Anomalie de croissance sur semis de tomates.

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Plantes potagères


patrice a écrit le 07/06/2020 10:42 (ref msg # 67351 )
Bonjour.

J'ai mis un lot de graines de tomates (variété non hybride), de ma propre récolte, fraîches, au réfrigérateur l'an dernier, afin de comparer si cela modifiait le comportement (taux de germination...) par rapport à des graines conventionnellement conservées.

Il s'avère un très grand nombre de difformités (ne pas tenir compte de l'aspect tacheté des feuilles du en partie à quelques brûlures de soleil ce n'était pas présent en début de croissance, ce lot manifestement problématique a été négligé en soins de ce fait).

N'ayant pas fait plusieurs lots, je ne peux donc affirmer un lien de cause à effet ou le caractère reproductible du phénomène, d'autant plus qu'il est référencé la possibilité de congeler des semences pour augmenter leur durée de conservation (ce qui le laisse donc dubitatif quant à une influence électromagnétique imputable au réfrigérateur).

Je peine à trouver une explication au phénomène présent. Les autres semis conventionnels ayant eu une homogénéité et comportement normal en terme de croissance (l'unique grand plant de la photo de groupe représente la croissance normale par rapport aux autres lots). Si vous en avez une...











floyd a écrit le 08/06/2020 17:02 (ref msg # 67358 )
4 sur 6 godets montrent des plants uniquement dotés de leurs deux cotylédons.
Les deux autres, ont produit une ou deux feuilles.
On peut craindre une atteinte du méristème apical.
Dans le substrat on imagine que les racines ont un peu de développement… ce qui laisse penser que le méristème des racines est fonctionnel, mais cela pourrait être observé. Un défaut pourrait fournir un début d'explication.
Reste à savoir pourquoi les cellules des méristèmes ont mal résisté au froid qui n'a pas tué la graine.
Quelle a été la température de conservation ?

Accessoirement, peut-on exclure la responsabilité de quelques gastéropodes?
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 08/06/2020 17:04 par floyd
patrice a écrit le 08/06/2020 18:21 (ref msg # 67361 )
Bonjour.

Les graines ont été pré-traitées par trempage dans l'eau lors de leur extraction du fruit à la récolte (jusqu'à l'obtention de moisissures puis nettoyage, ce que je fais habituellement avec mes semences de tomates). Aucun traitement n'a été appliqué sur la semence (anti fongique...). Séchage à l'air libre.
Ensuite, aussitôt, et ce jusqu'au semis, les graines ont été mises dans le bac à légume du réfrigérateur, là où habituellement je les conserve en sachet papier à température ambiante.
floyd a écrit le 08/06/2020 19:08 (ref msg # 67363 )
Donc un froid entre 4 et 6°C, qui n'a en principe rien d'insupportable pour des graines de tomates. On a tous vu émerger du tas de compost, des pieds vigoureux après des hivers rudes.
Le reste de la procédure parait tout à fait standard, rien qui fournisse une piste.

L'hypothèse d'un micro-ravageur, petites limaces grises des champs, noctuelles… bien que les traces soient en principe visibles ou différentes.
Si tu disposes d'une loupe binoculaire, Patrice, je ne vois plus que ça à te suggérer.
patrice a écrit le 09/06/2020 21:54 (ref msg # 67370 )
Un seul plant a eu une taille normale pour le lot. Ensuite soit des cotylédons mais plus gros et épais et diformes par rapport à un cotylédon de croissance normale. Entre certains cotylédons rien, entre d'autres une boule ou des sortes de filaments verts. Ou bien des plants qui ressemblent à un semis de tomates en cours de développement mais nain par rapport au plant normalement développé. Cela presque deux mois après germination.
J'ai tenté de faire des photographies rapprochées de tout cela, au cas où cela puisse évoquer quelquechose. C'est peut-être une anomalie courante, je n'ai pas fait de recherches documentaire.









Sur cette photo on voit bien que le cotylédon n'a pas sa forme lancéolée, il n'est pas symétrique, presque "torturé", il semblerait même distinguer des grosseurs dans la surface de la feuille.




Au coeur ce celui-ci, pas de boule ou de filaments vert




En bas à droite à côté du semis, j'ai prélevé et posé le cotylédon d'un plant de croissance normale pour comparaison























Message modifié 2 fois ; la dernière fois le 09/06/2020 21:55 par patrice
floyd a écrit le 09/06/2020 23:24 (ref msg # 67372 )
Merci pour ces gros-plans.
Des cals comme on peut en voir en CIV, un développement anarchique des cellules… voilà ce que cela m'inspire.
Mais ça ne donne toujours pas la cause de ce trouble physiologique ou phytopathologique.
Je n'ai plus de contact au CTIFL (retraite) mais je suppose que leurs spécialistes pourraient être curieux de tes images.
Je trouve sur le site web, l'un d'entre-eux… je vais tenter un mail.
http://www.fruits-et-legumes.fr/Pages/Ct...
patrice a écrit le 11/06/2020 10:45 (ref msg # 67375 )
Théoriquement, j'écarte la possibilité du nématode, car il est souvent associé à un feuillage jaune, je n'ai pas encore sacrifié un plant pour regarder si des sortes de nodules caractéristiques au niveau racinaire, car je suis curieux de voir comment ils évolueront dans le temps. La documentation que je trouve sur le nématode de la tomate montre surtout des plants adultes. Cela affecte le système racinaire et le développement, mais de là à aller sur jeunes plants créer des difformités et anomalie "monstrueuses", ... J'ai pensé à un micro organisme qui aurait mangé l'extrémité apicale en formation entre les deux cotylédons empêchant le développement vertical avec des sortes de phénomènes "stipulaires" latéraux (je ne sais même pas si cela a une réalité biologique car je n'y connais rien en biologie) compensatoires, mais dans le lot il y a aussi des plants qui sont nains. Je n'imagine pas un phénomène de rayonnement de puissance telle, en milieu domestique, pouvant altérer génétiquement une semence, quoiqu'une petite graine puisse être fragile.

