Le marcottage aérien.

Bouturage, marcottage...
Message
Auteur
Stellair
Messages : 149
Enregistré le : 08 déc. 2011 15:57

Re: Le marcottage aérien.

#16 Message par Stellair » 07 mai 2016 18:51

J'ai fais différentes greffes (réussis) sur un cerisier et je voudrais faire du marcotage dessus. Je sais comment le faire mais apparemment sur du bois dur (pêche, cerise,...) ce n'est pas la méthode classique et il faut utiliser du fil de fer pour une strangulation. Juste ou pas?

Avatar du membre
Yann Olifant
Messages : 31
Enregistré le : 17 juil. 2017 22:02
Localisation : 22

Re: Le marcottage aérien.

#17 Message par Yann Olifant » 17 oct. 2017 22:33

Le marcottage aérien est une technique fabuleuse qui fait gagner beaucoup beaucoup de temps, il y a plusieurs méthodes. Celle que décrit Patrice fonctionne bien, on peut aussi utiliser un pot en plastique noir à la place du film plastique transparent (plus facile sur branche verticale) et y intégrer un substrat sphaigne/vermiculite/akadama fin. En bonsaï, on obtient ainsi à partir d'une branche bien ramifiée, un petit bonsaï qu'on aurait mis 10 ans à obtenir.

Par contre est-ce que certains ont essayé cette méthode sur les Pommiers, Poiriers...? Je l'ai personnellement réalisée de nombreuses fois sur des Erables du Japon avec succès, voici 2 exemples après sevrage et un autre venant d'être rempoté en pot plat (2013)

momiji sokan marcotte 110913 neb.jpg
momiji sokan marcotte 110913 neb.jpg (132.51 Kio) Vu 200 fois
momiji sokan.jpg
momiji sokan.jpg (127.95 Kio) Vu 200 fois

tropique
Messages : 1169
Enregistré le : 17 févr. 2010 03:54
Localisation : Casablanca

Re: Le marcottage aérien.

#18 Message par tropique » 18 oct. 2017 16:03

J avais essuyé des échecs avec pommier et poirier.Les bonsais de 10 ans possèdent des racines du même âge,ce qui n est le cas pour ta marcotte

Avatar du membre
Yann Olifant
Messages : 31
Enregistré le : 17 juil. 2017 22:02
Localisation : 22

Re: Le marcottage aérien.

#19 Message par Yann Olifant » 18 oct. 2017 22:09

Oui les racines de marcottes par définition ont l'âge de la marcotte mais ça ne pose pas de problème. Je vais essayer sur arbres à pépins en Février-Mars prochain, on verra bien.

clow
Messages : 462
Enregistré le : 23 janv. 2016 14:11

Re: Le marcottage aérien.

#20 Message par clow » 18 oct. 2017 23:11

J'imagine Yann que tu n'a pas encore tester avec les sakura ( cerisiers japonais ) ou si ?

On peut en parler en mp puisque je pratique aussi le bonsai, enfin si tu veux.

Avatar du membre
Yann Olifant
Messages : 31
Enregistré le : 17 juil. 2017 22:02
Localisation : 22

Re: Le marcottage aérien.

#21 Message par Yann Olifant » 18 oct. 2017 23:46

Et non pas encore avec les Sakura (Prunus mume) mais Sur Prunus Mahaleb oui et ça fonctionne très bien.
Je pense que les techniques du bonsaï peuvent apporter beaucoup à l'arboriculture en générale et donc sur site aussi.
Personnellement ça m'a beaucoup servi en tant qu'arboriste grimpeur et jardinier, ou les voies sont multiples, du bûcheronnage à la taille invisible. J'en ressort après plusieurs années d'expérience que la nature est parfaite, elle n'a pas besoin de nos techniques pour avancer. En revanche elle est un grand terrain de jeu et d'expériences (la multiplication végétative en fait partie) grâce auxquelles l'Homme peut obtenir des résultats improbables. Je souhaite orienter mes recherches futures sur les fruitiers poussant sur leurs propres racines (idéalement semis (hybridation) plus que marcotte ou boutures) car je suis convaincu que c'est par là qu'il faut chercher.
A bientôt

Ferréol
Messages : 1004
Enregistré le : 12 oct. 2006 22:56
Localisation : Angers (49)/ Les planches en Montagne (39)

Re: Le marcottage aérien.

#22 Message par Ferréol » 19 oct. 2017 07:30

Pour le pommier il y a fort à parier que la réussite soit liée à la variété. Pigeonnet d'Armor (= la galeuse) réussira à coup sur, transparente de Croncels aussi, ces deux variétés formant facilement des racines adventives. D'autres sont plus réfractaires au percement de nouvelles racines.

Le poirier à lui une très forte tendance à ne pas pouvoir produire de racines adventives, ce qui ne lui donne pas beaucoup de chances de bien se comporter pour le marcotage aérien, mais ce n'est pas vraiment documenté. Cela reste donc à tester.

Stellair
Messages : 149
Enregistré le : 08 déc. 2011 15:57

Re: Le marcottage aérien.

#23 Message par Stellair » 19 oct. 2017 19:17

Moi j'ai encore 5 ou 6 marcottage sur porte greffe; cerisier, prunier et pêcher. J'irai voir dans les prochains jours si il y a des racines.

Avatar du membre
Yann Olifant
Messages : 31
Enregistré le : 17 juil. 2017 22:02
Localisation : 22

Re: Le marcottage aérien.

#24 Message par Yann Olifant » 19 oct. 2017 20:39

Ferréol a écrit :
19 oct. 2017 07:30
Le poirier à lui une très forte tendance à ne pas pouvoir produire de racines adventives, ce qui ne lui donne pas beaucoup de chances de bien se comporter pour le marcotage aérien, mais ce n'est pas vraiment documenté. Cela reste donc à tester.
j'avais réussi à bouturer du Chêne pédonculé et de l'Aubépine réputés difficiles (pas essayé la marcotte) même sur de grosses sections, ça vaut le coups d'essayer sur le Poirier, à voir au printemps prochain.

Je me demande aussi si les variété récentes ne sont pas plus faciles à reproduire par marcottage ou boutures par rapport aux variétés anciennes?

Avatar du membre
floyd
Messages : 5720
Enregistré le : 25 janv. 2008 10:03
Localisation : le Mans

Re: Le marcottage aérien.

#25 Message par floyd » 20 oct. 2017 09:28

Yann Olifant a écrit :
18 oct. 2017 23:46
…orienter mes recherches futures sur les fruitiers poussant sur leurs propres racines (idéalement semis (hybridation) plus que marcotte ou boutures) car je suis convaincu que c'est par là qu'il faut chercher.
C'est un cahier des charges auquel tout le monde peut souscrire. Le greffage induit des coûts dont on souhaite se passer.
Mais il faut revisiter la biodiversité génétique de chaque genre pour espérer regrouper les "gênes" valables, sans doute par quelques manipulations en labo.
Les limites économiques et la contrainte d'un temps long de la pratique classique de l'hybridation sont bien connues et incompatibles avec le monde moderne.

Ceci dit, l'amateur éclairé peut mener des essais et s'il est chanceux…

(désolé pour le hs)

Ferréol
Messages : 1004
Enregistré le : 12 oct. 2006 22:56
Localisation : Angers (49)/ Les planches en Montagne (39)

Re: Le marcottage aérien.

#26 Message par Ferréol » 21 oct. 2017 09:48

Yann Olifant a écrit :
19 oct. 2017 20:39
Je me demande aussi si les variété récentes ne sont pas plus faciles à reproduire par marcottage ou boutures par rapport aux variétés anciennes?
Pourquoi se comporteraient-elle différemment? La seule chose qui pourrait aller dans ce sens c'est que les variétés modernes sont à priori toutes compatibles au greffage sur cognassier (celles qui ne le sont pas sont contre-sélectionnées)...

François du Perche
Messages : 2381
Enregistré le : 04 janv. 2011 19:01
Localisation : paris

Re: Le marcottage aérien.

#27 Message par François du Perche » 22 oct. 2017 10:59

on a déjà parlé des fruitiers sur leurs propres racines et conclu que c'était une illusion un peu similaire au mythe du "bon sauvage".
En tout cas pour les variétés actuelles pour lesquelles de nombreux essais ont déjà été faits, essais qui ont démontré la supériorité de la greffe. Les pépinières Delbard, entre autres, ont déjà procédé à ces essais. Voici ce que disait Arnaud Delbard en mars 2014 :
Notre expérience nous a montré qu’il faut environ 5 à 10 ans pour avoir des fruits en provenance d’un pommier issu de bouture. De plus le calibre des fruits risque d’être faible.
Depuis des millénaires qu'on cultive des arbres fruitiers, on s'en serait aperçu si cette technique très simple donnait de meilleurs résultats.
La recherche de nouvelles variétés poussant sur leurs propres racines, qui seront reproduites par clonage n'est pas, à mon avis, à la portée de particuliers amateurs.

clow
Messages : 462
Enregistré le : 23 janv. 2016 14:11

Re: Le marcottage aérien.

#28 Message par clow » 22 oct. 2017 13:10

Notre expérience nous a montré qu’il faut environ 5 à 10 ans pour avoir des fruits en provenance d’un pommier issu de bouture. De plus le calibre des fruits risque d’être faible.
François l'explication de Delbard sonne bizarre chez moi, car la plupart des boutures on chez moi porter des fleurs et des fruits aux plus tard la 3ème année, bon je n'ai jamais fait le test avec pommier mais les boutures de coing oui, et les affranchie de pruniers aussi.

Donc qu'il pousse moins vite d'accord mais pour la mise à fruit je suis pas si sûr, Je pense que la plupart des gens qui on fait des boutures peuvent constater une floraison assez rapide sur celles ci.

Donc est ce une particularité des pommiers ou Delbard raconte n'importe quoi ?

A l'origine le m9 est lui aussi issu de semis ( un semi sélectionner pour sa moindre vigueur ), mais reproduit par marcotte car plus rapide, rentable et sûr pour le pépiniériste.

Ce qui lui donne sa rapide fructification est elle réellement dû au fait qu'il soit de moindre vigueur, ou bien qu'il soit issue de marcotte ou plutôt comme je le pense un peu des deux.

Si je considère qu'il ne s'agit que d'une question de vigueur ( qui joue aussi ) alors parmi x semis réaliser, le fait de sélectionner les plus faible devrait donner un résultat similaire au m9, tandi que le sélection des plus vigoureux, un échantillon qui irait de la vigueur des m106 aux très forte vigueur type bittenfelter.

Conclusion Delbard pour moi a Faux, car on ne peut savoir sur quelle cultivar il a fait le test, avec des fortes vigueurs ou des faibles dont le développement serait similaire au m9 et dans ce cas j'ai du mal à concevoir cette durée de 5 à 10 ans.

Sans oublié un petit détail, quand on affranchie on réalise par cette action une marcotte, tout comme au final le m9, même si le procédé diffère c'est pourtant un arbre marcotté.

Finalement on peu se dire que Delbard à raison pour un échantillon donner ( x ) mais sans doute pas pour tous. Sinon la logique voudrais qu'on oublie les m9 qui finalement sont des arbres issues de marcotte ( donc des arbres sur leurs propre racine faible ) dont on se sert comme porte greffe. Donc si on ne le greffer pas ce m9, alors cela voudrait il dire qu'il donnerait que dans 10 ans au final, autant qu'un Franc?

J'avoue que cette exemple me laisse bien perplexe .
François du Perche a écrit :
22 oct. 2017 10:59
Depuis des millénaires qu'on cultive des arbres fruitiers, on s'en serait aperçu si cette technique très simple donnait de meilleurs résultats.
La recherche de nouvelles variétés poussant sur leurs propres racines, qui seront reproduites par clonage n'est pas, à mon avis, à la portée de particuliers amateurs.
Sur les fruits à noyaux cela ne pose aucun problème cependant, donc ne généralisons pas.

De plus d'après le site "mapassionduverger" la pratique des fruitiers sur propre racine à déjà était pratiquer avec succès enfin c'est se que j'ai crue comprendre dans porte greffe franc : variétés autoracinées .

http://mapassionduverger.fr/greffage/le ... -williams/

Avatar du membre
Yann Olifant
Messages : 31
Enregistré le : 17 juil. 2017 22:02
Localisation : 22

Re: Le marcottage aérien.

#29 Message par Yann Olifant » 22 oct. 2017 14:32

Je viens de visiter un verger comportant dun certain nombre de fruitiers sur leurs propres racines dont le pommier Herne par exemple qui est très vigoureux avec une mise à fruit très bonne en calibre normal par rapport à du greffé, le racinaire est très puissant avec un bon ancrage, je pourrais citer d'autres exemples de ce verger dont 'galeuse', 'reinette verte d'hillion' etc. Il y a peut être plusieurs vérités ?

Avatar du membre
floyd
Messages : 5720
Enregistré le : 25 janv. 2008 10:03
Localisation : le Mans

Re: Le marcottage aérien.

#30 Message par floyd » 22 oct. 2017 17:16

Pas "plusieurs vérités", ce qui n'a pas de sens en science, mais un large gradient de réponses entre la plante qui s'autobouture facilement (ex: Salix fragilis) et d'autres comme les pommiers classiques qui se sont avérés très réticents et même encore peu enclins à raciner après apports hormonaux.

On l'a dit souvent, l'amateur peut consacrer du temps à revisiter tous les résultats publiés, toute l'arboriculture fruitière des XIXe et XXe, en espérant repérer la faille, l'erreur, le truc passé inaperçu. Ce sera sa gloire.
Mais comme en fait il se donne le même cahier des charges (précocité, qualité, quantité, facilité de multiplication…) il en viendra à délaisser comme ses devanciers, les variétés dépassées, démodées, inadéquates. Ce n'est qu'une question de temps! ;)

La réponse du pépiniériste doit se comprendre en terme de mise à disposition d'un plant commercialisable. S'il faut compter un an pour un scion greffé, il en faut sans deux ou trois année pour que la bouture soit dotée d'un système racinaire suffisant pour produire un scion valable. Ensuite ce même système racinaire aura-t-il de quoi alimenter un récolte digne de ce nom avant quelques années de plus? On confond première fleur et première récolte valable… Un pépiniériste vend à ses acheteurs pro, la promesse d'une vraie récolte.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot]