Décapiter: Quand? (et combien? où?)

greffer.net >> Greffage

floyd a écrit le 21/10/2017 22:18 (ref msg # 59924 )
Bravo Antigonos, clair, précis et rationnel!
belinsecte a écrit le 12/02/2018 06:45 (ref msg # 62064 )
Je viens de faire le tour de mes greffes

sur PG décatités = aubépines, mes babaciers sont bien feuilles

sur aubépines conservées à +/- la moitié, les bibaciers sont morts (sauf un qui végète sur la branche basse de la plus grosse aubépine). y compris lorsque j'avais fait crans et incisions sur la branche ou tronc concurrent à la greffe;

cette observation me ferait abandonner l'idée de faire des crans, il semble qu'il faille tout décapiter.

mon post précédent relatait un autre témoignage selon lequel un cran ne provoque pas de repousse sous le cran; chez moi il n'avait pas provoqué de débourrement de la greffe, ni d'amélioration de celles qui végétaient.
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 30/04/2018 16:21 par belinsecte
Irinenn a écrit le 27/04/2018 12:58 (ref msg # 63072 )
J'ai fais une centaine de greffes en écussons (yeux poussants et dormants) entre l'été dernier et aujourd'hui.

Sur de petits diamètres (max 1cm), les dormants de l'année dernière se reveillant, j'ai opté pour un effeuillage/ébourgeonnage du pg en laissant uniquement un bourgeon au dessus de l'oeil greffé et un tire sève tout en haut pour maintenir le flow.

Je passe chaque jour sur les arbres pour ôter les nouveaux bourgeons (ça pousse vite)

J'espère que le résultat sera à la hauteur de mes attentes sinon je rectifierai le tir. Je couperai le pg en août au dessus du point de greffe.
Antigonos a écrit le 27/04/2018 18:03 (ref msg # 63076 )
belinsecte post_id=62064 time=1518414340 user_id=64308 a écrit :

cette observation me ferait abandonner l'idée de faire des crans, il semble qu'il faille tout décapiter.
Ou la manière de les faire Cette technique est connue et parfaitement explicable : comme je ne cesse de le répéter on ne peut pas généraliser avec une poignée d'essais, sinon la science aurait trois siècles d'avance par rapport à aujourd'hui... Le fait de couper la sève (efficacement...) au-dessus d'un bourgeon non seulement empêche les auxines inhibitrices venues des bourgeons actifs supérieurs d'arriver sur le greffon mais en plus, évidemment, augmente l'afflux vers celui-ci... ce qui ne lui sert que s'il est actif !
mon post précédent relatait un autre témoignage selon lequel un cran ne provoque pas de repousse sous le cran; chez moi il n'avait pas provoqué de débourrement de la greffe, ni d'amélioration de celles qui végétaient.
Ce n'est pas du tout ça qui provoque le débourrement sinon on ne l'observerait pas sur des rameaux coupés... Si tu donnes un coup de scie jusqu'au milieu du tronc (et pas juste une petite entaille de l'écorce juste au-dessus) je t'assure que si l’œil n'est pas mort et qu'il est prêt à débourrer il va être boosté, c'est logique. Le fait de laisser l'autre moitié du tronc produit un effet "tire-sève" : le tronc reste alimenté, les auxines redescendent encore par ce même coté, ce qui a un effet inhibiteur plus ou moins marqué sur les rejets éventuels et stimulant sur les racines. Évidemment, après ce traitement de choc il faut réduire le feuillage au-dessus du cran puisqu'il va recevoir moins de sève. Sinon le cambium coté non entaillé va être boosté pour compenser et former plus de vaisseaux, ce n'est pas le but... A priori cet effet tire-sève est plus sensible en hauteur, là où les rameaux peuvent facilement être asséchés parce qu'il y a plein d'autres rameaux autour ; près des racines ce n'est sensible que si la plante forme facilement des rejets, ça me semble logique... Avec les hormones végétales (ce n'est pas le cas chez les animaux) tout est question de doses et d'équilibre et c'est variable selon la génétique de la plante. Donc je le répète : les techniques connues et vérifiées scientifiquement n'ont pas à être mises en doute par les amateurs (ni même les pros d'ailleurs) mais c'est à eux à adapter leurs pratiques en observant comment se comportent les plantes qu'ils traitent. Par exemple certaines remplacent rapidement le bois entaillé sur un tronc (figuiers par exemple) au contraire d'autres qui laissent carrément crever de grandes branches au profit des autres, comme les mirabelliers. Il suffit déjà d'observer ces arbres pour s'en rendre compte : les premiers n'ont jamais de bois mort...
Irinenn a écrit le 28/04/2018 08:15 (ref msg # 63080 )
j'imagine que faire une ligature bien sérrée couplée a des scarifications au dessus du bourgeon fonctionnerait aussi?

