un cognassier remarquable

Message
Auteur
Avatar du membre
Alex
Messages : 1003
Enregistré le : 15 sept. 2006 10:14
Localisation : Haute Normandie - USDA 8a

#16 Message par Alex » 04 janv. 2008 20:53

Bonjour,

Merci beaucoup de nous avoir tenu informé des suites...

S'il s'agit de la sous-espèce coing de Provence, Cydonia oblonga ssp. 'Provence' (?), comme le laisse supposer la réponse du Centre d'Alès, il existe une diversité génétique entre les arbres plantés en France. Par exemple, chez le particulier ou le pépinièriste, les plants sont directement issus de semis ou ils ont semés puis multiplié par bouturage. Et la variabilité au sein d'une espèce (via la reproduction sexuée) est la source des cultivars de fruitiers . Si on excepte la mutation de bourgeons, les maladies virales et les chimères; je pense que le semis (simple ou dirigé : hybridation, colchicine, etc.) est à l'origine de tous les cultivars de fruitiers existants. Donc, comme le rappelle Claude, "tous les espoirs sont permis" :D

Je ne me souviens pas d’avoir vu des photos ou des caractéristiques précises (taille poids) dans la bourse, mais tous ces renseignements peuvent être utiles. Pour aider à reconnaître un cultivar existant ou pour motiver les amateurs à adopter ce qui peut devenir un cultivar (à l'exemple du néflier Mespilus germanica 'Délice de Vannes' http://www.fruitiers.net/fiche.php?NumFiche=709 ).

ruche34
Messages : 45
Enregistré le : 06 nov. 2007 08:13
Localisation : Languedoc

#17 Message par ruche34 » 05 janv. 2008 09:04

Bon, alors j'ai contacté tous ceux de la bourse qui avaient du cognassier commun en "disponible". Ils ont presque tous répondu, déjà ! et je les en remercie ! J'ai bien retrouvé dans les descriptions ma conception initiale du coing : "même trop mûr il est encore difficile de le couper avec un gros couteau de cuisine. Je pense donc qu'il n'est même pas envisageable de le manger cru !". (d'ailleurs moi même je ne l'ai testé qu'après avoir suspecté l'aromatnaya !

Pour ce qui est de la variété, la plupart ont nommé "coing commun" car variété inconnue....

Ce qui me déçoit un peu, c'est qu'Alès n'ait pas été intéressé plus : j'aurait pensé que ça pouvait être intéressant, et c'est pour celà que je me demande si ces coings sont vraiment différents. Mais j'arrive vraiment à les peler comme une pomme, et c'est vraiment pratique !

Je vais contacter quand même ceux qui l'on en "indisponible" !

Avatar du membre
patrice
Administrateur - Site Admin
Messages : 8771
Enregistré le : 10 janv. 2006 09:03
Localisation : Ardèche

#18 Message par patrice » 05 janv. 2008 09:11

ruche34 a écrit :Ce qui me déçoit un peu, c'est qu'Alès n'ait pas été intéressé plus
Aux dernières nouvelles, il y a des changements "d'orientation" au centre de pomologie d'Alès, le fondateur (celui à l'origine de la collection de fiches variétales, et qui se chargeait des identifications) n'y exercerait plus.

Pour ma part, je suis toujours preneur pour tester la variété, tel qu'on l'avait convenu.

Avatar du membre
Alex
Messages : 1003
Enregistré le : 15 sept. 2006 10:14
Localisation : Haute Normandie - USDA 8a

#19 Message par Alex » 05 janv. 2008 10:42

patrice a écrit :Pour ma part, je suis toujours preneur pour tester la variété.
Idem :D Un greffon ou un rameau à bouturer ! Il ne faut pas laisser cette plante se perdre ou retomber dans l'oubli dans que les choses ne seront pas éclaircies...

Le coing est un des premiers arbres fruitiers à avoir été domestiqué; et pourtant, encore aujourd'hui, il en existe très peu de cultivars vraiment répandus * et certains sont assez mal renseignés, même dans des centres pomologiques aussi important que celui de Catoire (d'autant que, comme le souligne Patrice, ils sont en pleine réorganisation et j'ai l'impression qu'ils ne se consacrent que distraitement recherches et aux identifications ces derniers temps...)

Si vos plants ont une vingtaine d'année, il est très peu probable qu'il s'agisse d'un des cultivars récents connus. Toutefois, comme évoqué par mp, vos observations sur les cognassiers de votre voisin font fortement penser à l'Aromanaya ( http://www.greffer.net/forum/viewtopic. ... c&start=15 ) : parfum d'ananas; résistance aux maladies; maturité en octobre; possibilité de manger cru (avec sur ce point une controverse : blet ou non ?).

