cage plastique pour protection greffons & fruits

greffer.net >> Matériel

François du Perche a écrit le 05/08/2018 16:32 (ref msg # 63631 )
cette petite cage plastique thermoformée peut être faite sur mesure en fonction de la taille des greffons ou des fruits, une figue ou une pêche aura besoin d'une + petite cage qu'une grosse poire ou qu'une grappe de raisin. Elle est faite à partir de grillage à moustique en plastique et, une fois thermoformée est relativement rigide, ce qui éloigne l'objet à protéger des insectes ou des oiseaux qui pourraient agir à travers le grillage s'il était collé au fruit.
Le thermoformage se fait avec un décapeur thermique (voire un séche-cheveux). Dans l'exemple ci-dessous, on est parti d'un carré de 30cmx30cm, on l'applique contre la forme qu'on a choisie (bouteille, vase, pot de confiture, ampoule électrique, etc) , on chauffe doucement et quand ça se ramollit, on serre bien (gants en cuir conseillés). ça garde la forme et les mailles se soudent les unes aux autres. Pour fermer, on peut utiliser du fil de fer de 1,5mm qui quand on le serre garde la forme en épingle à cheveux. La fermeture comme une bourse en cuir marche mal, car c'est trop rigide, il vaut mieux pincer.
Il existe dans le commerce des sacs en papier translucide (Fruitsac) mais rien en petit grillage. Le petit grillage doit avoir moins de prise au vent qu'un sac papier.
C'est rageant de voir les bourgeons de son greffon picorés par un oiseau ou des fruits à peine mûrs dévorés par les guêpes, mouches, oiseaux, etc.
Comme c'est imputrescible et lavable, on peut s'en faire une collection avec différentes tailles, réutilisables d'année en année.







François du Perche a écrit le 05/08/2018 17:20 (ref msg # 63632 )
il s'avère que c'est beaucoup plus économique en grillage de faire un cylindre puis un opercule de fermeture, ce sera + léger aussi.
Ici, la forme est obtenue avec une petite bouteille de bière



François du Perche a écrit le 06/08/2018 11:04 (ref msg # 63636 )
Petit exemple réalisé aujourd'hui pour protéger quelques pêches (grosse mignonne) avant qu'elles ne soient attaquées avant maturité. C'est très facile et très rapide à réaliser (et très économique). Pour les fruits qui sont attachés directement sur la branche, sans pédoncule, on peut fendre le haut de la cage pour pincer l'extrémité de la cage au delà de la branche en englobant cette branche dans la protection.
Gabarit des cages des photos ci-dessous : magnum de Bordeaux.









LAGRIC a écrit le 06/08/2018 11:26 (ref msg # 63637 )
Beau travail François du Perche; oiseaux et frelons peuvent aller voir chez le voisin. A voir si ça fait également barrage à ces démons de loirs qui ont un très bon appétit chez moi.
Du coup, ça me fait cogiter sur l'emploi d'un voile de moustiquaire sur une fine carcasse de métal pour protéger le bourgeon de la période post-greffage. Il me faut absolument un barrage aux oiseaux, boarmies et autres limaces qui ce sont taillé la part du lion sur mon travail de cette année.
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 06/08/2018 11:49 par LAGRIC
François du Perche a écrit le 07/08/2018 07:10 (ref msg # 63639 )
il existe de la moustiquaire très souple (genre coton) qu'on peut enrubanner autour du greffon et refermer à l'aide d'une agrafeuse, ça fait aussi ombrière, mais ça empêche les feuilles de se développer alors qu'une cage semi-rigide permettrait aux bourgeons de s'épanouir.



greffer.net >> Matériel