Greffe de chataignier sur chene

greffer.net >> Chataignier

François du Perche a écrit le 12/07/2015 23:33
Voici des photos des greffes réussies sur les jeunes plants qui végètent dans une terre quasi stérile.
Une fente en tête et une fente sur le côté. Les bourgeons sont ronds comme des bourgeons à fleur, j'espère pourtant que ce sont des bourgeons à bois.
Pourquoi y a-t-il si peu d'exemples de cette association chêne/châtaignier alors que ce sont des arbres très communs et tous deux présents depuis des millénaires, sans doute cette greffe est-elle très capricieuse et les quelques exemples connus sont peut-être un succès chanceux sur des dizaines voire des centaines d'essais.





floyd a écrit le 13/07/2015 22:36

Pourquoi y a-t-il si peu d'exemples de cette association chêne/châtaignier alors que ce sont des arbres très communs et tous deux présents depuis des millénaires, sans doute cette greffe est-elle très capricieuse et les quelques exemples connus sont peut-être un succès chanceux sur des dizaines voire des centaines d'essais.

Voilà juste 341 message que nous cherchons le comment et le pourquoi…
Tes tentatives sont encourageantes, abstraction faite des effets de la canicule.

Visiblement des greffages sur PG jeunes fonctionnent bien mieux.
François du Perche a écrit le 13/07/2015 23:19
Floyd, malheureusement, j'ai vu sur un site américain que la greffe sur chêne rouge (quercus rubra) démarrait mais n'était pas durable. C'est visiblement un problème de compatibilité dans le temps.
Patrice avait mis ce lien :
http://krapooarboricole.wordpress.com/20...
C'est probablement un hybride de chêne rouvre et certains (rares) hybrides ont sans doute une compatibilité suffisante, mais c'est vraiment un coup de chance de tomber sur le bon.
Je vais réessayer sur des chênes rouvres et sur des hybrides non déterminés à proximité de ces derniers.
Au fait, si tu passes dans les parages, pourrais-tu regarder si les cynips se sont installés sur ce châtaignier remarquable.
François du Perche a écrit le 14/07/2015 07:49
L'info. selon laquelle la greffe sur chêne d'Amérique (qu. rubra) n'est pas durable (à cause du gel) vient du Canada et je vois dans ce forum américain sur les châtaigniers que des températures très basses (-20°F = -28°C) détruisent cette greffe, donc tout espoir n'est pas forcément perdu.
http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&...
Sur ce site, il est reporté des greffes réussies sur chêne vert au Liban , mais pas d'exemple de vieux arbres. Par contre, de nombreux témoignages d'un vieil arbre en Californie, châtaignier greffé sur "white oak" (chêne pédonculé) mais pas moyen de trouver un lien avec photo.
Le cal très abondant & très solide que j'ai mis en photo est un cal de la languette sur le tronc, cal qui a emprisonné le greffon, donc ce n'est pas une preuve d'une bonne liaison greffon -PG.
floyd a écrit le 14/07/2015 22:04
Floyd, …Au fait, si tu passes dans les parages, pourrais-tu regarder si les cynips se sont installés sur ce châtaignier remarquable.

Ce n'est pas impossible, je vais à Jupilles bientôt et le crochet ne sera pas bien grand.
Il y a un peu de temps que je ne suis pas allé voir cet arbre!
François du Perche a écrit le 15/07/2015 07:51
Ici dans le Perche (près de Mortagne), tous les châtaigniers que j'ai pu voir étaient contaminés par ce cynips, dans la Sarthe qui est + au sud, c'est sans doute la même chose. Peut-être que la sève de chêne agirait comme un répulsif. J'ai vu dans le présent sujet, mais à je ne sais + quelle page, que cette greffe dénaturait un peu le goût des châtaignes et qu'il fallait utiliser un châtaignier sauvage comme intermédiaire, cela prouve deux choses :
1) que des greffes de variétés ont été effectuées avec succès, au moins jusqu'aux premières fructifications
2) que la sève est modifiée, ce qui pourrait indisposer les cynips.
floyd a écrit le 15/07/2015 23:33



Suis passé dire bonjour au chêne-chataignier.
Pas très en forme, la descente de cime m'inquiète.

Est-elle due aux effets de la contamination par le cynips ou par l'âge, je ne saurais dire.
Toujours est-il que le cynips est présent, sur le chêne-chataignier comme sur les sauvageons présents alentour.

Donc… voici une porte fermée!
François du Perche a écrit le 17/07/2015 00:29
Merci infiniment Floyd d'avoir fait le détour et d'avoir pris cette photo pour nous tenir au courant de la santé de cet arbre exceptionnel. Fausse piste en ce qui concerne le cynips.
Dans le lien qu'avait donné Patrice, il était écrit ".....obtint de la mairie qu'il reste dans le domaine public" la photo permet de juger une fois de plus comment le "domaine public" entretient les choses précieuses qui lui sont confiées.
Concernant la longévité de cette greffe, voici un lien turc qui fait état d'une série de greffes qui ont duré de1893 à 1946 (sur quercus vulcania Boiss, endémique en Anatolie).
Ce lien fait aussi état (P.5 de 6 du pdf) de problèmes d'incompatibilité qui surviennent dans les 2 premières années puis de la 5e à la 7e année. Donc patience & résignation s'imposent.
Chêne blanc américain (white oak), chêne rouvre ou hybride voisin (qu. petraea), chêne vert bien qu'on n'ait aucune confirmation sur la longévité, maintenant chêne vulcania, cela prouve en tout cas qu'il y a plusieurs pistes qui peuvent marcher.
https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j...
floyd a écrit le 17/07/2015 09:21
A la décharge des édiles, je préfère que les cantonniers ne mettent pas la main sur les arbres dont ils auraient tôt fait de faire du bois.

Dans le cas présent, l'environnement immédiat du chêne-chataignier n'a pas été perturbé.
La prise de vue peut laisser croire que l'arbre est pris dans la broussaille, ce n'est pas le cas, le houppier est libre.
François du Perche a écrit le 17/07/2015 10:51
tu as raison Floyd, il vaut mieux appliquer à cet arbre le principe "pour vivre heureux, vivons cachés". Je tremble que quelqu'un dans la Hiérarchie décrète que cet arbre est dangereux, qu'une branche morte pourrait tomber sur un promeneur et que la commune, déjà très endettée, n'ayant pas les moyens d'utiliser les services d'un élagueur, il est urgent que cet arbre soit abattu dans les + brefs délais suivant le principe de précaution
C'est hélas ce qui est arrivé il y a quelques années dans une commune voisine où un magnifique cèdre multicentenaire a été bêtement abattu. Il ont essayé de le remplacer par un jeune sujet de 4 ou 5 m de haut qui a dû leur coûter une fortune et qui est crevé deux ans après.
floyd a écrit le 17/07/2015 22:11
De toute façon le cas est difficile, et je serai bien en peine d'indiquer l'expert apte à formuler un diagnostic et à prescrire des interventions.
Cas difficile, car cas unique…
Mais je vais tenter un courrier es qualité.
François du Perche a écrit le 12/09/2015 08:20
Toutes les greffes sur chêne (rouge) d'Amérique ont tenu quelques mois et se sont lentement desséchées, pourtant le cal s'était bien formé. Sans doute problème de compatibilité.
L'an prochain, je tenterai sur de jeunes chênes sauvages (chênes rouvres sans doute hybridés avec des pédonculés), avec greffe en tête pour se rapprocher de l'expérience réussie dans la Sarthe. Sans oublier une bonne protection anti chevreuils car ils aiment bien les jeunes pousses de chênes.
Bruno a écrit le 14/09/2015 19:16
Je me pose une question : Y aurait-il des châtaigniers qui se grefferaient mieux que d'autres sur chêne ? Peut-être pourrait-on prendre par exemple des greffons sur le châtaignier-chêne de Saint Mars d’Outillé ?
floyd a écrit le 14/09/2015 20:37
S'agissant d'une greffe de hasard, il est facile d'affirmer qu'il n'y a pas eu de sélection préalable ni du PG ni du greffon.
L'un et l'autre sont simplement les végétaux présents en bordure du pré où le jeune pâtre gardait les bêtes.
Lors de ma dernière visite, j'ai vérifié la présence spontanée de châtaigniers (porteurs des galles du cynips) , nous sommes donc sur un sol siliceux à tendance acide.
Donc flore banale qui ne présente pas (à priori) de particularité pour inciter à prélever des greffons.
visakoivu a écrit le 14/09/2015 20:40
Je me pose une question : Y aurait-il des châtaigniers qui se grefferaient mieux que d'autres sur chêne ? Peut-être pourrait-on prendre par exemple des greffons sur le châtaignier-chêne de Saint Mars d’Outillé ?


Moi, je pense aussi que ca c'est une bonne question.
On le saurait par example des poiriers greffes sur pg cognassier. Certains varietees ne sont pas compatibles, mais les autres sont bien compatibles.

Il y a des vieux chataigniers greffe sur chene, mais beaucoup (tous) des essaies depuis plusieures annees, documentees sur ce forum sont ete des echecs.
floyd a écrit le 14/09/2015 20:47
L'ancienneté de l'arbre de Saint Mars d'O. le place dans la courte liste des sujets greffés qui durent.
Sur le principe, nous sommes d'accord, on ne peut exclure de rechercher et trouver un couple greffon/PG dont la compatibilité soit parfaite.
Mais on se trouve devant une difficulté énorme; multiplier les greffages et attendre…
François du Perche a écrit le 14/09/2015 23:50
"Y'en a qui ont essayé et qui n'ont pas eu de problèmes" voir le lien donné le 16 juillet
https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j...
C'est rare mais pas impossiblel, d'autres ont réussi avec d'autres variétés de chênes, donc il faut persévérer.
visakoivu a écrit le 15/09/2015 13:57
"Y'en a qui ont essayé et qui n'ont pas eu de problèmes" voir le lien donné le 16 juillet
https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j...
C'est rare mais pas impossiblel, d'autres ont réussi avec d'autres variétés de chênes, donc il faut persévérer.


Mais ce que j'ai lu dans cette article, c'est ils ont seulement teste pour 150 jours!
Ma greffe de Merle sur chene rouvre a aussi bien pousse le premier an et la soudure etait perfecte, pas de signe visible d'un incompatibilite.
Le deuxieme anne, la greffe a pousse et puis s'est seche. Aussi en sections de la zone de greffe, pas de signe visible d'un incompatibilite.
François du Perche a écrit le 15/09/2015 14:57
Oui mais p.114, ils citent d'autres études sur lesquelles ils se sont appuyés :
1) Park (1968) les arbres greffés ont survécu de 1893 à 1946
2) Goldsbrough (1990) a mis en évidence que des incompatibilités se révélaient durant les deux premières années et de plus tardives au bout de 5 à 7 ans.
Heureusement que notre espérance de vie s'allonge tous les ans !
floyd a écrit le 16/09/2015 01:37
Les greffes médicales se sont perfectionnées avec la découverte des molécules anti-rejet, tout cela à pris du temps.
Les phénotypes des groupes sanguins ont aussi contribué à éviter les déceptions.

L'urgence n'est pas la même pour le végétal, les travaux avancent et on aimerait qu'ils aillent plus vite.
Chaque décennie qui passe apporte sa part de "révolution"… restons optimistes!


greffer.net >> Chataignier