lutte contre le carpocapse

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


sapindo a écrit le 30/05/2007 08:09 (ref msg # 8955 )
Le capocapse est une véritable plaie et avec le réchauffement, ça risque de ne pas s'améliorer.
Les pièges à phéromones donnent des résultats peu probants.
Le problème étant de trouver le bon moment pour les placer et d'éviter les temps pluvieux et venteux qui risquent d'amener l'eau à ruisseler à l'intérieur du piège: ce dernier problème serait-il la cause principale d'une moindre efficacité?
Existe t il des moyens de lutte naturels plus efficaces?
Quel est le prédateur naturel du carpocapse qu'il conviendrait d'attirer au verger?
patrice a écrit le 30/05/2007 08:48 (ref msg # 8962 )
Après quelques recherches, les prédateurs du carpocapse de la pomme sont principalement:

- les chauves souris
- le pic et la mésange bleue

Sinon il existerait un virus spécial carpocapse, "le virus de la granulose" (carpovirusine), a pulveriser toutes les semaines.

- traitements d'infusion ou purin d'absinthe, infusion d'ortie, macération de rhubarbe.. si c'est aussi efficace en répulsif que l'ortie contre les pucerons, on ne fera quelques essais séparés avant de perdre toute sa récolte.

J'ai de la chance, je n'ai pas encore de pommier touché par ce prédateur.
Irinenn a écrit le 02/03/2018 23:14 (ref msg # 62356 )
patrice post_id=8962 time=1180507718 user_id=2 a écrit :

Après quelques recherches, les prédateurs du carpocapse de la pomme sont principalement:

- traitements d'infusion ou purin d'absinthe, infusion d'ortie, macération de rhubarbe.. si c'est aussi efficace en répulsif que l'ortie contre les pucerons, on ne fera quelques essais séparés avant de perdre toute sa récolte.



je rebondis sur ce message quelques années après, je me suis créé un petit mnémotechnique pour se prémunir ou lutter contre le Carpocapse:

Capucine
Absinthe
Rhubarbe
Plantain
Ortie

A utiliser en plante de compagnonnage ou en pulvérisation foliaire au moment opportun
ge13 a écrit le 03/03/2018 08:29 (ref msg # 62359 )
Bonjour,

Perso j'utilise des filets que je place sur les arbres (pommiers, cognassiers)fin mai et ne les ôte qu'après la récolte.

Ces filets étant un peu gênants et peu esthétiques, j'aimerais les retirer plus tôt, quelqu'un sait-il à quelle période le papillon carpo cesse de pondre dans les fruits?
ké20 a écrit le 03/03/2018 10:06 (ref msg # 62362 )
la liste est encore plus longue Yann ( Voir vidéo de La forêt Nourricière )
Il y a les plantes mais aussi les auxiliaires comme le note Patrice

Il cite environ 20 auxiliaires .... dont certains qu'on ne soupçonne même pas et que "l'on" détruit ... (pas tout le monde heureusement)
Notamment le Perce-oreille (forficule) , qui est un insecte qui chasse la nuit ! C'est un gros mangeur de pucerons aussi tout comme les espèces de Mille-pattes présents en sous-sol et que les labours détruisent...
Les abris à Insectes sont faciles à réaliser.

parmi les hyménoptères , nombreux sont les alliés des arboriculteurs et jardiniers.
il y a les Ichneumons et les abeilles (autres que domestiques) qui font un travail remarquable.
Irinenn a écrit le 04/03/2018 13:02 (ref msg # 62384 )
Effectivement obtenir l'alchimie nécessite de faire confiance à la nature et à ses forces vives en limitant au maximum notre impact sur elle.

Par contre il y a des choses qui m'interpellent je lisais dans le livre "pratiquer la biodynamie" de Maria Thun dans sa section verger qu'il est nécessaire de nettoyer les arbres de leur lichens et bois morts qui abritent les parasites. Sauf que ces lichens sont aussi indispensables aux arbres et agissent bénefiquement par symbiose avec eux au même titre que les mycorhizes. Idem des bois morts.

J'ai personnellement remarqué depuis plusieurs années que les arbres nettoyés de leurs bois morts étaient revigorés et fructifiaient mieux (j'en laisse environ 20%), j'ai aussi fais des nettoyages de lichens mais en me disant que c'était une connerie...du coups j'attends de voir si la santé de l'arbre (énorme pommier en palmette du début XXème qui ne fructifie plus depuis 10 ans)

