crans et incisions

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


floyd a écrit le 16/03/2008 20:18 (ref msg # 15463 )
Un sujet à part entière pour des pratiques évoqués au fil des post.

Voilà les indications d'Eric sur sa pratique de l'incision:
J'incise avec une lame de cutter sur une profondeur de 1 à 1.5 mm pour faire gonfler une branche. Elle gagne jusqu'à 5 mm par saison et par incision.
Attention une seule incision et la branche se déforme. Deux incisions diamétralement opposées s'imposent. Je les fait tout les 2 cm autour d'une branche ou d'un tronc.
La longueur des incisions; 2 à 15 cm selon les cas. En général je m'arrête à la première branche qui suit l'incision
Pas de mastic, seulement du goudron de Norvège.

Pratiquez vous, conseillez vous, incisions et crans?
Ou, quand, comment, faites part de vos expériences. merci.
plumesagilles a écrit le 17/03/2008 06:37 (ref msg # 15472 )
J'avais un prunier qui végétait depuis des années j'ai fait 3 incisions longitudinales reparties sur le tronc de la base au départ des branches et suite a cela il a démaré en végétation d'une facon extraordinaire ' Lorsque l'écorce est trop épaisse l'arbre ne peux plus grossir. Les incisions sur la longueure permetent a l'arbre de grossir
floyd a écrit le 17/03/2008 09:37 (ref msg # 15477 )
Bonjour,
Les trois incisions pratiquées par plumesagilles sur son prunier ont été suivies d'effet positifs. On voit parfois l'écorce craquer littéralement tout le long du tronc sous la poussée de la croissance cellulaire.

A propos d'incision annulaires sur kiwi, axier avait trouvé un article qui souffle le chaud et le froid:
http://www.fruits-et-legumes.net/revue_e...
Eric a écrit le 17/03/2008 17:32 (ref msg # 15496 )
"Le jardinier d Auvergne" a écrit :

01. L'incision longitudinale se pratique sur les parties où l'écorce endurcie comprime les canaux de la sève, et empêche celle-ci de faire prendre aux branches tout l'accroissement dont elles sont susceptibles. On se sert de la pointe de la serpette avec laquelle on incise légèrement l'écorce pour la dilater, en pénétrant jusqu'à l'aubier, mais sans toucher ce dernier. Il ne faut pas trop les multiplier, et on laissera entre elles un intervalle de 3 à 4 cm à peu près, en évitant de les faire sur le côté exposé au midi, à moins de nécessité absolue. Si l'on craint que, par suite de la force de la sève, l'incision ne se prolonge trop, on la fait oblique au lieu de longitudinale. Ce moyen est excellent pour faire prendre aux parties incisées plus de grosseur, et son application est souvent très utile au printemps ; il peut avoir lieu également pendant tout le cours de la végétation.

L'incision se pratique de même et dans le même but sur les racines, découvertes à cet effet et recouvertes ensuite.

On l'emploie sur le pêcher lorsqu'il est en végétation pour éviter la gomme et pour guérir l'arbre de cette maladie ; dans ce cas, elles sont plus ménagées et moins profondes. Elles se pratiquent surtout sur les coudes et aux points d'insertion des branches et les rameaux de prolongement, en forçant un peu dans l'empattement.

Source : http://jardinierauvergne.free.fr/taille2...

"www.bonsai-jardin.com" a écrit :
11. Incision longitudinale :

L’incision longitudinale consiste à couper en long l'écorce d'une tige ou branche, sans attaquer l'aubier, peu de temps avant l'épanouissement du feuillage. On utilise pour diminuer la pression de l'écorce sur le cambium et accélérer ainsi l'épaississement rapide des tiges ou branches. Par suite, l'ascension de l'eau est rendue plus abondante ce qui favorise à la fois le développement des yeux, l'assimilation chlorophyllienne et la croissance. Pour fortifier une branche trop faible, en l'assise sur toute sa longueur pour faire grossir une tige en l'incise longitudinalement pour provoquer le développement d'yeux stipulaire l'attend d'une branche fruitière, qu'on a rabattue sur son empattement, on conseille de pratiquer à deux, au début du printemps, une incision longitudinale de 12 à 15 cm. Enfin de telles incisions sont efficaces pour combattre la gomme, sur les arbres atteints de cette maladie.

