greffe de lilas

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Plantes ornementales


François du Perche a écrit le 05/04/2011 11:45 (ref msg # 30056 )
les greffes à oeil...chip...ecusson. Mais attention, à faire tot (mi juin... debut juillet).


Peut-on faire un chip ou un écusson au ras du sol, car il faut prévoir d'affranchir l'hiver suivant ?
Pb du drageonnage : peut-être que le frêne va lui aussi drageonner quand on va le décapiter lorsque l'écusson aura bien démarré, ça fera pire que mieux car les rejets de frênes sont redoutables.
La seule solution pour éviter cela est peut-être de greffer le frêne un peu haut, pour qu'il garde une vraie tige et qu'il ne soit pas tenté de drageonner et de lui accoster un lilas ordinaire en appoint (ou deux pour l'esthétique, plus symétrique)
Le message d'Alex du 12 février 2008 montre bien que sans affranchissement, la greffe n'est pas viable.
Si ça doit drageonner dans tous les cas, autant bouturer.
patrice a écrit le 05/04/2011 13:00 (ref msg # 30057 )
"François du Perche" a écrit :


Peut-on faire un chip ou un écusson au ras du sol, car il faut prévoir d'affranchir l'hiver suivant ?


la greffe de lilas sur lilas, quelquesoit la méthode de greffage, semble durable dans le temps (par exemple, j'ai des sujets greffés de 4 ans d'age). Le problème, c'est que d'une part, les repousses incessantes sur la tige où on en greffé, en dessous du point de greffe, et les drageons qui partent du porte-greffe... Il faut passer son temps à les supprimer. (sans quoi, on va avoir un lilas commun qui va pousser à coté du lilas greffé.

Mais bon, cela vaut le coup, toutes les jolies variétés qu'on peut récupérer introuvables dans le commerce...
François du Perche a écrit le 05/04/2011 16:37 (ref msg # 30060 )
merci Patrice mais j'ai incomplètement formulé ma question : je me plaçais exclusivement dans le cas de greffe de lilas sur frêne où il semble bien prouvé que la greffe non affranchie n'est pas viable. Et si on veut pouvoir affranchir ultérieurement, il faut faire la greffe au ras du sol, ou presque.
Je peux facilement avoir des rejets du lilas remarquable que je veux reproduire (qui est certainement franc de pied) et qui drageonne abondamment. Une greffe sur frêne qui donnerait un vrai arbre est plus tentante qu'une bouture, si la possibilité de créer un vrai arbre de lilas comme décrit dans lien de mon message du 1er avril ("le lilas sur frêne devient un arbre") n'est pas une hallucination ou une histoire belge (car l'ouvrage est publié en 1837 à Bruxelles).
La greffe de lilas sur lilas est intéressante, pour gagner du temps, si on dispose d'une marcotte ou d'un rejet vigoureux d'une variété sauvage ou peu intéressante (ce qui n'est pas mon cas).
floyd a écrit le 05/04/2011 20:09 (ref msg # 30068 )
On sait qu'il y eut des forceries de lilas à Vitry. Pour les besoins de ces productions de fleurs il devait être nécessaire de disposer rapidement et en grand nombre de pied de lilas vigoureux et surtout de la variété à la mode.
Je ne connais pas le détail. Une greffe sous verre fait gagner quelques semaines de végétation; c'est toujours un avantage pour le greffeur et pour le client.

