Cherimolier (annona cherimolia)

greffer.net >> Autres fruits

Guacamole a écrit le 02/01/2018 21:11 (ref msg # 61002 )
Bravo ! Dans 2-3ans tu pourras obtenir des fruits si tu les conserve à la chaleur . J'avais mangé deux cherimoles, il y'a deux ans. Toutes les graines plantées n'ont rien donné. J'espère réussir cette fois. Mais est ce que ça peux germer dans du coton/sopalin ? Je me demandais . En ce moment tout ce qui pousse dans du coton marche avec moi. Ici une pistache qui montre une petite racine après seulement 3 jours =


belinsecte a écrit le 03/01/2018 14:38 (ref msg # 61025 )
Oui les cherimoyas fructifient 3 ou 4 ans après semis
Elles ont une vie courte, il faut les semer aussitot sorties du fruit sans les laisser sécher, et sans stratification.

L'heure était venue de gouter et observer la plus grosse anone de montagne.
en comparaison avec la variété "Fino de Jete" dont sont constituées les cultures plus près de la mer. (à droite sur la photo).

Celle trouvée en montagne (à gauche sur la photo) ressemble à quelques rares anones parmi celles trouvées bradées sur un marché avec une diversité des tailles et formes dans le lot. Ces dernières (j'y reviendrais dans le post suivant) sont peut-être issues d'un rejet de PG, elles ont en commun:
- la forme avec une cuvette autour du pédoncule, rare sur la variété cultivée.
- des écailles plus petites
- 35 à 50 graines par "gros" fruit, mini 10 par petit fruit. Les 5 en photo dans le carton sont issus de 2 ou 3 chérimoliers du même jardin en altitude. 19 graines dans le seul gros fruit trouvé au sol sous un autre arbre, isolé, dans un autre jardin distant de peut-être 1km, ce dernier appartenant à un anglais qui précise qu'il n'a jamais mangé ses fruits et qu'il ne le pollinise pas à la main, j'ai trouvé "à grandes écailles" immatures dans l'arbre un 2ème grosfruit et environ 6 petits, dont je n'ai pas publié les photos et pas cueillis.
- alors que la variété cultivée en contient souvent 5 à 15, plus rarement 1 à 20, et exceptionnellement 42! sur environ 40kg de fruits n'ayant pas été pollinisés à la main près de la mer.
- Un goût délicieux comme celui de la variété cultivée, avec un peu moins de sucre parfois.
- Une consistance plus ferme qui nous séduit, oblige à passer + de temps à séparer (dans la bouche) les graines d'une chair très légèrement adhérente, à mieux savourer et peut-être mieux digérer. La variété cultivée au contraire a une consistance de yaourt, et est parfois trop sucrée.

Il serait intéressant de savoir quelle variété a été analysée pour sa richesse en protéines. Nous qui en mangeons plusieurs kilos/jour, on préfère celle qui contient le plus de graines qui nous semble meilleure et plus nourrissante.

La seule particularité de celle qui a poussé en montagne est la couleur des motifs sur les graines:
- dorés en bord de mer (y compris sur les exemplaires de la variété riche en graines),
- orangés-marron en montagne









Message modifié 6 fois ; la dernière fois le 07/01/2018 04:55 par belinsecte
belinsecte a écrit le 03/01/2018 14:45 (ref msg # 61026 )
zoom sur les graines dans anone de montagne:



zoom sur les graines de fino de jete:


belinsecte a écrit le 03/01/2018 14:49 (ref msg # 61027 )
ce matin, comparaison de l'anone (de PG?) et de la variété cultivée, toutes deux issues de la cote (proche de la mer):







Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 03/01/2018 14:52 par belinsecte
sasa a écrit le 03/01/2018 14:50 (ref msg # 61028 )
Merci de partagé cela avec nous. Je viens de découvrir un fruit qui pour moi était totalement inconnu.
belinsecte a écrit le 03/01/2018 14:54 (ref msg # 61029 )

à manger lorsqu'il commence à devenir un peu mou, mais sans attendre trop
belinsecte a écrit le 07/01/2018 05:02 (ref msg # 61120 )
Quel âge auraient ces arbres? En dépend leur résistance au froid, dont le record est enregistré chaque année par la station météo.






clow a écrit le 07/01/2018 05:31 (ref msg # 61122 )
A tout hasard belinsecte a tu déjà tenté le semis de graines d'une anone ( entière ) conservé en congélation, j'ai déjà réussi à conservé des graines de tomates ainsi mais pour les anones jamais essayé ( en tentative pour le printemps cela dit, car j'en ai placé une au congel ) ?

