules, les aulnes pour produire un peu de bio-masse ou de BRF.
De quoi rendre plus fertile le haut du terrain de Palim.
Cordialement
JM a écrit le 02/02/2008 20:12 (ref msg # 13379 )
Le peuplier pas en sol asphyxiant, plutôt l'aulne.
patrice a écrit le 02/02/2008 20:39 (ref msg # 13381 )
La question de palim est de savoir quels fruitiers on peut planter dans une zone "pied souvent dans l'eau". Pas comment aménager son terrain pour implanter des fruitiers sensibles ou planter des ornementales.

A cette question, je n'ai pas de réponse, si ce n'est une idée d'investigation :
Du côté de la documentation des porte-greffes fruitiers.

Par exemple, le porte-greffe de pommier "bittenfelder" est indiqué "Compatibles tous sols + Supporte aussi bien l’humidité". Je n'ai pas plus d'informations dans quelles limites il la supporte. Dans ce cas, ca ne colle pas avec sa demande car elle parle d'arbustes, donc fruitiers de petite taille, et bittenfelder est très vigoureux.

Les porte-greffes sont bien documentés quant à leur résistance à l'humidité.
patrice a écrit le 02/02/2008 21:51 (ref msg # 13383 )
l'azerolier supporterait bien aussi les sols humides.
patrice a écrit le 02/02/2008 21:57 (ref msg # 13385 )
aussi le prunellier (avec possibilité d'y greffer dessus des variétés à qualité gustative).
autrevie a écrit le 04/02/2008 08:57 (ref msg # 13464 )
j'ai fait des tranchées un peu partout,ainsi que des bassins de stockage en Amont afin de canaliser les eaux d'hiver,cella a résolut le problème.
Avant je m'inquiétais lorsque je voyais courrire en surface un torrent à travers les arbres
à présent plus de problème,mais cellon les info plus haut;qui me rassurent,il semble que ca passe,mes noyer vivent de belle innondation aussi en bas du terrain,ils vont super bien.
sinon adulte la gunnera bois 500 Litres d'eau/jours un saul 800L/jours tout par en évaporation bien sur.
l'aulne je sais pas mais il dois pomper surement.


greffer.net >> Hors-sujet