Suite à la nouvelle réglementation RGPD, le forum est temporairement disponible en lecture seule uniquement, sans les comptes utilisateur, avec des données qui ont été anonymisées, le temps de sa mise en conformité. Il reprendra son fonctionnement d'ici la fin du mois. Merci pour votre patience.


bouture ou greffon reçu trop sec, comment les sauver

GREFFER.NET >> Autres techniques et expérimentations
anonymisé 02/12/2013 09:19
Vos rameaux à greffer ou à bouturer sont trop secs pour avoir une chance de réussir la greffe ou le bouturage ?
Perdu pour perdu...il est possible de tenter une réhydratation du rameau.
Si vous les faîtes tremper dans de l'eau, les cellules se gorgeront d'eau trop rapidement à cause de la pression osmotique trop forte... et certaines éclateront d'où une pourriture certaine.
Comment faire ?
Sucrez l'eau ! A saturation au départ ! Vous immergez les rameaux complétement. De temps en temps, par ex. toutes les 2 ou 3 heures, vous rajoutez de l'eau pure (non sucrée) dans le récipient pour baisser le taux de sucre (dans la proportion maxi de 1/5 pour donner un ordre de grandeur). Au total, la réhydratation durera maximum 2 jours.
Explication : le sucre fait baisser très fortement la pression osmotique entre l'extérieur et l'intérieur de la cellule d'où une réhydratation très lente. Elle peut même être nulle au départ d'où la nécessité de rajouter de l'eau pure de temps en temps.
Attention : ne pas prolonger l"immersion et ne pas la terminer par de l'eau pure
J'ai éprouvé cette méthode (par comparaison entre témoins et sujets traités) de nombreuses fois sur bouture et une fois avec succès sur greffes d'agrume et de cerisier acide.
Notez : laisser le rameau sécher en surface avant le bouturage et surtout la greffe.
Cette méthode est utilisée entre autre par le Conservatoire botanique de Brest, spécialisé dans le sauvetage de végétaux en voie de disparition. Merci à son ancien conservateur Monsieur JY Lesouef pour ce "truc".
jpthor
anonymisé 02/12/2013 10:41
Un sucre en particulier (fructose, glucose……) ou notre sucre de cuisine le saccharose?

Je ne suis pas sûr de comprendre l'explication des pressions osmotiques.

Placée dans l'eau pure une tige se gorge d'eau, d'accord.
Inversement dans une eau sucrée, c'est l'inverse non?
anonymisé 02/12/2013 14:22
En cas de greffon qui a séché, j'essaierai volontiers. Merci!
anonymisé 04/12/2013 08:33
Bonjour

Merci pour cette astuce à essayer.
Dans les greffes de sauvetage de greffons souffrants, il y a la greffe de Tschudi http://www.greffer.net/?p=407
Et parfois le chip budding qui arrive à récupérer des choses.
anonymisé 04/12/2013 09:53
pardon de ne pas être biologiste... mais je vais tenter une explication. La membrane des cellules végétales est perméable à l'eau mais pas aux "minéraux" (ce n'est peut-être pas le terme adéquat) qu'elle contient. Si les liquides de chaque côté de la membrane ont la même concentration, il ne se passe rien. Par contre si la concentration est différente, il va y avoir apparition d'une "pression osmotique" et de l'eau (pure) va traverser la membrane pour rééquilibrer les 2 côtés. Et cette eau va passer du côté le moins concentré vers l'autre et ceci d'autant rapidement que la pression est forte.

Notre rameau est pas mal desséché. Il est donc quasiment assuré que le bouturage ou la greffe seront voués à l'échec.. Si nous le trempons dans de l'eau pure, le transfert sera tellement rapide que nombre de cellules vont éclater d'où pourriture assurée.
En immergeant le rameau dans de l'eau fortement "chargée", la pression osmotique étant faible, le transfert sera lent laissant aux cellules le temps de s'adapter. Mais il faudra baisser la concentration progressivement pour obtenir une réhydratation complète.
La "charge" ne sert qu'à rééquilibrer les concentration. Il serait possible d'utiliser du sel de table... si celui-ci n'était pas nocif pour les plantes ! Je pense donc que le sucre utilisé peut être n'importe lequel dans la mesure où il n'est pas nocif au végétal mais qu'il n'apporte rien au rameau puisqu'il ne peut pas traverser la membrane.

J'avais fait une tentative en méthode Tschudi, pour voir... pas facile parce qu'il faut être très vigilant, même en protégeant le récipient du soleil et de la chaleur, il faut souvent remettre l'eau à niveau. J'avais pensé utiliser un récipient plus grand et une mèche puisant l'eau dans le fond mais pas encore essayé !

