Greffons de cormier

greffer.net >> Autres fruits

Alex a écrit le 28/07/2008 09:23 (ref msg # 18561 )
Bonjour,

Je savais que les cormiers étaient utilisés pour faire les moyeux de moulins (car c'est un bois très solide / résistant); Floyd nous l'a bien illustré.
J'ai appris ce WE que le cormier était aussi utilisé pour faire les premiers types de canons.

On part d'un "coeur" de canon composé d'un tronc de cormier.
On dépose, à chaud, une tôle de fer autour de l'axe (étanchéité aux gaz).
On enroule, à chaud, une lame de fer.
On enroule, à chaud, une seconde lame de fer en sens inverse.
On glisse, toujours à chaud, des cerclages de fer autour du double-enroulement.
On brûle le canon, le coeur en cormier est éliminé.

Le fait d'utiliser du métal chaud, donc dilaté, entraîne un resserrement de l'ensemble au refroidissement.
L'utilisation d'un coeur en cormier, très solide, aurait permis d'éviter les déformations lors de cette contraction du métal qui génère des forces considérables !

Alex
JM a écrit le 28/07/2008 09:29 (ref msg # 18564 )
Sympa ! je vais en faire un dans mon jardin !!!
Alex a écrit le 28/07/2008 09:39 (ref msg # 18565 )
Bonjour...

Euh, pour info, j'ai aussi appris l'origine de l'expression "faire les 400 coups"...

Quand ces premiers canons étaient terminés, on se lançait dans les essais... Huit coups de canon étaient tirés : si l'un des 4 premiers menait à l'explosion du canon, le coût en revenait à l'artisan; si l'un des 4 suivants menait à l'explosion, le coût en revenait à l'acquéreur...

Au bout de 400 tirs, le propriétaire était censé ramener son canon à l'artisan pour une révision... Si bien que quand il voyait le canon revenir, son concepteur, joyeux, s'écriait (en substance) "ah la brave bête, il a fait ses 400 coups".

Bref tout ça pour dire que ce peut être dangereux de fabriquer un canon
Et puis, de toutes façons, il faudrait que vous trouviez un cormier assez gros, ce qui ne court vraiment plus les vergers !

Alex
JM a écrit le 28/07/2008 09:59 (ref msg # 18567 )
Si je coupe celui du parc de ma boîte, ça va se voir
Alex a écrit le 28/07/2008 10:04 (ref msg # 18569 )
Surtout si tu t'en sers pour tirer au canon sur ta boîte
floyd a écrit le 28/07/2008 10:10 (ref msg # 18571 )
Très détonnant comme info.
Merci Alex. Je fais suivre à mes amis de la sepenes.
Alex a écrit le 28/07/2008 10:14 (ref msg # 18573 )
Tu veux les références et le dessin ? Il faudra attendre ce WE, mais je peux te l'envoyer si tu veux.

L'art de la guerre au Moyen Age de Renaud Beffeyte.

Alex
floyd a écrit le 28/07/2008 10:24 (ref msg # 18577 )
Avec plaisir Alex.

Pour ceux qui voudraient se lancer dans la "métallurgie", la pousse d'un cormier dans sa troisième saison en sol argilo-limoneux avec bache synthétique, atteint à ce jour 1,00 m.
C'est monsieur le voisin qui va être content! Heureusement le cormier est planté à 2,00 m de la limite de mitoyenneté, donc bien dans les règles…
patrice a écrit le 27/09/2008 14:37 (ref msg # 19515 )
Pour en revenir au coeur du sujet, à savoir la recherche et le prélèvement de greffons, j'ai trouvé deux sujets au cours d'une promenade :







floyd a écrit le 28/09/2008 18:15 (ref msg # 19524 )
Sujets ardéchois je présume?
Les fruits semblent avoir un gabarit dans la moyenne, et de bien jolies couleurs. Si l'accès aux greffons est possible il faudrait tenter.

Question subsidiaire; localement le nom de ces arbres c'est cormier ou sorbier? Je pose la question car il semble y avoir une limite linguistique entre le Nord-Ouest et le Sud-Est.
patrice a écrit le 28/09/2008 18:21 (ref msg # 19526 )
Par ici j'entends les deux appellations. Le plus "patois" étant "sorbier", et le plus contemporain "cormier".

J'ai greffé hier le sujet en piriforme. Nous avons un coin de forêt avec une assez grande concentration de cormiers. Alors qu'ailleurs en nature presque peu.
floyd a écrit le 28/09/2008 18:41 (ref msg # 19529 )
Le patoisant "sorbier" témoigne de l'influence romaine. "Cormier" est plus… gaulois!

Sur le canton de Malicorne (Sarthe) on a repèré le cormier dans 3 "stations" en lisière de bois et de taillis. Malgré les effets du remembrement qui a tant réduit le bocage, il semble que le cormier était selon le cas, pré ou labour, replanté au milieu de parcelle ou dans la haie pour marquer un angle de parcelle ou un accès.
patrice a écrit le 01/10/2008 18:02 (ref msg # 19608 )
J'ai trouvé le petit bois de cormiers qu'on m'avait signalé (apparement ca aurait été une implantation volontaire, pas un semis de hasard d'oiseaux, en bordure d'une vigne, sujets non greffés).

Des fruits en forme de poire, d'autres plusieurs sphériques. Calibre classique.





Peu de greffons prélevables.
floyd a écrit le 01/10/2008 21:03 (ref msg # 19609 )
Peu de greffons prélevables… dommage.
… dommage car le cliché faisait saliver.
Un élagage léger pourrait déclencher l'apparition de rejets, si le propriétaire est d'accord pour quelques coups de scie.
patrice a écrit le 02/10/2008 06:57 (ref msg # 19613 )
En fait, les pousses de l'année sont très petites, genre 2 cm de long. Donc les yeux très serrés.
Comme pour le pistachier, pour obtenir des greffons, il faut tailler l'extrémité de cette petite pousse de l'année pour avoir, l'année d'après des rameaux bien plus aptes au greffage qui se développeront à partir des yeux latéraux de la pousse de l'année qui a été conservée.
Le peu de greffons que j'ai pu récupérer, et greffer, ont été prélevés sur quelques rejets qui se sont formés à mi hauteur du tronc.
J'ai récolté ces quelques greffons dans le but d'avoir des arbres qui fructifient plus tôt que par semis. Car sinon les fruits apparaissent sans particularité. (calibre, forme).
Greffage en chip budding à oeil dormant. (un peu tard, en ce début octobre). Mais les arbres risquent d'être en péril, en bordure d'un chemin rural et d'une vigne qui apparement commence à être "balisés" par les géomètres.

J'ai récupéré : celui à forme de poire très prononcée (1ere photo) et un autre à fruit plus arrondi et volumineux.
floyd a écrit le 02/10/2008 10:51 (ref msg # 19618 )
Pour assurer la sauvegarde de ces cormiers, il serait bon d'en signaler l'existence aux élus municipaux, au service environnement du conseil général, à la chambre d'agriculture, à la DDAF, aux organismes forestiers, aux CAUE, CPIE et autres assos naturalistes… enfin à tout ceux qui sont partie prenante dans la conservation de la bio-diversité, dont les croqueurs et autres conservatoires de fruitiers.

Priorité des priorités, indiquer au géomètre et à ses assistants, la rareté de ces arbres. Ils DOIVENT en tenir compte si projet d'aménagement il y a.
patrice a écrit le 03/10/2008 16:41 (ref msg # 19650 )
Par contre, niveau goût, goûté bien blet, j'ai pas trouvé cela fameux. Une sorte de purée légèrement vinaigrée... C'est comme les nèfles germaniques... Je les classe en "nourriture à cochons" ou alors pour survivre en temps de famine.
Par contre en ornemental, c'est très joli.
floyd a écrit le 03/10/2008 17:47 (ref msg # 19652 )
J'ai degusté une confiture de cormes tout à fait gouteuse.
Je n'ai encore jamais bu de cormé, mais l'eau de vie de cormes fait un digestif acceptable à consommer avec modération.

J'ai toujours trouvé que les nèfles valent bien quelques les quelques coups de sécateur donnés pour entretenir la forme du néflier.

"Nourriture pour cochons"? je me suis laissé dire qu'ils préfèrent fènes, glands et chataines, non?
klakos a écrit le 06/10/2008 05:17 (ref msg # 19680 )
Autrefois, on consommait les fruits de manières bien plus variées que maintenant. Il y a des fruits qui ne se consommaient que transformés.
La corme en fait partie. On ne le mange pas tel quel. Pourtant, l'arbre était commun car on dit que chaque ferme avait son cormier.
Il en est de même pour, par exemple des variétés de poirier oubliées : poire 'de vigne', 'de dame', 'd'âne', etc. Les poires séchées, tapées, confites, au vin, poiré, etc. Autant de fruits qui ne sont pas bons crus.
Le cormier avait ses utilités. Les cochons n'étaient effectivement pas oubliés
patrice a écrit le 06/10/2008 06:59 (ref msg # 19682 )
La corme se fait aussi en pâte de fruits, me semble-t-il.


greffer.net >> Autres fruits