En parlant d'hormone végétale, l'acide gibbérellique (connu sous le nom de ga3) est un puissant leveur de dormance, quelqu'un a t-il testé sur bourgeons qui restent dormants?
belinsecte a écrit le 28/04/2018 21:40 (ref msg # 63088 )
Irinenn post_id=63072 time=1524826689 user_id=70181 a écrit :

J'ai fais une centaine de greffes en écussons (yeux poussants et dormants) entre l'été dernier et aujourd'hui.

Sur de petits diamètres (max 1cm), les dormants de l'année dernière se reveillant, j'ai opté pour un effeuillage/ébourgeonnage du pg en laissant uniquement un bourgeon au dessus de l'oeil greffé et un tire sève tout en haut pour maintenir le flow.

Je passe chaque jour sur les arbres pour ôter les nouveaux bourgeons (ça pousse vite)

J'espère que le résultat sera à la hauteur de mes attentes sinon je rectifierai le tir. Je couperai le pg en août au dessus du point de greffe.

il me semblait que les pepinieristes coupent en janvier ou fevrier 20cm au dessus de la greffe, puis recoupent en fevrier de l'année suivante juste au dessus de la greffe. tiens nous au courant de ton expérience
Antigonos post_id=63076 time=1524845003 user_id=67167 a écrit :

[quote=belinsecte post_id=62064 time=1518414340 user_id=64308]
cette observation me ferait abandonner l'idée de faire des crans, il semble qu'il faille tout décapiter.
Ou la manière de les faire Cette technique est connue et parfaitement explicable
...
Si tu donnes un coup de scie jusqu'au milieu du tronc (et pas juste une petite entaille de l'écorce juste au-dessus) je t'assure que si l’œil n'est pas mort et qu'il est prêt à débourrer il va être boosté, c'est logique.
...
: les techniques connues et vérifiées scientifiquement n'ont pas à être mises en doute par les amateurs (ni même les pros d'ailleurs) mais c'est à eux à adapter leurs pratiques en observant comment se comportent les plantes qu'ils traitent. Par exemple certaines remplacent rapidement le bois entaillé sur un tronc (figuiers par exemple) au contraire d'autres qui laissent carrément crever de grandes branches au profit des autres, comme les mirabelliers. Il suffit déjà d'observer ces arbres pour s'en rendre compte : les premiers n'ont jamais de bois mort...
[/quote]
Tu as écrit ton post alors que j'y pensais justement je prenais des photos en début de semaine pour ce sujet, que je poste maintenant, sans rien supposer ni expliquer. crans et incisions sont-elles des techniques "connues et vérifiées scientifiquement"? En ferais tu une petite synthèse sourcée?
Bon alors voilà ce que j'ai vu (et pas entendu):
en fevrier j'étais pressé et ma scie se coinçait quel que soit le coté attaqué... j'ai du partir sans finir de faire tomber l'aubépine! mais "pire" que profondément incisé d'un coté, il l'était de tous les cotés. Les photos 4 à 6 montrent la coupe de fevrier (un peu plus foncée) et la coupe plus claire d'il y a une semaine:
Me croirez vous? l'aubépine était en fleurs et des repousses aussi bien sous qu'au dessus de l'incision totale (photos n°1 et 7 à 9). et ma greffe, ayant le mérite d'avoir survécu sur aubépine non entièrement décapitée, végètait toujours.

là de 1 à 3, cette semaine avant de recouper je montre l'arbre et de quelle profondeur était la coupe de fevrier, qui faisait tout le tour:






