robinier

greffer.net >> Plantes ornementales

Ferréol a écrit le 06/01/2016 12:51
Bonjour à tous,

je me posais quelques questions à propos de cet arbre aux multiples qualités, en vue éventuellement d'en mettre dans une haie afin de profiter:
-de tout ce qu'apportent les arbres dans une haie (brise vent, abri pour la faune, apport de matière organique par les feuilles mortes et les racine, etc)
-de la production de son bois de bonne qualité aussi bien en bois d'œuvre qu'en bois de chauffage
-de sa floraison hautement mellifère

Y a-t-il des variétés sélectionnées, entre autres pour leur floraison par exemple, plus longue en durée, ou plus abondante?
Comment ces variétés se multiplient-elles (par greffage ou semis)?
Ou trouver du greffon (ou de la graine)?

bref, avez vous des infos ou des pistes pour trouver des infos sur cet arbre? Merci d'avance.

Ferréol
François du Perche a écrit le 06/01/2016 14:15
Dans beaucoup de régions, et dans le Perche, où il est appelé 'teck du Perche" (planchers & meubles pour l'extérieur), le robinier est à la mode. D'où son développement en sylviculture. Les variétés d'origine hongroise et roumaine donnent, paraît-il, des arbres + droits que les robiniers de chez nous où ils sont souvent tordus. Une variété à fleurs rouges "casque rouge" est commercialisée en parallèle avec les variétés à fleurs blanches.
Ci-joint catalogue Lemonnier p.170 et 171
http://www.pepinieres-lemonnier.fr/catal...
L'avantage, c'est qu'après la 1e coupe, pas besoin de replanter, on griffe le sol en surface et des drageons très vigoureux apparaissent. C'est mieux, parait-il que de laisser repercer la souche car on refait un arbre franc de pied.
ça devrait être d'un bon rapport pour ceux qui n'ont pas peur de se piquer avec ses aiguilles redoutables.
Foufouche a écrit le 06/01/2016 18:44
J'ai une parcelle de production de robinier (à ma demande car le pins reste la norme içi, plus rentable et les subventions ne prennent pas complètement en compte le léger surcoût de ce genre de plants de feuillus donc ça n'incite pas c'est dommage).
Le principal intérêt de cette espèce est comme l'a expliqué François la possibilité d'exploiter et régénérer naturellement le boisement, sans les contraintes classiques d'arrachage de souche, labour, replantation après coupe. Par contre faudrait qu'il m'explique comment on peut empêcher la souche de repercer, il doit falloir revenir à la charge souvent dessus c'est coriace.
Outre les possibilités en bois d'oeuvre (très intéressant lorsque la plantation est de qualité ), fabrication de piquet, bois de chauffage, c'est également un mode d'exploitation qui répond très bien à la demande actuelle de bois énergie.
L'autre avantage est sa capacité d'adaptation: même s'il n'exprime pleinement son potentiel que dans des conditions de sol parfaites (léger, riche et drainé) il s'implante tant bien que mal dans des endroits ingrats, notamment du fait de son aptitude à être autonome d'un point de vue de l'azote.
Le fait de fixer l'azote est un gros plus pour enrichir les sols à long terme, ça compense sa faible production de litière en automne, c'est un inconvénient notable pour les sols pauvres, ça vaut pas le chêne rouge ou le chataignier sur ce point.
c'est aussi une espèce intéressante en permaculture, voir en agroforesterie (quoique le drageonnement doit poser problème à terme) pour son feuillage léger qui permet d'introduire en sous strate d'autres végétaux dont des fruitiers (je l'utilise notamment pour implanter des asiminiers, néflier, ronce, amélanchier, etc) même si ça demande de l'entretien vu sa capacité à drageonner.
Oui le bûcheronnage n'est pas une partie de plaisir, heureusement avec le temps le tronc n'est quasiment plus épineux, c'est pas du gleditsia non plus mais ça reste dangereux...les retours de branches.

