Cherimolier (annona cherimolia)

greffer.net >> Autres fruits

belinsecte a écrit le 09/01/2018 18:16 (ref msg # 61201 )
ok
Je vois bien parmi les fruits "à texture de yaourt" plein de formes différentes, parfois extravagantes.
Mais je croyais devoir attribuer à une autre variété les fruits "à texture plus ferme" que je n'ai jamais vus déformés, et qui ont une peau différente et plein de plis autour du pédoncule qui est toujours dans une cuvette, contrairement aux premiers.
J'écrivais precedemment que les premiers contenaient beaucoup moins de graines que les seconds, mais ces 1ers n'étaient pour sûr, pas pollinisés à la main.

Par contre dans ce fruit différent plus ferme, trouvé ce matin comme le seul "intrus" dans un étalage de marché, ce matin je n'y ai trouvé que 4 graines et un puissant arome, alors que le fruit "yaourt" acheté au même forain en contenanit + de 30. (rapport inversé)
clow a écrit le 09/01/2018 18:22 (ref msg # 61202 )
Petite question:

A quoi est dû les brûlures sur les feuilles, froid, coup de chaud, j'avais déjà remarqué cela sur mes semis mais je n'en ai jamais compris la cause ?
tropique a écrit le 09/01/2018 21:13 (ref msg # 61211 )
Belinsecte--Le plant que tu montres dépasse les 20 ans

Le cherimoya est originaire de la Cordillère des Andes,il pousse à une altitude comprise entre 1300 et 2300 m.Beaucoup de pays subtropicaux le cultivent dans les vallées en haute altitude bien protégées contre les vents forts .Chez nous on les cultive dans les plaines atlantiques avec des résultats plus que satisfaisants.
Il n existe pas de cherimoya de montagne et autre,il suffit de procurer à celui-ci les conditions favorables et le tour est joué
La pollinisation joue un rôle très important pour l obtention de fruits de très bonne qualité (taille-forme-maturité-production)
Le cherimoya peut fructifier dans les bacs de 80l et plus,cultivé dans un petit pot,il végétera.
Si vous souhaitez obtenir de bons résultats,cultiver au moins deux plants et pensez à polliniser manuellement
Quel région de France possède un climat aussi clément que celui de l Andalousie ?-aucun
Toutefois,dans le Sud on rencontre quelques spécimens cultivés en situation protégée .pour les cultiver à grande échelle,on doit faire appel à des serres chauffées,ce qui n est pas du tout rentable
clow a écrit le 10/01/2018 00:25 (ref msg # 61214 )
Serre chauffé non, ceux que j'ai en pot supporte l'hiver en serre non chauffé et avec quelques entrée d'air, certes il perdent certaines feuilles l'hiver mais redémarre au printemps.

Pour le moment je les aient pas encore planté en pleine terre car ne sachant pas trop l'emplacement idéal qu'il leur faudrait zone avec drainage ou non .

Mais pour le moment je considère que leur culture peut être faisable sous serre bien entendu, mais je la chauffe pas.

J'ai des caramboliers, des longanes, des figuiers de barbarie, des grenadilles, des goyaviers, des avocatiers aussi tous de semi, qui passent très bien l'hiver avec seulement quelques petit bobos et ce en serre non chauffé et sans voile d'hivernage.

Pour une culture de pleine terre d'extérieur c'est vrai que cela risque d'être difficile mais dans une serre quand les arbres sont planté en plus direct dans la terre et en plus si les plantations sont densifié, leurs vigueur et résistances face aux aléas s'en trouve renforcé par rapport à la même culture en pot.

C'est ce que j'ai remarqué avec les agrumes au départ.

Dire qu'une culture en France arrivera à fructifier sous serre j'en ai encore aucune idée pour le coup, mais question chaleur de l'été c'est quand même bien chaud dans la serre et l'hiver je descend jamais en dessous de 5° mais bien souvent la température varie plus entre 5 et 10° .

A 23h45 hier donc il faisait 9° près du vitrage, entre 11 et 12 vers le milieu de la serre planté en haute densité et au sol disposant d'un paillis d'environs 40cm à mon avis la température ne descend pas en dessous de 10° .