Message modifié 6 fois ; la dernière fois le 30/04/2018 16:25 par belinsecte
belinsecte a écrit le 28/04/2018 21:44 (ref msg # 63089 )
plus explicite:
si tu analyses bien les photos, tu verras que tout le tour était incisé en février (coupes plus foncées), parfois même de 2 traits







Message modifié 2 fois ; la dernière fois le 28/04/2018 22:14 par belinsecte
belinsecte a écrit le 28/04/2018 21:51 (ref msg # 63090 )






belinsecte a écrit le 28/04/2018 22:02 (ref msg # 63091 )
Il faut dire qu'en 2017, en décapitant des aubépines en fleurs au soleil un peu plus tard en saison, perlaient des gouttes à apparence d'eau, sur toute la coupe du bois de certains sujets, ces gouttes ne sortaient pas par sous l'écorce.

Pour finir je n'ai pas résisté à l'envie de faire une coupe qui soit prête à cicatriser.
2 greffes de bibacier végètent: un placage d'écusson 2016, et une couronne sur la même branche.





Message modifié 3 fois ; la dernière fois le 04/05/2018 09:52 par belinsecte
Irinenn a écrit le 28/04/2018 22:57 (ref msg # 63096 )
j'avais aussi lu ça la coupe a 20cms au dessus du point de greffe, je l'ai aussi pratiqué sur certains

J'espère que ton clip and grow marchera, sur la dernière photo, ton greffon ressemble à un bel insecte qui prend son envol
belinsecte a écrit le 28/04/2018 23:14 (ref msg # 63100 )
A bien vu!
c'est typiquement le greffon tordu qui ne prend pas en général, mais cette aubépine a réussi 2 greffes difficiles...
Le bibacier se greffe mieux en pendule avec du bois bien droit et tendre de 10cm.
Pas conseillé, à droite sur la dernière photo est conservée une branche qui prend naissance plus bas, mais coupée à 2m avec dessus:
- presque pas de végétation d'aubépine
- un autre placage d'écusson de bibacier qui n'a jamais débourré.
Antigonos a écrit le 29/04/2018 01:25 (ref msg # 63103 )
belinsecte post_id=63088 time=1524944445 user_id=64308 a écrit :

c'est marrant justement je prenais des photos en début de semaine pour ce sujet, que je poste maintenant, sans rien supposer ni expliquer. crans et incisions sont-elles des techniques "connues et vérifiées scientifiquement"? En ferais tu une petite synthèse sourcée?