Mais l'expérience à telle déjà était tenté pour ce fruit ?
tropique a écrit le 07/01/2018 11:32 (ref msg # 61124 )
Les cellules des graines,particulièrement celles de tomates,vont prendre un sacré coup si elles sont installées au congélo.
Même le frigo fait pourrir les noyaux de manguiers et autres
clow a écrit le 07/01/2018 14:05 (ref msg # 61132 )
Etrangement les tomates cela les dérangent pas, et quand il fait -10 dehors et que les graines repartent l'année d'après non plus.


Je veux bien croire que du -40 peut être mais faut relativisé aussi tropique en tout cas une belle quantité d'espèce ( dont toutes celle qui poussent en France pommier, poirier, prunier, tomate, melon, etc y arrive très bien.

Pour les tomates pour le coup cela fait plusieurs années que je fait cela sans problèmes, les mangues aucune idée de la réaction sur elle. Quand au frigo qui fait pourrir les noyaux il est réglé à combien le tiens car chez moi j'ai jamais vu cela.
clow a écrit le 07/01/2018 15:58 (ref msg # 61134 )
Petit détail hors sujet sur la congélation des semences :

http://hortimail.over-blog.com/recolter-...

Au Conservatoire botanique nationale de Brest, les graines sont stockées à -18°C au congélateur. C'est l'une des plus importantes Banque de graines au monde pour les espèces menacées avec 1907 taxons, soit 4 728 lots.

http://www.tomodori.com/forum/topic5292....

http://tousaupotager.fr/jexperimente-con...

https://www.aujardin.info/trucs/239-plac...

Ceci est pour les récalcitrants qui demande des preuves au méthodes louche que je soumet sur le forum.

Amicalement
belinsecte a écrit le 07/01/2018 20:31 (ref msg # 61139 )
Ce qui fait la richesse du forum est de douter contredire ou demander des preuves.
Je n'ai jamais congelé d'anone mais l'expérience est à faire et ferait-elle une sélection et prédisposition au froid??
J'en ai semé en décembre en france.
à -18°C c'est pour les graines sèches. les graines qui doivent rester humides, comme asimina, anona, j'ai lu qu'il fallait les conserver entre 1 et 5°C car les cellules pleines d'eau auraient tendance à éclater comme semblait écrire Tropique, mais la plupart des graines de nos latitudes tolèrent des gelées modérées puisque les graines qui passent l'hiver en terre gèlent un peu (la terre régule les variations de température). A quelle température était ta tomate entière? Quel % de graines ont survécu? Les pieds de tomate en étant issus seraient ils plus résistants au froid?
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 08/01/2018 21:19 par belinsecte
clow a écrit le 07/01/2018 22:04 (ref msg # 61145 )
Mon congèle est à -10 mais je le commence en début d'automne à -5.

Germination des graines j'ai jamais compté mais très bon résultat dans l'ensemble .

Après pour ce qui est de l'humidité sur les graines, je relativise aussi car il est pas rare que la terre dehors chez moi soit gorgé d'eau ( terre lourde argileuse ) donc les graines qui y poussent naturellement en début de printemps se trouvé donc dans un substrat bien humide pourtant aucun problèmes, pareil pour les pépins de pomme ou autre.

Je prétend pas que toutes les graines survivent, mais que c'est une technique de conservation et parfois aussi de levée de dormance plutôt efficace sur celles assez connu chez nous en France.

belinsecte post_id=61139 time=1515353493 user_id=64308 a écrit :

Je n'ai jamais congelé d'anone mais l'expérience est à faire et ferait-elle une sélection et prédisposition au froid??


Après avoir pratiqué cela sur diverse espèce classique je me suis demandé la même chose, d'ou diverses expérience en cour en ce moment pour longane, litchi, mangue et avocat.

La plupart des espèces de chez nous y survivent donc pour moi si on veux adapté une espèce faut commencé par sélectionné à partir de là. Sinon on a plus de pourcentage de réussite à la germination mais peut être aussi davantage de perte au premier froid puisque la sélection n'a pas pu se faire avant.

Je dis pas que cela vas réussir mais juste que cela me paraît intéressant de procédé ainsi et plus logique aussi.
tropique a écrit le 07/01/2018 22:21 (ref msg # 61146 )
Congeler des graines de fruits qu on trouve à longueur d année dans les étals sera inutile,par contre congeler des graines rares ou qui ont une faculté de germination très courte ,là je suis partant.
Encore faut-il connaitre les conditions environnementales nécessaires à une bonne congélation
Comme ce sujet est passionnant,je pense qu il vaudrait mieux continuer à en discuter dans la section multiplication,il sera à sa place.
clow a écrit le 07/01/2018 22:42 (ref msg # 61147 )
Je vais y pensé tropique à décalé le sujet.

Cependant je tiens à précisé que ce qui est vrai à un endroit ne l'est pas pour autant ailleurs ni même les intérêts dans une même pratique, chez moi il est assez rare de trouvé des anones, litchi etc en vente par exemple alors que chez toi cela doit en effet être plus facile à trouvé.
belinsecte a écrit le 08/01/2018 21:31 (ref msg # 61173 )
Pour en revenir à mes dernières photos postées, le vieil homme me dit 10 ans ce qui m'étonne vu le tronc, je doutais de sa mémoire.
D'autre part, à propos des "variétés" que je décrivais comme étant différentes, du PG et de "fino de jete", j'ai aujourd'hui vu les 2 fruits sur un même arbre, bien au dessus du point de greffe présumé: une personne me suggère qu'il y aurait (sur d'autres espèces) des fruits mâles et des fruits femelles??






benoit30 a écrit le 09/01/2018 09:45 (ref msg # 61187 )
Je viens de découvrir ton aventure andalouse belinsecte. Merci pour ce partage !
Lorsque tu parles de cherimoya poussant en altitude, peux tu nous communiquer la localité ou l'altitude ? En fonction, cela peut nous donner un espoir de cultiver ce merveilleux fruits sur l'arc méditerranéen français ?
Bonne continuation
belinsecte a écrit le 09/01/2018 10:57 (ref msg # 61193 )
J'attends moi même confirmation des stats météo (entre 2007 et 2017, sauf si quelqu'un contredit l'age de 10 ans du plus gros arbre en photo), avec beaucoup d'intérêt
Je préciserais alors
Certains témoignages indiquent qu'à -7°C des cherimoliers adultes perdent leurs feuilles mais repoussent et fructifient la saison suivante.

Quelqu'un aurait il une explication des différents fruits sur une même branche, dont je poste des photos ci dessus et ci dessous?







diospyros a écrit le 09/01/2018 16:44 (ref msg # 61198 )
La différence sur la forme des fruits est due au fait que la pollinisation des fleurs est compliquée.

Les insectes qui s'en chargent naturellement dans les régions d'origine du cherimoyer ne sont pas présents en Andalousie, la pollinisation se fait par d'autres insectes moins performants ou à la main.

Lors de la pollinisation à la main, tout le problème est de mettre assez de pollen pour nouer le fruit et quil ne soit pas difforme mais aussi quil ne soit pas trop plein de graines.

Ensuite, il faut savoir quil est facile de provoquer une floraison (en arranchant les feuilles d'un rameau) afin d'avoir une plage de récolte plus étendue.
On peut penser que les fruits qui sortent à différentes périodes n'ont pas les mêmes aspects.
diospyros a écrit le 09/01/2018 16:46 (ref msg # 61199 )
Pas de fruits mâles et fruits femelles.

Les fleurs sont d'abord femelle puis le lendemain mâles ce qui complique encore davantage la pollinisation.


greffer.net >> Autres fruits