Pour en revenir au CARPOCAPSE, peut être faudrait il avoir du pommier sauvage en alternance avec les pommiers à couteau dans le même verger et pratiquer l'association de plantes que j'ai cité plus haut au pied de chaque pommier à couteau et réaliser quelques pulvérisations de ce même coktail en jus frais au moment opportun, en tout cas c'est ce que je fais dans mon très jeune verger. J'associe également au pied de chaque arbre nouvellement planté une vingtaine de plantes voire plus.
François du Perche a écrit le 04/03/2018 16:40 (ref msg # 62389 )
les chauves-souris sont un prédateur redoutable pour les papillons de nuit, mais comment faire un élevage de pipistelles ?
claudeduvar a écrit le 04/03/2018 17:00 (ref msg # 62391 )
c'est un question super intéressante car elle est précieuse, j'ai rencontré un spécialiste qui était venu me voir pour me demander sur un territoire donné si je connaissais des anciens moulins des ponts, des ruines etc et il y posait un récepteur de fréquences pour vérifier leur présence. Je l'ai accompagné et il me disait qu'en grande culture ou dans des espaces homogènes elle ne pouvait pas se repérer, il lui faut des haies assez rapprochées pour lui renvoyer son écho, le bocage est idéal par exemple.
klakos a écrit le 04/03/2018 18:02 (ref msg # 62392 )
Souvent je me dis puisque les chauve-souris viennent chasser au crépuscule autour des lampadaires, que la solution résiderait dans l'installation d'un système solaire.
Un petit système vendu "à quatre sous" qui éclaire jusque dans le milieu de la nuit. En été, cela devrait marcher...
François du Perche a écrit le 04/03/2018 18:15 (ref msg # 62393 )
ça semble une bonne idée de mettre des petits lampadaires à leds au milieu des pommiers pour attirer les insectes nocturnes (y compris carpocapses) et donc les chauve-souris. Quelqu'un a déjà dû essayer. On doit pouvoir trouver des petits lampadaires avec batterie rechargeable, ce serait + puissant (et + efficace) que des lampes solaires.
François du Perche a écrit le 05/03/2018 10:39 (ref msg # 62403 )
https://www.amazon.fr/Projecteur-Recharg...
Sept heures d'autonomie, ça doit aller.
ké20 a écrit le 07/03/2018 09:35 (ref msg # 62427 )
non , vous faites fausse route avec les lampadaires !
Il est démontré que c'est particulièrement nocif pour les oiseaux diurnes qui n'ont plus de cycle de vie normal .
des articles , il y en a en pagaille sur ce sujet .
https://www.science-et-vie.com/nature-et...

Concernant les chauves souris , pipistrelles , rhinolophe , vespertilion , Murin , Oreillard , sérotine , noctule.... il est facile de leur créer des abris , de nombreux tutos expliquent les systèmes.
Les particuliers ont plus d'impact pour la faune et flore que les pro qui ont un objectif de rentabilité pour vivre ou survivre ...
https://www.youtube.com/watch?v=irt9rxsG...

http://www.dsne.org/category/nature-42/f...
http://www.dsne.org/2006/04/12/comment-c...
François du Perche a écrit le 07/03/2018 10:27 (ref msg # 62434 )
non , vous faites fausse route avec les lampadaires

Il ne s'agit pas d'illuminer la campagne, simplement de créer quelques zones avec un halo lumineux très ponctuel.
Il y a aussi le "grille-pain" qui électrocute les moustiques et papillons nocturnes attirés par la lumière noire émise par l'engin (qui nécessite d'être branché sur le secteur.
claudeduvar a écrit le 07/03/2018 13:01 (ref msg # 62437 )
Je partage l'avis de Ké20, la chauve souris existait bien avant EDF et les panneaux solaires, les lampadaires concentrent les insectes et les prédateurs, c'est pas très bio diversité
Irinenn a écrit le 07/03/2018 21:07 (ref msg # 62443 )
Chez moi j'ai des chauves souris en pagaille à la tombée de la nuit et plus particulièrement autours de mon Pommier (face à la maison, les chauves souris profitent de la lumière chez moi) Reinette du Canada infesté par le Carpocapse. je ne suis pas certain que la chauve souris suffise à réduire la forte pression du Carpocapse.
clow a écrit le 08/03/2018 00:51 (ref msg # 62445 )
Alors voyons voyons.

Pour évité la niche au sol des carpo les plantes compagnes et un paillis ou lit de cendre ( facultatif ) m'a donné des résultats intéressant mais je suis pas certains que le résultat vienne uniquement de là.

Pourquoi le paillis car ils génère un lieu ou la faune y est bien plus importante et les auxiliaire aussi du coup c'est parfais sans compté les poules qui réalise aussi un bon nettoyage.

Ensuite lit de cendre les insectes n'aiment pas vraiment à réservé aux arbres bien implanté.

Sinon les traitements je trouve que dans un premier temps oui ensuite cela doit être les auxiliaires qui font le travail car combien d'ortie ( plante comestible et artisanal textile ) et autres du genre doit on utilisé pour des pommes ?

Doit on utilisé de la nourriture pour généré de la nourriture ?