Belle description de cultivars et nombreuses anecdotes sur ce site:
http://jean-francois.gonot.pagesperso-or...
patrice a écrit le 05/04/2011 20:18 (ref msg # 30069 )
Je viens de regarder le michard, sa greffe sous verre est en septembre/octobre (pas d'autres informations). Donc le but ne peut etre de faire gagner quelques semaines de végétation.
hendy a écrit le 07/04/2011 14:51 (ref msg # 30095 )
J' ai tenté de greffer un lilas panaché sur Syringa reticulata.. Très intéressant car on perd la prolifération du Syringa vulgaris à la base pour ne conserver qu' une tige de 30 cm .. J' ai observé la présence de quelques repousses sur le tronc du S. reticulata qu' il est facile d' enlever quand on le fait dès le début de croissance..
Après quelques temps la croissance des repousses s' amenuise mais la tige avec le greffon font fière allure..
La présence panachée semblait atténuer on verra avec le printemps..
François du Perche a écrit le 07/04/2011 15:47 (ref msg # 30101 )
C'est une super-idée Hendy car on doit obtenir à terme un vrai arbre, qui ne drageonne pas, sans avoir les problèmes de rejet du frêne. Quel type de greffe & à quelle période ? Peut-être la possibilité de greffer certaines branches et pas d'autres pour avoir deux floraisons à des périodes différentes avec le même arbre (le Ivory Silk a l'air très beau) Mais pas évident de trouver des jeunes plants pas chers de ce côté ci de l'Atlantique car la documentation & les pépiniéristes qu'on peut trouver sur le net sont souvent Québécois (Botanix par exemple).
patrice a écrit le 07/04/2011 16:31 (ref msg # 30104 )
Syringa reticulata porte-greffe : serait donc à multiplier par semis (je ne crois pas que cela se bouture bien?...)
floyd a écrit le 07/04/2011 22:20 (ref msg # 30109 )
"patrice" a écrit :
greffe sous verre en septembre/octobre (pas d'autres informations).

Cela dépend comment on le voit .
Si la greffe prend durant la mauvaise saison, le plan greffé démarre normalement au printemps sans le retard dû à l'attente d'un greffage au débourrage.
hendy a écrit le 08/04/2011 03:06 (ref msg # 30113 )
J' ai fait des semis de Syringa reticulata l' an passé et je veux en greffer quelques uns avec différents lilas.. j' espère qu' ils seront suffisamment gros et longs..sinon on attendra l' an prochain..
patrice a écrit le 08/04/2011 06:46 (ref msg # 30115 )
"floyd" a écrit :

Si la greffe prend durant la mauvaise saison, le plan greffé démarre normalement au printemps sans le retard dû à l'attente d'un greffage au débourrage.

aussi bien que la greffe faite à oeil dormant deux mois plus tôt...
floyd a écrit le 08/04/2011 08:57 (ref msg # 30117 )
Certainement…
Peut-être faut-il imaginer que Michard fait écho aux pratiques des forceries de lilas.
Pour purger la question, les passionnés de Vitry ont sans doute un avis.
François du Perche a écrit le 08/04/2011 10:19 (ref msg # 30120 )
Hendy :
J' ai fait des semis de Syringa reticulata l' an passé et je veux en greffer quelques uns avec différents lilas.


Ces lilas japonais (syringa reticulata) sont des arbres rares ici (on les trouve à la pépinière du val d'Ouve dans le Cotentin - prix sur demande - un peu comme au restaurant si on veut du homard : prix selon grosseur) alors qu'ils ont l'air très populaires au Québec (comme les homards d'ailleurs).
Ce serait sûrement pour nous LA solution pour bien mettre en valeur nos belles variétés.
Il ne reste + que les graines, mais il faut beaucoup de patience et de persévérance. Bravo.
nota : d'ici peu, on va peut-être se ramasser des milliards de graines de ce lilas japonais en direct de Fukushima.....çà doit faire de jolies forêts après qques années.
patrice a écrit le 08/04/2011 13:37 (ref msg # 30128 )
Baltet , en vue de former des tiges, recommande la greffe sur "lilas de Marly". Je n'ai pas eu le temps de chercher, si c'est une appelation grand public d'une espèce de lilas, ou le nom d'une variété ...

Baltet parle de la greffe sur frene à fleurs (Fr. Ornus), pour les types L. Josika, Emodie, de Bretschneider, qui sont "susceptibles" de réussir.