Et cela sans que ma serre soit couverte ( oui en cas de possible froid important elle dispose d'un voile intérieur attaché au poutre à étalé sur les parois ( vitrages ), ainsi que de la possibilité encore jamais utilisé de la pose à 30 cm des parois d'une deuxième couche de parois créant une isolation optimal en cas de coup dur.

Serre conçus par l'ébéniste que je suis en prenant en compte les inconvénients qui me dérangé.

Finalement quand je vois que les minima par chez toi sont de 7° j'arrive à rentré dans tes normes avec ma serre .

C'est peut être aussi la raison pour laquelle j'observe aussi se problème de feuilles grillé et de perte de feuilles pour mes arbres en pot, voilà donc peut être une réponse à ma question merci .

Je testerais ce printemps un semi massive de semences de fruits tropicaux ayant passé du temps au congel dans les fruits, direct en pleine terre en extérieur .

Je pourrais ainsi voir si il y en a qui on survécu à cela et ensuite observé si oui ou non il supporte plus facilement les grands froids .

En tout cas je le dit comme conseil pour ceux qui passerons par là, si vous avez une serre planté direct dedans, car les arbres y serons bien plus robuste que dans leurs pots.

belinsecte a écrit le 10/01/2018 09:37 (ref msg # 61217 )
tropique post_id=61211 time=1515528825 user_id=4982 a écrit :

Belinsecte--Le plant que tu montres dépasse les 20 ans
...
Il n existe pas de cherimoya de montagne et autre
...
Toutefois,dans le Sud on rencontre quelques spécimens
...

Quand je parle de cherimoya de montagne ici, ça veut dire qu'il pousse en altitude ici (660M): c'est peut-être la même espèce mais qu'il supporte des gelées par exemple -9°C en mi-fevrier 2012.
J'ignore si Annona montana serait réellement plus résistant au froid, les seules prétentions lues c'est -2°C pour A. cherimola et -4°C pour A. montana, et encore en MP. Et pourtant certains (?)cherimola(?) supportent -7°C et peut-être pire (avec une marge d'erreur de 2°C entre la station météo et le jardin observé).

Tropique, où dans le sud (de la france?) rencontres tu quelques specimens?
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 10/01/2018 09:59 par belinsecte
belinsecte a écrit le 10/01/2018 09:42 (ref msg # 61219 )
diospyros post_id=61198 time=1515512698 user_id=14960 a écrit :

La différence sur la forme des fruits est due au fait que la pollinisation des fleurs est compliquée.
...

La différence que j'évoquais est mieux représentée sur ces photos: https://www.greffer.net/discussion/viewt...
Le fruit à texture "de yaourt" prend des formes très différentes tu as raison, mais l'autre se distingue par sa peau et sa texture plus ferme.
belinsecte a écrit le 10/01/2018 10:02 (ref msg # 61221 )
clow post_id=61202 time=1515518543 user_id=67005 a écrit :

Petite question:

A quoi est dû les brûlures sur les feuilles, froid, coup de chaud, j'avais déjà remarqué cela sur mes semis mais je n'en ai jamais compris la cause ?

ici aussi il y a des cherimoliers à grandes feuilles bien vertes et d'autres à feuilles plus petites avec le bout grillé. ça dépend comment est réglé l'arrosage. les rares qui n'ont pas de goutteurs juste au pied sont encore + grillés, ne fructifient pas, et ont des branches mortes.
belinsecte a écrit le 10/01/2018 16:43 (ref msg # 61226 )
clow post_id=61214 time=1515540317 user_id=67005 a écrit :

Serre chauffé non, ceux que j'ai en pot supporte l'hiver en serre non chauffé et avec quelques entrée d'air, certes il perdent certaines feuilles l'hiver mais redémarre au printemps.

...

Je pourrais ainsi voir si il y en a qui on survécu à cela et ensuite observé si oui ou non il supporte plus facilement les grands froids .

En tout cas je le dit comme conseil pour ceux qui passerons par là, si vous avez une serre planté direct dedans, car les arbres y serons bien plus robuste que dans leurs pots.




