Variété de chataîgnier à bois résistant à l'encre

Message
Auteur
Avatar du membre
André
Messages : 1867
Enregistré le : 18 août 2006 18:17
Localisation : Levallois

#31 Message par André » 18 nov. 2010 09:48

La réponse de Mr Breisch :

Bonjour,

En effet, c’était l’opinion qui ressortait des tests INRA en 1994. Il faut reconnaître que sur le terrain c’est un peu différent :

- MARSOL seul (non greffé) a toujours eu un très bon comportement, personnellement je ne me souviens pas en avoir vu crever pour quelques raisons que ce soit ;

- MARSOL comme porte-greffe : observé le plus souvent avec BOUCHE DE BETIZAC comme greffon, la sensibilité au gel de la variété est réelle si le greffage est au collet, par contre si le greffage est à 1 m ou 1,50 m de hauteur, il y a beaucoup moins de dégâts voire pas du tout. Il m’est arrivé de trouver un de ces arbres qui est mort d’une attaque d’encre au-dessus du collet et donc au-dessus du point de greffe à cause d’un manchon de plastique qui était resté au collet et dans lequel des fourmis avaient construit une gaine de terre tout autour du tronc, c’est la variété BETIZAC qui a eu les dégâts et le porte-greffe MARSOL était sain. Cependant lorsqu’on observe des dégâts de gel d’hiver, dans les zones du verger où les dégâts sont les plus forts, les arbres meurent au printemps et certains n’ont pas de rejets de pieds comme si les racines étaient toutes mortes aussi, ce qui n’est pas prouvé. On ne peut pas dire que dans ce cas l’encre soit la cause de cette absence de rejets, ce peut être un phénomène inhérent à la souche, certaines souches ne rejettent pas (en rapport avec l’origine marcotte ou bouture du plant, différente du semis qui lui est très pourvu en bourgeons latents au collet). J’ai pu observer récemment un MARIGOULE avec un dégât d’encre : chancre au collet, une parte des racines mortes, dépérissement progressif de la cime…, je n’ai jamais vu de tels symptômes avec MARSOL en porte-greffe ou seul.

Voilà ce que je peux vous dire aujourd’hui sur MARSOL. Personnellement j’ai assez confiance dans ce matériel.

Salutations,

Henri BREISCH.

nico
Messages : 14
Enregistré le : 25 oct. 2009 12:26
Localisation : Ardèche

#32 Message par nico » 14 mars 2011 21:09

Bonsoir,

Pour cette année j'ai finalement pris des Marigoules et des Bouches de Bétizac sur porte greffe Marsol.

On verra bien :!:

En tout cas merci pour toutes vos informations :wink: .

Avatar du membre
André
Messages : 1867
Enregistré le : 18 août 2006 18:17
Localisation : Levallois

#33 Message par André » 15 mars 2011 16:56

Très bien !

Si ton sol est pauvre, l'idéal serait d'amender le sol au moins sur 1 m de diamètre autour de chaque arbre.

Par ailleurs, un pollinisateur (type Belle épine) est nécessaire au moins un rang sur 3 pour que Marigoule fructifie correctement.

François du Perche
Messages : 2381
Enregistré le : 04 janv. 2011 19:01
Localisation : paris

#34 Message par François du Perche » 05 août 2011 11:46

citation d'André :
Le Marigoule étant vigoureux, ne pas dépasser 100 arbres/hectares soit une plantation en 10*10 m.
bonjour,
Je dois replanter 2ha suite à une coupe de chênes (85%) & chataîgniers (15%), en Basse-Normandie, sur une bonne terre forestière. Je serais assez tenté d'utiliser des Marsol et pour limiter les frais & les heures à passer, j'envisage de les planter à 10mx10m soit 100/ha pour faire une structure de base viable qui pourrait être complétée par la régénération naturelle (chênes & chataîgniers sativa) et si nécessaire par une plantation de chataîgnes de Marigoule que j'ai à disposition en quantité à proximité et que les sangliers n'apprécient pas trop - ouf !)
Pensez-vous que cette densité de Marsol soit OK, pourrait-on envisager 12mx12m ou au contraire faudrait-il serrer plus : 8X8m p.ex.

