Bouturage du poirier

greffer.net >> Poirier

André a écrit le 19/03/2007 23:40 (ref msg # 7316 )
J'ai trouvé ici un article intéressant sur le bouturage du poirier
http://stecatherine.orleans.inra.fr/Coll...

En résumé, la meilleure façon de bouturer un poirier est de prélever des boutures herbacées (au-dessus d'un oeil) dès que les pousses de l'année ont atteint environ 20 à 25 cm de longueur, soit généralement vers début juin.

Une fois prélevées les boutures de 15 à 20 cm de longueur sont préparées rapidement. Deux à trois feuilles bien développées sont gardées en plus des petites feuilles d'extrémité. La base des boutures est traitée par une hormone de croissance.

On les place dans un mélange tourbe 75% / sable 25%.

Le bouturage est réalisé sous tunnel plastique, avec une brumisation de type "Mist" ou de type "Fog". Le milieu est humidifié 48 heures avant la mise en place des boutures et l'ambiance saturée en humidité. Le sol est chauffé par des résistances électriques et maintenu à la température de 18°C.
Dès que les boutures sont installées, elles sont traitées le soir même avec un fongicide. Ce traitement est renouvelé tous les trois jours pendant la période d'arrosage.

Le taux de multiplication varie pour 'William's' de 60 à 100%, de 70 à 80% pour 'Old home' et 'Alexandrine Douillard' alors que pour 'Passe Crassane' ou 'Beurré d'Anjou' le taux varie de 0 à 20%.
ddev a écrit le 31/08/2007 14:11 (ref msg # 10844 )
Bonjour,

Je vais essayer le bouturage à l' étouffé de poirier chinois semi-ligneux.
Je vous dirais ce qu' il en est au printemps prochain.

Le poirier chinois est bien utilisé en porte-greffe ?
http://fr.wikipedia.org/wiki/Poirier_com...
le poirier franc issu de graines de poirier commun (sensible au feu bactérien), le poirier de Chine, plus tolérant à tous types de sols et de climats mais moins rustique, ou la gamme OHxF

Par contre ?
http://fr.wikipedia.org/wiki/OHxF
Tous les porte-greffes OHF sont propagés par bouture avec des difficultés considérables.
Je vais essayer avec le poirier d' ornement du parc voisin, quand à savoir si il fait parti de la gamme ...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Poirier_de_...
Ce fut un échec mais en raison de sa très belle floraison printanière et de son beau feuillage rouge en automne
>Qu' est ce qui fut un échec ? l' utilisation en tant que porte-greffe facilement multipliable ?

Pour le matos, je vise modeste :
pot et étouffé en sac plastique
pour le fongicides -> controle de temps en temps et au cas ou il y aurait des champi nettoyage a l' eau de javel.

Vous en pesnez quoi ?

Merci
David
Alex a écrit le 31/08/2007 14:17 (ref msg # 10846 )
Celà n'engage que moi mais celà me semble un peu tard pour du bouturage à l'étouffée !? Le bois va être aoûté plutôt que semi-aoûté, non ?
Perso je prefère faire ce type de bouture fin-juillet, mais c'est aussi parce qu'il peut faire froid dès début septembre chez moi !

NB : oui oui, il est bien utilisé comme PG : voir https://www.greffer.net/forum/viewtopic....
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 31/08/2007 15:09 par Alex
André a écrit le 31/08/2007 15:07 (ref msg # 10851 )
"ddev" a écrit :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Poirier_de_Chine
Ce fut un échec mais en raison de sa très belle floraison printanière et de son beau feuillage rouge en automne
>Qu' est ce qui fut un échec ? l' utilisation en tant que porte-greffe facilement multipliable ?

Voir la phrase d'avant...
Pyrus calleryana fut initialement introduit en Amérique du Nord dans le cadre de programme de croisement génétique afin de créer des poiriers domestiques disposant de la résistance au feu bactérien de certaines variétés de P. calleryana.
ddev a écrit le 01/09/2007 19:49 (ref msg # 10910 )
"Alex" a écrit :
Celà n'engage que moi mais celà me semble un peu tard pour du bouturage à l'étouffée !? Le bois va être aoûté plutôt que semi-aoûté, non ?
Perso je prefère faire ce type de bouture fin-juillet, mais c'est aussi parce qu'il peut faire froid dès début septembre chez moi !

NB : oui oui, il est bien utilisé comme PG : voir https://www.greffer.net/forum/viewtopic.php?t=1103


Dans le document pdf il est passé en revue les 3 cas :
herbacé / semi-ligneux (jusqu' a fin Aout) / ligneux

- Le bouturage semi-ligneux est un bon compromis pour l'obtention de plants. Le taux de multiplication est en général assez élevé, si les boutures sont faites assez tôt.

Je croyais trouver un poirier chinois par ici (repérage précédent) mais en fait c' était un pommetier
Mais plus tard dans ma promenade je vois un arbre isolé et bing une étiquette pendant sur une des charpentière : Pyrus calleryana var Bradford (j' ai la variété en plus )

Les rameaux que j' ai semble remplir les critère : 30 cm aouté ou semi aouté ...

Par contre je lis par la :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Poirier_de_...
25 ans ! c' est inquiétant
« Bradford », a un port très érigé qui le rend intéressant en zone urbaine mais, du fait de sa ramification anguleuse, il est également assez fragile et résiste mal aux tempêtes de neige ou aux grands vents. De plus, sa durée de vie ne dépasse pas 25 ans, c'est pourquoi on lui préfère désormais des variétés plus résistantes telles que « Cleveland Select ».

Merci à tous
Bruno a écrit le 17/06/2016 12:13 (ref msg # 53218 )
Est-ce qu'une bouture d'un pyrus qui fait une poussée de croissance, après une phase de latence peut être considérée comme ayant réussi. Il s'agit de boutures à l'étouffée.
floyd a écrit le 17/06/2016 12:53 (ref msg # 53219 )
Deux solutions pour en être certain; attendre encore un peu, ou bien tenter d'observer la progression de l'enracinement.
D'une manière générale, je pense que l'effet "verre d'eau" ne permet pas un vrai débourrement suivit d'une croissance notable.
Donc on peut être optimiste pour tes boutures!
… et bravo.
jdsjds a écrit le 17/06/2016 14:08 (ref msg # 53220 )
Bonjour,
NON .
Il faut attendre l'année prochaine pour être sûre.
Depuis février, j'ai deux pots avec des branches de poiriers Williams qui ont fait des feuilles - à mon avis les miens dans 2 mois, ils seront secs ...
Bref, ne pas se décourager et faire comme si ... Et vous verrez bien l'année prochaine.
Par contre, je vais peut-être refaire des boutures maintenant. La serre est vide, je peux les mettre toutes dedans.
Ça ne coûte pas cher d'essayer ...
A+,
José.
Bruno a écrit le 19/06/2016 12:09 (ref msg # 53238 )
Je ne pense pas qu’il y ait un effet bulle d’eau, en effet il s’agit de boutures en vert qui était en pleine croissance. Peu de temps après le bouturage, elles ont arrêtés de grandir et c’est que 2 mois après qu’elles se remettent à croître.
Les boutures étaient comme celle-ci :

. J'avais mis un peu de clonex à la base.
Ce n’est pas un pyrus pris au hasard, il s’agit à l’origine d’un pyrus que je crois être spinosa :


J’avais ramassé à l’automne des fruits tombés au sol, qui étaient dur comme du bois. J’ai récupéré beaucoup de graines que j’ai semées en jardinière. Au printemps suivant j’ai obtenu environ une centaine de petit pyrus que j’ai planté en pleine terre l’hiver suivant. Sur la centaine un seul avait un pouvoir de croissance exeptionnel. Je pense qu’il doit synthétiser très peu de strigolactones car il bourgeonne pendant sa croissance de chaque œil à l’aisselle de feuille. Je me suis dit que tous ces bourgeons devaient créer beaucoup d’auxine qui allait favoriser l’enracinement. J’ai été un peu surpris du polymorphisme des différents descendants du pyrus d’origine. Il y a eu peut-être des pollinisations croisées avec probablement des poiriers plantés dans des jardins des environs. Comme vous pouvez le constater sur la photo :


Le pyrus en question est le premier sur cette dernière photo. La branche latérale une une greffe d'un vrai poirier que j'ai faite. J'avais volontairement laissé un petit bourgeon en tire sève pour pouvoir le multiplier.
Certains de ses pyrus sont nains et seraient certainement très bien pour faire des bonsaïs.
floyd a écrit le 19/06/2016 12:37 (ref msg # 53240 )
Merci pour la précision et ces détails de physiologie.
Encore bravo pour cette persévérance.
Bruno a écrit le 09/07/2016 15:11 (ref msg # 53431 )
Les boutures que j'ai faites ont certainement réussi. Je les ai sorti du sac où elles étaient à l'étouffée, elles sont exposées au soleil et à la chaleur qui fait actuellement. Elles ne se désèchent pas et continent à grandir. Ce qu'il y a de curieux est qu'elles n'avaient pas toutes le même âge, je les prenais à mesure qu'elles poussaient. Elles étaient toutes en pleine croissance lorsqu'elles ont été prélevées, elles se sont arrêté de croître au bout d'un certains temps après le prélèvement, puis plus tard elles se sont mises à rebourgeonner mais toutes en même temps. Même les toutes petites pousses ont réussi semble-t-il.

