Suite à la nouvelle réglementation RGPD, le forum est temporairement disponible en lecture seule uniquement, sans les comptes utilisateur, avec des données qui ont été anonymisées, le temps de sa mise en conformité. Il reprendra son fonctionnement d'ici la fin du mois. Merci pour votre patience.


Visite de la Forêt fruitière à Banne en Ardeche

GREFFER.NET >> Promenades fruitières
anonymisé 14/05/2007 10:09
La forêt fruitière est un petit sentier pédagogique au milieu de la garrigue Ardéchoise, exposant les possibilités de transformer une essence sauvage de la garrigue en plante produisant, sans aucun arrosage et dans les conditions hostiles d'une garrigue, des denrées comestibles.
Greffer de l'Abricotier sur Prunellier, Cerisier sur Sainte Lucie, Pistachier sur Térébinthe...
Le circuit est régulièrement agrémenté de panneaux expliquant la méthode et les éléments botaniques nécessaires à la compréhension.

Le projet est mené par la Mairie de Banne, L'association L'oeil dormant, M. Maurice Chaudière (auteur du livre "Les forêts fruitières").

LOCALISATION :

Sud de l'Ardèche


Entre la ville "LES VANS" et le village "BANNE" :



A partir de Banne, CD251, environ à 2,5 km, sur la gauche, face au lieu dit "Les Champs Grands"

Position GPS du sentier d'acces :
44° 22.740N
004° 08.263E.

Il n'y aucune signalétique au bord de la route indiquant l'accès à la forêt fruitière.

Il faut donc repérer ce petit panneau qui est le seul repère au bord de la route départementale :



On poursuit le sentier sur environ 200 mètres :



Jusqu'à ce qu'on tombe sur le panneau de présentation de la foret fruitière :



Le plan du circuit est indiqué, et rappelé à chaque étape.

Attention entre l'étape 3 et 4 du parcours: Sans faire attention, on file sur le tracé en pointillé, qui rejoint "LE MAZEL" car le sentier est bien entretenu. On passe à coté de la suite du sentier "Foret Fruitière" car c'est moins entretenu et on a même du mal à voir que c'est un sentier (peut être y avait-il un balisage qui a disparu?)... Donc bien compter les virages à partir de l'étape 3.




Exemple de ce qu'on peut voir au long du parcours :

Panneaux pédagogiques:


Pistachiers vrais greffés sur térébinthe :


et de belles promesses de récolte de pistaches :


Abricotier greffé sur prunellier :


Cerisier greffé sur Sainte Lucie :


Beaucoup de cadavres de greffes



Appréciations positives à l'issue de la visite
:
Excellent travail pédagogique avec les panneaux, je ne m'attendais pas à quelquechose d'aussi bien expliqué et documenté.

Appréciations négatives :
La deuxième partie du sentier manque de balisage.
Je n'ai pas vu de chataignier greffé sur chêne, but principal de ma visite
Le site semble totalement abandonné.
On est loin des récoltes abondantes que présageait le livre "forêts fruitières" , mis à part quelques pistachiers, aucun arbre ne portait le moindre fruit, y compris les plus anciennes greffes.
anonymisé 27/01/2008 19:41
D'après ce que je sais , la greffe de chataignier greffé sur chêne a été cassée , probablement par des chasseurs .
Ne subsistent que quelques photos .

Palim
anonymisé 22/04/2008 08:16
La Présidente de l'association L'OEIL DORMANT m'a confirmé que ce projet est bien actuellement à l'abandon, suite à multiples vandalismes et dégâts sur les greffes. A force, çà lasse... Dommage, une journée greffage pique-nique aurait intéressante.
anonymisé 22/04/2008 16:08
Bonjour,

j'ai remonté ce post car je suis très sceptique quant à la pérénité des forêts fruitières. j'ai moi même comme de nombreux amoureux des arbres été viictime d'actes de vandalisme - Ainsi pas plus tard que le week - end dernier toute un rangé ede cerisiers a eu l'extrémité cassée!!! et oui
et ceci sur une propriété privée...et ce ne sont pas des animaux..cela ne fait pas l'ombre d'un doute
anonymisé 22/04/2008 20:07
Chez moi ce symptome est synonyme d'un "bonjour" en langue de lapin.
les jours qui suivent le bonjour s'ajoute sur l'ancien...a la fin c'est la racine qui prend,tout mes poirier sont die
il faut soit grillager soit enduire de goudron de Norvège soit....poser des colet,avoir des chats ou/et une 22 lonrifle
anonymisé 23/04/2008 08:51
Ce sont les lièvres qui m'ont pelé et décapité mes porte-greffe (jusqu'à en faire crever une partie), j'ai du revoir mes ambitions de greffage à la baisse !

PS : ils préfèrent les pommiers aux pruniers
anonymisé 23/04/2008 10:00
mais Tu cherches une pierre plate presque blanche que tu poses au milieu de tes pommiers sur laquelle tu as déposé quelques grains de poivre - La nuit en venant visiter tes pommiers, le lièvre vient sentir cette pierre inconnue pour lui...mais le poivre...le fait éternuer...et il s'assomme
contre la pierre - Tu le récupères le matin de bonne heure et hop à la casserole ops:
anonymisé 24/04/2008 08:12
Le concept de la forêt fruitière n'est pas d'aller planter ou semer soi même un porte-greffe dans une forêt et le greffer l'année d'après.

C'est de laisser faire la loi du plus fort, laisser faire la nature elle même le semis et surtout la sélection .... Parmis les milliers de graines naturellement semées, seules quelques unes survivront ... exposition, endroit protégé...
Le plant ainsi obtenu sera une bête de course... car aura survécu à tout : aux féroces lapins, secheresse, concurrence des autres plantes...
C'est donc ainsi qu'on aura un porte-greffe résistant, sans entretient, sans arrosage, avec un système racinaire efficace.
anonymisé 24/04/2008 08:52
Merci Patrice d'avoir si bien expliqué le concept et tout l'intéret de la forêt fruitière.
nb; c'est pour les mêmes raisons que les féroces lapins courrent vite d'ailleurs…
anonymisé 25/04/2008 00:37
Une petite suggestion pour reboiser la France.....
Ne jeter plus vos noyaux de cerise, pêche et prunes, mirabelles à la poubelle.
Il faut les conserver et les jeter dans une forêt.
Cela profitera aux oiseaux. Ainsi j'ai obtenu un superbe prunier et un cerisier dans un bout de terrain délaissé....
un genre de green guerillas en somme
voir ce lien.... La guerilla verte

http://www.lexpress.fr/mag/sports/dossier/jardin/dossier.asp?ida=436852
anonymisé 25/04/2008 01:09
L'idée reprise par azertien, parait sympa en première approche. Disperser des noyaux et des pépins c'est facile et ça me fait penser aux chênes semés par Obélix dans l'album du Domaine des Dieux.
Dans la réalité, ce sont des patrimoines génétiques issus de sélection que l'on dispersent. A terme ils viennent "polluer" les espèces sauvages en produisant de nouveaux hybrides spontannés. Meilleurs ou pas, mais hybrides…
Et l'idée est déjà moins amusante.
anonymisé 27/11/2008 17:28
Le livre de Maurice Chaudière, au sujet de la fameuse "forêt fruitière", vient d'être réédité aux Editions de Terran dans une version complétée.



La forêt fruitière
Auteur : Maurice Chaudière
Editeur : Terran
ISBN : 978-2-913288-90-4
Nombre de pages : 95 pages
Dimensions : 150 x 210 (mm)
Prix : 15 EUROS

Comme le livret initial, c'est très "poetique-philosophique". Si vous vous attendez à un ouvrage botanique ou technique pur, ca va vous dérouter.

Pour ce qui nous interesse, quelques photos en plus :

Une de pépino (melon poire, solanum muricatum, greffé sur pomme de terre, avec la récolte de pommes de terre en sous sol... mais c'est pas dans la garrigue, c'est dans un potager...)

Une de forsithia sur frene commun.

Des photos du circuit de la foret (genre celles ci-dessus).

La vie de l'auteur (il raconte qu'il va greffer un peu de partout dans le monde).

Photos de résultats de greffes : azerolier sur aubépine, amelanchier du canada sur amelanchier commun, pistachier sur terebinthe, abricotier sur prunellier (sur les photos on ne reconnait pas le site de forets fruitieres... ca a du etre pris ailleurs?)
Chataignier sur chene sessile et chene vert
greffe en approche de l'olivier (en garrigue ca doit etre pratique )


Un nouveau chapitre "en pratique" ( dans la première édition, c'était absent ...) : survol rapide des principes de greffages et principales greffes.
Un tutoriel photo sur la greffe en vert (illustré par aubergine sur tabac glauque)

Donc plus pour ceux qui n'ont pas pu se procurer la première édition.
anonymisé 02/12/2008 10:52
Il parait qu'il a publié un livre en espagnol sur le sujet assez consistant (c'est ce qu'il m'avait dit quand j'avais commandé la 1ère édition de forêt fruitière) mais mon espagnol est beaucoup trop rudimentaire.
anonymisé 02/12/2008 10:57
Oui il a les référence en annexe de cette deuxième édition :

Aprovechar los recursos silvestres
ISBN 9788493277925
La fertilidad de la Tierra
Apdo. 115
31200 ESTELLA (Navarra)

http://www.lafertilidaddelatierra.com/

anonymisé 02/12/2008 11:15
fut un temps il y avait meme eu un maurice chaudiere . com mais je ne remets pas la main sur ce site espagnol (qui parlait des activités de greffe sauvage en guarrigue et d'apiculture alternative)
anonymisé 14/07/2009 19:45
Salut,
Ayant la chance d'habiter à cinq km de cette forêt fruitière, je confirme ce qui a été dit

- Qu'elle n'est pas dans un état brillant, mais c'est la loi du genre et la limite inévitable du concept
- Que faire un tour dans la garrigue pour aller la voir, vaut bien le détour...

... ne serait-ce pour voir le décalage entre une rêverie bucolique sympa et la réalité:
le milieu naturel n'est pas conforme aux visions de JJR et de Bernardin de Saint Pierre.
Et la synthèse de la nature et de la culture est aussi délicate que celle de la carpe et du lapin

Imputer, comme il est dit plus haut, les causes du décalage entre le projet rêvé et l'état actuel de la forêt fruitière
au vandalisme des chasseurs relève du manichéisme vert le plus délirant,
assez répandu sur les marches des Cévennes.

Dans ces contrées splendides et en voie de sous développement galopant, tout l'univers politique s'organise
autour de la confrontation des systèmes de pensées incarnées d'une part par des marie-antoinettistes fumeurs d'herbe
et, d'autre part, les chasseurs 4x4, buveurs de pastis.
A rêver d'un Bayrou ou d'une force d'interposition de l'Onu

Maurice Chaudière, quant à lui, est à la fois le plus fantastique praticien de la greffe que j'aie rencontré
et un vrai poète tant sur le plan de l'écriture que sur celui de pensée économique.
anonymisé 15/07/2009 06:01
Cela aura permit de vérifier par la pratique.
Quelques espèces semblent bien adaptées à ce style de projet (pistacia, crataegus, mespilus). Quand au reste..

Vous avez pu voir le châtaignier greffé sur chêne avant qu'il ne soit détruit?
anonymisé 15/07/2009 06:34
Salut Patrice,
Non, je ne l'ai pas vu,

Je me demande s'il ne faut pas demander à Jacky Reine qu'il en fasse un chapitre de son bouquin sur les arbres mythiques d'Ardèche
Quelques espèces semblent bien adaptées à ce style de projet (pistacia, crataegus, mespilus).

Le Sainte Lucie, aussi
anonymisé 30/07/2010 07:55

Le Sainte Lucie, aussi

La Sainte Lucie s'implante est très bien implantée en garrigue.
Je parlais d'un tel sujet greffé et de la production espérée, dans un tel contexte. On est loin de l'abondance... (mes essais personnels commencent à confirmer ce que j'ai vu à Banne).
anonymisé 30/07/2010 09:14
Il est sûr que des Sainte Lucie, véritables bonsaï naturels,
poussant dans l'infractuosité d'une dalle, à la limite de la survie,
ne peuvent donner des mannes spectaculaires.

Mais je soutiens que ce PG, hors son sol de prédilection,
sur terrain de maquis, peu profond, mais plus substantiel que la garrigue de base, fonctionne à merveille, quoi que l'on raconte...
GREFFER.NET >> Promenades fruitières