Concernant le troene porte-greffe (Baltet indique préférer Lilas de Marly , semis de syringa vulgaris [un semis drageonnerait moins]), au troene ou frene porte-greffe), il recommande Ligustrum ovalifolium, et L. Ibota.

J'ai des docs plus contemporaires sur la greffe du lilas... détail la semaine prochaine.
hendy a écrit le 08/04/2011 14:24 (ref msg # 30129 )
J' ai remarqué que les lilas S. reticulata vendus pour les aménagements paysagés des centre d' achat sont de dimension moins grande pour la floraison que ceux que j' ai chez moi.. J' ai regardé la base et il y a des tiges croissants d' une autre sorte de lilas.. La couleur de l' écorse n' est pas la même.. ILs ont probablement été greffé sur un porte greffe pour nanifier..

Presque tous ses lilas si l' on regarde attentivement , ils ont eu au fil des années des coupes d' élimination de ses petites tiges..
Le lilas chinois fait très peu de tige venant des racines..et surtout de la base du plant.. et les tiges sont semblables..
François du Perche a écrit le 08/04/2011 16:55 (ref msg # 30130 )
le lien (Canadien) suivant confirme la nécessité d'affranchir les greffes sur frêne et sur troêne.:
http://www.google.fr/url?sa=t&source...

" La greffe est une autre facon que les pépinières utilisait beaucoup avant. La trôene, frêne ou autre lilas peut etre utilser comme porte greffe. Après une étude de trois and chex nous ont confirme que si l'union de la greffe est plante 5-7 cm plus profonds en dessous de la terre que les lilas vont reussir apres 2-3 ans a enraciner sur leur propre racine. Une avantage avec la greffe est que les plantes fleurissent à une age plus jeune."

La greffe sur S.reticulata est peut-être le seul moyen de faire un vrai arbre en greffant en demie ou haute-tige, impossible à réaliser si on doit affranchir. Le frêne était tentant parcequ'il pousse vite et qu'il est très vigoureux et bien acclimaté ici un peu partout.
hendy a écrit le 09/04/2011 15:38 (ref msg # 30143 )
Tu mentionnes une donnée qui peut être intéressante.. Greffe sur frène ou troène.... Je vais vérifier cela très attentivement pendant l' été.. Je
n' ai jamais greffer sur cette sorte d' arbre..
Mais ce qui semble pousser à la base, ressemblait à un autre sorte de lilas ( tige ) que je possède et occasionne le nanissement du lilas chinois..
patrice a écrit le 14/04/2011 12:57 (ref msg # 30217 )
"François du Perche" a écrit :
le lien (Canadien) suivant confirme la nécessité d'affranchir les greffes sur frêne et sur troêne.:
http://www.google.fr/url?sa=t&source...


Je lis cela - tel c'est écrit - plutot comme la possibilité d'affranchir, non la nécessité?

Comme promis, avec du retard, le résumé de ce que dit "Lilacs : The Genus syringa", ouvrage contemporain, sur la greffe du lilas. J'espère que je ne traduirais pas mal ces 5 pages sur la greffe du lilas. (livre très interessant au passage, me semble-t-il épuisé).

En europe, il est de tradition de greffer sur Ligustrum ovalifolium [note perso = troene de californie, donc différent de notre troene des bois (Ligustrum vulgare) ], pratique qui remonterait au 18è siècle.
L'usage du troene commun (L. vulgare), de S. vulgaris, S. villosa, S. x persica est aussi noté. Chacun a ses inconvénients :
S x persica : probleme de nematodes
troene commun : incompatibilités de greffage avec certaines variétés.
S. vulgaris : passe son temps à rejeter et drageonner, et si on ne passe pas son temps à supprimer cela, à terme, la partie greffée dépérit.
S. villosa : (du mal à traduire).

