les Mésengères verger conservatoire sarthois

greffer.net >> Promenades fruitières

floyd a écrit le 04/12/2009 00:33 (ref msg # 25143 )
Salut xavier,
Bien entendu un fumier décomposé respecterait un des préceptes bio. C'est vrai, une certaine prévention existe contre l'apport d'engrais chimiques et même ceux dit "organo-minéraux".

Les discussions au sein de l'association restent cordiales, entre gens ouverts. Devant l'évidence des arbres qui poussent bien, il n'était pas utile de forcer la décision.
xavier a écrit le 04/12/2009 11:12 (ref msg # 25150 )
je dis ça car lors de notre formation de professionalisation des la chataigne, certain iluminé du bio, pensaient que bio = pas d'apport puis recolte

il faut penser que lorsque l'arbre produit, il pompe des nutriments dans le sol, dans le cadre d'une fertilisation bio, on apporte au sol le moyen de reconstituer les reserves, alors que dans le cas d'un apport d'engrais, on donne de quoi alimenter l'arbre dans un temp plus reduit.

maintenant, si votre discussion a été mené avec objectivité, et que votre sol est bon; une impasse peut etre faite.
perso je part sur une plantation de chataigniers dans un but de greffer des variétés de ma région, et un surgreffage de souches .
mais je ferais un autre post
bonne plantation
floyd a écrit le 04/12/2009 11:26 (ref msg # 25151 )
Bravo xavier tu as bien résumé les enjeux de fertilisation.
Bon courage pour ton projet.
klakos a écrit le 04/12/2009 18:18 (ref msg # 25153 )
Vu l'aspect de la terre... pas de fertilisation !
Bizarre
floyd a écrit le 14/03/2010 18:28 (ref msg # 26539 )



L'opération fut rondement menée en 2 heures à 4 bénévoles.

Une poignée au m2 de NitrophosKa bleu, engrais complet, puis griffage rapide pour nivelage et déroulage de la bache synthétique tissée en 125 de largeur sur 35 mètres de longueur avec agrafes.

Séance de calcul mental, révision des problèmes d'intervalles, puis plantation au travers de la bache à environ 2,00 m. Arrosage à l'eau de la mare et photo.

Les plants maintenus en jauge présentaient de belles et nouvelles racines… qu'un pralinage (bouse de vache, terre et terreau) a vite recouvert!

Les lapins, redoutables rongeurs d'écorce, devront compter avec le fourreau en grillage plastique noir.

Pas moyen de distinguer les deux variétés, donc plantation au petit bonheur.
klakos a écrit le 14/03/2010 19:36 (ref msg # 26540 )
2 m entre chaque arbre ?
En tout cas, bravo pour le paillage et la hauteur des grillages parce que les lièvres (bien plus grands que les lapins) nous ont fait pas mal de dégats alors que les manchons faisaient 40-50 cm.
Restera le pb des chevreuils. Peut-être faut'il les occuper ailleurs, les nourrir dans un coin ?
floyd a écrit le 14/03/2010 19:52 (ref msg # 26541 )
Salut klakos,
merci…
La distance de 2,00m retenue doit permettre de constituer une haie à la diable comme tu les aimes ou de former des quenouilles sur la base de ces scions de 3 à 4 ans, bien droits et réduits par la taille à un axe.

Je n'ai pas retenu l'idée de former des gobelets que j'aurais dû espacer de 4 à 5 mètres.
klakos a écrit le 15/03/2010 06:46 (ref msg # 26551 )
Effectivement, dans ce cas
Des pommiers, greffés sur MM106 ?
Pour plus tard, mais c'est très laid, au verger de Nort s/Erdre, ils y installent un filet sur toute la longueur extrêmement efficace contre les carpo, tordeuses, gâte-bois etc.
J'ai l'impression que cette promiscuité entre les arbres favorisent les maladies du type viral (Erwynia (je me rapelle plus ce matin du nom bien plus simple en français), maladie propre au pays "de l'est".
Comme pour un humain, toutes ces chtouilles ne font que passer au-dessus d'un arbre sain, bien nourri, bien arrosé (ni trop peu, ni inondé), en forme en somme.
floyd a écrit le 15/03/2010 10:21 (ref msg # 26556 )
Les pépinière Valois qui avait produit les plants, m'ont confirmé que le PG est du pajam 1 lancep. Je ne redoute pas un excès de vigueur!

(Erwinia, le feu bactérien entre autre…)

Ce filet "anti-insecte" peut-il nuire aux oiseaux?

Pour info, samedi prochain en matinée, je taille sur une grande échelle les plein-vent du verger. Démonstration ouverte au public.
klakos a écrit le 15/03/2010 10:50 (ref msg # 26557 )
Pajam, donc un PG "p'tit chou"
Je n'ai pas relevé que ce type de filet nuisait aux oiseaux.
Par contre, la personne qui en parlait, se plaignait des mésanges et de leur propension à picorer une certaine variété de pomme.
Avec ce genre de filet : tranquille !
floyd a écrit le 15/03/2010 11:31 (ref msg # 26558 )
Sur le site, la LPO est notre partenaire… la mésange est donc tout un symbole.
Aux abords le milieu est considéré comme riche. A plume ou à poil il faut faire face aux visiteurs attirés par le verger.

Samedi prochain, je poursuis la taille de formation en gobelet des plein-vent et la taille fruitière. Je m'inspire de la taille centrifuge et de la taille longue pour constituer des branches charpentières et des coursonnes bien identifiables.

J'insiste sur la nécessité de prévoir "trois coups à l'avance" pour réguler la mise à fruit. L'arbre doit avoir des rameaux d'un an, des rameaux à fleurs de deux ans et de la place pour des renouvellements ou des prolongements.

A la surprise de pas mal de monde:
- jamais je n'épointe un rameau et je laisse les régulations (auxine) tenir leur rôle.
- je laisse le poids produire l'arcure naturellement sans encombrer l'arbre de ficelles et autres accessoires.
- je taille peu en définitive et rapidement.
- les arbres ne donnent pas l'impression d'avoir été tondus.
klakos a écrit le 15/03/2010 13:31 (ref msg # 26559 )
À mon avis, la mésange apporte plus de bienfaits qu'elle en retire.
Il faudrait que je demande à cette personne qu'elle est la variété qu'elles becquettent, quitte à leur mettre un arbre dans une haie.

Il faudrait vraiment qu'un jour j'aille voir le résultat de ton mode de conduite aux Mésengères.
JM a écrit le 17/03/2010 09:33 (ref msg # 26574 )
"floyd" a écrit :
Sur le site, la LPO est notre partenaire… la mésange est donc tout un symbole.
Aux abords le milieu est considéré comme riche. A plume ou à poil il faut faire face aux visiteurs attirés par le verger.

Samedi prochain, je poursuis la taille de formation en gobelet des plein-vent et la taille fruitière. Je m'inspire de la taille centrifuge et de la taille longue pour constituer des branches charpentières et des coursonnes bien identifiables.

J'insiste sur la nécessité de prévoir "trois coups à l'avance" pour réguler la mise à fruit. L'arbre doit avoir des rameaux d'un an, des rameaux à fleurs de deux ans et de la place pour des renouvellements ou des prolongements.

A la surprise de pas mal de monde:
- jamais je n'épointe un rameau et je laisse les régulations (auxine) tenir leur rôle.
- je laisse le poids produire l'arcure naturellement sans encombrer l'arbre de ficelles et autres accessoires.
- je taille peu en définitive et rapidement.
- les arbres ne donnent pas l'impression d'avoir été tondus.


C'est un peu ce que préconisent Leterme et Lespinasse : laisser les bourgeons terminaux (quand la branche est trop longue, je taille au niveau d'une secondaire qui garde son bourgeon terminal), laisser un (ou des) axe vertical, faire un puit de lumière, arquer les branches.

Du coup sur les plus jeunes, je ne fais pas de taille de formation, je vais juste arquer les branches et les diriger pour occuper au mieux l'espace.

Je préfère personnellement avoir des arbres qui ont un aspect naturel et y passer peu de temps, quitte à avoir moins de fruits.
floyd a écrit le 17/03/2010 11:10 (ref msg # 26575 )
Salut JM,
Je m'inspire effectivement des recommandations de Leterme et Lespinasse regroupées dans un ouvrage très complet (voir sujet sur le forum) qui font évoluer ma pratique de la taille longue.

Je prolonge le débat à partir de tes remarques:
Pas de taille de formation sur un jeune sujet;
- sur un scion issu d'une greffe d'œil c'est aujourd'hui La Méthode.
- sur un tige avec deux greffons il est rare qu'une charpente se mettent spontanément en place à moins de retenir à l'issue de la première année qu'une belle pousse sur un seul greffon.

Arquer les branches et les diriger pour occuper au mieux l'espace;
- poser et déposer des liens dans un arbre est efficace pour une mise en forme "forcée"
- une surveillance attentive reste indispensable pour éviter strangulations, frottements ou ruptures.

Un aspect naturel … y passer peu de temps;
- deux objectifs appréciés des amateurs et des pro
- à moins d'aimer l'esthétique particulière de la taille trigemme.

