CRISPR-Cas9 appliqué à la sélection variétale, une révolution verte en cours?

greffer.net >> Livres et sites internet

Foufouche a écrit le 07/02/2017 23:08
Un reportage de l'émission xenius sur ce sujet qui laisse rêveur et pourtant bel et bien réel. Les champs d'application de cette nouvelle technique sont juste incroyables et on on parle que de plantes ! Les passionnés apprécieront même si le sujet est survolé en 26 min.
http://www.arte.tv/guide/fr/063945-025-A...

Qui veut son avocatier résistant à -20°C? qui veut cultiver des mangues dans le Nord? De délicieux agrumes insensibles au froid peu être? "garanti" non OGM bien sûr.... rêvons....
floyd a écrit le 08/02/2017 10:24
Oui très prometteur!
Je vois dans cette technique l'outil qui va permettre rapidement d'introduire dans le génome, les éléments nécessaires pour obtenir des variétés réellement résistantes aux parasites et aux maladies. Un pas utile pour réduire l'usage des phytosanitaires.

Après… la culture des mangues, peut-être un jour sous nos climats.
nicollas a écrit le 08/02/2017 10:32
"Garanti non OGM", c'est en débat il me semble
Foufouche a écrit le 08/02/2017 12:41

"Garanti non OGM", c'est en débat il me semble

C'est ce qui est dit oui. Une plante manipulée génétiquement mais pouvant en Europe être considérée comme non OGM sous certaines conditions, c'est plutôt une perspective intéressante et rassurante.
Ferréol a écrit le 08/02/2017 13:01
Non ogm ou non transgénique?

Pour moi, après un peu de documentation sur crispr-cas9, c'est une technique de génie génétique qui produit de la modification génétique non naturelle chez les plantes ou les animaux, CRISPR-cas9 étant une protéine bactérienne. En revanche utiliser crispr-cas9 chez des bactéries la possédant naturellement ne donnera pas forcément un OGM.

La définition légale d'un ogm, selon l'inserm, a qui je fais confiance là dessus, c'est:
"Au sens de la loi, on entend par organismes génétiquement modifiés (OGM), toute entité biologique non cellulaire, cellulaire ou multicellulaire, capable de se reproduire ou de transférer du matériel génétique, et dont les caractéristiques ont été modifiées autrement que par multiplication ou recombinaison naturelle."

Un organisme transgénique est un ogm dont la modification génétique est d'introduire un gène d'une autre espèce dans son génome (ce qui n'est pas nécessairement le cas quand on utilise CRISPR-Cas9).
satya a écrit le 08/02/2017 13:08
Rassurante?

C'est juste flippant, laisser encore les blouses blanches gérer l'agriculture et notre alimentation, on vois ce que ça a déjà fait par le passé.
Mais il suffi d'un joli reportage et tout le monde est convaincu.
En plus cela n'oblige plus a un étiquetage signalant organisme génétiquement modifié, alors que ça en est.



Petite aparté, au mali ils ont abandonné le coton OGM et ils ont une récolte miraculeuse cette année.
La plupart des convertis aux OGM sont ruinés, l'info propagé par les médias ne relate rien de ce qui ce passe vraiment.

Les OGM ont ruiné/tué beaucoup de gens et poussé les gens a traiter plus.
C'est beau!

Alors on continu?
floyd a écrit le 08/02/2017 13:17
Faire référence aux tout premiers ogm pour critiquer une technique nouvelle, l'argument est faible.
Sans les progrès attendus, dans la technique et dans les résultats, les producteurs et utilisateurs de phyto restent en piste.
… et ça ce n'est pas un progrès.
Foufouche a écrit le 08/02/2017 15:27
Non ogm ou non transgénique?

Je laisse le soin à d'autre de répondre Férréol, mes connaissances sont bien trop limitées mais de ce que j'en est compris en regardant ça un peu tard hier soir c'est que le chercheur évoquait le fait qu'un "OGM" créé par la méthode CRISPR-Cas9, qui permet donc de contrôler entièrement le processus de création, puisse être considéré comme non OGM dans le cas où l'on ne fait que venir substituer un gène d'une variété par le même gène présent naturellement dans une autre variété sans modification de celui ci.
Lorsque ces substitutions sont limitées en nombre (il évoquait le cas contraire du maïs je crois avec des dizaines de modification de gènes, une vraie usine à gaz potentielle) on pourrait considérer que le cultivar créé est équivalent à celui d'une sélection classique par croisement, à la différence qu'il est obtenu bien plus rapidement grâce à la technique CRISPR-Cas9.

Rassurante?
Les OGM ont ruiné/tué beaucoup de gens et poussé les gens a traiter plus.C'est beau!