Sinon...

Le cultivar 'Morava' est réputé facile à peler, mais c'est aussi un récent cultivar (Yougoslavie). Fruits env. 335 g.

Le cultivar 'Orange' (syn. 'Apple quince'='Pomme coing') est réputé être à chair très tendre (fruits ronds env. 450 g). Je ne sais pas depuis quand il est cultivé.

Reste le 'Vranja', plus courant et répandu (fruits pyriformes très gros), qui est réputé être "à chair plus tendre que les autres cognassiers".

Vos 5 cognassiers peuvent être...
- un cultivar connu (mais non reconnu +wink+ )
- des boutures / greffes d'un cognassier de Provence (ou un 'Vranja', par exemple) particulier inconnu ou oublié
- issus de semis (de 'Provence' ou 'Vranja', par exemple) et trouvant chez vous des conditions idéales de maturation des fruits.
- ?

Il serait intéressant de poursuivre vos recherches cette année, en cherchant à compléter une fiche de reconnaissance. Couplée à des photos de faces et coupes, ces informations permettent de bien définir et caractériser un cultivar (qu'il soit connu ou nouveau)

Forme arbre : plein vent, etc.
Point de greffe visible ?
Date floraison
Date maturité
Date conservation
Description du fruit : couleur, calibre, peau, pédoncule, Œil ("cul")
Goût
Appréciation
Divers


* Sur http://www.agroforestry.co.uk/ansample.html , description des cultivars suivants de Cydonia oblonga : Bereczcki (syn. Vrajna), Champion, Cooke’s Jumbo (Syn. Jumbo), Dwarf Orange, Gamboa, Le Bourgeaut, Lescovacz, Ludovic, Maliformis, Meeches Prolific, Morava, Orange (Syn. Apple quince), Perfume, Pineapple (syn. Aromatnaya ? et donc originaire de Russie et non de Californie ?), Portugal (Syn. Lusitanica), Siebosa, Smyrna, Van Deman, Vrajna (Syn. Bereczcki). Certains ont l'air très intéressant !
Voir aussi http://www.ars-grin.gov/cor/catalogs/cydacc.html pour avoir des informations sur d'autres cultivars (un peu plus long à accéder).

Avatar du membre
JM
Messages : 1229
Enregistré le : 04 févr. 2006 19:47
Localisation : Gironde

#20 Message par JM » 05 janv. 2008 11:21

je suis toujours "OK" pour tester ce cognassier avec 2 ou 3 boutures.

Avatar du membre
claudeduvar
Messages : 522
Enregistré le : 31 mai 2007 09:15
Localisation : var

#21 Message par claudeduvar » 05 janv. 2008 11:55

idem pour moi ok pour multiplier cet arbre, bouture greffon .. merci

ruche34
Messages : 45
Enregistré le : 06 nov. 2007 08:13
Localisation : Languedoc

#22 Message par ruche34 » 05 janv. 2008 14:09

Bon, vous avez confiance...

Par contre, ça doit bien être un cognassier de Provence : je ne mettrais pas en doute la détermination d'Alès : dimension de l'arbre et du coing semblent bien correspondre. (Provence restant une variété population, cad que ça ne veut en fait pas dire grand chose, à part ici un type de port et de fruits, aspect extérieur, à peu près stable)

Et c'est bien cru et mûr et non blêt que j'en ai mangé (et bien 7 ou 8) : quand ils sont encore verts, ils sont astringents. Mais jaunes, c'est une pomme un peu dure et sèche, pour essayer de caractériser.

Dès qu'il ne pleut plus, je vais chercher tout ça ! (+ de 100 mm pour l'instant, ca fait du bien, enfin !).

Avatar du membre
patrice
Administrateur - Site Admin
Messages : 8771
Enregistré le : 10 janv. 2006 09:03
Localisation : Ardèche

#23 Message par patrice » 06 janv. 2008 12:51

Question sur le fait qu'il est consommable crû.

Est-ce qu'au moment préci de l'atteinte de maturité de récolte (c'est à dire que ce qui était vert vient de virer au jaune) il est consommable cru?
Ou bien est-ce au moment de la méturité physiologique (ramassé puis laissé murir en fruitier ou autre), qu'il devient consommable cru?

ruche34
Messages : 45
Enregistré le : 06 nov. 2007 08:13
Localisation : Languedoc

#24 Message par ruche34 » 06 janv. 2008 14:55

Bein... en fait, les coings je les ramasse en gros à partir de septembre : je choisis ceux qui sont jaunes de préférence, et puis surtout ceux qui ne sont que peu touchés. Ensuite, je les transforme dans les jours qui suivent ... (confitures, pâtes etc).
Ca, c'est pour les coings en général.