- de nos jours, les producteurs spécialisés en lilas, aussi bien en Europe qu'aux USA, ont fait des recherches intensives concernant le porte-greffe des lilas, afin de trouver un meilleur porte-greffe que le troene, qui aurait des inconvénients, particulièrement celui de ne pas laisser aisément affranchir le plant [note perso : apparemment, le seul but recherché par le greffage est un mode de multiplication autre que le prélévement d'éclat, et faire un maximum de plants avec le minimum de matériel végétal ; les plants sont greffés au collet dans le but de l'affranchir par la suite, et non de faire des arbres sur tige... donc pour françois du Perche, il semblerait au contraire que ce soit un porte-greffe qui corresponde à ses attentes. Les auteurs indiquent que c'est un inconvénient de ne pas avoir l'affranchissement, car en cas de blessure au collet, on perd la variété, possibilité d'incompatiblité de greffage à long terme, etc.]
Ces recherches ont montré un intéret pour le frêne (précisement Fraxinus pennsylvanica ou F. americana), dans l'esprit d'affranchir à terme le plant.
Il s'avère que c'est ce qu'il y aurait été trouvé de mieux à ce jour comme porte-greffe du lilas (dans le but d'affranchir).
Les deux méthodes de greffage à privilégier : anglaise compliquée au collet, anglaise à cheval au collet.
Ces deux types de greffes favoriseraient le mieux par la suite le développement d'un système racinaire d'affranchissement.

La greffe se fait généralement en janvier ou février, dans une serre (dans le texte : "greenhouse" ), où la zone greffée serait recouverte (usage de fongicide conseillé), le tout conservé au frais (donc à priori serre froide), pour etre repiquées en extérieur en avril. (l'auteur indique que l'amateur peut mettre ses greffes dans un pot, couvert d'un film plastique, dans un endroit frais et lumineux).
La soudure de la greffe se fait entre 4 à 8 semaines dans ce contexte.
steinway a écrit le 16/04/2011 07:03 (ref msg # 30243 )
Bonjour, je crois que ma greffe de lilas sur troène débourre à peine depuis début mars. http://img852.imageshack.us/img852/5453/greffedelilassurtrone.jpg

Uploaded with ImageShack.us
François du Perche a écrit le 18/04/2011 18:54 (ref msg # 30264 )
Patrice a écrit
Je lis cela - tel c'est écrit - plutot comme la possibilité d'affranchir, non la nécessité?

Oui, c'est vrai, j'ai conclu un peu vite, il n'est pas du tout dit qu'il est nécessaire d'affranchir (tant mieux, sinon ça condamnait d'avance l'essai sur tige ou demie-tige).
Merci pour le temps passé à traduire ce document qui est catégorique : le lilas se greffe bien sur frêne mais ils n'ont pas fait d'essai sur haute tige, seulement sur collet avec affranchissement ultérieur.
Le document (de 1838-1839) cité par Alex le 12 fév. 2008 qui concluait que la greffe du lilas sur frêne n'était pas viable concluait aussi un peu vite, sur la base d'essais ratés, aussi bien les 70 écussons en août que les "greffes par scion" en mars. Peut-être que des greffes de rameaux auraient réussi s'il les avait faites plus tardivement (comme pour les chataîgniers) suivant l'expérience de Druere dans ses messages de 2006.
Donc, c'est peut être jouable de faire de façon très économique un véritable arbre de lilas avec un frêne (comme cité dans mon message du 1er avril 2011 : "le lilas sur frêne devient un arbre" document de 1837), sans affranchissement, ou alors avec affranchissement + hypothèse que le système racinaire du frêne perdure & coexiste avec celui du lilas.
Mais seul le non-affranchissement garantirait le non-drageonnement intempestif et donc l'avantage décisif sur la bouture.
Faute de greffon en dormance, il faut maintenant attendre l'année prochaine, ou 6 mois pour l'hémisphère Sud.


greffer.net >> Plantes ornementales