ATTENTION discours à lire calmement

Donc je pense que les auxiliaires sont les premiers à lancé en avant ( MARCHE ) dans le système à mettre en place pour faire fructifier nos affaires.

Ensuite force est de constaté qu'un traitement demande du temps de préparation, du travail, et représente une perte alimentaire dans certains cas, alors que le migrant auxiliaire ( chauve souris ) ne demande qu'à trouvé refuge dans un lieux propice pour ses maigres demande de gîte, de couvert, et réalisera le travail qui nous fatigue naturellement .

Faut de tout pour faire un système efficace des ouvriers ( abeilles, coccinelles, chauve-souris ) , des producteurs ( pommiers, poiriers etc ) des ouvriers spécialisé dans le nettoyage ( poule, champignon, même limace ), et n'oublions pas quelques boucs émissaire, eux ils sont important pour que d'autres puissent profité pleinement et nous faire profité ensuite ( et ne me dites pas que les oeillets d'inde on s'en sert pas ainsi pour attirer les limaces, qui elles attirerons d'autres alliés ) .

Oh c'est vrai que si on regarde notre petit monde d'un peu plus près on est un peu des rois qui doivent gérer une société aux multiple facettes.

Sans compter que finalement on peu tous les taxer et jouer aux (......) tiens la poules nettoie le terrain, tien la poule fait du fumier ( le fumier produit du travail et de l'alimentation de la poule + valeur ajouté ), tien la poule pond des oeufs, tien la poule maintenant c'est l'heure de te faire plumé .

Des comme elles, il y en a pas mal dans notre société verger.

Notre agriculture pourrais fortement apprendre de nos politiciens hors pair ( attention pour comprendre la stratégie faut prendre de la hauteur et voir les choses de manière différente ) et vice versa bien entendu aussi car aucun n'est parfait.

N'oublions pas surtout tout les casse croûte qu'on balance de nos jours par moeurs à revoir, ou à cause de goût complètement déformé.

Bref des exemples dans notre société à appliqué dans notre conception de travail ils y en a foule quand on regarde les diverses stratégie mise en place tout au long de l'histoire.

Au lieu de voir notre terrain comme notre lieu de travail fatiguant et point à la ligne, regardons le plutôt comme un royaume à dirigé peuplé de créatures en tout genre qui travaillent à notre service et font dorer notre blason si toutefois on s'en sort bien dans notre rôle de chef diplomate .

Franchement je veux bien développé davantage en mp car certains sujets associé n'on pas leurs place ici.
arti a écrit le 12/03/2018 07:12 (ref msg # 62483 )
Bjr
connaissez-vous cette méthode
Des pulvérisations de sucre pourraient permettre de traiter , dans les cultures de fruits , en limitant les dégâts causés par certains ravageurs comme le carpocapse.
A+
patrice a écrit le 12/03/2018 12:32 (ref msg # 62484 )
arti post_id=62483 time=1520835162 user_id=32966 a écrit :

Bjr
connaissez-vous cette méthode
Des pulvérisations de sucre pourraient permettre de traiter , dans les cultures de fruits , en limitant les dégâts causés par certains ravageurs comme le carpocapse.
A+


Bonjour.
Oui, cela a été développé par l'INRA (Sylvie Derridj - Inra de Versailles), déjà indiqué sur ce forum. (non testé à ce jour pour ma part). http://www.agrapresse.fr/du-sucre-de-l-a...
François du Perche a écrit le 12/03/2018 14:45 (ref msg # 62486 )
Des études plus récentes ont montré que les carpocapses (mâles ET femelles) sont attirés par l'ester de poire.
https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j...
Donc on doit pouvoir les attirer dans des pièges traditionnels (où ils se noient) ou dans des pièges à glu.
Pour les pièges-bouteilles, il faudrait trouver un liquide qui contient de l'ester de poire : peut être la Williamine, en en ajoutant un peu dans l'eau, ça devrait marcher, ou il faudrait demander aux distillateurs leurs alcools de tête qu'il jettent quand ils font de l'eau de vie de poire. Ou peut-être les alcools de tête du calvados, mais il faudrait un chimiste qui nous dise la composition de ces alcools de tête qui sont des esters impropres à la consommation mais qui feraient peut-être merveille contre les carpocapses. Et contrairement aux phéromones, on piègerait les femelles, ce sont elles qui pondent les oeufs.
François du Perche a écrit le 12/03/2018 14:58 (ref msg # 62487 )
Pour fabriquer de l'ester de poire synthétique, ça semble être une réaction d'estérification classique avec de l'acide éthanoïque (= acide acétique) et de l'hexanol. Et peut-être pas besoin de séparer les composants en fin de réaction pour que ça soit efficace.
https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j...


greffer.net >> Hors-sujet