Non mais je suis d'accord avec toi Satya mais face à ce que font les chinois, brésil, états unis et surement bien d'autres pays actuellement, c'est plutôt rassurant (mais rien n'est moins sûr c'est vrai) que l'Europe grâce à ces nouvelles techniques est peu être la capacité à long terme de conserver une forme de contrôle sur ces nouveaux produits qui inondent actuellement la planète, produits qui s’avéreraient potentiellement plus "propres" car apparemment plus maîtrisé dans leur processus. Très loin de l’irradiation par exemple.

Que vont en faire les grosses multinationale, on connaît tous la réponse. Cela dit si l'Europe ne prend pas aussi les devant sur ce genre de questions et évolue en ce sens, d'autres le feront et en pire et viendront nous inondé tôt ou tard (est ce que l'Europe résistera longtemps?) car avec l'avancé de la science ces techniques de sélections proposent et proposeront toujours plus de produits toujours plus performants, d'autant plus performants que leur créateurs ont des réglementations permissives.

Malheureusement les capitalistes esclavagistes ont surement encore de beaux jours devant eux sur la planète et ce n'est pas être résigné que le dire, juste être lucide pour ma part...Je suis entièrement d'accord avec toi satya et d'ailleurs j'ai beaucoup changé mon alimentation et mes sources d'alimentation depuis 5 ans en commençant par planter beaucoup de choses et potager, je suis sensible au sujet mais c'est presque un débat parallèle que celui des OGM en eux mêmes, ces OGM n'étant dans cette critique que de simples nouveaux outils pour asservir la paysannerie mondiale et satisfaire des actionnaires sur du long terme, vu les perspectives de crise, ça va être juteux! Ces OGM douteux ne peuvent être que dangereux de toute façon vu ce qu'il cherche à satisfaire, l'appétit des banquiers plus que l'objectif de nourrir le monde comme ils le prétendent.

Mais imaginons (et c'est peu être naïf )que dans 10 ans un chercheur Européen encadré par des lois qui ne soit pas complètement dictées par les lobbys financiers, protectrices pour les consommateurs te dise à toi paysan du coin: "Tenez on vous a créé une variété paysanne améliorée par CRISPR-Cas9 , c'est certifié à 200% il y a consensus scientifique planétaire sur cette variété, elle peu est considéré comme telle"...pourquoi pas?

Complètement d'accord avec Floyd sur la question des phyto, ça ne peut qu'améliorer une situation désastreuse. Bien mis en oeuvre et encadrés strictement tout porte à croire qu'il y a des solutions très efficaces et sans danger, plus élaborées que ce que permet d'offrir la science actuelle.
satya a écrit le 08/02/2017 16:14

l'Europe grâce à ces nouvelles techniques est peu être la capacité à long terme de conserver une forme de contrôle sur ces nouveaux produits qui inondent actuellement la planète, produits qui s’avéreraient potentiellement plus "propres" car apparemment plus maîtrisé dans leur processus. Très loin de l’irradiation par exemple.


C'est vrai qu'on n'y échappera sûrement pas, et on reste dans quelque chose de plus "naturel" en restant dans une même espèce, et non un gêne d'oursin dans du blé.

Mais j'ai du mal a croire en ces nouvelles technologies.
Je crois que l'on a créer des problèmes avec notre façon de gérer l'environnement, l'agriculture...etc
Et on cherche a combattre ces problèmes avec le même raisonnement qui les ont créer.
Qui vont créer de nouveau problèmes, et on ira encore plus loin pour les résoudre.
Par ce que jouer avec la génétique c'est déjà aller loin, ce n'est pas rien!!!
Et si le fait muter des plantes comme on le fait pouvais engendrer d'autres problèmes plus grave.
Gênes qui envahissent l’écosystème et deviennent incontrôlable, détruisant toute les rosacées, ou donnant des fruit inconsommable, ou je ne sais quoi.
Ca vire a la science fiction, mais on a était capable de pas mal de choses horrible en si peu de temps.

Il y a 100ans il y avait des poissons dans les rivières et on pouvais si baigner.
Les premiers produits chimique on du être accueilli par des septiques comme moi mais on leur a répondu c'est le progrès et sans ça on n'y arrivera pas et ça ne peu être pire que maintenant.
Bingo, eau imbuvable, plus de poissons et tout ce qui va avec.
Bon on si est habitué, mais il va falloir s’habituer a quoi d'autre?


Pourquoi la situation est désastreuse?
Pourquoi est ce si dur de produire sa nourriture?
Cela fait des milliers d'année que l'on mange des pommes, pourquoi aujourd'hui les vergers ne peuvent plus ce passer de traitements, enfin... 35 traitements?

Ce qu'il faut combattre ce sont nos mauvaise façon de faire!
Ce n'est pas une chose établi depuis toujours, nous avons créer ces conditions, ces problèmes.
Alors oui si on veut manger de la golden produit en monoculture sur 5Ha de pommiers sur Pg nain tellement serré que l'air n'y passe pas, il va falloir des produits ou des modification génétiques. (mais qui encore manger de ces pommes vide et toxique même les lapin n'en veulent pas)

Je connaît des vergers productifs sans aucun soin, ni traitement.
La personne n'a qu'a cueillir les fruits! normale quoi. vive les arbres et leurs dons que son les fruits.
De quoi ce plaint on??
floyd a écrit le 08/02/2017 17:13


Il y a 100 ans il y avait des poissons dans les rivières et on pouvais si baigner.
Les premiers produits chimique on du être accueilli par des sceptiques comme moi mais on leur a répondu c'est le progrès et sans ça on n'y arrivera pas et ça ne peut être pire que maintenant.


1917… phyloxera et mildiou étaient sous contrôle, mildiou et doryphore aussi. Mais avec un arsenal de pesticides dont les noms font encore frémir après que d'autres et des pires eurent été essayés avec des prises de risques énormes.

Non la nature n'est pas naturellement bonne, et oui les producteurs et les chimistes ont essayé de faire face dans l'urgence avec les ressources et les connaissances (encore très modestes) de l'époque.

Quant aux rivières et aux ruisseaux ils servaient depuis longtemps d'égout à ciel ouvert. Les hygiénistes du XIXe avaient lancé l'alarme depuis longtemps, et Paris sous Hausmann est enfin devenu une cité moderne.

Ce que nous espérons tous, c'est que nous dépassions le modèle de la haie fruitière des années 80/90. Pas mal de monde y travaille!
Ferréol a écrit le 08/02/2017 20:34

Non ogm ou non transgénique?

Je laisse le soin à d'autre de répondre Férréol, mes connaissances sont bien trop limitées mais de ce que j'en est compris en regardant ça un peu tard hier soir c'est que le chercheur évoquait le fait qu'un "OGM" créé par la méthode CRISPR-Cas9, qui permet donc de contrôler entièrement le processus de création, puisse être considéré comme non OGM dans le cas où l'on ne fait que venir substituer un gène d'une variété par le même gène présent naturellement dans une autre variété sans modification de celui ci.


Justement, c'est un des cas précis ou on a une plante OGM non transgénique. Cette technique s'appelle la cisgénèse (dans la transgénèse le gène d'intérêt provient d'une espèce différente, dans la cisgénèse, il provient d'un autre individu de la même espèce). Je sais que des équipes de recherche faisaient de la cisgénèse sur pommier dans l'espoir que ça passerait plus facilement dans l'acceptation populaire...

Le problème du débat sur les ogm, c'est qu'on juge les résultats et pas la méthode, on en arrive a interdire injustement une méthode.

C'est un peu comme d'interdire toute utilisation du nucléaire à cause du nucléaire militaire, et je ne parle pas là de la production d'électricité avec du nucléaire "civil" mais du nucléaire médical. Sans l'utilisation de la physique, des rayonnement radioactifs et des réactions nucléaires, vous pouvez dire adieu à une bonne moitié des technique d'imagerie médicale (radiographie, pet-scan, scintigraphie entre autres).

Quand le débat ogm est lancé dans n'importe quelle discussion, on parle systématiquement des ogm "round-up ready","bt" ou des gènes "terminator" dont on connait les conséquence néfastes, une sur -utilisation du glyphosate (qu'on va ensuite interdire parcequ'on sait pas s'en servir raisonablement), des résistances aux herbicides et insecticide qui vont se développer dans la nature, des pollutions diverses et variées etun asservissement des agriculteurs envers les semenciers.

Parallèlement brillent par leur absence chronique de ces débats la thérapie génique et le téléthon qui ont le vent en poupe, alors que se sont exactement les mêmes techniques qui sont utilisées, avec des problématiques différentes et des buts différents.

Quand on parle de plantes ogm cultivées, peu de gens connaissent par exemple le golden rice, un riz ogm, crée je crois par l'ETH de Zürich, qui est un riz dans lequel des généticiens ont ajouté des gènes permettant au riz de stocker un peu de carotène dans son grain, afin de luter contre les carence en vitamine A dans certaines régions du monde ou les populations pauvres n'ont pour nourriture que le riz.

Le problème de la confiscation de la biodiversité cultivée par les grands groupes semenciers est très largement antérieure au développement des ogm, le fait de supprimer les variétés classiques en les remplaçant par des hybrides F1 avait déjà rendu captifs les agriculteurs depuis longtemps.

Le problème de l'introduction de gènes exotiques et du remplacement du pool génétique local est lui aussi beaucoup plus ancien, il est aussi ancien que le commerce des semences, le cultivateur classique trouvant toujours que l'herbe est plus verte ailleurs, et que c'était mieux avant...
autrevie a écrit le 09/02/2017 07:19
sans vouloir casser l'ambiance,cisgénèse ou pas,mon petit doigt me dit que dans 100 ans nous n'aurons aucune amélioration sur la vivacitée des légumes ou des céréales,et en resterons aux annuels.
alors que ça devrait être une priorité,(comme la résistance aux maladies),en vus de faire gagner du temps aux populations.


greffer.net >> Livres et sites internet