greffage intermédiaire

greffer.net >> Prunier

Petitoune64 a écrit le 26/11/2015 18:05 (ref msg # 50207 )
Bonjour à tous,

est-ce que, parmi vous, certains auraient tenté le greffage intermédiaire de Saint-Julien sur Myrobolan, S.V.P. ?

C'est juste pour faire un essai de greffage de pêchers non compatibles Myrobolan sur terrain où Saint-Julien ne vient pas.

Merci à vous,

Buck
clow a écrit le 06/03/2016 03:11 (ref msg # 51723 )
Je n'ai pas tenté mais tu peut essayer et voir, après si tu a des prunelliers moi j'aime bien greffer les péchers dessus pour le moment je n'ai pas eu trop d'incompatibilité donc tu peut aussi essayer cette solution.

Mais le pécher réussi aussi sur myrobolant normalement après si tu a une variété peu compatible avec tente le prunellier ou si tu peut le franc de pécher ainsi tu devrais pas avoir trop de problème.
ké20 a écrit le 06/03/2016 10:03 (ref msg # 51727 )
sur prunellier cela se comporte comment par la suite ? Notamment la vigueur ?

J'ai réussi 2 greffes polonais sur Prunellier l'hiver dernier (13-14mars à un ou 2 jours près) en fente légèrement excentrée de diamètre presque équivalent. (5-7mm)
J'avoue que la pousse a été correcte pour la première année , proche de 20cm maxi.

L'avantage du prunellier , c'est qu'il tolère beaucoup de type de sol , exposition, résistant aux maladies.... en isolé , les racines traçantes ne font que très peu rejets.
Il semblerait que la durée de vie soit limitée sur ce PG.
clow a écrit le 06/03/2016 14:23 (ref msg # 51736 )
Alors ké20 sur prunellier je fait principalement des greffes de pécher donc pour l'abricotier je pourrait pas trop t'apporter d'aide mais juste des idées.

Alors déjà tout dépend du prunellier si c'est une variété de prunellier qui forme un buisson (pas trop de vigueur) pas très haut ou en revanche une variété qui pousse beaucoup en hauteur (moyen vigueur à bonne vigueur) moi j'ai les 2 variétés la variété buisson dans ce cas là cela aura tendance à nanifier fructification assez rapidement dès l'année suivant la greffe par contre pour la longévité cela dépasse pas 10ans.

Et j'ai aussi une variété qui pousse assez haut presque 4 à 5 mètre de hauteur mais qui donne bizarrement beaucoup de fleurs mais très peut de prunelles et sur lui les greffes aurons tendance à bien prendre poussé presque aussi haut que sur du myrobolant et fructifiant aussi vite que le premier dès l'année suivant la greffe et pour la longévité tout dépend de la variété que tu greffe dessus mais je dirais facile 15ans car celui que j'ai greffer a 15ans.

Par contre cette deuxième variété fait peut de rejets sur le tronc mais en fait beaucoup par les racines ce qui te donne pleins de petits pied proche de ton arbre et pas facile à déloger car ils sont relier au pied mère.
Bruno a écrit le 06/03/2016 19:04 (ref msg # 51742 )
Je trouve que le prunellier a surtout l'inconvénient de beaucoup drageonner.
clow a écrit le 06/03/2016 19:41 (ref msg # 51744 )
Cela dépend des variétés Bruno il y en a qui drageonne moins que d'autre et question drageonnement le myrobolant est pas mal non plus je trouve.
Foufouche a écrit le 07/03/2016 01:40 (ref msg # 51757 )
Tu as aussi prunus insititia Adesoto 101 spécialement développé pour la culture des pêchers, abricot,amandier: faible vigueur, supporte les sols très calcaires, l'asphyxie racinaire.
clow a écrit le 07/03/2016 01:49 (ref msg # 51758 )
Oui foufouche a raison prend un porte greffe spécialement développé comme cela tu aura aucun risque et mettra toutes tes chances de ton coté.
François du Perche a écrit le 07/03/2016 08:52 (ref msg # 51764 )
En lisant ce qui précède, il semble qu'il y ait deux familles de prunelliers sauvages, une qui fait des buissons et qui drageonne, une plus vigoureuse qui fait des arbres qui drageonnent peu. Sur le 2e, Clow nous parle de longévité 15 ans. Sur le post dédié aux prunelliers, Bibifox (le 11 fév 2013) parlait de longévité de 100 ans !
https://www.greffer.net/discussion/viewt...
Donc l'inquiétude de Bruno concernant la longévité semble injustifiée et ça plaide en faveur de ce PG. En prenant dans la nature un sujet isolé, on est sur qu'il provient d'une graine et que ce n'est pas un drageon.
Bruno a écrit le 07/03/2016 14:01 (ref msg # 51770 )
Je parlais en effet de la variété qui pousse à l'état sauvage, qui n'est pas très grande et qu'on appelle couramment "épine noire" par opposition à l'aubépine qui est "l'épine blanche" et qui fait des petits fruits violets foncés très acre.
clow a écrit le 07/03/2016 15:19 (ref msg # 51773 )
De quelle aubépine tu parle Bruno car chez moi l'aubépine donne des petits fruits rouge un peu farineux mais c'est tout les fruits violet dont tu parle sont ceux du prunellier non.

Mais il y a aussi une variété de prunellier qui pousse assez haut mais dont les fruits sont identique au prunellier dont tu parle fruits violet et âpre.
François du Perche a écrit le 07/03/2016 16:50 (ref msg # 51776 )
On parle bien de prunellier, pas d'aubépine. On trouve dans la nature ces deux types de prunellier : un qui fait un buisson peu vigoureux & qui drageonne, l'autre qui fait une tige assez vigoureuse et qui drageonne peu, c'est ce dernier qu'il faut utiliser comme PG d'après ce qui précède. Est-ce un vrai prunellier ou un hybride avec des feuilles & fruits similaires ? En tout cas il est facile à reconnaître dans la nature et c'est le principal. Maintenant pourquoi les anciens ne l'ont-ils pas utilisé, alors qu'on parle de longévité centenaire et qu'il est gratuit ?
Soit parce que ça ne les intéressait pas de nanifier les pruniers : récolte moins abondante
Soit parce que les fruits obtenus étaient moins bons (+ acides, influence de la prunelle) que sur des PG pruniers.
Ou peut-être une autre raison que quelqu'un sur ce site connaît ?
Ferréol a écrit le 07/03/2016 18:12 (ref msg # 51780 )
Chez nous, l'épine noire ou la plosse, c'est la même chose, c'est le prunellier.
L'épine blanche, la poire-à-bon-dieu ou la poirotte, c'est l'aubépine.

Le premier doit pouvoir servir de porte-greffe pour les pêchers, abricotiers et autre fruits à noyaux. La seconde peut servir de porte-greffe pour les poiriers et néfliers.

Autant la longévité de l'aubépine est très connue (nombreux exemplaires remarquables, comme celui de st mars la futaie déjà réputé vénérable en 1150, celle de Bouquetot plantée vers 1360, etc) autant le prunellier ne jouit pas d'une telle réputation et lui attribuer une longévité de 100 ans me semble déjà très généreux...
Bruno a écrit le 07/03/2016 18:34 (ref msg # 51784 )
"clow" a écrit :
De quelle aubépine tu parle Bruno car chez moi l'aubépine donne des petits fruits rouge un peu farineux mais c'est tout les fruits violet dont tu parle sont ceux du prunellier non.

Mais il y a aussi une variété de prunellier qui pousse assez haut mais dont les fruits sont identique au prunellier dont tu parle fruits violet et âpre.

Oui, je me suis mal exprimé. j'aurais du mettre " par opposition à l'aubépine qui est "l'épine blanche" entre parenthèses.
floyd a écrit le 07/03/2016 20:25 (ref msg # 51788 )
Un peu de latin botanique ne peut pas faire de mal… même entre amateurs!
En distinguant, crataegus, rosa et prunus on fait un grand pas dans la clarification des propos.
Ferréol a écrit le 07/03/2016 20:46 (ref msg # 51789 )
Absolument et pour revenir à la question de départ, aucune idée, ce n'est pas trop documenté ce genre de pratique.

Ceci dit, le le saint Julien est réputé pour supporter pas mal de greffes, je serais étonné que ça ne fonctionne pas.


greffer.net >> Prunier