Avatar du membre
floyd
Messages : 5720
Enregistré le : 25 janv. 2008 10:03
Localisation : le Mans

#35 Message par floyd » 05 août 2011 23:35

Quel est le but à atteindre; verger de châtaigniers ou boisement forestier?
Après une coupe, on peut s'attendre à une levée en masse et à des repercements sur souche. Bref de la densité à très court terme et de quoi "noyer" les plants fruitiers, non?

François du Perche
Messages : 2381
Enregistré le : 04 janv. 2011 19:01
Localisation : paris

#36 Message par François du Perche » 06 août 2011 20:33

Boisement forestier exclusivement. Les chênes étaient très agés (certains + de 200 ans) et la régénération naturelle est faible voire inexistante dans certaines zones. Les chataigniers repercent bien sur mais c'est largement insuffisant. L'idée était de compléter avec des plants forts (100/120cm) de Marsol de Beylard, faciles à repérer et entretenir mais ce n'est peut être pas l'idée du siècle compte tenu du cynips.
L'autre formule serait d'utiliser des sativa (de Lemonnier) mais ils seront beaucoup + petits et nécessiteront + d'entretien et d'essayer de sélectionner qques chênes vigoureux dans la régénération naturelle.

Avatar du membre
floyd
Messages : 5720
Enregistré le : 25 janv. 2008 10:03
Localisation : le Mans

#37 Message par floyd » 06 août 2011 22:42

Le cloisonnement est La Technique préconisée actuellement pour la gestion des boisements en régénération. Un passage de 4 m tout les 15 à 20 mètres. De quoi accéder facilement aux jeunes plants pour les "aider" quand il le faut puis pour procéder aux coupes d'éclaircies indispensables.
Tu pourrais donc envisager des lignes de plantation à 8 ou 10 mètres sur la ligne, en une ou deux lignes dans le taillis entre les deux passages de 4m.
Se rapprocher du CRPF pour étudier ça plus finement.

Avatar du membre
André
Messages : 1867
Enregistré le : 18 août 2006 18:17
Localisation : Levallois

#38 Message par André » 23 août 2011 18:14

Pour du reboisement forestier, je me contenterai de semer des châtaignes en masse sur des rangs espacés de la dimension d'un girobroyeur disponible pour l'entretien avec semis d'une châtaigne toutes les 50 cm sur le rang.

Une fois les semis levés, nettoyage (ou suppression) chaque année des plants abîmés par les chevreuils et les sangliers et passage du giro entre les rangs tous les 2 ans pour mettre les plants sains dans la lumière.

Puis au fil des ans, sélection des plants et déplacement de certains si taux de réussite trop important. Au final, un 10 x 10 m me semble bien.

Avatar du membre
floyd
Messages : 5720
Enregistré le : 25 janv. 2008 10:03
Localisation : le Mans

#39 Message par floyd » 23 août 2011 18:29

Les forestiers t'indiqueraient, André, que la manière que tu proposes, entraine le compactage du sol par le train de roues du tracteur. Rien de plus néfaste, sur l'emprise du système racinaire.

Donc, ne pas poursuivre sur cette idée. ;)

Avatar du membre
André
Messages : 1867
Enregistré le : 18 août 2006 18:17
Localisation : Levallois

#40 Message par André » 23 août 2011 18:51

Sauf si on utilise un mini-tracteur voire une chenillette pour tracter le giro. Le compactage est alors très limité.

On peut aussi envisager un passage de déchaumeuses à dents rigides pour aérer si nécessaire.

