Comment réaliser une hybridation?

greffer.net >> Autres techniques et expérimentations

astruc a écrit le 08/12/2007 22:51
j aimerais faire un croisement entre 2 variétés de cerises:"précoces de la marche" pour sa précocité et stakato pour sa résistance à la pluie jai bien mon idée comment m'y prendre mais qunlqun aurait il une expérience en la matière.
patrice a écrit le 09/12/2007 10:37
Le procédé est le suivant :

1. châtrer les étamines d'une fleur, qui tiendra le rôle de "femelle"
2. mettre sur le pistil de la "femelle" le pollen d'une fleur qui tiendra le rôle de "mâle".
3. ensacher pour éviter toute pollution par d'autres pollens (insectes ou vents).

ensuite on attend la maturité du fruit, on vernalise, puis sème, et on patiente de nombreuses années avant de voir le résultat.
JM a écrit le 09/12/2007 19:00
Il faut procéder assez tôt pour éviter la pollution : lorsque le bourgeon est près à éclore. La difficulté c'est d'avoir une fleur en tout début de réceptivité.
astruc a écrit le 12/12/2007 21:22
merci pour ces conseils mais que dois je utiliser pour eviter qu il y ait pollution et que la chaleur du sac ne brule pas a fleur merci
JM a écrit le 13/12/2007 08:50
regarder peut-être du coté des sachets de protection des fruits
astruc a écrit le 15/12/2007 17:53
pour eviter la pollution il parait que l'on peut aussi enlever les pétales cela evite d'attirer les insectes. je n'ai pas bien compris le terme chatrer: que signifie t il? merci
Alex a écrit le 16/12/2007 10:17
Bonjour,

Par "chatrer", Patrice entend "couper avec des ciseaux toutes les étamines de la fleur" de la variété A pour ne laisser que le pistil.
Idéalement, cette opération devrait se faire quand les fleurs sont encore fermées. Celà permet de s'assurer que le pollen de la variété B que vous allez déposer sur le-dit pistil est le seul qui va polliniser la fleur (si vous enfermez la fleur femelle A non chatrée dans un sac après l'hybridation A+B, il y a toujours un risque d'auto-fécondation A+A).

NB : Une fois la fleur enfermée dans le sac, les insectes ne pourront plus la polliniser. Peut être que retirer les pétales facilite la "castration".

Alex
autrevie a écrit le 25/12/2007 18:47
les murier arbres (Morus) et les figuier(ficus carica) sont de la meme famille moracée ne prodisant pas de "fleures avec étamines pistilles ets..."
il faudrais parvenir en chambre stérile (de préference) a faire germer les granes des deux especes,puis de réaliser une greffe de graine comme fut créer l'oranger....
mon idée est elle "réel"?
patrice a écrit le 25/12/2007 18:50
réaliser une greffe de graine


Une greffe de graine? Je ne suis pas bien sûr d'avoir compris...
autrevie a écrit le 25/12/2007 21:34
En sectionnant une graine de morus sur les deux cotés.
deux graines de figuiers sectionnées,elles aussi mais sur un seul coté,sont plaquées plaie à plaie sur la graine de morus , les trois graines ayant déja germées,et sont liées ensemble pour que les plaies se touchent bien,puis tel une greffe elles devraient etre enrobé d'une matière empechant l'air de circuler,ou bien de vaporiser de l'eau distilé,dans un substrat 100%gélatineux 100%stérile
bien sur c'est un sacré rêve mais en chambre stérile...avec scalpel et microscope....
mais ces deux fruits sont si bon...imaginer le résultat me fais rêver.
c'est pas plus fou que la prune abricot ok c'est un hybridation par fleures,citronier+mandarinier,ca c'est par pépin,l'info se trouve bien détaillée sur le site de la confrérie de planteurs de fruitiers rares.
et ca me fais rêver,y a t'en à découvrir.
patrice a écrit le 26/12/2007 07:19
Je ne connaissais pas une telle possibilité ...

Par contre, pour l'oranger, il ne me semble pas qu'il ait été obtenu ainsi, mais plutot par hybridation. (Citrus maxima x Citrus reticulata)
JM a écrit le 01/01/2008 17:42
Greffe de graine ? jamais entendu parler. Par contre ça me fait penser à une méthode appelée "hybridation somatique". En bref, on fusionne deux cellules de plantes différentes : leurs patrimoines génétiques sont alors mélés et on obtient une plante avec des caractéristiques nouvelles. L'avantage par rapport à l'hybridation classique c'est que ça serait moins restreint au niveau possibilités. Mais bon, ce n'est pas répandu comme technique.
Irinenn a écrit le 24/11/2017 03:20
Aujourd'hui j'ai hybridé des Primevères chez Barnhaven.
Je ne sais pas si c'est le même principe avec les fruitiers?

Car chez la primevère les fleurs sont hétérostyles:

(def: brevistyle: Se dit des fleurs à style court, dans les espèces où d'autres fleurs sont à style long ou longistylées, cette dualité de formes constituant l'hétérostylie (primevère).
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 24/11/2017 17:47 par Irinenn
nicollas a écrit le 24/11/2017 07:15
Une vidéo pour le pommier, il doit en exister plein pour les différentes espèces

https://youtu.be/Jz94V044LDk?t=145
clow a écrit le 24/11/2017 12:26
Autrevie fait référence à ce procédé : http://fruitiers-rares.info/articles13a1...
Irinenn a écrit le 24/11/2017 17:55
Super liens, est ce qu'on peut faire des chimères sur des graines de Pommiers?
clow a écrit le 24/11/2017 18:50
Les chimères réalisé par parabiose ( accolement des symbiotes ) peut se réalisé de bien diverses manière par greffage, par plantation en groupe qui ensuite vont se souder ( greffer ) mais gardant chacun leur système racinaire propre, sur semence largement plus délicat et dont l'intérêt sur des espèces comme le pommier me semble pas très intéressante sauf si on est sur de ce que vas donner la semence.

Comprendre qu'il y a la parabiose simple ( fusion des symbiotes ) est le résultat de cette fusion si elle apparaît qui est la chimère .
Ferréol a écrit le 25/11/2017 21:44
La production de chimères n'est à proprement parler pas une hybridation, même si ça permet d'obtenir des individus différents des "parents". Par ailleurs, c'est un phénomène plutôt rare, d'autant plus complexe à réaliser que les mécanismes sous-jacents sont mal connus.

Sinon, par rapport à la question des formes brevistyles et longistyles, ça n'existe pas chez le cerisier. Chez les rosacées, il y a d'autres mécanismes en jeu, ce sont des mécanismes d'incompatibilités génétiques qui font que les rosacées ne s'autofécondent pas.
Bruno a écrit le 07/12/2017 11:17

les murier arbres (Morus) et les figuier(ficus carica) sont de la meme famille moracée ne prodisant pas de "fleures avec étamines pistilles ets..."
il faudrais parvenir en chambre stérile (de préference) a faire germer les granes des deux especes,puis de réaliser une greffe de graine comme fut créer l'oranger....
mon idée est elle "réel"?

Mais les moracées ont des pieds dit mâles et des pieds dit femelles. En réalité ce ne sont pas vraiment des mâles et des femelles. Pour les figuiers par exemple, il a les caprifiguiers (mâles) et les figuiers (femelle). Mais même si à l'intérieur d'une figue ce sont surtout des fleurs femelles qu'il y a donc sans étamines, il y a tout de même quelques fleurs mâles à l'entrée de la figue près de l’œil. Mais en pratique si on plante un caprifiguier à côté d'un figuier on obtient une grande probabilité pour obtenir le croisement désiré. Les blastophages qui sortent des "caprifigues" sont imprégnés de pollen. Pour être sûr que ça ne soit pas un blastophage venant d'un autres caprifiguier qui féconde la figue on pourrait peut-être mettre une "caprifigue" enfermée avec la figue dans un sachet.
tropique a écrit le 17/12/2017 20:42
La "greffe-hybridation de graines" pourrait-elle être réalisée sur les noyaux d avocats, graines d annones etc...?
La manipulation est plus aisée avec ce type de graines
Merci infiniment


greffer.net >> Autres techniques et expérimentations