Source: http://www.bonsai-jardin.com/index_fichi...
floyd a écrit le 17/03/2008 22:22 (ref msg # 15519 )
Bonsoir,
Comme souvent sur des sujets peu classiques (je veux dire dont on ne parle guère dans les écoles d'horticulture) la bibliographie fait ressortir (merci Eric) des textes qui se ressemblent. Pas vraiment du "copier-coller" mais j'ai le sentiment en lisant ces quelques paragraphes qu'ils ont une source commune.
La pratique est bien connue, les explications proposées ressemblent au discours d'un tailleur ou d'une couturière.
On constate et on agit. Reste à savoir pourquoi l'écorce se met "à comprimer" et comment les assises de cellules réagissent à ces incisions.
Enfin il y a débat sur l'espacement, la longueur et la date d'intervention.
Les arbres à noyaux sont souvent cités; d'autres exemples sur d'autres espèces? merci.
Eric a écrit le 17/03/2008 23:11 (ref msg # 15524 )
Je vais essayer de retrouver le livre qui m a inspire cette pratique
effectivement peu commune . Mais ca ne va pas etre facile a trouver,ca fait
deja plus de 10 ans que je m y adonne.
alias a écrit le 18/03/2008 10:22 (ref msg # 15539 )
Ceci marche tres bien sur cerisier et sur pommier.
claudeduvar a écrit le 18/03/2008 13:55 (ref msg # 15551 )
l'incision annulaire était une pratique courant sur olivier en italie, il faut être compétent et connaitre son verger car selon on peut obtenir l'effet inverse de celui recherché: calibre ou quantité. mal faites elles fragilisent l'arbre.
il ne faut pas confondre à mon avis ces incisions avec le fait de fendre l'écorce de certains fruitiers pour favoriser son développement. exemple du cerisier sur merisier l'écorce de cette arbre a la réputation de trop "serrer", à ne pas faire avec un autre PG.
je suis septique sur une telle utilité car c'est un point d'entrée pour les pathogènes.
floyd a écrit le 18/03/2008 20:46 (ref msg # 15561 )
Bonsoir,
Les incisions annulaires sont encore appelées "annelations" dans un ouvrage grand public vendu en hypermarché. Pour les crans, il distingue deux manières: au dessus pour affaiblir le bourgeon, au dessous pour favoriser une mise à fleur.
La question des pathogènes évoquée par Claudeduvar implique, comme pour toute taille ou tout élagage, de prendre soin de désinfecter l'outillage.
Et bien sûr ne pas couper dans des écorces atteintes de chancre.
claudeduvar a écrit le 18/03/2008 21:02 (ref msg # 15565 )
vous l'avez bien compris je ne suis pas un adepte des interventions chirurgicales, un cran pour freiner la sève! favoriser la mise à fruit, utiliser aussi pour former et équilibrer les formes palissées U double, palmette etc mais il y a plus "sage" le rognage des feuilles par exemple pour diminuer la vigueur d'un rameau et puis surtout l'arcure, tout en douceur en rondeur sans plaies.
le Le Solaxe proposé par le chercheur Lespinasse en est un bel exemple
floyd a écrit le 18/03/2008 21:10 (ref msg # 15566 )
Je gardais en réserve, une pratique présentée dans le livre déjà évoqué, mais inédite pour moi.
Elle est appliquée sur une charpentière déjà conséquente, à la quelle on veut donner une certaine arcure. L'ouvrage préconise d'entailler à la scie 5 ou 6 fois la partie inférieure de la branche avant de ployer la branche. La cicatrisation est alors "automatique". Là c'est bien de la chirurgie!
alias a écrit le 19/03/2008 09:04 (ref msg # 15578 )
Il suffit des mettre des poids au bout des branches et l'archure se fait toutes seules petit a petit: methode de kinesitherapie et non chirurgicale.
floyd a écrit le 19/03/2008 09:34 (ref msg # 15581 )
Bonjour,
Pour parvenir à donner de l'angle à un jeune rameau il y a aussi le recours à des bouts de tasseaux échancrés aux deux extrémités que l'on arc-boute entre tronc et rameau. peu esthétique.
Pour attacher un poids il faut une ficelle, un lien qui peut rapidement nuire à l'écorce.
Ces deux astuces ne sont enfin utiles que sur des rameaux encore jeunes, que le poids des fruits suffit en général à arquer.
Les multiples entailles à la scie sont un pis-aller pour des branches à la fois fortes et trop vigoureuses. Un moyen ultime de les mettre à fruits si la taille de formation ou la nature ne produisent pas les effets attendus.
Yardenia a écrit le 25/03/2008 13:10 (ref msg # 15768 )
j'en profite pour vous soumettre mon problème: j'ai greffé un pommier il y a 7 ans, il s'est affranchi (et heureusement: tous les autres ont rejeté la greffe au bout de 3-4 ans). le souci c'est que même très arqué il ne fleurit pas... je pensais à une incision annulaire, mais où? au bas du tronc? elle doit faire tout le tour ou juste une partie? je ne souhaite pas perdre cette variété, mais là il m'agace un peu...
floyd a écrit le 25/03/2008 13:51 (ref msg # 15770 )
Bonjour,
"Yardenia" a écrit :
… j'ai greffé un pommier il y a 7 ans, il s'est affranchi… même très arqué il ne fleurit pas...