Aucune idée de cultivars sélectionnés pour leur capacité mellifère, c'est vrai que ça serait intéressant pour les butineurs, par contre y'en quelques uns niveau horticole.
François du Perche a écrit le 06/01/2016 21:36
https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j...
Page 11, ils expliquent qu'il faut araser les souches pour favoriser l'affranchissement et avoir des arbres francs de pied. Les reperçages (aériens, à une certaine hauteur) sur de vieilles souches semblent déconseillés, il faut favoriser les drageons et les reperçages affranchis. Je n'ai pas d'expérience de cette sylviculture mais j'ai constaté que des merisiers (une trentaine) que j'avais plantés il y a une vingtaine d'années sur des sols caillouteux & médiocres qui étaient entourés de robiniers poussaient + vite que les autres grâce à ces derniers qui assimilent l'azote de l'air et en font bénéficier leur entourage.
floyd a écrit le 06/01/2016 21:36
Pour tempérer un peu l'enthousiasme concernant Robinia pseudoacacia rappelons qu'il drageonne et produit abondamment de la graine.
Sa vigueur initiale en fait une bonne plante pionnière, mais rapidement dominante. (L'orme résistant s'avère également invasif).
Hormis pour une sylviculture suivie, je ne recommande pas cette espèce.
… et encore moins pour tenter de l'incorporer dans une haie. En Anjou, les essais les plus anciens remonte aux années 70, il serait intéressant de retrouver les haies préconisées par D. Soltner.
Le CRPF des pays de la Loire pourra apporte toute information sur la sylviculture; le président d'Amécourt possède une plantation exemplaire.
François du Perche a écrit le 06/01/2016 21:52
Concernant les haies, ceux dont je parle forment une haie de 300m le long de la route, ils sont établis sur un sol argileux très caillouteux, j'ai planté il y a une vingtaine d'année une rangée de merisiers espacés de 10m qui auraient probablement dépéri s'ils n'avaient pas bénéficié de l'azote des robiniers. Sur un terrain riche, ça doit être très invasif et destructeur des autres espèces.
floyd a écrit le 06/01/2016 21:57
Très certainement, mais ces merisiers ont-ils fait les beaux arbres attendus ou espérés?
Le robinier reste toujours pionnier et dominant, c'est à dire très exclusif.
nouvel azertien a écrit le 06/01/2016 22:46
L'arbre est toxique.

Il faut sans doute privilégier des arbres à croissance rapide comme le paulownia, qui est inoffensif.
floyd a écrit le 06/01/2016 22:51
Toxicité : Plante faiblement toxique

Nature du toxique : Lectine (robine) à propriétés hémagglutinante et mitogène

Organes incriminés : Graines, racines, écorces

Symptômes :
• Troubles digestifs passagers
• Faiblesse, céphalées

Remarques :

• Les fleurs, très parfumées, sont comestibles et utilisées pour préparer des beignets aux fleurs d'acacia et entrent également dans la composition de sirops.
Foufouche a écrit le 07/01/2016 00:30
Hormis pour une sylviculture suivie, je ne recommande pas cette espèce.
… et encore moins pour tenter de l'incorporer dans une haie.

Je suis d'accord avec toi Floyd. Malgré toute ses qualités bien utiles dans certaines situations, si vous pouvez planter autre chose c'est préférable vu ses défauts, ça reste une invasive coriace.
En milieu forestier ils finiront par être relayé du fait de la succession des espèces végétales et du couvert végétal qu'il ne supporte pas mais ça prend des années, ou plutôt des dizaines d'années. Dans une haie ils ne disparaîtront jamais et coloniseront progressivement l'ensemble sans doute au détriment d'autres plantes..

@François du Perche
Les reperçages (aériens, à une certaine hauteur) sur de vieilles souches semblent déconseillés
Ca je comprend.
Par contre curieux cette méthode de coupe rase, les quelques uns que j'ai pu abattre au ras du sol ont pour la plupart, en plus des drageons, rejetés directement de la souche. C'est vrai que ça rejette depuis la partie souterraine de la souche mais j'ai un peu du mal à croire que ce type de rejets puissent réellement s'affranchir, il faudrait que je sortent la pelle pour voir ça..


Le paulownia doit être une super espèce en sylviculture/agroforesterie mais qui n'est pas équivalente en terme d'adaptation. Içi le robinier pousse dans un podzol, un coup de pelle et en dessous de la maigre couche de sable humifère à ph très acide, c'est du sable pur. Dans ces conditions les croisements chinois ne donneront jamais ce qu'on voit sur le net, des fût impressionnants mais cultivés en plaine alluvionnaire à climat chaud.
François du Perche a écrit le 07/01/2016 09:30
Mais quelles sont les qualités du bois de paulownia ? Est-ce dur, imputrescible... ?
Ceux qu'on voit dans les parcs, où on peut profiter de leur belle floraison très précoce, sont rarement bien droits ?
Très certainement, mais ces merisiers ont-ils fait les beaux arbres attendus ou espérés?
Le robinier reste toujours pionnier et dominant, c'est à dire très exclusif.

En fait cette longue haie de robinier existe depuis toujours et a pratiquement éradiqué toutes les autres espèces, elle est coincée entre la route et des labours donc ne peut pas s'étendre, j'avais profité de sa coupe rase pour mettre des merisiers qui se développent bien malgré le terrain très caillouteux. Je n'aurais certainement pas planté ces robiniers, et je rejoins l'avis de ceux qui pensent que c'est une espèce à éviter sauf dans des cas très particuliers.
patrice a écrit le 07/01/2016 18:10
Un article à lire ici :
http://greffer.com/presse/mai1989.pdf

Certains sont vendus sous forme de semences (ROBINIA PSEUDOACACIA NYIRZEGI et Robinia pseudoacacia Provenance pusztavacs ; en vente chez "semences du Puy").

Des greffons circulent entre les membres du site pour certains des robiniers cités dans l'article ci-dessus.

Attention à vos greffages, greffe très cassante à ses débuts, tuteurage quasi impératif.

Les conseils pour la greffe du robinier : https://www.greffer.net/?p=230
ké20 a écrit le 07/01/2016 20:48
Pourquoi en fait tu es attiré par cette espèce ? Ou plutôt , que veux tu absolument pour ta haie ? Quelle utilité ?

J'en suis envahi , et chez moi le sol est lourd argilo-calcaire , ils poussent à merveille , je pense que la proximité avec les fougères leur fait le plus grand bien...
La moindre racine , radicelle etc qui est coupée, donnent naissance à une pousse.... (un peu comme le jujubier )

Nous avons dessouché , terrassé , et bâti la maison avec un vide sanitaire important , même dans le vide sanitaire quasi noir , ils arrivent à reprendre....
cet arbre a des racines traçantes très longues , sur un vieux sujet dessouché (diamètre +-80cm) , nous avons sortie une de ses racines qui s'étalait à plus de 15m du tronc.....

Le pire , se sont les graines qui se dispersent facilement et germent aussi très bien ....
Et les feuilles quand elles tombent sur les cailloux sont difficiles à ramasser ....

Ensuite, il est vrai que cet arbre a aussi de nombreuses qualités. piquets , bois d’œuvre , bois de chauffage, mellifère , cuisine (pour les beignets, glaces, cocktails et autres...) tisanes etc ...
patrice a écrit le 08/01/2016 06:37
Merci de bien vouloir en rester à la question initiale, qui, elle, est dans les sujets du forum. (choix des variétés, multiplication).
patrice a écrit le 08/01/2016 17:23
Il y en a aussi dans la rubrique 'Autres fruitiers' de la bourse (faire une recherche "robinia")
Ferréol a écrit le 09/01/2016 12:57
merci Patrice, ce document est exactement ce que je cherchais!

J'ouvre un fil dans la hors-sujet pour discuter de mon projet et des avantages/inconvénients du robinier?
patrice a écrit le 09/01/2016 13:57
Oui pour la culture, dans les hors sujet, éventuellement. Merci
druere a écrit le 10/01/2016 19:32
Bonsoir, à une époque ou je devais reboiser une parcelle, je m'étais intéressé à la variété des Appalaches (dureté du bois) et après de nombreuses recherches infructueuses j'avais dû me rabattre sur le robinier que l'on trouve en pépinières (il est vrai que lorsque j'avais cherché Greffer.net n'existait pas)
nouvel azertien a écrit le 19/11/2016 15:28
Il existe une variété sans épines : Bessoniana (de Besson)

https://books.google.fr/books?id=OgjNDAA...
autrevie a écrit le 19/11/2016 20:29
j'ai trouvé un site qui vendait Appalaches et d'autres que nous convoitions.
mais bon,c'est très cher,des arbres déja très très grand,je ne sais même pas comment ils livrent...
Je convoite Appalache.
je n'ai pas retrouvé,mais si je retrouve....faut faire une visite,lors d'"une porte ouverte,et retenir l'endroit pour,en fourbe,nous émanciper par un malencontreux coup de sécateur.

info de Ferréol :
http://www.bomenonline.nl/Assortiment/De...

Appalaches dans les 13 euro...tout simplement excitant.


greffer.net >> Plantes ornementales