Le marcottage couché

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Multiplication végétative


Maxime Leloup a écrit le 05/03/2011 09:47 (ref msg # 29713 )
Tout d'abord c'est une expérience. Ce qui m'intéresse le plus, ce sont les plantes sauvages ou poussant dans cet état, c'est à dire ni assisté ni faible (le cas de la plupart de nos espèces domestiquées), ce dont je ne souhaite pas me nourrir. Il y a trois approches possibles.

-Se contenter de ce qui pousse à l'état sauvage (qui a déjà beaucoup de qualités trop peu appréciées à leurs juste valeur),
-Essayer de sélectionner (critères classiques goût, taille des parties à récolter, absence de préparation etc... vous les connaissez sans doute autant que moi) à partir de graines en les maintenant dans cet état sauvage (après tout, c'est un critère de sélection comme un autre),
-Essayer de partir de sélections déjà faites pour les adapter à l'état sauvage (indépendant et vigoureux). (multiplication végétative ou semis, ce dernier je n'y pense pas pour les arbres fruitiers)

C'est la troisième approche que j'expérimente. Je n'assisterai pas ceux qui ne rentrent pas dans les critères. Il y a aussi un texte intéressant ici (vous connaissez sans doute déjà cette page) : http://www.cooltemperate.co.uk/own_root....
Reste à voir le résultat matériel. Je ne dis pas que ça va marcher, je me contente d'essayer.

L'intérêt est d'avoir plusieurs marcottes en une opération, et je ne vois pas comment conserver les caractéristiques en me passant du greffage sans bouturer (ça c'est une autre expérimentation à mener). Vos suggestions sont les bien venues si vous en avez.

Bien cordialement.
floyd a écrit le 05/03/2011 13:17 (ref msg # 29716 )
Je perçois bien le sens de ta démarche, à la fois dans ses aspects de spiritualité et dans ses considérations pragmatiques.

On se contentera de répondre sur la partie technique…
1 - le sauvage, les cueillettes et les glanes sont négligés et c'est dommage.

2 - la sélection à partir de semis non dirigés et en place (franc de pied= Own Roots = OR) réclament du temps, de l'espace et de la patience.

3 - la multiplication végétative de variétés jugées stables et performantes, par bouture et ou marcotte puis leur mise "en non culture" est effectivement un pari à tenter.

C'est plutôt recommencer cette suite de tentatives, d'échecs et de réussites qui a structuré la science arboricole depuis les siècles derniers.

A quelle échelle comptes-tu mener tous ces essais: par dizaine, par centaines ou par milliers de plants? Quels seront les délais "raisonnables" de ce travail gigantesque?
François du Perche a écrit le 07/03/2011 12:33 (ref msg # 29734 )
état sauvage (indépendant et vigoureux).

quelques réflexions sur cet "état sauvage" qu'on a tendance à sublimer comme on l'a fait il y a 250 ans avec le mythe du bon sauvage qui a généré au final.....des "sauvageons".
Dans la nature (monde végétal), et on le voit très bien en sylviculture à grande échelle, beaucoup d'individus sont médiocres, fourchus ou tordus. Il faut des millions de petits chênes à l'hectare pour en obtenir une centaine de corrects, en éliminant sans scrupule tous les canards boiteux au fil des décennies. Dans une population naturelle de frênes, si on laisse faire la nature, ce sont tous les fourchus très vigoureux (les "loups") qui étoufferont les sujets d'exception et d'avenir et les empêcheront de croître. Se refuser à intervenir en laissant prospérer les plus vigoureux au détriment du droit des minorités, c'est l'inverse de l'effort de milliers d'années de civilisation et d'intelligence.
En poussant le principe à l'extrême, nos forêts ne seraient que de gigantesques ronciers et massifs de lianes.
Maxime Leloup a écrit le 07/03/2011 14:34 (ref msg # 29735 )
"floyd" a écrit :
C'est plutôt recommencer cette suite de tentatives, d'échecs et de réussites qui a structuré la science arboricole depuis les siècles derniers.

A quelle échelle comptes-tu mener tous ces essais: par dizaine, par centaines ou par milliers de plants? Quels seront les délais "raisonnables" de ce travail gigantesque?