Tu fais un raccourci avec ce que j'ai écrit, et en plus tu persistes à essayer de démontrer un truc à partir d'un seul exemple.
Ma phrase ne dit pas que "cran et incisions" sont des techniques connues et vérifiées scientifiquement. Je parlais de manière générale : j'avais expliqué les phénomènes sous-jacents à cette pratique et EUX sont démontrés. Les rôles des hormones végétales, leur régulation, les mouvements de la sève, ses causes, celles du débourrent, etc. se trouvent dans les cours de physiologie végétale, c'est du B-A-BA. Nul doute que les chercheurs de l'INRA, au besoin, appliquent lesdites connaissances si nécessaire. Ils ne vont CERTAINEMENT PAS, en revanche, déduire quoi que ce soit d'une observation sur une poignée de plantes, surtout pour revenir sur les acquis, ni même extrapoler d'une observation sur des milliers d'une espèce à une autre espèce. Si tu lis les thèses, tu verras par exemple qu'elles portent toujours sur des espèces, des variétés et mêmes des clones précis, ce qui provoque d'ailleurs des titres à rallonge...
Avec le cas que tu as présenté... tu n'as rien prouvé. Le haut fleurit quand même ? Et alors ? Moi j'ai une branche de poiriers Williams qui était dans de l'eau depuis plus de six mois : elle a fleuri ! Il suffit juste que les pertes d'eau soient compensées, et vu la section restante il y avait largement de quoi. Du reste on voit bien sur la coupe qu'il y a plusieurs centimètres d'aubier qui n'a pas été coupé... Le greffon dessous n'a pas débourré ? Et alors ? Si ça se trouve les méristèmes étaient morts...
Bref, je le dis et le répète : on ne peut RIEN conclure de cette manière.
Sauf erreur (ce n'est qu'un avis personnel) les incisions se pratiquent sur les rameaux de diamètre raisonnables.
Quand j'ai écris ce message je n'avais pas trop compris ta manip mais en regardant attentivement tes dernières photos je vois ce que tu as fait mais... je n'en vois pas l'intérêt. En fait tu as laissé un énorme tronc à coté d'un tronc secondaire sur lequel tu as greffé le bibacier. Je ne comprends pas deux choses :
- Pourquoi laisser un tronc aussi gros à coté ? Vu le type d'entaille déjà faite, tu ne risquais pas pouvoir en faire quelque chose plus tard, de toutes manières. A l'extrême rigueur tu pouvais plutôt élaguer ce tronc, la sève se serait répartie. Les crans et incisions se pratiquent sur le même axe qui porte le greffon, au dessous, pas sur un tronc adjacent. En plus j'ai même l'impression que l'arbre possède plein de rejets venant de la base...
- Pour quoi le bibacier est greffé à l'horizontale ?? Je ne vois pas du tout à quoi ça sert... Un peu plus près de l'extrémité apicale du greffon il y avait une zone plus rectiligne, il se serait retrouvé vertical. Quand on veut réduire la vigueur d'un rameau, en arboriculture, on le courbe justement, pour le ramener vers l'horizontale ou plus bas encore. De même la longueur réduit la vigueur... Donc là, tu ne favorises pas du tout sa croissance. De plus il est en situation extrêmement fragile, sans tuteur ni protection. Si un oiseau se pose dessus ça va casser, c'est sûr. Tu as intérêt à placer un rameau de bambou courbé pour le "tracter" vers le haut, faire un peu ressort, et aussi de placer un arceau autour pour obliger les oiseaux à se poser sur celui-ci plutôt que sur le greffon.
Franchement, là, ce qui serait surprenant c'est que ça marche : il y a une belle accumulation de difficultés. Pour moi, en l'état, si le rameau ne casse pas rapidement il va sécher, les pousses du bas vont profiter. (Au point où ça en est, tu peux greffer dessus sans attendre, en tête...)
PS : tu devrais avoir moins de mal à scier avec du savon de Marseille passé sur les dents. De la scie ! )
belinsecte a écrit le 29/04/2018 18:38 (ref msg # 63112 )
Encore une fois, je ne démontre pas de théories ni ne fais aucune déduction, je décris seulement mon expérience pratique.
Si toi ou un autre membre m'apprend une expérience pratique (ou scientifique) qui décrit bien précisément un profit de crans ou incisions, si possible avec une photo, peut-être que je recommencerais sans refaire mes mêmes erreurs.

Il ne restait pas d'aubier, regarde mieux les photos. Tu verras qu'il y avait un profond cran si tu regardes la coupe qui est en face (sur la photo où ils sont placés cote à cote symétriquement). Pour l'autre coté j'ai ajouté une difficulté d'interprétation, tu verras un cran décalé sur une autre photo...

Une autre certitude est que "de l'eau' sort de toute la coupe DU BOIS quand tu coupes le tronc une aubépine en fleurs exposée au soleil.

pour répondre à tes questions:
j'ai tardé à couper le tronc, avant d'être sûr de cette nécessité et aussi de la réussite de ma greffe (l'une est bien biscornue, très mal choisie et probablement improvisée après un mauvais calcul, mais l'autre en placage d'écusson qui recommençait à gicler quand j'ai coupé et pris la photo, pourrait bien partir verticalement, j'espère...); les greffes datent de 2016.
puis comme j'écrivais, c'est involontairement que j'ai laissé le tronc 2 mois de plus après l'avoir entaillé de tous cotés. bon tu l'as compris puisque tu me conseilles le savon sur la scie, pour blaguer A ce sujet, aucune difficulté quand je suis revenu avec la scie 2 mois après... je sais pas pourquoi, avant, elle se coinçait quel que soit le coté attaqué, mais bon on va pas se disperser...
j'ai bien supprimé les repousses d'aubépine, celles qu'il te semble partir de la base sont de ronces et lierres.
Je pense pas qu'un oiseau prenne le risque de s'y poser, il y a plein de ronces en dessous
Message modifié 4 fois ; la dernière fois le 04/05/2018 09:47 par belinsecte
belinsecte a écrit le 30/04/2018 16:17 (ref msg # 63127 )
Antigonos post_id=63076 time=1524845003 user_id=67167 a écrit :

Si tu donnes un coup de scie jusqu'au milieu du tronc (et pas juste une petite entaille de l'écorce juste au-dessus) je t'assure que si l’œil n'est pas mort et qu'il est prêt à débourrer il va être boosté, c'est logique.

pour mémoire aussi:
un cran profond de la moitié de la circonférence: je l'avais fait en aout 2017: sans booster ces 2 greffes de 2016.
Arhus a fait des greffes de bibacier sur aubépine entièrement décapitée au moment de la greffe, qui ont au contraire démarré vigoureusement.
j'avais posté des photos de couronnes de poirier sur aubépine, "l'eau" sortait par toute la tranche du bois, y compris au centre de la coupe.
Dans le cas présent (dernières photos) et sur d'autres aubépines que je décapite actuellement, pas d'eau ne coulait du bois, peut-être toutes les fleurs n'étant pas toutes déjà ouvertes, ou parce qu'il fait frais et que nous sommes + tôt en saison, ou pour une autre raison.
Message modifié 5 fois ; la dernière fois le 04/05/2018 09:42 par belinsecte
Antigonos a écrit le 01/05/2018 21:16 (ref msg # 63134 )
Je fais de gros efforts pour m'exprimer clairement, avec nuances, en développant un raisonnement logique, en essayant d'anticiper les mauvaises interprétations... En vain. Où est-ce que j'aurais écrit que si l'on décapite totalement un PG cela ne peut pas pousser dessous ?? C'est ce qui se passe dans toutes les greffes en tête. Là, tu compares une situation particulière comme la tienne (où tu greffes sur un petit tronc à coté d'un tronc de bon diamètre sur lequel tu fais les entailles) avec une autre situation... Tout en continuant à tenter de généraliser à partir d'un exemple, malgré pas mal d'explications sur les erreurs énormes que cela provoque : c'est désespérant. Ici, rien ne prouve que la décapitation faite par Arrhus est ce qui a provoqué le débourrement du bibacier. Moi, en revanche, je prétends que ce n'est pas ça puisqu'un rameau de bibacier vivant débourre quand même s'il n'y a pas la pression de la sève ! ("Tout le monde" a eu des greffons qui débourraient au frigo...) Faut-il expliquer que si un phénomène se produit en l'absence de quelque chose on ne peut pas prétendre que ce quelque chose produit le phénomène ??
En fait tu confonds souvent ce que tu vois avec ce qui se passe réellement. Or ce que l'on voit sur un être vivant commence toujours bien avant d'être visible pour nous. Ce qui se produit ici c'est qu'un rameau qui commencerait à débourrer sans donner de signes bien visible, qui se retrouverait greffé sur un tronc en train de mourir ou presque, et cela sans protection contre la perte d'eau, ne manifestera jamais de débourrement, il sera mort avant. Pour cela il faudrait que les feuilles puissent se développer, avoir un minimum de pression osmotique dans les tissus, ce qui est impossible avec la perte d'eau...
belinsecte a écrit le 02/05/2018 13:15 (ref msg # 63145 )
Afin que l'un de nous deux comprenne d'où viendrait le malentendu, n'hésite pas à me citer:
- où aurais-je écrit que tu aurais écrit qu'en décapitant rien ne pousse en dessous?
- où je généralise?

Dans ce sujet je montre des exemples où le greffon débourre PUIS végète ou meurt lorsque le PG n'est pas entièrement décapité, parfois même après s'être bien soudé (comme le pêcher sur amandier).
Les crans et incisions n'ont chez moi pas suffi ni pour bibacier sur quelques aubépines, ni poirier sur poirier.
j'ignore si quiconque a montré un exemple où ça aide ou suffise.
je posterais peut-être les photos d'autres expériences afin que chacun puisse tenter d'expliquer pourquoi cela n'a pas suffi (j'ignore si l'effet fut positif) chez moi.

Au contraire j'ai une aubépine mexicaine sur aubépine monogyna dont j'ai gardé plus de la moitié, le greffon se porte bien, ce qui n'étonnera pas puisque la mexicaine est réputée en bonne affinité et vigoureuse.
Message modifié 8 fois ; la dernière fois le 04/05/2018 13:05 par belinsecte
belinsecte a écrit le 02/05/2018 13:35 (ref msg # 63146 )
voici des photos d'aujourd'hui:
photo "2 en 1": en arrière-plan, on voit l'aubépine complètement sèche, coupée 1 semaine avant. depuis sa coupe il est tombé 110mm de pluie. sur le petit morceau de tronc coupé, on voit le mastic au niveau de l'écorce. c'est mon cran de 2017 qui faisait la moitié de la circonférence et 1cm de profondeur, on voit les nuances de couleurs de coupe sur une autre photo.






Ce 1er cran était fait le 22 aout 2017, puis ces greffes de 2016 n'ont fait que continuer à régresser, vois mes photos du 22/08/2017, suivies de celles d'arhus qui seulement 1 mois après débourrement, près de 2 mois après greffage, affichaient une meilleure santé, ici: https://www.greffer.net/discussion/viewt... mais lui a greffé des rameaux droits.. mais j'ai échoué aussi des rameaux droits ailleurs, courts ou longs ils sont morts. Puis j'ai greffé en décapitant tout, avec des greffons de plus de 10cm. Ceux de Paris faits en septembre 2017 ont réussi avec 8cm.
Au début je prenais les plus tordus pour ne priver l'arbre mère d'aucune pousse susceptible d'avoir un avenir, ensuite en 2017 j'ai continué à greffer plusieurs sujets en cherchant à ne pas décapiter entièrement les PG... 2 choses communément déconseillées!
Ailleurs, la greffe de jiun 2017 (B sur A) se portait plutot bien jusqu'en fevrier 2018 et je n'ai ni entaillé ni décapité le tronc concurrent de section équivalente. En fevrier j'ai quand même coupé toutes les extrémités de branches d'aubépine. Mais en avril il était mort, je ne sais quand.
Message modifié 14 fois ; la dernière fois le 04/05/2018 12:57 par belinsecte
belinsecte a écrit le 02/05/2018 13:38 (ref msg # 63147 )
Photos de ce jour: Un oeil (placage d'écusson) semble pousser assez vite, après avoir été greffé en été 2016 et végété puis presque mort en 2017:




belinsecte a écrit le 02/05/2018 22:53 (ref msg # 63150 )
Ce que j'avais lu sur les crans et incisions était sur ce forum, pas vu de retour précis ni de certitude, l'un recommandait même de bloquer la sève descendante SOUS la greffe et non au dessus. Je ne défends pas d'idées, j'aimerais seulement partager des expériences pratiques.
sur la photo on voit des repousses d'aubépine de chaque coté du cran total: https://www.greffer.net/discussion/viewt...
Je n'avais peut-être pas fait assez près de la greffe.
je n'ai pas vu de repousses autour des crans partiels.

Je n'avais lu nulle part que la sève monte aussi au centre du bois?

En 2017 j'avais fait aussi cran sur un poirier, pareil greffé en 2016: finalement j'ai décapité au dessus en fevrier 2018, pour le moment l'écusson n'a jamais vraiment poussé:
j'ai encore espoir qu'il se mette à pousser en 2019! ou bien faut il que je recoupe plus près de la greffe dès cette année?

Sans cran ni incision:
- une couronne trop tardive de prunier sur prunier végétait l'année de décapitation puis poussait fort l'année d'après.
- sur le même poirier les couronnes poussent fort, dès la 1ère année et ce depuis 3 ans, alors que tout un houppier sauvage d'origine est conservé. et
- aubépine mexiaine prospère sur aubépine monogyna non décapiée.



Message modifié 2 fois ; la dernière fois le 04/05/2018 17:30 par belinsecte
belinsecte a écrit le 04/05/2018 10:42 (ref msg # 63166 )
Antigonos post_id=63103 time=1524957906 user_id=67167 a écrit :

[quote=belinsecte post_id=63088 time=1524944445 user_id=64308]
c'est marrant justement je prenais des photos en début de semaine pour ce sujet, que je poste maintenant, sans rien supposer ni expliquer. crans et incisions sont-elles des techniques "connues et vérifiées scientifiquement"? En ferais tu une petite synthèse sourcée?

Tu fais un raccourci avec ce que j'ai écrit, et en plus tu persistes à essayer de démontrer un truc à partir d'un seul exemple.
Ma phrase ne dit pas que "cran et incisions" sont des techniques connues et vérifiées scientifiquement. Je parlais de manière générale : j'avais expliqué les phénomènes sous-jacents à cette pratique et EUX sont démontrés. Les rôles des hormones végétales, leur régulation, les mouvements de la sève, ses causes, celles du débourrent, etc.
(...)
Avec le cas que tu as présenté... tu n'as rien prouvé. Le haut fleurit quand même ? Et alors ? Moi j'ai une branche de poiriers Williams qui était dans de l'eau depuis plus de six mois : elle a fleuri ! Il suffit juste que les pertes d'eau soient compensées, et vu la section restante il y avait largement de quoi.
(...)
Sauf erreur (ce n'est qu'un avis personnel) les incisions se pratiquent sur les rameaux de diamètre raisonnables.
(...)
[/quote]
En introduction j'écrivais "c'est marrant" dans le sens "c'est une coincidence troublante". Bien entendu, cela ne te moquait pas: j'espère que tu ne l'as pas cru, car tu persistes à me reprocher de chercher à démontrer et expliquer, alors que je ne fais que rapporter des faits: chez moi sur quelques exemples que je m'efforce(rais) de préciser, mais j'ai fait peut-être fait des erreurs dans leur mise en oeuvre, les crans ou incisions n'ont pas suffi.

Aurais tu des exemples à décrire, où tu penses que crans ou incisions ont été profitables?

Par exemple, je relatais que de l'eau perlait sur la coupe du bois, y compris son centre, en décapitant des aubépines en fleurs + tard en saison en 2017. Et que depuis 2 mois, l'aubépine vivait et fleurissait avec 100% d'aubier entaillé depuis 2 mois, puis a séché en une semaine après abattage pendant qu'il tombait 110mm de pluie. 100% d'aubier entaillé: j'avais précédemment répondu sur ce point.
Je n'ai pas conclu que la sève passait par le centre du bois, mais je pose la question: cela serait-ce une évidence, ou serai-ce une remise en cause perçue comme menacer les convictions scientifiques?


J'explore ton hypothèse qui est peut-être juste: En refaisant le tour de mes expériences ce matin, je vois que tous mes crans et incisions ont été faits sur un ou des troncs plus gros que la branche greffée

Y compris dans ce cas de plus petits diamètres, en photo ci après:
- 3 greffés en fin juin 2017
- incisions par la suite sur 3 troncs concurrents un peu plus gros.
- puis j'ai coupé ces 3 troncs. J'ai aussi coupé toutes les parties terminales de toutes les branches de 2 troncs non greffés (conservés au centre et à gauche), en fevrier 2018, pendant que le bourgeon terminal des greffons était encore bien souple et vert mais n'avait jamais débourré. En avril, la totalité de ces greffons est sèche et dure.
Il me semblait que les 2 troncs non greffés n'appartenaient pas au même pied (plusieurs graines qui auraient germé au même endroit?), donc je ne leur ai fait ni cran ni incision.
le greffon de gauche est beaucoup trop long selon les avis glanés, et son biseau beaucoup trop long, mais à l'autopsie il semble qu'il y avait un début de soudure? et pour sûr, un début de bourrelet cicatriciel autour des 3 coupe greffées, sur le PG.
je n'étais pas là pour ébourgeonner les premières repousses d'aubépine, encore peu développées.
les 3 greffons étaient morts, enrubannés dans du plastique qui, à la différence du parafilm, ne se dégradait pas.
Après avoir pris la photo, j'ai coupé des lambeaux d'écorce sur toute la hauteur des PG: toute la hauteur verticale des 2 troncs greffés à gauche est morte.
greffe de droite:
toute la hauteur du tronc de doite est bien vivante ainsi que la base du lambeau d'écorce décollé du PG, pourtant le greffon lui, était mort. Sur une aubépine dont je pense que le houppier a été enterré par accident: ça forme une boucle qui semble alimenter l'ex-greffe par 2 cotés.
les 3 greffons étaient bien pourris, et pas collés aux PG, j'ignore s'il se seraient d'abord soudés.









greffer.net >> Greffage