Quel est ton code postal? (pour que chacun puisse comparer son climat au tien).
Pour les records de froid ce lien je le mets direct cette fois: http://meteo-climat-bzh.dyndns.org/class...
Sur l'onglet "monde" in faut choisir "france" dans le menu déroulant, puis cliquer "changer", et là une liste plus complète apparait pour la france.

J’avais déjà signalé cette petite merveille dans un autre sujet: il nous permettrait l’hiver prochain pour 15€, d’accompagner nos observations d’un graphique objectif de la température et sa durée, exactement à l’emplacement de l’arbre:
https://www.ebay.fr/itm/Enregistreur-Usb...
clow a écrit le 10/01/2018 20:22 (ref msg # 61231 )
Code postal 17170 au environs de La Rochelle d'ailleurs mes températures sont souvent quelques degrés de plus ( en extérieur ) à cause d'un micro climat chez moi .

J'avoue avoir eu un peu de mal à m'y retrouvé (au site meteo-climat ) au début mais j'ai fini par en comprendre les résultats et comment modifié les années.

http://meteo-climat-bzh.dyndns.org/stati...

Après je le rappel mes cultures se font sous serre pas en extérieur et quand je dit que ma température se rapproche des 7° que tropique à c'est par rapport à la serre pas à dehors et sans mettre les protections renforcé dont plaque coulissante pour fermé les entrée d'air ( chose que j'applique dès que la météo annonce des petit coup de froid problématique contrairement au reste il suffit juste de faire coulissé ), voile de protection à déroulé sur les vitrages et l'application de la deuxième parois à 30 cm.

Cela dit sans les protection ma serre est assez proche des température extérieur mais hors gèle, après je n'ai pas encore subit des températures mini record avec, et mes culture n'on que 6 ans pour les plus âgé caramboliers, avocatiers, et anone qui elles sont toujours en pot .

Si j'appliqué tout cela la température ne risquerais pas de descendre en dessous de 10° mais j'ai souvent la flemme de l'installé car ensuite si je l'enlève pas, la chaleur de l'été atteint une température étouffante et il y a de la longueur.

Cette chaleur trouve sa cause dans le fait que la matière plastique se réchauffe plus vite,ce qui permet de réchauffé l'espace entre la parois plastique et la paroi verre puis ensuite le tout subit une augmentation de la chaleur en entrant à l'intérieur de la serre qui si non ouverte atteint des températures dépassant facilement les 60° au mois de juillet.

C'est pour cette même raison que si son application était réalisé alors la température ne risquerais pas de descendre en dessous de 10° facile.

Souvent les serres sont vendu avec un seul vitrage parfois doublé pour une meilleur isolation sauf que la mienne comprend au max 2 parois de double vitrage distante si application de 60cm ( j'avais dit une erreur j'ai vérifié aujourd'hui ) chacune, la première en verre plus isolant et la deuxième ( en fait la première vue de l'extérieur si appliqué ) en matériaux plastique .

La distance possible entre les 2 parois viens du fait que j'ai appliqué tout autour de la serre une fabrication de carrés potager d'une largeur et hauteur total de 60cm qui peuvent donc être eux même protéger grâce à cette 2ème paroi.

Ces carrés potager me permette d'avoir une serre avec une excellente isolation thermique et d'être à mi chemin entre la serre classique et le walipini

Je sais parfaitement que les températures négative sont un problème et c'est pourquoi j'ai conçu une serre qui par ailleurs étant ma propre construction me laisse tout le loisir d'en perfectionné la structure si jamais j'en ai envie

Je donne ces quelques détails sur ma serre pour ceux qui voudrais avoir des idées de conception.

En gros faut t'imaginé après installation de la totalité une grande serre à l'étouffé entouré par des serres plus petite de la largeur ( épaisseur ) d'un mur en pierre, une véritable maison isolé pour mes cultures .

Donc il ne s'agit pas tant du climat mais de la serre en elle même, c'est elle qui change le résultat le climat lui est juste un facteur parmi d'autre .

Quand au semis en pleine terre, observé la différence entre le climat de tropique est le mien n'a pas vraiment d'utilité non plus pour la bonne raison que c'est une tentative seulement pour voir si après passage au froid du congel, j'observe un renforcement à celui ci .