Pour l'instant une petite dizaine de pieds récupérés. Mais je suis bien conscient qu'obtenir un résultat peut prendre des dizaines d'années. Malgré tout je ne peux pas m'empêcher d'essayer. Ce qui manque, c'est les étapes intermédiaires qui n'ont pas été conservées entre le "sauvage" et le domestiqué actuel. D'ailleurs au passage quand on se penche sur la différence entre sauvage et domestiqué, il n'y a pas de rupture entre les deux, mais plutôt une continuité entre deux "pôles". Mon idée est d'explorer cette continuité.

quelques réflexions sur cet "état sauvage" qu'on a tendance à sublimer comme on l'a fait il y a 250 ans avec le mythe du bon sauvage qui a généré au final.....des "sauvageons".
Dans la nature (monde végétal), et on le voit très bien en sylviculture à grande échelle, beaucoup d'individus sont médiocres, fourchus ou tordus. Il faut des millions de petits chênes à l'hectare pour en obtenir une centaine de corrects, en éliminant sans scrupule tous les canards boiteux au fil des décennies. Dans une population naturelle de frênes, si on laisse faire la nature, ce sont tous les fourchus très vigoureux (les "loups") qui étoufferont les sujets d'exception et d'avenir et les empêcheront de croître. Se refuser à intervenir en laissant prospérer les plus vigoureux au détriment du droit des minorités, c'est l'inverse de l'effort de milliers d'années de civilisation et d'intelligence.
En poussant le principe à l'extrême, nos forêts ne seraient que de gigantesques ronciers et massifs de lianes.


Je ne suis pas dans le mythe, je me base sur les données scientifiques au sujet des plantes sauvages, que je connais bien, c'est mon travail. Il ne s'agit pas de sublimer mais de se baser sur des données fiables, ce que peu de monde veut faire quand on aborde certains sujets. Je ne me refuse pas non plus à intervenir, puisque je ne me limite pas qu'aux espèces sauvages ou "purement" dans cet état (dans ce cas je ne serai jamais venu sur ce forum). Simplement je ne veux pas d'assistanat, ce qui est différent.

Vous dites "dans la nature". Il n'y a quasiment pas de nature sauvage ici en France (en particulier dans le Perche), plutôt de la campagne, un paysage (et un sol) modifié depuis plusieurs milliers d'années par l'activité humaine (2500 ans environ ici en Basse Normandie d'après les relevés de pollens). Y compris en forêt, qui est plus un "champ de blé" à l'échelle de 40, 50, 100 ans voire plus.

D'autre part, je ne peux que vous conseiller d'ouvrir un livre d'écologie (la science, pas le mouvement politique) à la page des successions végétales, pour voir que les ronciers et autres dont vous parlez ne sont qu'une étape, à défaut d'aller voir sur le terrain (en Europe de l'est principalement). D'autre part ce serait aussi l'occasion de constater que tout n'est pas "difforme" dans ces lieux, à condition d'avoir envie d'observer (certaines forêts d'Europe de l'est en témoignent bien). Sur ce sujet le dernier livre de Jean Claude Génot est intéressant.

Sur ce, je ne pourrai pas répondre puisque d'ici quelques jours je pars à l'étranger dans l'un de ces lieux...
Bien à vous.
Maxime
floyd a écrit le 07/03/2011 15:06 (ref msg # 29736 )
Salut Maxime Leloup,
Sans préjuger de la suite que donneras Patrice à cette discussion un peu hors des sujets habituels de son forum, je serai ravi d'en savoir plus sur ton travail et sur ce projet qui visiblement te passionnes.

Je souscris tout à fait aux quelques informations que tu as déjà donné. (paysage et sol anthropomorphes, climax, et dynamiques des populations végétales, sciences écologiques… ) Nous avons sans doute en commun quelques amis par les membres de la Sepenes.

Et merci d'avoir pris la peine de présenter ta démarche scientifique.
Bon voyage et à bientôt dès ton retour de l'étranger.
pierreg a écrit le 11/01/2021 04:13 (ref msg # 68525 )
Salut Maxime Leloup,
Je me demande où tu en es des expérimentations presque 10 ans plus tard?

Quelqu un à t il eu des nouvelles?

As tu réussit à marcitter tous types de pommiers comme le fait Phil Corbet en Angleterre?

En espérant ta réponse

Pierre


greffer.net >> Multiplication végétative