Bruno a écrit le 23/08/2016 16:00 (ref msg # 53748 )
Devant le succès de mes boutures de mon pyrus spinosa sélectionné qui étaient toutes faites avec de jeune pousse en pleine croissance et qui ont toutes prises


j’ai voulu comparer et faire une bouture d’une jeune pousse avec un rameau déjà boisé.


les voilà en pot :

Bruno a écrit le 23/08/2016 16:11 (ref msg # 53749 )
Les 2 boutures ont prises :


J'ai par la suite pour être un peu scientifique comparer des boutures des mon pyrus

avec des boutures d'un poirier domestiques


J'ai placé ces 2 groupes de boutures dans 2 récipients identiques à l'étouffée comme pour les bouture précédentes dans le même grand sac en plastique pour qu'elles soient dans les mêmes conditions. Cela a été fait fin juin.
Bruno a écrit le 23/08/2016 16:40 (ref msg # 53752 )
Voici le résultat actuel :
On peut voir qu'à par une des boutures de pyrus qui n'a pas démarré, elles ont toutes prises. Par contre ce n'est pas très flambant pour les boutures de poirier. Pourtant on le voit mal sur la photo, mais il y en a une qui a l'air de bourgeonner.
Je pense avoir sélectionné un pyrus que l'on peut bouturer aisément à l'étouffée. La prochaine étape sera de faire des boutures à la Ste Catherine ou en hiver, en plein air, si ça s'avérait concluant, le bouturage serait très facile. Bien sûr il faudrait faire un gros travail supplémentaire pour voir la qualité du porte-greffe par rapport à ce qui existe et en particulier au cognassier. Il a certainement l'avantage sur lui de pouvoir être compatible avec toutes les variétés de poiriers et probablement d'être assez adapté aux terrains secs et calcaires. Gros inconvénient il a des épines : c'est une graine d'un pyrus spinosa qui l'a produit (spinosa veut dire épineux en latin). C'est peut-être un croisement d'un pyrus spinosa avec un poirier domestique, vu l'endroit où pousse l'arbre mère près de jardins de villas.

jdsjds a écrit le 26/08/2016 10:45 (ref msg # 53787 )
Résultats pour cette année:
Sur toutes les boutures faites en début d'année :
- poirier williams - 10 au début
- mirabellier - 10 au début.
Il me reste une bouture avec un mini-bourgeon chez le poirier williams - pas très vigoureuse. J'ai un doute sur sa capacité à passer l'hiver... mais de toute façon, je la laisse faire. Je verrai bien.
J'ai refait des boutures cette semaine ... C'est vraiment juste pour passer le temps , et faire quelque chose avec ces chutes de taille des arbres.
Il faudrait que je fasse des boutures d'aubépine, pour les greffer en williams après ... Pourquoi les semaines ne font pas 9 jours avec 4 jours de week-end .

Sur un pommier de semis, en avril, j'ai mis en marcotte une branche. J'ai tiré dessus ce mois-ci, et elle avait 3 radicelles. Je l'ai remise en place (oups, pardon madame).
Je vais essayer de la sevrer bientôt et voire ce que ça donne. C'est un pommier de semis, donc pas vraiment classable comme test ...
steinway a écrit le 26/08/2016 17:42 (ref msg # 53794 )
Bonjour.
l an dernier j ai effectué deux greffes de poire doyenne du comice.
La première sur spinosa ( j en ai en quantité dans la montagne.
La seconde sur aubépine . Il n y a aucune différence pour la vigueur et la croissance, elles sont distantes de 5 m sur un talus et jamais arroser.
Merci pour votre retour d expérience. Je vais m essayer à la bouture du william s.
C est pas gagné il n est pas très vigoureux.
Bruno a écrit le 14/09/2016 15:17 (ref msg # 53967 )
Finalement, toutes les boutures de mon pyrus ont prises, même cette qui avait l'air d'avoir échoué. Dans l'ensemble des boutures que j'ai faites cette année j'ai eu 100% de réussite. Sur les 4 boutures de poirier une a prise comme on peut le voir sur la photo.

Bruno a écrit le 14/09/2016 15:25 (ref msg # 53968 )
Pour savoir si la réussite à 100% des boutures de ce pyrus que j'ai sélectionné est du à ses propres qualités ou si il en est de même pour tous les pyrus spinosa, je fais aujourd'hui des boutures d'un pyrus spinosa sauvage que j'ai cueillies dans la nature. Même façon de procéder que précédemment. A l'étouffée et un peu de clonex à la base des boutures. On pourra donc juger en fonction du résultat.





steinway a écrit le 14/09/2016 16:48 (ref msg # 53969 )
Bonjour Bruno.
Merci pour ces belles photos. Peux tu me préciser si tu laisses toutes les feuilles ou juste une ou deux par bouture?
A quelle époque (moi c est souvent août ou mars) ?
peut être qu il faudrait mieux que j essaie le spinosa à la place du william s et greffer le williams dessus.
Merci.
steinway a écrit le 14/09/2016 17:06 (ref msg # 53970 )
J ai oublié..Sur un triple pied de spinosa j avais il y a quelques années greffées
spinosa/poire petite de la vallée
spinosa/abate
spinosa/cascade
sur ce triple pied , le la vallée est super vigoureux et productif
L abate a mis du temps puis a démarré il produit bien son bois reste assez cassant au vent du nord.
le cascade est lent et n a rien produit il est pas en forme comme sur cognassier.


greffer.net >> Poirier