Là, ça a été un peu différent, parce que c'est pas moi qui les ai ramassés, même si la récolte a été progressive, et j'ai eu les derniers coings (donc autour de début novembre). J'ai même ramassé les derniers sur l'arbre. Et là pareil, transformation immédiate, au pire dans les 15 jours !
Et là jaune, c'était bon, mais les encore vert : c'était pas bon !

Je n'ai pas essayé d'en conserver : je n'ai pas pu : c'est la première année que je fais une telle consommation de coings !

En tous cas, ce n'est pas blêt : ils sont bien fermes. Et pas d'attente en fruitier : fin octobre, il faisait encore 25°C la journée : bref, les quelques poires que j'avais conservées ont séchées sur place...

Avatar du membre
patrice
Administrateur - Site Admin
Messages : 8771
Enregistré le : 10 janv. 2006 09:03
Localisation : Ardèche

#25 Message par patrice » 06 janv. 2008 15:02

Ok, donc comestible cru à maturité de récolte.

ruche34
Messages : 45
Enregistré le : 06 nov. 2007 08:13
Localisation : Languedoc

Re: un cognassier remarquable

#26 Message par ruche34 » 25 oct. 2013 08:05

Bonjour, je reviens sur ce cognassier.

Alors les boutures et les rejets ont tous repris très facilement et j'ai des coings chaque année dans le sud. Par contre, celui que j'ai planté (à la même époque) en Isère à 500 m d'altitude n'a toujours rien donné (mais il n'est pas du tout soigné et peut être un peu à l'ombre). Les coings sont bien parfumés "ananas" à l'odeur, mais bien "coing" à la cuisson, et se coupent bien au couteau de cuisine. Heureusement car - c'est d'ailleurs le problème majeur - ils sont aussi bien habités. Donc je n'ai pas résolu le problème des coing vermoulus.

D'ailleurs comment avoir des coings non vermoulus... ?

Avatar du membre
klakos
Messages : 1798
Enregistré le : 05 mars 2006 08:36
Localisation : Anjou
Contact :

Re: un cognassier remarquable

#27 Message par klakos » 25 oct. 2013 10:49

Quel type de ver ? Du carpo ?

ruche34
Messages : 45
Enregistré le : 06 nov. 2007 08:13
Localisation : Languedoc

Re: un cognassier remarquable

#28 Message par ruche34 » 25 oct. 2013 11:15

oui, je pense...

Avatar du membre
klakos
Messages : 1798
Enregistré le : 05 mars 2006 08:36
Localisation : Anjou
Contact :

Re: un cognassier remarquable

#29 Message par klakos » 25 oct. 2013 11:26

Cette méthode m'avait été conseillée par JL Choisel (fin de l'article) :
http://www.pomum.fr/?p=10
Simple, efficace, réservée toutefois à l'amateur qui est sensé avoir un minimum de temps.
De plus, si tu t'intéresses aux abeilles, je ne sais pas si le frelon asiatique a envahi ton coin mais c'est encore la méthode la plus efficace pour attraper les fondatrices au printemps.
Par contre, celui planté en Isère (il faut un minimum de suivi) ?

bayart
Messages : 82
Enregistré le : 09 janv. 2013 22:30
Localisation : Pyrénées ariégeoises

Re: un cognassier remarquable

#30 Message par bayart » 25 oct. 2013 11:51

Une solution pour éviter le carpocapse est de mieux soigner ton arbre en Isère !!! car il n'aime ni l'altitude ni les zone où les nuits sont fraîches.

C'est un papillon qui pond à la tombée de la nuit et qui a besoin de nuits douces (à cette heure là, il émerge quand les températures atteignent 15° et devient ultra pondeur au dessus de 20°).

Donc pour l'éviter, il vaut mieux proscrire les expositions Ouest qui sont les plus chaudes au soleil couchant. L'altitude peut être un facteur refroidissant nocturne très efficace à condition qu'elle ne soit pas compensée par une orientation trop à l'Ouest.

Sinon, pour les zones méridionales comme la tienne, il reste la guerre (pièges, traitements) avec tout ce qu'elle a de désagréable (coût, temps à y passer, pollution...)

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré