Une démarche hétérodoxe pour la cloque du pêcher ?

greffer.net >> Pêcher et nectarinier

Foufouche a écrit le 30/05/2015 14:41
Vous taillez vos pêchers?
floyd a écrit le 30/05/2015 21:15
Une taille très raisonnée pour ouvrir largement le houppier au soleil et à l'air.
Chaleur et aération aident à lutter contre la cloque.

J'épointe aussi volontiers les rameaux, ce qui permet de supprimer les bourgeons les moins bien aoûtés et sans doute ceux qui se trouvent porteurs du mycélium de a cloque.

Une taille qu'on pourrait qualifier de "transparence" et sanitaire.

Les jardiniers du XIXe avaient élaboré des modèles complexes de palettes en espalier contre les murs bien exposés.
Les célèbres murs à pêches de Montreuil, existent encore grâce à des passionnés regroupés en associations, dont: http://mursapeches.free.fr/html/asso.htm
argos31 a écrit le 31/05/2015 11:55
Pour ce qui est des pucerons :j'ai remarqué que Si la terre est "bonne :Ils sont là .je peux faire la différence avec un verger Dans l'Aude ou la terre calcaire peu de cloque et peu de bestiaux ravageurs.Avec mon verger actuel ou déjà tailler est nécessaire Mais tous les prédateurs de la création viennent se repaître et reproduire .Ca commence par les pucerons (Les verts ,les gris...)puis la tordeuse orientale..qui l'an passé m'a parasité tous les terminaux sauf ceux réfractaires à la cloque.C'est une terre d'alluvions j'en paie le prix...Ce matin pas de vent je vais traiter Il y en à des milliers de pucerons gris le long du tronc qui grimpent...Mais tous les ans suis obligé d'éclaircir et en enlever les 3/4 des pêches .Oui foufouche en plus d'éliminer le bois mort la taille est plus que nécessaire
Foufouche a écrit le 10/06/2015 14:50
Je taille aussi sinon c'est ingérable pour la production. (taille fin d'hiver+ 2 tailles en vert). vigueur et renouvellement des rameaux contre la cloque!

Merci Argos pour les précisions je comprend mieux! Effectivement chez moi c'est l'inverse du fait de la pauvreté du sol: quasiment aucunes attaques de ravageurs, une production moindre. Je veux bien croire que des arbres chargés de fruits et attaqués en parallèle vont avoir plus de mal à se "refaire".
Mais tous les ans suis obligé d'éclaircir et en enlever les 3/4 des pêches

Je regarde plutôt les 3/4 des rameaux dont les fruits n'ont pas noués
(et que de toute façon je n'aurais pas forcément pu garder)


J'ai fait un test au printemps en surgreffant quelques pêchers très sensibles à la cloque (issus de semis) avec des variétés qui la tolèrent beaucoup mieux.
J'ai conservé une bonne partie des houppiers et greffé en fente classique au départ d'un petit rameau d'une charpentière (que j'ai tailler au dessus).
Bref certaines greffes ont prises, et j'ai observé que le greffon était touché de la même manière que son PG quand bien même l'arbre dont provenait le greffon planté à proximité était dans le même temps très peu touché...j'ai observé ça sur 3 greffes différentes sur 3 arbres différents, c'était assez flagrant début mai . Cela semble assez logique finalement, au coeur d'un foyer virulant, la tolérance à ses limites.

J'aurais l'occasion de réitérer cette expérience, en attendant je n'ai plus qu'à couper les reste du houppier du PG comme j'avais prévu de le faire (ça me permet de conserver les 1er fruits d'un franc pour les goûter tout en le greffant au cas où)
D. Noyau a écrit le 11/06/2015 10:21
De mon côté, j’ai fait quelques essais, tous infructueux. J’attribue cet échec en premier lieu à mon manque d’habileté et de matériel (je n’avais pas de mastic ni de flexibande, tout au plus un vieux bout de raphia trop court). Je réessayerai plus tard avec un peu plus d’équipement. En tout cas, merci pour vos conseils ! Le pêcher semble souffrir beaucoup moins de la cloque maintenant que juin s’est installé, mais il ne donnera pas de fruits comestibles cette année.
argos31 a écrit le 11/06/2015 10:48
Pour ton test Foufouche (déjà mis sur ce site) les soit disant "résistants" sont attaqués s'ils sont à proximité de ceux qui l'ont.Ainsi j'ai vu un Roussane de Rodez avoir quelques feuilles "rouges "les branches se croisant legèrement avec un brugnon Morton .Donc :Bonne idée la suppresion de l'initial
Pour ce qui est de la taille je ne sais pas si certains livres l'ont mentionné ?..les pêchers que je connais n'ont des fleurs que sur le bois de 1 an (rameaux mixtes ,chiffonnes ) Pas sur les gourmands .Du fait que le vieux bois 2 ans et plus , sera stérile :On doit tailler en conséquence
belinsecte a écrit le 22/05/2018 10:19

Merci pour cette réponse. Je vais essayer le chip-budding à partir de drageons du prunier. Si ça prend, je vous ferai un retour. Mais vu mon inexpérience et le stade avancé de la cloque sur le PG, je ne me fais pas trop d’illusions.

petit retour d'expérience?
oops maintenant je vois ta réponse, tu n'aurais pas réussi greffer.
mais il me semble que le pêcher malade aurait été concurrencé par la greffe ajoutée de prunier.

Je taille aussi sinon c'est ingérable pour la production. (taille fin d'hiver+ 2 tailles en vert). vigueur et renouvellement des rameaux contre la cloque!

Merci Argos pour les précisions je comprend mieux! Effectivement chez moi c'est l'inverse du fait de la pauvreté du sol: quasiment aucunes attaques de ravageurs, une production moindre. Je veux bien croire que des arbres chargés de fruits et attaqués en parallèle vont avoir plus de mal à se "refaire".
Mais tous les ans suis obligé d'éclaircir et en enlever les 3/4 des pêches

Je regarde plutôt les 3/4 des rameaux dont les fruits n'ont pas noués
(et que de toute façon je n'aurais pas forcément pu garder)


J'ai fait un test au printemps en surgreffant quelques pêchers très sensibles à la cloque (issus de semis) avec des variétés qui la tolèrent beaucoup mieux.
J'ai conservé une bonne partie des houppiers et greffé en fente classique au départ d'un petit rameau d'une charpentière (que j'ai tailler au dessus).
Bref certaines greffes ont prises, et j'ai observé que le greffon était touché de la même manière que son PG quand bien même l'arbre dont provenait le greffon planté à proximité était dans le même temps très peu touché...j'ai observé ça sur 3 greffes différentes sur 3 arbres différents, c'était assez flagrant début mai . Cela semble assez logique finalement, au coeur d'un foyer virulant, la tolérance à ses limites.

J'aurais l'occasion de réitérer cette expérience, en attendant je n'ai plus qu'à couper les reste du houppier du PG comme j'avais prévu de le faire (ça me permet de conserver les 1er fruits d'un franc pour les goûter tout en le greffant au cas où)

ça a donné quoi après décapitation du PG?
j'ai déjà vu des variétés plus saines lorsqu'elles sont pas concurrencées par PG, en comparaison.

Pour ton test Foufouche (déjà mis sur ce site) les soit disant "résistants" sont attaqués s'ils sont à proximité de ceux qui l'ont.Ainsi j'ai vu un Roussane de Rodez avoir quelques feuilles "rouges "les branches se croisant legèrement avec un brugnon Morton .Donc :Bonne idée la suppresion de l'initial
Pour ce qui est de la taille je ne sais pas si certains livres l'ont mentionné ?..les pêchers que je connais n'ont des fleurs que sur le bois de 1 an (rameaux mixtes ,chiffonnes ) Pas sur les gourmands .Du fait que le vieux bois 2 ans et plus , sera stérile :On doit tailler en conséquence

mais ne se propageait pas à toute la roussane?
régulation au niveau des seules branches concurrencées, sans avenir?


greffer.net >> Pêcher et nectarinier