J'ai semé en même temps le paquet de graines d'origine et lui n'a pas eu de défaut flagrant. Le but était justement de comparer "à première vue" l'impact éventuel que puisse avoir une réfrigération de la semence.

Donc le lot difforme est issus de graines fraîches récoltées à partir de mes propres semis de l'année et mise au réfrigérateur pendant l'hiver (même lot de semences semé d'autre part en "sec" dans le même substrat qui lui n'a pas donné lieu au même phénomène).

Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 11/06/2020 10:46 par patrice
floyd a écrit le 11/06/2020 12:04 (ref msg # 67376 )
Effectivement l'effet "nématode" qui serait lié au seul et unique substrat utilisé pour les deux semis, ne peut expliquer les symptômes observés.
(ou alors il faut aller chercher des causes improbables, contamination par des godets de réemploi, eau d'arrosage, outillages, etc…)

Concernant les effets d'un champ électromagnétique faible, (celui du moteur du réfrigérateur) je suis sceptique. Les méristèmes des bourgeons des greffons stockés au froid d'un réfrigérateur, ne sont (à priori) pas mieux protégés que ceux d'une graine. A ma connaissance, aucune anomalie répétée n'a jamais été signalée sur le forum.

S'il restait des graines passées par le frigo, un nouveau semis dans un substrat différent apporterait un éclairage complémentaire.
patrice a écrit le 11/06/2020 18:38 (ref msg # 67380 )
Hélas non, je n'ai plus de semences de ce lot réfrigéré.
patrice a écrit le 12/06/2020 07:07 (ref msg # 67382 )
"floyd" a écrit :

Concernant les effets d'un champ électromagnétique faible, (celui du moteur du réfrigérateur) je suis sceptique.

Je n'ai pas de compétence sur le sujet. Il est scientifiquement admis une sensibilité des plantes aux champs électromagnétiques de faible puissance modifiant leur physiologie.
Par exemple consulter ce document " ENJEUX DES USAGES INDUSTRIELS ET COMMERCIAUX DES ONDES NON IONISANTES ELECTROMAGNÉTIQUES ET ACOUSTIQUES " relayé par le ministère de l'économie, en particulier chapitre 4.2.3 page 51.

Est-ce que la semence non germée s'en trouve aussi affectée, et non seulement le plant en croissance...
floyd a écrit le 12/06/2020 16:38 (ref msg # 67398 )
Remarquable rapport qui évoque les théories de la "biologie quantique" et l'impact des ondes sonores… sous la plume de deux ingénieurs des Mines.
Bien évidemment je n'ai aucune compétence dans ces domaines de pointe et je ne vais pas commencer à contester l'autorité de ces brillants ingénieurs.

Par prudence méthodologique, je conseillerais de ne pas extrapoler les rares indications qui laissent penser que nos intuitions sont solides…
Par contre, l'hiver prochain, rien n'empêche de réitérer la mise au froid de plusieurs lots de graines, pour des durées qu'il est facile de varier.
Un coffret en plomb, une cage de Faraday, pour isoler les graines par rapports aux ondes ?
patrice a écrit le 12/06/2020 17:05 (ref msg # 67399 )
La graine, par rapport à la plante "vivante", est censée être ce qu'il y a de plus robuste car c'est conçu pour préserver un patrimoine génétique dans le temps ; il a même été parvenu à faire germer des graines de l'antiquité. C'est en cela que je reste dubitatif sur une altération génétique par longue exposition au champ électromagnétique d'un réfrigérateur, à la rigueur, cela aurait fait l'objet d'un rayonnement ionisant, cela se comprendrait mieux. Les semences sont censées être congelées pour durer dans le temps en vue de leur conserver un fort taux de germination, donc cela a dû être pratiqué contemporainement et aurait été remarqué (il me semble que le choix de pays nordiques pour installer des bunkers réservoir de patrimoine génétique végétal a pour motifs la préservation en cas de rupture de chaîne de froid et non une préservation à l'exposition électromagnétique).
La longue exposition au froid (hors problématique électromagnétique) me paraît aussi peu envisageable. La tomate est une plante sensible au froid, mais par exemple une tomate laissée au sol l'hiver, exposée à tous les frimas (certes pas constants), voit sa descendance naître on ne peut plus aisément.
D'où, face à cette massive et hétérogène difformité, ma plus grande interrogation.

Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 12/06/2020 18:19 par patrice


greffer.net >> Plantes potagères