Et si tel est le cas ce qui n'est d'ailleurs pas certains alors le climat n'aura rien avoir dedans puisqu'il y aura eu renforcement à celui ci .

Si tu vois ou je veux en venir avec une bonne serre tu peu changer les facteurs problématique et cultivé ce que tu n'aurais pas cultiver sinon, mais il s'agit là non pas de la résistance des plantes mais d'une couverture qui les protège.

Et avec un renforcement de la plante elle même, tu obtient le même résultat sans. Mais savoir que le climat d'untel est différent et plus favorable à telle ou telle culture ne sert ici à pas grand chose si ce n'est comprendre son climat pour envisagé par quel moyen changé les facteurs problématique chez soi pour en réussir la culture .

Donc question pour un champion à quoi vas te servir le fait de savoir quelle est mon climat belinsecte ?

Enfin je le précise encore une fois ma serre est ma propre conception et construction,ce n'est donc pas une serre que vous allez trouvé en grande surface, donc inutile à chacun d'en faire des comparaisons cela n'a rien à voir, autrement tenté de faire une comparaison de qualité entre un meuble en médium de chez ikéa et un bureau Mazarin .


Comme dans une maison bien isolé et une maison mal isolé, dans celle qu'est mal isolé les déperditions de chaleur serons conséquente et les économies de chauffage difficile.
diospyros a écrit le 10/01/2018 23:38 (ref msg # 61242 )
belinsecte post_id=61201 time=1515518180 user_id=64308 a écrit :

ok
Je vois bien parmi les fruits "à texture de yaourt" plein de formes différentes, parfois extravagantes.
Mais je croyais devoir attribuer à une autre variété les fruits "à texture plus ferme" que je n'ai jamais vus déformés, et qui ont une peau différente et plein de plis autour du pédoncule qui est toujours dans une cuvette, contrairement aux premiers.
J'écrivais precedemment que les premiers contenaient beaucoup moins de graines que les seconds, mais ces 1ers n'étaient pour sûr, pas pollinisés à la main.

Par contre dans ce fruit différent plus ferme, trouvé ce matin comme le seul "intrus" dans un étalage de marché, ce matin je n'y ai trouvé que 4 graines et un puissant arome, alors que le fruit "yaourt" acheté au même forain en contenanit + de 30. (rapport inversé)


C'est interessant s'il n'y a que 4 graines... La taille du fruit était correcte? Quand tu dis puissant arome, c'est positif ou négatif?

Pour l'histoire de la pollinisation, il se peut peut etre que comme pour les avocatiers, les phases males et femelles se chevauchent a cause d'une température trop basse et que du coup certains arbres est un taux de nouaisons plus importants. Surtout s'il s'agit de francs et qu'ils ne sont donc pas exactement des fino de jete, donc avec leurs propres caractéristiques en tant que franc de semis.
belinsecte a écrit le 11/01/2018 01:02 (ref msg # 61246 )
puissant arome très bon!
taille moyenne
j'irais chez ce producteur bio semaine prochaine, voir si c'est une variété différente, ou si c'est comme j'ai vu dans les photos précédentes, des fruits qui pousseraient sur les mêmes branches que les anones "yaourt".
comme tu écrivais, le nombre de graines pourrait dépendre de la pollinisation
belinsecte a écrit le 11/01/2018 02:20 (ref msg # 61251 )
Bruno post_id=47192 time=1424601558 user_id=503 a écrit :

Je répète ce que j'avais écrit précédemment :
J'ai lu qu'en Corse, l'INRA avait planté 2 arbres qui ont gelé en une seule nuit car la température était descendue à - 5,5 °C.

gelé: feuilles grillées, mais branches indemnes? quel âge avaient les arbres? greffés? Un adulte de semis a survécu à environ -9°C en Andalousie en altitude, d'autres y ont grillé (chiffre de la station météo locale). Cela rappelle que chaque graine est différente, et qu'en semant beaucoup on peut obtenir des sujets adaptés à une situation plus froide. Un pépiniériste indiquait que l'arganier d'un semis à l'autre a une rusticité variable de -5 à -20°C. la fourchette est large!