Avatar du membre
floyd
Messages : 5720
Enregistré le : 25 janv. 2008 10:03
Localisation : le Mans

#41 Message par floyd » 23 août 2011 19:22

:lol:
C'est une réponse technique et coûteuse à un soucis que personne ne t'oblige à créer.

Les pratiques aujourd'hui conseillées par des forestiers professionnels ont déjà fait leurs preuves sur le terrain. Elles apportent des gains techniques et économiques par rapport aux anciennes. Elles sont issues d'observations, de mesures et de réflexions; ce ne sont pas des "modes" inspirées dans un bureau des villes.

Avatar du membre
André
Messages : 1867
Enregistré le : 18 août 2006 18:17
Localisation : Levallois

#42 Message par André » 23 août 2011 20:08

Je reconnais que ma proposition n'est ni la plus économique ni la plus naturelle mais c'est celle qui permet d'arriver à un résultat le plus rapidement.

J'envisage ce type de solution simplement pour pouvoir apprécier mon petit bois avant de "passer l'arme à gauche" ;-)

Avatar du membre
claudeduvar
Messages : 522
Enregistré le : 31 mai 2007 09:15
Localisation : var

#43 Message par claudeduvar » 23 août 2011 22:15

bonsoir,

les arbres ne repercent pas car ils sont brulés pas les tronconneuses, et souvent le sol massacré par les engins de transport. il faut les finir à la hache, les chênes repartent trés bien, une coupe bien menée permet aussi un semis naturel. c'est un non sens d'être obligé de reboiser via une plantation de jeunes plants qui vont demander de nombreux soins.

Avatar du membre
floyd
Messages : 5720
Enregistré le : 25 janv. 2008 10:03
Localisation : le Mans

#44 Message par floyd » 24 août 2011 09:33

André a écrit :…ni la plus économique ni la plus naturelle mais c'est celle qui permet d'arriver à un résultat le plus rapidement.
L'ai-je entendu 1000 fois, cette affirmation. Il y a en chacun de nous un vieux fond de jardinage en ligne, d'arboriculture planifiée, de plantation au garde-à-vous, qui n'a guère de place en forêt.

Vois même comment pratique aujourd'hui l'ONF en forêts domaniales, si tu ne me crois pas plus que ça. L'office qui se voit imposer par l'état, des résultats rapides et lucratifs…

Claude du var, sans doute l'huile de coupe de tronçonneuse peut nuire à la repousse du chêne. As-tu essayé avec les huiles dites bio à base de colza? Et pourquoi d'autres espèces, et fruitières en particulier, n'y sont pas ou moins sensibles?
J'ai chez moi exploité une bande boisée de 15 ans d'âge ce printemps, le repercement sur souche est extra, même sur chêne, même avec la tronçonneuse…

Avatar du membre
André
Messages : 1867
Enregistré le : 18 août 2006 18:17
Localisation : Levallois

#45 Message par André » 24 août 2011 10:53

La futaie irrégulière (ou jardinée) est un des modes de gestion forestière de l'ONF (voir http://www.onf.fr/outils/medias/2009111 ... 29/files/1)

Ce n'est pas le plus utilisé car il est effectivement coûteux et demande un suivi régulier mais compte tenu de la parcelle à ma disposition (lande sablonneuse pauvre et sèche), c'est le mode que j'ai jugé le plus adapté. Ce serait surement différent en Normandie.

La plantation "garde à vous" dont tu parles n'est visible que les premières années puisque d'une part, on conserve les arbres anciens intéressants et d'autre part, on sélectionne vite les semis ou plants les plus prometteurs en essayant au passage de casser le côté rang d'oignons. Le semis en masse permet simplement de ne pas trop être pénalisé par l'abroutissement.

Pour ce qui est du repercement des souches, il n'est absent que sur les conifères. Pour les feuillus (chênes, châtaigniers, etc), il est très important chez moi sauf sur les souches d'arbres dépérissants avant la coupe (certains rejets ont poussé de 3 mètres en 6 mois malgré la sécheresse de ce printemps !).

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré