chiffrage urine comme engrais naturel, symptome ou diagnostic de carence ou excès

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


belinsecte a écrit le 21/10/2016 16:52 (ref msg # 54533 )
Bonjour,
Je propose ce hors-sujet car je n'ai nulle part trouvé sur le web, de chiffrage de l'urine comme engrais naturel.
Qui pourrait vérifier et le cas echéant contredire ma tentative de calculs?
L'enjeu est de savoir si dans un contexte d'autonomie, au lieu de faire pipi dans la nappe phréatique on pourrait résoudre les carences en urinant au pied des arbres, et surtout dans quelles proportions.

J'aimerais savoir si je peux aussi poster des photos d'une minorité de scions en perdition, ou sur quel forum pourrais-je avoir des diagnostics pertinents, un développement de ceux-ci:
http://fruitforestier.info/fr/diagnostic...

Sur http://www.doctissimo.fr/html/sante/anal... un adulte produit 15 à 35 grammes d’urée /24H.
(Serait-il possible qu'un adulte produise moins de 15 gr d'urée/24H?)

L’urée contient 46% d’azote

Ainsi un homme produit environ par jour 10 grammes d’azote, par exemple 2L à 0,5% d’azote ou 1L à 1% d’azote, autant dire que le litre d’urine vaudrait 1€ en comparaison avec un engrais azoté bio liquide dosé à 6% qui coute dans le commerce 10€/L.

Selon wikipédia:

Certains exploitants agricoles des pays émergents ou jardiniers utilisent l’urine comme fertilisant avec une concentration d’un volume d’urine pour 10 à 20 volumes d’eau d’arrosage sur les plantes et les fleurs pendant la période de croissance ; non diluée, l’urine brûlerait les racines de nombreuses espèces. La possibilité d’utiliser l’urine comme engrais a été confirmée par une étude publiée dans le numéro d’août 2009 du journal Agricultural and Food Chemistry28 et des expériences sont actuellement en cours en Afrique29. L’effet fertilisant est amélioré en ajoutant de la cendre de bois (riche en potassium sous forme de potasse et en phosphore) à l’urine.

Des essais comparatifs d’urine et d’engrais minéral au Burkina Faso ont permis un rendement 6 fois supérieur au contrôle non fertilisé et ont prouvé qu’il n’y a pas de différence entre les rendements avec l’urine et ceux avec l’engrais minéral30

cet article recommande l’urine dans 75% d’eau, tous les 15 jours: http://jardinonssolvivant.fr/et-si-nous … ent-124088
il vaut mieux utiliser l’urine fraiche et pas stockée

jd: un demi litre d’urine par arbre et par an pourrait suffire. comme déterminé ci dessous.
selon http://www.languedocroussillon.chambagri...
il faut 2 à 4kg d’azote par an et par HA, pour avoir 1T de fruits/ha.
l’urine d’un seul homme représente 3,6kg d’azote/an (10g x 365 jours), suffisant à fertiliser 1HA densément planté.
Un verger d’exploitation comporte 1000 pommiers/HA, ou 500 pêchers ou 250 pruniers/ha.
Pour parler en besoin d’urine d’un seul arbre:
en prenant pour référence ces études agricoles, et une moyenne de 3kg d’azote par an et par ha, il faudrait 3 à 6 grammes d’azote par arbre et par an

Mais il y a possibilité de doser son efficacité selon si on a trop ou pas assez d’urine:
pour ne pas mettre un arbre en excès d’azote, on peut mettre l’urine près du tronc, là où les racines sont grosses.
une partie de l’azote va être pompé pour la décomposition des feuilles mortes, ou partirait dans l’air si le sol est chaud, ou mettra + de temps à s’infiltrer jusqu’aux racines profondes avec davantage d’eau.
au contraire en cas de manque d’azote, on peut augmenter l’efficacité en versant au début du printemps une dilution à l’aplomb du feuillage, à une certaine distance du tronc, là où les radicelles sont absorbantes. l’eau transporte le produit, dans des couches plus profondes et fraiches de la terre, à une dilution acceptable.
urine améliorée par la cendre dans les expériences relatées par wikipédia;
vérification faite:
Selon http://www.e-sante.fr/phosphore-urinaire...
c’est 0,5g/24H à 1g/24H donc en moyenne 0,750g/24H donc dans 2,3L d’urine ça fait 0,032%?
0,6% de potasse selon wikip.
ce qui ferait du NPK 1 – 0 – 0,6
très grossièrement on pourrait donc considérer qu’un seul pipi par an est suffisant pour 1 arbre? (pour l’azote);
les 2 poignées de cendre complèteraient phosphore et potasse. Mais dans un contexte permaculturel, les feuilles mortes et bois morts ont besoin d’azote pour se décomposer, ce qui augmente son besoin.

Plusieurs études ont montré que la séparation de l’urine diminue les émissions gazeuses du système de transport et traitement des eaux usées et leur consommation de ressources fossiles25. JD: Son usage en engrais permet aussi le stockage carbonne équivalent à la croissance végétale permise par 10 grammes d’azote par jour et par homme. Or dans le bois, il y a 600 fois + de carbonne que d’azote.

l’urine contient aussi 0,1% de sel selon wkipédia, mais selon: http://fr.healthline.com/health/analyse-... l’urine est 5 fois moins salée la nuit que le jour; Un régime riche en sel ou certains problèmes de santé peuvent entrainer + de sel dans les urines; Elle pourrait aussi contenir des médicaments ingérés.
Bruno a écrit le 21/10/2016 17:45 (ref msg # 54536 )
J'ai toujours entendu que l'urine fraiche était toxique pour les plantes. Cela ne m'étonne pas. En effet l'urine contient des toxines que la médecine n'a pas identifiées, mais qui sont très toxiques. C'est pour cela qu'il faut que le fumier ne soit pas frais et que l'on fait des fosses à purin. Ce n'est pas l'urée et la créatinine qui sont toxiques (ça a été prouvé chez des insuffisants rénaux en hémodialyse. Un rein artificiel fonctionne avec un échange à travers une membrane semi perméable entre un liquide et le sang du patient. Si on met dans le liquide la même quantité d'urée ou de créatinine que dans le sang du malade, ces 2 éléments ne sont pas éliminés. Or les patients chez qui on a fait cette expérience se portaient à merveille. C'est donc d'autres toxines qui sont responsables de l'empoisonnement)
Ces toxines doivent être, je pense, détruites par des bactéries, c'est ce qui se passe dans une fosse à purin. Il faut donc mettre ton urine dans un jerrican et la laisser macérer pendant un mois. (J’ai lu que dans certains pays ça se faisait : http://rue89.nouvelobs.com/2010/05/25/en...). C'est un bon système mais beurk
Mais c'est quelque chose qui sera certainement utilisé si on envoie des colons sur d'autres planètes.
J'ai trouvé sur le web des articles là dessus. Je ne sais pas s'ils sont très sérieux :
http://prunelle-et-bigoudi.fr/faire-son-...
http://jardinonssolvivant.fr/et-si-nous-...
http://france3-regions.francetvinfo.fr/a...
http://binette-et-cornichon.com/a/urine/
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 21/10/2016 18:07 par Bruno
ARHUS76 a écrit le 21/10/2016 18:05 (ref msg # 54537 )
J'aime ta curiosité.
Sujet vaste et très long à traiter ici je pense.
En règle générale, l'azote produit par l'homme n'est pas perdu en étant traitée par les stations d'épuration. Sauf lorsque les boues sont incinérés. Elles sont epandues sur les surfaces agricoles suivant 3 réglementations différentes (déchet, compost, produit). Cette azote à été transformée principalement en azote organique dans la station d'épuration. Sa biodisponibilité sera fonction du sol, du PH... on revient encore au même problème. Connaître son sol.

Dans ta théorie j'ajouterai pour faire peur qu'il faut pas utiliser l'urine de femme qui prend la pilule. Quand je te disait que les Éléments Traces Metalique sont un faut problème dans les sols en général, il n'en est pas de même pour les hormones qui sont très mobiles, migrant jusque dans le grain.

Dans ta théorie tu ne tiens pas compte des perte d'azote qui ce volatilse, de la capacité de ton sol à fixer et restituer cette azote (PH, CEC, C/N, Tx de MO, CaCO3) , imposition de ton sol (argile, limon, sable...), fractionnement des apports...

Enfin, ton urine à la dose indiquée n'aura pas le même effet (brûlure ) sur les racines si ton sol est sec ou s'il est correctement pourvu en eau.
belinsecte a écrit le 21/10/2016 21:56 (ref msg # 54540 )
Merci pour vos réponses
sur le lien suivant voir paragraphe "3ème idée fausse" pour contradiction sur le stockage de l'urine. qu'en pensez-vous?
http://www.eautarcie.org/05a.html
peut-être vaudrait-t-il mieux uriner sur un compost de feuilles et pailles ou autres copeaux, c'est ce qu'il y aurait de plus naturel.
ce lien indique aussi que 80% de l'azote "produit" est dans nos urines

Bruno, le 21 oct ici https://www.greffer.net/discussion/viewt... tu écrivais que sur sol lunaire ou martien, les métaux lourds ne migrent pas dans les légumes: ni dans les fruits? cela a-t-il été expérimenté avec un légume, ou tous les légumes et fruits, champignons, graines? drôle d'idée d'allouer des budgets pour coloniser mars, il y aurait tant à découvrir sur terre, à commencer par vivre avec la nature; D'autres calculs montrent que pourrait ainsi vivre en paix 10 fois la population mondiale actuelle.

merci pour ton indication de toxines non identifiées. voila un argument contre les croyances pro-jeûne (dont j'ai débuté une contradiction ici: http://fruitforestier.info/fr/charte-ren...) et pro "urinothérapie"... qui se fondent sur des idées gratuites sans aucune validation scientifique. Qu'une intuition révèle une nouveauté je veux bien, mais dans ce cas des comparatifs en double aveugle devraient vérifier s'il s'agit d'une découverte ou d'une fausse idée loufoque, qui se répand souvent comme tant d'idées reçues...

courges et pdt peuvent pousser sur fumier frais

Arhus écrit que la pilule contraceptive dans l'urine, migre dans les cereales (et autres?); Au bout de combien de temps ces hormones seraient détruites?
Message modifié 3 fois ; la dernière fois le 22/10/2016 17:05 par belinsecte
ARHUS76 a écrit le 22/10/2016 09:03 (ref msg # 54541 )
La mobilité les éléments traces métalliques est fonction du PH. En règle générale, PH basique= pas de mobilité . PH acide=mobile.
La mobilité est différente d'un élément à l'autre.
Dans le végétal ils s'accumulent dans les racines et migrent peut jusqu'à la graines.

Le sujet est vaste, c'est un racourci.
De même, ces ETM ce concentre principalement dans les viscères des mammifères
ARHUS76 a écrit le 22/10/2016 09:26 (ref msg # 54542 )
Pour les hormones et antibiotiques, je ne connais pas le délais de dégradation. Mais cette dégradation sera differente d'une molécule à l'autre et sera fonction de la vie microbienne.
gavot a écrit le 22/10/2016 11:15 (ref msg # 54543 )
D'une expérience simple et directe, j'ai remarqué que des plantes "nitrophiles" : chénopode commun, pariétaire... étaient naturellement résistantes au contact de l'urine fraîche. A l'inverse j'ai perdu de jeunes plants d'espèces diverses(semis de pivoines, d'avocatiers...) avec le même traitement.
Par précaution, je pense aussi qu' il faut certainement utiliser ce fertilisant organique, comme d'autres, après une période de repos, et avec dilution. Parmis les éléments qu'il contient, seule la teneur en azote est susceptible d'évoluer par transformation de l'azote organique en azote gazeux. Le phosphore et les oligo éléments seront conservés.
belinsecte a écrit le 22/10/2016 16:40 (ref msg # 54550 )
Fraiche, l'urine est stérile.

http://www.ecosanres.org/pdf_files/EcoRa...
indique:
"Pour plus d’informations sur les composantes techniques
des systèmes d’assainissement veuillez vous reporter par
exemple à la «Technology Review - Urine Diversion
Composants» [Revue technologique – Composantes
de détournement de l’urine] (von Muench et Winker,
2009) ou le ’Compendium of Sanitation Systems and
Technologies’ [Compendium des systèmes et technologies
d’assainissement] (Tilley
et al., 2008)."

A ce propos d'assainissement, je n'ai pas trouvé l'astuce pour lire la suite de cet article: http://fr.allafrica.com/stories/20091230...
jdsjds a écrit le 24/10/2016 10:42 (ref msg # 54569 )
Bonjour,
L'urine est un déchet et ne doit pas être ingérée donc évite les fruits et légumes à contact direct avec le substrat tel les pommes de terres, légumes racines.
Sur un plant de tomate ou un arbre, tu peux l'utiliser au pied car les fruits/parties commestibles sont loin de la zone d'application.

Après il y a de tout :
Les agriculteurs vidaient le contenu des latrines des militaires et étaient très content de leur effet en tant que fumure.
Plus récemment, les stations d'épurations ont beaucoup de mal avec ces produits à cause ... de nos hormones et médocs.
L'urine étant un déchet du corps toutes sortes de molécules sont éliminées dont les hormones et les médocs...
La loi a décidé qu'il y avait un seuil à ne pas dépasser en sortie de station ... par catégorie - anti-biotiques, aspirine , anti-dépresseurs, médicaments divers et variés.
Donc avec une population non médicamentée c'est jouable... En France c'est raté - nous sommes champions dans la consommation des anti-dépresseurs !

Donc, tu peux en utiliser - en plus ça repousse certains insectes et bestioles - mais avec modération.

Pour ton calcul à l'hectare tu oublies la perte due à la pluie . Si tu en mets et que le lendemain il pleut ... tout est perdu. Si il ne pleut pas et que tu n'arroses pas ... tout est utilisé.

De manière générale, il faut éviter l'urine des carnivores. L'urine des herbivores présente moins de dangers pour nous ( en théorie, puisque les médocs pour le bétail... ).
N'applique pas cette fumure dans le mois précédent la récolte.
De manière générale, ne pulvérise pas l'urine sur la partie comestible. Donc à ne pas utiliser sur radis,navets, betterave, céleri ...
A+ J.
ARHUS76 a écrit le 24/10/2016 19:42 (ref msg # 54572 )
Bonjour,

Je vais apporté quelques précisions.
Les station d'épuration de première génération ne traite que l'azote. Celle de seconde génération l'azote et le phosphore.

Ces stations ne traitent que les pollutions organiques et les graisses. Il n'existe pas de loie sur les rejets de station d'épuration sur les antibiotiques ou hormones. Le législateur ce serait bien bête de le faire car nous ne savont pas les traiter.
La potasse (élément très soluble) et ces "médicaments " entre à la station et repartent vers la rivière direction la mer. Pour information, on ne retrouve aucun antibiotique ou hormone dans les boues des station d'épuration. La pratique de l'epandage agricole est très contrôlé et ne pause aucun risque. Que ce soit pour le sol ou l'environnement.

La réglementation impose un délais de 18 mois avant l'implantation de culture legumieres (ont fait une grande culture: une céréale, un colza...). Sur un herbage il est imposé un délais de 6 mois avant de faire paturer.
La raison en ai pour éviter les germes et les parasites (vers interninaux...)
C'est boues sont en général traité a la chaux pour les hygienisee , traité thermiquement, compostee ou methanisee.
belinsecte a écrit le 09/11/2016 17:07 (ref msg # 54754 )
Oui il y a des pertes par évaporation, et les feuilles mortes et autres pailles consomment de l'azote pour se décomposer. Mes 1ers calculs comptaient 1 pipi par arbre et par an pour satisfaire ses besoins en azote, mais même s'il fallait 4 fois + d'urine pour satisfaire les besoins en azote des arbres, c'est pour moi très étonnant qu'il suffise d'un à 4 pipis par arbre et par an.
Cet azote serait disponible rapidement,
En ce qui concerne sa toxicité, pour éviter la formation d'ammoniac il ne faudrait pas stocker l'urine, mais uriner sur un sol aéré type forestier. Pour d'autres toxines connues ou inconnues, les microbes du sol les dégraderaient, sachant qu'elle met du temps à migrer vers le sous-sol: j'ai lu je ne sais où que la pluie (quelques mm ou cm d'eau), mettrait 1 an pour descendre d'un m de profondeur, cela doit dépendre bien sur du climat, en fonction de chaque région...
Alors la pluie ne me semble pas compromettre le processus, bien au contraire: surtout quand les racines des arbres descendent à 15M et +...

Pour revenir au propos de l'étonnante proposition de coloniser mars ou la lune (citée par Bruno à propos d'une expérience avec les métaux lourds): j'ai vu une photo de paysage "lunaire" dans les montagnes du portugal, sans arbres, malgré un lac. Cela me donnait le vertige de voir tant de possibilités de nouvelles forêts fruitières sur terre, parfois avec une pompe, un panneau solaire. Forets pour lesquelles je propose sur mon site web une liste de et un partage de fruitiers assez fidèles par semis
ARHUS76 a écrit le 09/11/2016 22:00 (ref msg # 54756 )
Tu ne prends pas en compte dans ta démonstration de l'objectif de rendement (pour un ha de pommier environ 40 tonnes sur des M9)
Il faut prendre en compte le taux de matière organique. Si tu n'as pas de MO dans ton sol (pas de mineralisation) tu peux rajouter 10 kg/ha.
De même si ton sol est enherbé tu rajoute de l'azote (+ 20 kg de mémoire )

On arrive à l'extrême à 110 kg/ha d'azote, sans tenir compte du type de sol et des réserves. A celà, s'ajoute la dégradation des résidu de culture en fonction du rapport (C/N)....
nouvel azertien a écrit le 09/11/2016 22:23 (ref msg # 54757 )
Pour poursuivre vos recherche tapez : Electrolyse urine sur votre moteur de recherche favori.

L'urine contient beaucoup d'hydrogène. Elle peut être électrolysée et produire plus d'hydrogène que l'eau avec moins d'énergie.
Cela pourrait intéresser la Californie. Des panneaux solaires pourraient fournir un carburant renouvelable bon marché et propre : l'hydrogène.
belinsecte a écrit le 11/11/2016 20:46 (ref msg # 54782 )

Arhus comment tu arrives à un besoin jusqu'à 110 kg d'azote/hectare?
2 à 4 kg selon un lien de mon 1er post et ta confirmation
+10 kg si sol trop peu minéralisé?
+20 kg si herbe?
... 75kg pour (?)
"sans compter":
+ (?) kg pour décomposer les "résidus de culture"

cela laisse de la marge car je m'inquiétais de mettre rapidement les arbres en excès
ARHUS76 a écrit le 12/11/2016 08:56 (ref msg # 54793 )
Juste en utilisant tes sources.
Tu utilises une table utilisé en agricuture. Soit. Tu nous dis 1 t de fruit pour 1000 arbres (pommiers, cette densité peux monter à 1600 arbre/ha).
Si une tonne est suffisante pour ta consommation, ça ne fait que 1 kg/arbre (5 pommes/arbre)

Dans ces tables, tu dois multiplier par ton objectif de rendement. Ces tables ne renseignent pas sur les besoins minimum et sont données pour des cultures suivies et traitées avec des produits agro-pharmaceutique .

Les résidus de culture (feuilles, bois...) ont un rapport carbone sur azote élevé. Ils vont consommer de l'azote pour ce dégrader au détriment de la culture si on peut dire.
Sur un hectare, pour dégrader la paille des blés, il faut 20 à 30 kg d'azote... si ton sol n'en a pas assez, ta plante va manquer d'azote au printemps etc...
ARHUS76 a écrit le 12/11/2016 13:23 (ref msg # 54807 )
Pour le cerisier tu peux monter jusqu'à 5,2 kg d'N/ha.
C'est information sont données pour des arbres en pleine production. Et elles doivent être adaptées aux variétés, conduites/cultures au sol et des réserves (reliquats de cultures précédentes et à la mineralisation de l'humus du sol.)
Si tu ne traites pas... ton rendement va baisser. Mais tu ne compenseras pas ces pertes en mettant plus d'azote.
Bref ce ne sont que des tables, qui doivent être adaptés.
belinsecte a écrit le 13/11/2016 06:19 (ref msg # 54822 )
Ok... Merci pour ces bonnes précisions!
Chaque hectare aurait donc besoin d'environ 150kg d'azote:
110 kg d'azote pour produire 27,5 tonnes de fruits (27,5KG de fruits par arbre, dans 1000 arbres par hectare). (pour les arbres necessitant 4kg d'azote par tonne par hectare)
+
20 kg d'azote pour la croissance de l'herbe +20 kg d'azote pour sa décomposition
Ou 40 kg d'azote pour décomposer le broyat de bois?

27 tonnes de fruits/an ça ferait 74KG/jour, de quoi nourrir 10 fruitariens (hypothèse très théorique d'auto-suffisance, sans exportation ni importation), Chaque personne produirait 2,5 à 5kg d'azote par an (par les urines qui contiendraient 80% de l'azote produit par un humain)
Si les 10 fruitariens urinent sur place cela pourrait n'apporter que 25kg à 50KG d'azote /an sur ce même hectare.
Où trouver les 100 à 125 kg d'azote manquants?
Si je mange mes 7kg de fruits/jour tout seul je produirais 2,5kg à 5kg d'azote/an, donc même si j'accepte que la production tombe à 2,7 tonnes fruits, mon hectare aura quand même besoin de 51kg d'azote: où trouver alors les 46 à 48,5 kg d'azote manquants?

Comment la nature ferait-elle toute seule? sans l'industrie agro-chimique?
il semble que ce ne pourrait pas être grâce aux plantes fixatrices d'azote, car elles ne produiraient que l'azote necessaire à elles mêmes;
ou me manque-t-il des chiffres?.

Comment font les forets pour pousser sans apports extérieurs? en produisant peu de fruits, mais beaucoup de bois?
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 13/11/2016 16:27 par belinsecte
ARHUS76 a écrit le 13/11/2016 07:43 (ref msg # 54823 )
Le problème c'est que ces tables sont théorique. Elle doivent être adaptés en fonction des besoins.
Comment fait la nature? Elle ce débrouille très bien sans nous. Mais l'homme ne la trouve pas assez généreuse.
L'homme exploite la nature et l'epuise.
On expose les poules à la lumière 24h/24h pour augmenter la production d'oeufs, des animaux ne voie plus la lumière du jour, on veut tout calibrer et deparsiter... ces tables sont dans la même logique.

Je pense, comme toi, que l'urine peu être utilisé comme engrais.

Le sol contient du vivant, on a tendance à l'oublier en n'apportent du chimique.

La nature, sans nous, elle est moins généreuse, sa production alterne, elle régule. Regarde la production de gland ou de châtaignes un an sur deux.

Je n'ai fait que t'expliquer comment fonctionnent c'est tables.

Autre fois, nos anciens faisait des arbres haute tige et laissé les animaux paturer. Ces animaux réalisaient une partie de l'entretien et leurs déjections amendaient les vergers. La production était inférieur, mais apportait un apport suffisant.

L'urine des bovins , des moutons, ... n'ont pas fait mourir les arbres. Ces urines n'ont pas été diluée. Nos connaissances, nous permettraient d'utiliser l'urine comme fertilisant, mais le politiquement correct nous en empêche. On préfère polluer en faisant du chimique, plus facile d'emplois.
Sache qu'il existe des brevets pour extraire les éléments fertilisant des déchets (déjections. ...) Pour en faire de l'engrais minéral.

Première avantage du minéral , on connais la disponibilité au moment de l'apport. On est certain que la plante voir être satisfaite à des stades précis de son développement.
Avec de l'organisme (je ne parle pas de l'urine mais plutôt des composts, fumiers,...) c'est beaucoup moins vrai. La libéralisation ce fera en fonction du type de sol de la température. ...
ARHUS76 a écrit le 13/11/2016 10:28 (ref msg # 54828 )
Autre point, la quantité d'uree dans l'urine va varier en fonction du régime alimentaire. Si tu prend l'urine d'un végétarien tu aura deux fois moins d'uree que dans les urines d'une personne qui mange de la viande.

Tes rendement ne sont pas conditionné uniquement par l'azote. L'urine contient peu de potassium et de phosphore. C'est pourtant la potasse (très soluble ) qui va être déterminante dans la production de tes fruits et le phosphore dans le développement de tes jeunes plantes.

Comment tu comptes faire pour ces éléments?
belinsecte a écrit le 13/11/2016 16:44 (ref msg # 54831 )
Merci beaucoup pour tes précisions, ta contradiction objective et chiffrée que j'espérais et dont je te suis reconnaissant.
En même temps je me pose des questions de possibilité de forêt fruitière autonome.
Avoir moins de fruits me parait en effet acceptable, si l'arbre a assez de nutriments pour être en bonne santé et se régénérer comme une forêt. (c'est mon espoir en préférant les fruitiers assez fidèles par semis, ou sur leurs propres racines pour drageonner fidèlement).
Il me semble que la carence en azote évite quelques maladies? dans une certaine limite je suppose?
L'urine c'est NPK 1-0-0,6
pour potassium et phosphore, j'ai lu qu'ils seraient suffisamment équilibrés par la cendre? c'est la cendre que préconisent mes liens, je ne sais encore dans quelles quantités.


greffer.net >> Hors-sujet