http://uses.plantnet-project.org/fr/Anno...
Le lien précédent (merci Bruno) indique que
Annona montana supporte mieux la sécheresse. goût acre, pousse dans les forets des antilles jusqu'au sud du brésil. Tolère -4,4°C selon*
A. cherimola Mill. et A. diversifolia Saff. prospèrent dans les régions les plus hautes (entre 1200 et 2000 m d'altitude des hauts plateaux des Andes de Colombie au Pérou). (cherimola jusqu'à 2200M en équateur, chili, pérou)
A. cherimola n'aime pas les climats trop chauds et humides. Tolère -4°C selon*
A diversifolia (Ilama) de goût agréable préfère les climats semi-arides et pousse bien aussi à basse altitude des tropiques. Montagnes et collines de la côte ouest du Mexique au Salvador. Selon* la peau est parfois verte, rose-pourpre ou rouge foncée. Tolère -1°C selon*
A. muricata (le plus sensible au froid) aurait des racines plus profondes. Tolère environ 0°C selon*
A. glabra supporterait les sols marécageux ou mal drainés. "pulpe de qualité très inférieure". tolère le gel selon*
A. reticulata (souvent rouge) L. et A. squamosa L. ne supportent pas les gelées et les périodes prolongées de froid.
Une autre source* indique une tolérance d'environ -3°C pour squamosa, -3,4 pour reticulata.
Toutes les espèces d'anones sont peu exigeantes sur la qualité des sols, exception faite pour le drainage. Tolèrent du calcaire mais préfèrent le sol acide.
A. purpurea (pomme-canelle rouge), Avec une peau épaisse et des arômes mangue-abricot. Sud Mexique (isthme de Téhuantépec) et Amérique centrale jusqu'à Panama (Côte Pacifique). Selon* il serait de qualité moyenne et pas résistant au gel.
22 anones décrites parmi une centaine d'espèces, et 9 de rollinia... où y aurait il un conservatoire ou arboretum pour goûter tout ça?

Les variétés d'A. cherimola sont nombreuses et classées selon l'apparence de la peau:


Empreintes digitales
(annona de dedos pintados CR) : fruit conique ou subglobuleux, surface lisse couverte d'aréoles concaves en forme d'U et ressemblant à des empreintes digitales. C'est une des meilleures formes : pulpe juteuse, sucrée, contenant relativement peu de graines.
Lisse (cherimoya lissa Ams, anon Mex) : variété à peau lisse et à pulpe très fine.
Tuberculée (cherimoya Aml) : une des formes les plus communes, fruit cordiforme portant de petites protubérances en forme de verrues près du sommet arrondi de chaque aréole.
Mamelonnée (cherimoya de tetillas Ams).
à piquants (cherimoya de puas, annona picuda (Aml) : fruit oblong-conique, peau comparativement plus épaisse, semée de protubérances prolongées par une pointe. La pulpe est acide et les graines plus nombreuses que dans les autres formes.

Dans quelle apparence de peau serait classée "fino de jete"?

4 autres variétés indiquées par*: dont variété A. cherimola 'El Bumpo' (1986) et 'Selma' est indiquée à chair partiellement rose clair*

Le lien suivant rappelle comme paf que la bouture est possible, et donne des détails en P.10 et 11:
https://books.google.fr/books?id=uvEqAAA...

*Une autre source ne confirme pas la bouture mais indique la marcotte aérienne, et compare les photos de quelques espèces d'anone: http://www.tradewindsfruit.com/content/m... et indique que les meilleurs au goût sont cherimola, cherimola x squamosa (atemoya), muricata (soursop, corossol, 0°C), squamosa (sugar apple, "environ" -3°C).


Cortejuan post_id=45945 time=1416233839 user_id=62603 a écrit :

Bonjour,

Je suis nouveau sur ce site et vous transmets salutations et amitiés botaniques.

Je reprends le cours de la discussion. Je possède plusieurs pawpaw qui m'ont donné fruits et graines, j'en ai semées quelques-unes et j'aimerais savoir si le greffage cherimolier sur asiminier a déjà été tenté. Mon but étant d'améliorer la rusticité du chérimolier qui se maintient péniblement en serre tempérée (entre 8 et 10 degrés) durant nos longs hivers.

