Comment réaliser une hybridation?

greffer.net >> Autres techniques et expérimentations

Bruno a écrit le 18/12/2017 12:31
Il ne faut pas confondre 2 choses.
Il y a les chimères, qui s'appellent en génétique des mosaïques, qui sont formées par un mélange de sortes de cellules.
Il y a les hybridations qui sont des croisements entre 2 variétés ou espèces. Là toutes les cellules sont identiques.
On pourrait certainement obtenir des chimères, assez facilement actuellement, par culture in vitro de 2 méristèmes mélangés de plantes différentes. Je pense qu'on aurait plus facilement un résultat que par exemple qu'en greffant 2 graines entre elles. Pour l'article faisant référence aux travaux de Lucien Daniel, il faut comprendre que dans les années 1927-1934, on ne connaissait pas la méthode de culture in vitro.
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 18/12/2017 13:20 par Bruno
Bruno a écrit le 18/12/2017 12:34

La "greffe-hybridation de graines" pourrait-elle être réalisée sur les noyaux d avocats, graines d annones etc...?
La manipulation est plus aisée avec ce type de graines
Merci infiniment

Il faudrait certainement couper les noyaux d'avocats ou d'annones de façon à ce qu'il y ait 2 moitiés de germes qui puissent être soudées entre elles.
tropique a écrit le 18/12/2017 20:16
Merci Bruno pour les explications et le conseil
Le noyau d avocat germe vite,ce qui permettra de renouveler,autrement, l expérience en cas d échec
J hésite avant de tester du fait que j ignore si le germe sectionné survivra ou non jusqu à la réalisation de la soudure
Ferréol a écrit le 18/12/2017 20:58
A noter que je ne connais pas de cultivar obtenu de cette façon qui ait connu une carrière horticole, ni aucun qui soit parvenu jusqu'à nous. Je suis personnellement assez sceptique sur ce genre de techniques.
Les quelque chimères stables entre deux espèces différentes, qui ont eu une certaine carrière sont des chimères de greffe, dont on sait qu'elles ne se produisent que très rarement...
clow a écrit le 18/12/2017 22:09
Faudrait aussi prendre en considération les dimensions des semences qui doivent être similaire sinon je doute que leur union réussisse .

Après quel est l'intérêt de l'obtention d'un avocatier avec un autre, je n'en vois pas perso, si cela est possible alors l'intérêt serait avec des plantes de la même espèce mais bien différente ( feuillage, couleur de fleurs, forme des fruits ) style ( aubépine avec néflier, chêne caduc avec chêne persistant, pommier avec poirier, etc ) .

Sinon je vois pas ou se trouve l'intérêt par rapport au hybridation classique par pollinisation .
tropique a écrit le 19/12/2017 17:28
Ferréol--Je trouve ton raisonnement plus que logique.En effet,les descriptions de certaines greffes anciennes me laissent parfois perplexe,elles me rappellent les histoires fantastiques narrées par ma grande-mère
Monsieur Lucien Daniel,à qui je dois du respect,raconte qu on avait réussi à obtenir la vigne bizzaria qui avait fructifié dès la première année ainsi qu à la deuxième année,puis s était évanouie dans la nature.
Tout ce qui est bizzaria dans cette histoire c est pourquoi ils ont oublié de multiplier ce précieux cadeau unique en son genre.

Clow--Pour le moment on ne peut comparer l hybridation par pollinisation avec celle obtenue par greffe de graines,du fait que le dernier cas n existe pas, jusqu à preuve du contraire
Toutefois,les anciens nous ont tracé le chemin à suivre,c est à nous de poursuivre leur travail, ne serais que pour affirmer ou infirmer leurs idées.
Voici pourquoi je m intéresse à la greffe des noyaux d avocats:
Le fuerte fructifie en octobre,tandis que le hass fructifie en mars,donc il sera très difficile de réaliser une pollinisation croisée sur ces deux variétés,peut-être qu avec une greffe de graines on arrivera à obtenir des plants qui produiront pendant la période intermédiaire
On teste,on essuie des échecs, mais ce sera toujours un problème de moins pour la génération future.
clow a écrit le 19/12/2017 17:52
Je ne critique pas cette hybridation tropique, je met l'accent sur le fait de choisir des variétés assez différente pour que l'intérêt soit réel sinon je vois pas trop pour le coup.


Réussir un croisement de pomme sanguine avec poire williams, là oui si une réussite du genre est faisable cela serait intéressant ( probablement faisable par chimère de greffe classique dans ce cas )

Pour les noyaux d'avocat je vois mal la possibilité de fusionné celui d'un avocat tropical ( gros ) et celui d'un hass plus petit, à moins de cueillir le tropical plus tôt ( peut être ).

Pour ton problème si le pollen des avocats est apte à la conservation alors tu peu contourné ce problème à mon avis.
tropique a écrit le 19/12/2017 18:12
Ce sont les dimensions des plaies qui doivent être plus ou moins identiques et non la grosseur des noyaux
Il sera plus sage de débuter avec le plus simple(même espèce),après on avisera.


greffer.net >> Autres techniques et expérimentations