Greffer sur des rejets ?

greffer.net >> Greffage

bodile a écrit le 08/01/2008 16:56
Près de chez moi, il y a un verger à l'abandon.
Il possède plein d'arbres de toutes sortes et de plusieurs grosseurs.
Est-il possible de greffer sur des rejets?
Comment voit-on si c'est des rejets?
Merci beaucoup de m'aider!
A bientôt
patrice a écrit le 08/01/2008 18:00
Un rejet est une repousse du porte-greffe.

Cela sous entend que vous avez décapité les arbres et que les porte-greffe repartent?
JM a écrit le 08/01/2008 19:03
Les rejets c'est ce qui repart de la souche d'un arbre coupé. Si c'est de cela qu'il s'agit, on peut les regreffer sur place ou les marcotter pour avoir autant de porte-greffe racinés que de rejets. On peut alors les transplanter.
C'est ce que j'ai fait avec un prunier et un poirier (pg cognassier) que j'avais coupés : ça racine très bien, je vais les greffer ce printemps.
bodile a écrit le 08/01/2008 20:08
Les petits arbres sont à environ 2 mètres des tronc d'arbres.
Comment voit-on si ce sont des rejets?
claudeduvar a écrit le 08/01/2008 20:45
salut! une réponse:si pas loin il y a un arbre qui dépérit, en général il y a une multitude de rejet, pour vérifier tu creuses 30 cm avant le rejet sur la ligne rejet-arbre si tu trouves une racine assez grosse et pas d'autres tout autour alors pas de doute. Ces rejet ne font pas de bons PG
ils drageonnent à leur tour, le système racinaire est mal développé. En plus ils délicat à greffer ( remarque perso). Tu peux couper la racine qui alimente le rejet et attendre une année, en plus pour transplanter l'arbre c'est plus aisé ( dans le sens meilleure reprise), le cerisier sur franc rejette souvent en fin de vie et parfois trés trés loin de ses bases, idem greffé sur merisier.
JM a écrit le 09/01/2008 08:47
Pour préciser les choses en tant que professionnel de la forêt :
le rejet pousse sur la souche ;
le drageon pousse sur les racines.
claudeduvar a écrit le 09/01/2008 21:35
tu as raison employons le mot juste, on s'y retrouvera mieux
bodile a écrit le 10/01/2008 08:00
Donc, ce sont certainement des drageons.
Merci pour vos réponses.
Je ne sais pas si cela se fait d'aller demander et voir si ce sont des drageons.
Le verger est abandonné depuis très longtemps.
autrevie a écrit le 10/01/2008 18:15
parfois pour rajeunir un vielle arbre il convient (en autre) de semer un pépin ou noyaux de son espèce,juste a coté,puis on greffe ce jeune scion par plaquage contre le tronc du vieux,cella lui offre une vigeure superieur.
un drageon ferait il le meme effet? :
claudeduvar a écrit le 10/01/2008 21:19
je sais c'est empirique, quoi que! je préfère les PG issus de semi. les clones d'animaux ne se font pas vieux ils ont en naissant l'age du donneur. et pour Les boutures, rejets, drageons et marcottes! déja qu'en greffant on propage les virus et maladie ne vaut il pas mieux mettre un greffon ayant du vécu sur une entité nouvelle et un peu plus saine!
floyd a écrit le 28/01/2008 20:14
Bonsoir à tous,
Quand on y songe l'apparition d'un drageon sur une racine c'est un incroyable bouleversement biologique:
L'anatomie et la physiologie d'une racine la programment pour être en terre et descendre dans le sol.
Pourtant un jour des cellules se constituent en méristème et se reprogramment pour sortir au soleil en poussant vers le haut.

Le végétal a donc des potentialités que l'animal est loin d'avoir.
Un fragment de méristème suffit en CIV pour reproduire une plante entière. Le méristème a encore un avantage, il est souvent indemne des viroses dégénératives. Les plants "virus free" coutent plus cher mais ils le rendent bien.
Cordialement
claudeduvar a écrit le 28/01/2008 21:01
ah! vaste sujet, je défends l'hypothèse( mais ouvert au débat) du bois racinaire et de l'arbre coloniaire, c'est pas neuf comme idée. chez l'animal d'une seule cellule on arrive à des organes trés diverses ( faut le bon code) chez le végétal c'est un peu différent certes mais tout le potentiel est dans la graine ( la branche, le fruit, la racine) et les "états" sont évolutifs donc à mon avis rien d'extraordinaire qu'une feuille deviennent sépale, un rameau racine et une racine un tronc. pour la culture in vitro j'ai de nombreux amis pépinieristes qui ont laissé tomber: trop cher ( framboisier par exemple) trop dépendant et pas si fiable que ça mais c'est essentiel de temps à temps à mon avis pour repartir sur des bases saines.
floyd a écrit le 28/01/2008 21:30
Bonsoir à tous,
Claudeduvar je te salue,
Rien d'extraordinaire dis-tu? Dans l'éprouvette on met ce qu'il faut (sucres, vitamines, hormones) et le petit bout de méristème (gros comme trois fois rien). Et ça marche. Il y a trente ans j'étais émerveillé, je le suis toujours.

Le "code" sans doute ce subtil cocktail d'hormones qui va bien. Grain de pollen + ovule = graine, ceci pour dire qu'au départ il y a aussi une seule cellule avec tous les programmes.

Là où c'est fort c'est que le végétal parvient sans intervention humaine à déprogrammer les cellules d'organes déjà différenciés. L'animal, il faut des labos pointus et des cellules pas trop compliquées.
@+
Cordialement
André a écrit le 10/04/2012 19:05
parfois pour rajeunir un viel arbre il convient de semer un pépin ou noyau de son espèce juste a coté puis on greffe ce jeune scion par plaquage contre le tronc du vieux, cela lui offre une vigueur supérieure.

Quelqu'un a-t-il déjà tenté cette technique et si oui, est-ce qu'elle fonctionne bien ?


greffer.net >> Greffage