De toute façon, je tenterai la chose a l'automne prochain.

Cordialement

Cherimoya sur Asiminier:
Alors, ça a donné quoi?
Ce serait possible selon le livre rapporté par Mazan: https://www.greffer.net/discussion/viewt...
S’il souffre chez toi ce n’est pas du froid mais c’est qu’il est très, très gourmand en eau
Message modifié 45 fois ; la dernière fois le 13/01/2018 03:58 par belinsecte
clow a écrit le 11/01/2018 02:30 (ref msg # 61252 )
Les miens sont encore en pot dans ma serre justement car je me pose des questions qu'en au type de sol, pour le besoin en eau j'ai ce qu'il faut puisque je suis en zone humide, en sol argileux plus important au font des cours d'eau qui entoure mon terrain et dans certaine parties central de celui ci.

Mon sol est donc argileux mais pas de manière uniforme .

Dans la serre à quelque mètres d'un cour d'eau ( celle dont j'ai parlé ), la terre n'est pas trop argileuse mais conserve une bonne humidité de profondeur avec les paillis d'été, et conviens bien au oranger planté direct en terre à l'intérieur .



Pour info j'ai 4 serre toutes construite de manière différente et dans des zones différente justement car ainsi je multiplie la possibilité de facteurs différent :

1 à quelques mètres d'un cour d'eau
1 en bordure de cour d'eau pour le coup toujours humide mais il s'agit d'un cour d'eau que j'ai muni d'un barrage que j'ouvre selon ma volonté la terre y est plus ou moins argileuse mais beaucoup d'apport de matière organique l'on bien amélioré aussi .
1 serre en sol plus calcaire, moins lourd et plus sec que j'utilise d'ailleurs pour les cactées.
et 1 pas loin d'un cour d'eau toujours remplie qui n'en est pas vraiment 1 puisqu'il s'agit d'une walipini dont le sol y est toujours gorgé d'eau en permanence.

D'après toi selon ces différente caractéristique laquelle est la mieux adapté pour une culture en pleine terre sous serre ?
belinsecte a écrit le 11/01/2018 02:41 (ref msg # 61253 )
D'après les sources A. cherimola supporte le calcaire, préfère l'argile sableux et demande un sol bien drainé.
Gourmand en eau selon ce que j'observe en Andalousie où il fait très, très sec et ils cultivent en arrosant très généreusement et souvent; les arbres moins irrigués ont le bout des feuilles qui sèche en ce moment, comme sur la photo de Tropique ici: https://www.greffer.net/discussion/viewt....php?p=61212#p61212).
Souvent cultivé au soleil mais en Andalousie il serait moins vulnérable à la mouche à mi-ombre
Message modifié 8 fois ; la dernière fois le 11/01/2018 04:53 par belinsecte
clow a écrit le 11/01/2018 03:22 (ref msg # 61254 )
Drainé et irrigué là est toute la difficulté car par irrigué doit on comprendre une irrigation en continue donc de l'eau plus ou moins constante en profondeur ?

Ou une irrigation de temps en temps qui équivaut à un bonne arrosage ?

Ou doit on avoir une irrigation continue l'été et fermé l'hiver pour imité le climat tropicale ?

Pour le sol drainé mais avec présence partielle d'argile cela peut se jouer pour moi dans mes serres 1 et 2, la serre 3 est conçu pour être particulièrement sèche et la 4 et très humide mais est pas drainante .
belinsecte a écrit le 11/01/2018 03:49 (ref msg # 61255 )
Eau régulière ou constante en profondeur, d'autant que ses racines sont superficielles.
Les fruits sont + sucrés avec moins d'eau pendant leur formation.
il n'aime pas le climat tropical, détails plus haut sur cette page
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 11/01/2018 04:08 par belinsecte
clow a écrit le 11/01/2018 04:08 (ref msg # 61256 )
Je vois donc je pense que cela peut être faisable chez moi sous serre et si réussite de l'expérience du passage au congel en extérieur, de toute façon toutes les semences congelé serons semé direct à leur place définitive pour un meilleur enracinement.

Je pense que tu connais déjà ces sources mais je les met au cas ou.

Le premier qui explique en gros les exigences de culture au maroc
http://www.agrimaroc.net/03-47.htm

Celle ci met en avant l'idée de sa culture même en Bretagne, probablement de manière protégé mais c'est intéressant de voir que l'idée était présente.
http://www.persee.fr/doc/jatba_0370-3681...
belinsecte a écrit le 11/01/2018 04:15 (ref msg # 61257 )
En bretagne comme chez toi le climat est doux
Les records de froid sont de l'ordre de -6°C sur le bord de mer breton, alors qu'à Marseille ils sont d'environ -10°C (1985, 1987, 2012), -13°C en 1956, -14°C en 1929, et même -17°C (3 fois dans les années 1700 et 1800)
Message modifié 3 fois ; la dernière fois le 16/01/2018 09:38 par belinsecte
belinsecte a écrit le 11/01/2018 10:36 (ref msg # 61260 )
tropique post_id=60995 time=1514918299 user_id=4982 a écrit :

Doc m avait précisé que c est la" pomme cannelle mauve",désolé pour la confusion.
Voici un lien qui en parle:
http://jujuaunautreblog.centerblog.net/1...
...

A propos de tes photos en fin de page 4:
pour ta photo à peau lisse

je crois reconnaitre A. reticulata (custard apple) ou un glabra rouge s'il en existe?? s'il pousse les pieds dans l'eau, car je ne vois pas de motifs sur la peau
pour ton autre photo d'anone rouge:
Je ne pense pas que ce soit A. squamosa (sugar apple), mais plutot A. diversifolia.
Il y a beaucoup de confusions sur le web, et les photos de reticulata trouvées par ggogle ressemblent tantôt à ta photo à peau lisse et rouge, tantôt à squamosa vert... Apparaissent des variétés rouges de squamosa, mais les protubérances sur la peau y sont moins prohéminentes que sur ta photo. squamosa est excellent et est cultivé dans les climats trop tropicaux pour Cherimoya.

voir détails en haut de cette page de sujet.
mazan a écrit le 11/01/2018 19:02 (ref msg # 61262 )
Bonjour,
Je vois que faire pousser le chérimolier en France est le rêve de bien des amateurs de frutiers exotiques dans le sud de la France ! Pour ce qui est de sa rusticité il y a, de mémoire, une photo quelque part dans le livre "el cultivo del chirimoyo" de plants de chérimoliers endommagés ( feuilles de la partie supérieures de la ramure grillées) à -5°en Andalousie .Pour ce qui est de la variété Selma, j'avais pu obtenir, il y a environ 20 ans, quelques graines auprès d'un amateur Californien.Malheureusement j'ai perdu ces arbres en pot par défaut d'entretien , n’étant pas sur place en permanence, avant de pouvoir tester leur résistance au froid supposée supérieure à celle de toutes les autres variétés US comme le disait alors la rumeur.
Actuellement je vais faire germer des graines supposées venir de Tarija en Bolivie , elles me semblent plus petites que celles venues d’Espagne.
Je m’oriente actuellement aussi vers des annones rares et peut être rustiques :
En cours:
germination d'Annona ( rollinia) Herzoggi qui pousse naturellement jusqu 'à 1750 m dans le sud de la Bolivie avec un fruit petit mais de bonne qualité.
germination d'annona Rugulosa qui pousse dans l’extrême sud du Brésil en compagnie des Araucarias Angustifolia ( très rare en France au contraire du classique Araucaria araucana et qui est très rustique au vu de sa région d'origine : il y en a un très bel exemplaire au jardin botanique de Lyon qui a passé sans difficulté les -13° de Février 2012) c'est parait -il la meilleure annone du Brésil.Si j'obtiens des plants, je tenterais peut être ultérieurement le greffage sur des plants d'Asimina parviflora que je fais germer actuellement et qui est presque aussi rustique et plus résistant à la sécheresse qu'Asimina Triloba.


greffer.net >> Autres fruits