un cognassier remarquable

greffer.net >> Cognassier

ruche34 a écrit le 06/11/2007 14:07 (ref msg # 11774 )
Bonjour,

Je confirme que les coings peuvent se manger cru et non blets !

Voilà mon scoop !

Je suis nouvelle sur le site que j’ai découvert il y a 2 mois. Je suis aussi novice en matière de greffe (pas pris le temps de m’y investir, mais ça fait 10 ans que je m’y intéresse). La bouture, ça marche mieux, mais c’est plutôt du « à la ste catherine, etc ». Par contre, ça fait longtemps que je m’intéresse aux fruitiers, variétés, adaptations aux sols etc.
Bref, si je viens ajouter aujourd’hui mon grain de sel, c’est que je viens de découvrir chez mon voisin un coing ! mais un coing « révolutionnaire », qui m’a changé ma vision des coings ! J’avais un souvenir cauchemardesque du pelage de coing, de la découpe, etc… J’avais découvert la cocotte et le presse purée, mais pour la pate de coing, ça restait long et difficile et avec beaucoup de déchets (ce qui ne m’empêchait pas d’aller en récolter 2 sacs sur des cognassiers abandonnés).
L’autre jour, je ne me suis donc pas trop pressée quand mon voisin m’en a proposé (d’abord je n’avais pas le temps et puis j’avais déjà fait ma récolte – petite- habituelle). Mais quand il me les a donné, … quel parfum !!!!!
Tellement parfumé que je les ai mis à la cocotte le soir même, et là, quelle surprise : des coings qui se coupent facilement !
Passage au presse-purée : pas de déchets et quand je dis pas, c’est que même la peau passe !
Ils étaient tellement parfumé que cru, j’ai tenté d’y gouter. Et je confirme aujourd’hui, j’en ai mangé un entier et il est très bien passé.
Comment je le décrirai : effectivement, il a moins goût de coing, mais on ressentirait ce parfum d’ananas. La texture fait penser à une pomme pas mûre, un peu sèche, pas plâtreuse, mais un peu sèche, mais il est tellement parfumé !. Ils se pèlent au couteau normal, comme une pomme. Les coings sont vert à jaune et la récolte est maintenant terminée (j’ai ramassé les derniers fruits aujourd’hui). Ils auraient plutôt un forme de pomme que de poire, même s’il y a un renflement du coté de la queue.
La variété : inconnue : le voisin a racheté la propriété avec les cognassiers, il y a 10 ans. La maison a été construite en 1980. D’après les arbres, je dirais qu’ils ont été plantés il y a 20-25 ans.

Constat : ce n’est donc pas la nouvelle variété, et ce n’est pas un semis car il y a quand même 4-5 arbres et ont tous le même âge. Ces arbres ne montent pas à plus de 2 m. Ces arbres ont plus de 20 ans (donc la variété ne devrait plus être protégée ?).

Question : Quelle en est la variété ? Je ne sais même pas s’ils sont greffés.

Alors si vous voulez des photos, dites moi lesquelles (et comment je les mets dans le message : je n’ai pas l’ADSL donc c’est long…).

En tous cas, c’est clair que cet hiver, je vais tout tenter : bouturage, rejets au pied etc

A titre informatif je suis dans le sud près de Narbonne (région très ventée, 10 jours à -12°C en 2001, sol argilo-calcaire)

Merci d’avance de vos réponses !
ruche34 a écrit le 07/11/2007 08:16 (ref msg # 11786 )
On ne sent pas tant que ca le coing.
Il est nettement commestible cru.

Il me reste une quinzaine de ces coings : fini la confiture, on les mange maintenant comme des pommes.

A propos du semis de pépins : j'ai lu qque part que les arbres obtenus conservaient assez bien la variété : ça marche ?

Merci d'avance de vos réponses !!!
patrice a écrit le 07/11/2007 08:28 (ref msg # 11787 )
Le coings font partie des fruitiers peu documentés, hélas.
A partir du peu de doc que j'ai, j'ai essayé de comparer le gout, et la puissance du parfum.
La doc que j'ai sur le constantinople n'indique pas quel est la nature du parfum puissant, ni si c'est comestible cru.

J'essaye juste de vous fournir quelques pistes pour que vous puissiez commencer vos recherches
Alex a écrit le 07/11/2007 08:34 (ref msg # 11788 )
Bonjour,

Avez-vous vu mon post sur les cognassiers consommables crus ?

http://greffer.net/forum/viewtopic.php?t...

Trouvaille très intéressante en tous cas

Alex
ruche34 a écrit le 07/11/2007 09:40 (ref msg # 11789 )
Oui !!! mais merci de le rappeler !

Mais ces arbres ont été plantés il y a bien 20 ans et je ne pense pas que le planteur ait été chercher une variété très complexe : les viticulteurs du coin ne vont pas si loin.... et sinon, il l'aurait signalé...
Je pencherai donc pour une variété locale... ou facile à trouver...
mais c'est bizarre que personne ne l'ai plus (+) exploitée en cru... (je n'ai pas vu pour konstantinople) et elle est si facile à cuisiner...
A moins que cela ne soit du au lieu (mais un tel changement... et puis meceux abandonnés à 1 km de là sont... des coings normaux !)

En plus pas de monilia (enfin pas vu : ça aussi j'en ai des souvenirs cauchemardesques de récoltes anéanties) !

Je suis réconciliée avec le coing !
Alex a écrit le 07/11/2007 10:06 (ref msg # 11790 )
S'il reste des fruits, une solution consiste à en envoyer au Centre de Pomologie d'Alès...
Avec un peu de chance vous avez mis la main sur une variété oubliée

Alex
patrice a écrit le 07/11/2007 10:31 (ref msg # 11791 )
Centre de pomologie d'Ales : http://centre.pomologie.free.fr/
patrice a écrit le 09/11/2007 11:17 (ref msg # 11866 )
Renseignement pris auprès d'une personne qui a pratiqué l'aromatnaya, il indique que la description fait bien penser à l'aromatnaya à deux différence pret

- la texture un peu seche
- le puissance du parfum.
ruche34 a écrit le 12/11/2007 12:16 (ref msg # 11926 )
Attention : il s'agit de coing de fin de récolte, mais surtout, je suis dans une région très chaude l'été, et très sèche...
De plus cette année, il n'y a pas eu ni l'orage du 15 août, ni les fortes pluies d'automne et le printemps a été juste (d'ailleurs certains arbres sauvages commencent à apprécier moyennement).

Par contre ce qui m'écarte surtout de l'aromatnaya, c'est que les arbres on 20-25 ans. D'après ce que j'ai compris, c'est une obtention récente et je ne voie vraiment pas qqu'un d'ici allez chercher un arbre fruitier dans un autre pays...
patrice a écrit le 12/11/2007 15:27 (ref msg # 11933 )
Je vois que vous l'avez inscrit dans la bourse. http://www.fruitiers.net/fiche.php?NumFi...
.
ruche34 a écrit le 13/11/2007 10:44 (ref msg # 11942 )
Oui, par contre je ne savais pas donner quel nom : plutôt que Nissan, faudrait mettre "Ensérune" qui est l'ancien oppidum romain d'à côté...

Je suis retournée voir les cognassiers avec décamètre. En fait il y en a 10, plantés à 1 m l'un de l'autre. Il montent en moyenne à 2,5 m, 3 m étant la hauteur maximele. Du coup, ca m'étonnerait qu'il aient été greffés. J pense donc que les rejets doivent être du même type.

Je vais tenter de mettre des photos, mais pas encore eu le temps...

Par contre, je n'arrive pas à accéder au site d'Alès : le site est en travaux ? Avez vous une adresse à aui s'adresser ?
Alex a écrit le 13/11/2007 11:24 (ref msg # 11944 )
Bonjour,

Centre de Pomologie d'Alès
30 rue des Acacias
30100 Alès
Tél. : 04 66 56 50 24
centre.pomologie@wanadoo.fr

Selon leur activité, ils mettent parfois un peu de temps à répondre aux e-mails. Perso je leur avait tél. avant de leur envoyer un colis.

Alex
ruche34 a écrit le 04/01/2008 15:20 (ref msg # 12507 )
Suite de l'histoire :
Je viens de recevoir la réponse d'Alès. Un peu déçue....

"Il s'agit d'un variété appelée Coing Commun, synonyme Coing de Provence (IC : 8/10). Cette espèce, caril s'agit bien plus d'une espèce que d'une variété, est très répendue dans le sud de la France, car elle est bien adaptée à la sécheresse. Elle sert souvent de porte-greffe pour le poirier (surtout les formes palissées). L'arbre à port buissonnant produit peu mais généralement les fruits sont très odorants et recherchés pour les confitures, compotes et pâtes de fruits."

Suit une description que j'ai essayé de joindre.

Au niveau dimension, ca cadre... parfaitement...
Dans la description il disent "saveur agréable, légèrement âpre" : ca pourait donc être ce que j'apelle "comestible cru", mais dans la descriptions des autres, ce n'est même pas cité, cette apretée : c'est cru ou cuit ?

Je vais quand même essayer de joindre quelques uns de ceux qui ont ici cette variété au moins pour voir si la découpe facile et ce goût cru est spécifique au clone que j'ai ou bien à l'"espèce" de provence entière.
Pourtant, vraiment je les trouvaient moins parfumés "coing", plus parfumés ananas (et je n'étais pas la seule, mais quand on cherche un parfum,... on le trouve...), et tellement plus faciles à couper.

En tous cas, cela confirme : ca ne doit pas être une variété greffée : je peux donc prélever des rejets, si ca intéresse encore quelqu'un... et il se bouture bien sinon...

Faudrait changer le titre du post... et la fameuse variété, la supprimer, et rajouter en synonyme du coing commun, "coing de Provence".

Voilà donc...

patrice a écrit le 04/01/2008 16:10 (ref msg # 12508 )
"ruche34" a écrit :
et la fameuse variété, la supprimer, et rajouter en synonyme du coing commun, "coing de Provence".


je l'ai mise en "echange interdit" pour qu'elle paraisse invisible le temps que ce soit éclairci...
claudeduvar a écrit le 04/01/2008 19:17 (ref msg # 12511 )
il y a la sélection clonale du cognassier de provence qui sert de PG mais il s'agit aussi d'une variété populationet à ce titre tout les espoirs sont permis. lou coudounier comme on dit ici en provence ns s'achète pas on le récupère par marcottage et on se le passe entre génération et famille il est assez stable sur la forme des fruits et la date de maturité et cela même par semis mais il y a des differences sur la texture, je l'ai constaté. du fait qu'en général on le fait cuire on y prête peu d'attention. donc acte surtout que je n'ai jamais identifié des coings de provence bons à consommer crus il faut dire que par habitude on ne teste jamais cette particularité.
Alex a écrit le 04/01/2008 20:53 (ref msg # 12512 )
Bonjour,

Merci beaucoup de nous avoir tenu informé des suites...

S'il s'agit de la sous-espèce coing de Provence, Cydonia oblonga ssp. 'Provence' (?), comme le laisse supposer la réponse du Centre d'Alès, il existe une diversité génétique entre les arbres plantés en France. Par exemple, chez le particulier ou le pépinièriste, les plants sont directement issus de semis ou ils ont semés puis multiplié par bouturage. Et la variabilité au sein d'une espèce (via la reproduction sexuée) est la source des cultivars de fruitiers . Si on excepte la mutation de bourgeons, les maladies virales et les chimères; je pense que le semis (simple ou dirigé : hybridation, colchicine, etc.) est à l'origine de tous les cultivars de fruitiers existants. Donc, comme le rappelle Claude, "tous les espoirs sont permis"

Je ne me souviens pas d’avoir vu des photos ou des caractéristiques précises (taille poids) dans la bourse, mais tous ces renseignements peuvent être utiles. Pour aider à reconnaître un cultivar existant ou pour motiver les amateurs à adopter ce qui peut devenir un cultivar (à l'exemple du néflier Mespilus germanica 'Délice de Vannes' http://www.fruitiers.net/fiche.php?NumFi... ).
ruche34 a écrit le 05/01/2008 09:04 (ref msg # 12513 )
Bon, alors j'ai contacté tous ceux de la bourse qui avaient du cognassier commun en "disponible". Ils ont presque tous répondu, déjà ! et je les en remercie ! J'ai bien retrouvé dans les descriptions ma conception initiale du coing : "même trop mûr il est encore difficile de le couper avec un gros couteau de cuisine. Je pense donc qu'il n'est même pas envisageable de le manger cru !". (d'ailleurs moi même je ne l'ai testé qu'après avoir suspecté l'aromatnaya !

Pour ce qui est de la variété, la plupart ont nommé "coing commun" car variété inconnue....

Ce qui me déçoit un peu, c'est qu'Alès n'ait pas été intéressé plus : j'aurait pensé que ça pouvait être intéressant, et c'est pour celà que je me demande si ces coings sont vraiment différents. Mais j'arrive vraiment à les peler comme une pomme, et c'est vraiment pratique !

Je vais contacter quand même ceux qui l'on en "indisponible" !
patrice a écrit le 05/01/2008 09:11 (ref msg # 12514 )
"ruche34" a écrit :
Ce qui me déçoit un peu, c'est qu'Alès n'ait pas été intéressé plus


Aux dernières nouvelles, il y a des changements "d'orientation" au centre de pomologie d'Alès, le fondateur (celui à l'origine de la collection de fiches variétales, et qui se chargeait des identifications) n'y exercerait plus.

Pour ma part, je suis toujours preneur pour tester la variété, tel qu'on l'avait convenu.
Alex a écrit le 05/01/2008 10:42 (ref msg # 12516 )
"patrice" a écrit :
Pour ma part, je suis toujours preneur pour tester la variété.


Idem Un greffon ou un rameau à bouturer ! Il ne faut pas laisser cette plante se perdre ou retomber dans l'oubli dans que les choses ne seront pas éclaircies...

Le coing est un des premiers arbres fruitiers à avoir été domestiqué; et pourtant, encore aujourd'hui, il en existe très peu de cultivars vraiment répandus * et certains sont assez mal renseignés, même dans des centres pomologiques aussi important que celui de Catoire (d'autant que, comme le souligne Patrice, ils sont en pleine réorganisation et j'ai l'impression qu'ils ne se consacrent que distraitement recherches et aux identifications ces derniers temps...)

Si vos plants ont une vingtaine d'année, il est très peu probable qu'il s'agisse d'un des cultivars récents connus. Toutefois, comme évoqué par mp, vos observations sur les cognassiers de votre voisin font fortement penser à l'Aromanaya ( https://www.greffer.net/forum/viewtopic.... ) : parfum d'ananas; résistance aux maladies; maturité en octobre; possibilité de manger cru (avec sur ce point une controverse : blet ou non ?).

Sinon...

Le cultivar 'Morava' est réputé facile à peler, mais c'est aussi un récent cultivar (Yougoslavie). Fruits env. 335 g.

Le cultivar 'Orange' (syn. 'Apple quince'='Pomme coing') est réputé être à chair très tendre (fruits ronds env. 450 g). Je ne sais pas depuis quand il est cultivé.

Reste le 'Vranja', plus courant et répandu (fruits pyriformes très gros), qui est réputé être "à chair plus tendre que les autres cognassiers".

Vos 5 cognassiers peuvent être...
- un cultivar connu (mais non reconnu +wink+ )
- des boutures / greffes d'un cognassier de Provence (ou un 'Vranja', par exemple) particulier inconnu ou oublié
- issus de semis (de 'Provence' ou 'Vranja', par exemple) et trouvant chez vous des conditions idéales de maturation des fruits.
- ?

Il serait intéressant de poursuivre vos recherches cette année, en cherchant à compléter une fiche de reconnaissance. Couplée à des photos de faces et coupes, ces informations permettent de bien définir et caractériser un cultivar (qu'il soit connu ou nouveau)

Forme arbre : plein vent, etc.
Point de greffe visible ?
Date floraison
Date maturité
Date conservation
Description du fruit : couleur, calibre, peau, pédoncule, Œil ("cul")
Goût
Appréciation
Divers


* Sur http://www.agroforestry.co.uk/ansample.h... , description des cultivars suivants de Cydonia oblonga : Bereczcki (syn. Vrajna), Champion, Cooke’s Jumbo (Syn. Jumbo), Dwarf Orange, Gamboa, Le Bourgeaut, Lescovacz, Ludovic, Maliformis, Meeches Prolific, Morava, Orange (Syn. Apple quince), Perfume, Pineapple (syn. Aromatnaya ? et donc originaire de Russie et non de Californie ?), Portugal (Syn. Lusitanica), Siebosa, Smyrna, Van Deman, Vrajna (Syn. Bereczcki). Certains ont l'air très intéressant !
Voir aussi http://www.ars-grin.gov/cor/catalogs/cyd... pour avoir des informations sur d'autres cultivars (un peu plus long à accéder).
JM a écrit le 05/01/2008 11:21 (ref msg # 12518 )
je suis toujours "OK" pour tester ce cognassier avec 2 ou 3 boutures.


greffer.net >> Cognassier