Arbre jeune greffé en pied et sans aucun doute très vigoureux.
Taillé ou pas? Non taillé un rameaux arqué qui ne fleurit pas, ça n'existe pas, mais si tu le dis Yardenia!
Afin de conserver la variété, tenter d'autres greffages… sur des PG compatibles et de peu de vigueur.
Pour "fatiguer" un peu ton arbre, l'incision annulaire pourrait être tentée sur quelques-unes des branches principales courant juin.
Dans un verger angevin j'ai vu il y a 30 ans, une pratique encore plus radicale sur de vieilles palmettes hautes de près de 4,00m: la tronçonneuse. Deux entailles en chicane dans le bas du tronc!
Nous n'en sommes pas là!
alias a écrit le 25/03/2008 18:05 (ref msg # 15776 )
je pense qu'il faut stopper la fumure et l'engrais azote, et y apporter du phosphore uniquement avec un peu de magnesie .
Ca va d'ici un an ou 2, le calmer et le faire mettre a fruit.
Le taille va y etre pour beaucoup dans la mise a fruit d'un pommier.
Je suis contre l'incision annulaire, car l'arbre en souffrera plus tard.
floyd a écrit le 25/03/2008 19:11 (ref msg # 15780 )
Bonsoir,
Sur la taille du pommier, un sujet est ouvert sur le forum:
https://www.greffer.net/forum/viewtopic....
On lira utilement ce lien retrouvé sur wiki:
http://www.eap.mcgill.ca/CPTFP_1.htm
pour envisager de ranger son sécateur…
Incision ou pas; le débat est lancé, et l'arbre vigoureux de yardenia peut servir de test.
Yardenia a écrit le 25/03/2008 20:05 (ref msg # 15790 )
Non taillé un rameaux arqué qui ne fleurit pas, ça n'existe pas

çà fait 4 ans que j'arque tout ce qui pousse, résultat départs de branches de plus en plus vigoureuses avant le point d'arcure et branches arquées toutes moches mais toujours aucun bouton à fleurs. cet hiver je me suis agacée sur toutes les branches montantes de l'année et j'ai ratiboisé ops: , moi qui ne taille pour ainsi dire pas!!!
côté fumure il a nada, sauf cendres du feu comme tous mes fruitiers, mais en ce point du jardin l'eau n'est pas loin et la terre très riche pour une raison que j'ignore, tout devient énorme. quand je l'ai planté c'était lors de mon déménagement et je ne savais pas cela, le jardin était à l'époque un roncier. donc j'attends juin et j'incise une des grosses branches. tout le tour ou que la moitié?
de toute manière je vais le regreffer sur un autre PG c'est prévu dès que je trouve autre chose que du franc ou du M106.
floyd a écrit le 25/03/2008 20:17 (ref msg # 15793 )
Les précisions apportées par yardenia renforcent l'idée qu'il s'agit d'un arbre qui pourrait très bien faire un beau sujet de plein vent.
Quitte à se facher avec les amis des arbres, tentons de combiner les techniques les plus drastiques;
1/ les incisions annulaires tout autour de la branche,
2/ les pincements des rejets dès l'été,
3/ la taille des racines.
Rien d'autre que les techniques du bonsai, mais en grand!
André a écrit le 25/03/2008 22:25 (ref msg # 15799 )
"floyd" a écrit :
Deux incisions diamétralement opposées s'imposent. Je les fait tout les 2 cm autour d'une branche ou d'un tronc.

Je serai curieux de voir une photo de ce genre de "charcutage"


greffer.net >> Hors-sujet