Je tiens à bien répéter que ce "truc" ne peut être qu'une solution de dernière extrémité.
jpthor
anonymisé 04/12/2013 12:55
Le fonctionnement cellulaire et les pressions osmotiques est un vaste sujet. L'explication que tu rappelles est correcte, ou peu s'en faut car on connait aujourd'hui mieux les mécanismes.

JY Lesouef a fait des choses admirables. Sais-tu s'il avait justifié par des explications biologiques, sa pratique?
anonymisé 05/12/2013 07:37
Quelques petites précisions toutefois:
l'idée est bonne mais quelques choses ne vont pas dans le bon sens:
-une solution de sucre à saturation est trop concentrée et continuera de dessécher le rameau en "attirant" le peu d'eau qui reste dedans. Il faudra que je retrouve à partir de combien de sucre on est dans des valeurs normales de potentiel osmotique dans une cellule végétale classique.
-le sucre à tendance à servir de nourriture pour tout un tas de bactéries et de champignons, il faut donc faire attention à la propreté de tout le matériel et très bien rincer le matériel (y compris végétal) en fin d'opération.
-des études montrent que les sucres jouent un rôle important dans les mécanisme de débourrement des bourgeons, le risque est que les bourgeons greffés démarrent trop tôt par rapport à la soudure du greffon

J'ai des collègues qui travaillent avec des solutions de réhydratation de matériel végétal, dans le cadre de cryoconservation qui nécessite une déshydratation partielle du matériel avant de les cryogeniser et de le réhydrater en sortie. Je vais tacher d'en savoir un peu plus là dessus...
anonymisé 05/12/2013 10:36
Merci Ipthor j'en ferai mon profit,J'ai connu un vieux papy viticulteur qui trempait 2 heures avant de greffer ses greffons dans un verre50/50 eau vin. Il avait de trés belles vignes...
anonymisé 05/12/2013 11:26
Merci pour vos réponses;
La "saturation" me gênait aussi pour les mêmes raisons, d'où la nécessité de diluer dans les heures qui suivent.

Pour avoir reçu des boutures bien déshydratées de Madagascar ( un peu plus d'1 mois de voyage !), la réhydratation me semble être un phénomène assez lent, dans un sens ou dans l'autre...

Je ne savais pas que le sucre favorisait le débourrement. Merci du renseignement. Mais là aussi, comme on termine par une solution très peu sucrée, le rameau est pour ainsi dire "lavé" je pense.
Mais effectivement je passe mes rameaux sous un filet d'eau en fin de traitement avant de les laisser sécher en surface (quelques minutes sur un papier absorbant à t° ambiante)

Ce "truc" m'ayant été donné par le conservateur d'un jardin botanique réputé dans le sauvetage de plantes en danger, je pense que le sucre ne doit pas leur poser de problèmes particuliers sinon ils utiliseraient d'autres produits,enfin je pense...

Un autre "truc" qu'il m'avait donné : pour la conservation des graines : le congélateur ! Je pratique cela depuis des années sans pouvoir lui trouver le moindre inconvénient. Même les graines à pouvoir germinatif court ou difficiles à garder en bon état (haricots, petits pois..) restent utilisables plusieurs années ( au moins 5 ans pour des haricots "oubliés"). Seul impératif : les semences et leurs sachets doivent être secs.
jpthor
anonymisé 25/01/2014 18:17

Il faudra que je retrouve à partir de combien de sucre on est dans des valeurs normales de potentiel osmotique dans une cellule végétale classique.

Ce que je peux dire à ce sujet est que la solution isotonique au sang est une solution de glucose à 10%. Peut-être est-ce des valeurs proches pour les végétaux ? Si c'est le cas une solution hypotonique (inférieure à 10 %) réhydraterait le rameau et une hypertonique (supérieure à 10%) le déshydraterait.
anonymisé 18/05/2016 19:39
Quelqu'un a-til déja greffé des greffons ayant pris un bain d'eau pure? 1 ou 2heures plus ou moins?
A lire ce sujet on pense que ce n'est pas à conseiller, mais cela reste théorique.
Zut alors... (je dirais le résultat dans 1 mois...):
C'est ce que j'ai fait avant-hier... L'eau prenait une teinte jaune, je me suis dit que j'avais peut etre épuisé les réserves notamment de sucre du greffon, sans penser que cela éclaterait les cellules. En plus je les ai pas essuyés avant de greffer, j'avais pas pensé que ça aussi ce serait compromettant...
anonymisé 18/05/2016 23:50
Eau du robinet, du puits, de la source, eau de pluie… toutes n'ont pas les mêmes caractéristiques chimiques et bactériologiques.
De là des résultats qui peuvent être très aléatoires.
Par contre l'oxydation à l'air et le dessèchement sont néfastes à coup sûr.
Dans tous les cas, un greffage express sur un PG bien en sève résoudra bien mieux que toutes autres solutions, la réhydratation d'un greffon mal en point.
anonymisé 19/05/2016 09:09
Mais il ne doit pas y avoir beaucoup de différences de tonicité entre l'eau de pluie, de source, du puits etc... L'eau de pluie est certainement la moins tonique car elle ne contient pas de sel minéraux. C'est vrai que l'eau pure est toxique pour les cellules car elle les fait éclater. Si l'on place une cellule animale dans l'eau pure elle gonfle et elle éclate (liquide hypotonique), si on la place dans l'eau de mer elle se ratatine (liquide hypertonique). Dans de l'eau avec 9 grammes de sel par litre, elle reste identique. C'est ce qu'on appelle en médecine le "sérum physiologique" qui a la même tonicité que le sang (liquide isotonique au sang) De l'eau avec 5% de glucose est aussi un liquide isotonique. Pour des cellules végétales, ce n'est peut-être pas les mêmes valeurs, il y a aussi le fait qu'elles ont une structure rigide contrairement aux cellules animales. Mais un liquide hypotonique a certainement un effet néfaste sur les cellules végétales. Cependant un greffon n'est pas une cellule isolée, s'il y a des cellules détruites, c'est seulement celles au bord de la coupe.
On pourrait peut-être mettre au point un liquide isotonique à la sève (brute ou élaborée ?) pour conserver les greffons ou le réhydrater à partir non pas de chlorure de sodium, ni d'un sucre (qui favorise le développement bactérien), mais d'un autre sel minéral qui serait un constituant des végétaux (sel de potassium par exemple, pourquoi pas du phosphate de potassium ?).
anonymisé 19/05/2016 09:44
dans ce sujet:

http://www.greffer.net/discussion/viewtopic.php?f=22&t=5732
On conseille de faire tremper les graines dans le lait de coco pour les faire germer :
Est ce réellement efficace? serai-ce transposable au trempage des greffons?
mettre juste la base du greffon dans l'eau ou lait serait peut etre suffisant pour les réhydrater?

dans ce sujet:
http://www.greffer.net/discussion/viewtopic.php?f=5&t=2672&hilit=sous+la+pluie
Satya m'a rassuré que les greffes fonctionnent même faites sous la pluie, et mêmes enduites de salive...
je croise donc les doigts...
anonymisé 19/05/2016 09:47
L'eau du robinet est souvent calcaire et protégée des pollutions bactériennes par ajouts de chlore.
Je pensais à ce genre de différence.

Difficile de raisonner par analogie, graine et lait de coco, rien de probant.
Faire quelques essais pour voir, mais pour un greffon je crains que le trempage dans un liquide "riche" et fermentescible ne soit pas une bonne idée.
anonymisé 19/05/2016 11:51
Le lait de coco est très riche en cytokinine. C'est probablement le but de le faire tremper dedans.
anonymisé 19/05/2016 22:12
Le lait de coco est très riche en cytokinine. C'est probablement le but de le faire tremper dedans.

Oui sans doute, mais pas que… et précisément c'est le reste qui peut si facilement contrecarrer le processus de greffage, par des fermentations, des moisissures, …
anonymisé 22/05/2016 19:13
Oui, mais ne peut-on pas faire tremper le greffon pendant une certaine durée? Des cytokinines pourrait alors être absorbées par le greffon qui pourrait être rincé par la suite pour qu'il n'y ait pas des matières organiques au niveau de la greffe ?
anonymisé 23/05/2016 08:46
Voilà les bases d'un protocole qui demande à être testé.
A priori plus la durée sera longue plus les cellules du greffon auront le temps de "vieillir", donc essayer avec des durée de trempage de quelques minutes, pas des heures…
anonymisé 24/05/2016 22:00
Quand on parle de trempage, il s'agit de noyer les greffons ou juste de mettre leur extrémité dans l'eau plus ou moins sucrée ou vitaminée?
Par exemple Mariner lui met 3 ou 4 cm d'eau dans un seau, et met la base des greffons dedans, ils sont pas noyés. eau de pluie ou autre, pendant 12H environ une nuit avant greffage.
GREFFER.NET >> Autres techniques et expérimentations