Quitte à avoir moins de fruits;
- moins ce n'est par certain…
- la taille raisonnée permet de gommer l'alternance et donc de récolter chaque année.
- les variétés alternantes sont souvent des variétés mal conduites…
klakos a écrit le 05/04/2010 18:22 (ref msg # 26785 )
Nous étions 5 à arpenter ce(s) verger(s) jeudi 1er avril.
2 amis allemands, le président de la section des Croqueurs de l'Anjou, un autre croqueur, moi (secrétaire) et Floyd évidemment (Richard).
Tous sommes rentrés enchantés de cette journée TRÈS pédagogique.
Déjà, les dieux de la météo ont été avec nous tandis que celui des fruits n'était pas loin, etc.
Ce qui m'a plus plu est sans doute la "vieille" partie avec ses vieux pommiers mal en point qu'on essaie de restaurer.
Le coté "taille douce" était bien aussi...
Une "gestion" que je n'ai jugée pas idiote du tout.
Placé sur la route des vacances (axe Paris-Nantes), cet endroit vaut vraiment une halte.
floyd a écrit le 11/04/2010 07:58 (ref msg # 26879 )
Sécateur en main ou autour d'une bonne table les échanges d'idées et d'informations prennent tout leur sens. Après tout le "forum" des anciens romains était le lieu de toute la vie sociale.

Juché sur mon échelle en bois pour les besoins de la démonstration, j'ai bien tenté de laissé la place aux plus audacieux de mes amis angevins et allemands.
Leurs remarques furent judicieuses à plus d'un titre, en particulier pour un "api étoilé" dont la charpente dissymétrique n'était pas sans me poser de problèmes depuis 3 ans que je tourne autour. Un choix consensuel fut fait et l'on sorti la scie… pour dédoubler deux charpentières.

Le "grand verger" privé, aura permis de constater les conséquences d'un défaut de soins déjà ancien sur des arbres de plein vent. Des clichés seront utiles pour montrer quelques-uns de ces arbres proprement décapités, partiellement ou totalement. Un autre arbre subsiste mais avec des liens de fil de fer, haubans censés renforcer, qui se sont incrustés dans l'écorce et le bois.

Nous fîmes une pause finale vers 19h00… autour d'un verre de jus de pommes locales et de quelques sablés, biscuit sarthois, rehaussés d'une pointe d'un excellent miel de châtaigniers apporté par le président des Croqueurs de l'Anjou, apiculteur professionnel.
floyd a écrit le 11/08/2010 16:13 (ref msg # 27940 )
Après une bonne reprise, les scions ont été plus que goûtés par les chevreuils durant le printemps.

La sécheresse estivale nous a pris au dépourvu. Dans la ligne les arbres en haut de pente ont souffert plus que ceux du bas. (très légère pente, sans doute assez pour expliquer cette différence)
Nous en sommes à trois arrosages hebdomadaires, à raison de 8 litres par sujet. Le premier de la ligne nous inquiète!

C'est là qu'on réalise qu'un PG adapté aux sols drainants a toute son importance. Les haut-jet se portent bien mieux.


klakos a écrit le 11/08/2010 18:21 (ref msg # 27944 )
Rappel STP, ces jeunes pommiers sont sur Pajam ?
Je me rends de plus en plus compte qu'en plein champ si on n'a pas prévu d'arrosage, il faut du franc. Au diable la vitesse !
floyd a écrit le 18/02/2011 15:04 (ref msg # 29560 )
Je rentre du verger où nous avons planté 12 pommiers.

La fosse de plantation était préparée.
Mise en place du tuteur 60x2500.
Belles tiges 6/8 (président Delcourt greffé en pied sur franc), achetées auprès d'une pépinière locale… dommage ce n'est que de la revente. Prix raisonnable: 19€/U. ttc.
Greffons fournis gracieusement par les croqueurs du Maine-Perche… (merci à eux)
Le greffage en fente à 1,80m. Deux greffons, avec l'intention de supprimer à l'automne le moins beau des deux.
Mastic Pelton, manquant un peu de souplesse; il faisait frais ce matin.
Le brouillard humide n'a pas facilité l'application sur écorce.
Arrosage en cours.

3 heures avec l'aide de 4 amis retraités. Ce n'est pas un record.

Demain samedi 19/02, démonstration de taille "sur une grande échelle"… au sens propre.
Annoncé dans la presse locale.
Si le temps est beau ce sera un régal.

ps: oui des pajam… ou ce qu'il en reste.
floyd a écrit le 06/03/2011 19:05 (ref msg # 29729 )
Une protection en tube plastique bleue a du et a pu être enfilée sur chacun des troncs fraichement greffés. Les premiers clients à 4 pattes pointaient leur museau.

Pour info, je taille le verger samedi 19 mars, à partir de 14h30, visiteurs bienvenus et coup de main appréciés!
Contact en MP pour les détails.


greffer.net >> Promenades fruitières