malus sylvestris

Message
Auteur
Avatar du membre
patrice
Administrateur - Site Admin
Messages : 8835
Enregistré le : 10 janv. 2006 09:03
Localisation : Ardèche

Re: malus sylvestris

#16 Message par patrice » 04 janv. 2018 06:07

Dans le cas présent, le malus est un des rares arbres (toutes espèces confondues) au sommet du massif.
Au pied du massif, au milieu des autres arbres, ils sont bien plus haut, érigés et non buissonnants.

LAGRIC
Messages : 33
Enregistré le : 15 sept. 2010 18:25

Re: malus sylvestris

#17 Message par LAGRIC » 04 janv. 2018 22:14

clow a écrit :
04 janv. 2018 02:26
Après reste Bruno que les arbres naturel développe souvent un port sans tronc et pleins de branches basse ( style grand arbuste ) quand il sont dans une zone avec peu de concurrents comme sur la photo de Patrice, hors quel serait sa croissance en milieu forestier entouré d'arbre ?
patrice a écrit :
04 janv. 2018 06:07
au milieu des autres arbres, ils sont bien plus haut, érigés et non buissonnants.
En plus de l'absence de concurrence, un 2eme facteur limitant au port érigé : les cervidés je pense.
Fichiers joints
P1080769.JPG
Ce MS au milieu de pins noirs d'Autriche à 5 m de la lisière sur du causse et versant ubac. Il présentait 2 formes : 1, buissonnante, couchée par la neige et, 1, érigée, de 3m, de 3ans. J'imagine que la forme buissonnante aurait fini par péricliter, la tige captant dorénavant toute la sève. La photo le montre après élimination du buisson et greffe. J'espère qu'il est parti pour me faire un joli pommier :D.
P1080769.JPG (336.79 Kio) Vu 149 fois

bofruit
Messages : 1
Enregistré le : 26 janv. 2018 23:10

Re: malus sylvestris

#18 Message par bofruit » 02 févr. 2018 16:28

Est ce que l'etude malus silvetris continu pour l'année 2018? Il y a t'il déja des résultats.Autre question , quel sont les avantages de greffer sur pommier sauvage.
Merci pour vos réponses

LAGRIC
Messages : 33
Enregistré le : 15 sept. 2010 18:25

Re: malus sylvestris

#19 Message par LAGRIC » 02 févr. 2018 18:48

bofruit a écrit :
02 févr. 2018 16:28
quel sont les avantages de greffer sur pommier sauvage.
Merci pour vos réponses
Pour ma part, j'utilise Malus sylvestris parce qu'il n'y a que celui-là de spontané dans la nature. L'avantage que c'est censé me procurer sur ces arbres que je laisse là ou ils ont poussé, c'est de greffer sur un arbre au système racinaire entier (bien mieux armé contre la sécheresse) et parfois adulte (mise à fruit plus rapide). Après, il peut y avoir d'autres motivations comme la vigueur moindre qu'un franc si j'ai bien compris.

Avatar du membre
Bruno
Messages : 1728
Enregistré le : 06 janv. 2008 11:53
Localisation : Solliès-Toucas (Var)

Re: malus sylvestris

#20 Message par Bruno » 02 févr. 2018 21:44

patrice a écrit :
04 janv. 2018 06:07
Dans le cas présent, le malus est un des rares arbres (toutes espèces confondues) au sommet du massif.
Au pied du massif, au milieu des autres arbres, ils sont bien plus haut, érigés et non buissonnants.
C'est vrai qu'ils sont plus haut, mais ce ne sont tout de même pas des arbres très grands. Il ne dépassent guère 2 mètres (mais j'ai lu que dans certaines régions ces arbres peuvent atteindre 5 mètres). J'en ai vu aussi certains qui étaient bien ensoleillés et qui n'étaient pas tellement buissonnants.
Modifié en dernier par Bruno le 02 févr. 2018 22:09, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Bruno
Messages : 1728
Enregistré le : 06 janv. 2008 11:53
Localisation : Solliès-Toucas (Var)

Re: malus sylvestris

#21 Message par Bruno » 02 févr. 2018 22:07

bofruit a écrit :
02 févr. 2018 16:28
Est ce que l'etude malus silvetris continu pour l'année 2018? Il y a t'il déja des résultats.Autre question , quel sont les avantages de greffer sur pommier sauvage.
Merci pour vos réponses
Pour l'instant je ne l'ai pas encore utilisé, mais j'ai l'intention de faire des essais. J'ai fait des semis qui viennent d'arbres poussant sur des terrains très sec et qui n'étaient pas très grands, bien qu'âgés. Ce n'est pas évident qu'on ait les mêmes résultats en greffant sur des malus sylvestris de Bretagne et d'autres de Provence. Il est possible que cet arbre qui pousse dans toute l'Europe tempérée ait subit au cours des millénaires une adaptation aux différents climats. Je recherche en effet des PG qui ne donnent pas une vigueur trop grande et qui soient adaptés aux terrains secs.
Tela-botnica a échantillonné 954 pommiers sauvages dans plusieurs régions de France. Je ne connais pas le résultats des analyses en biologie moléculaire qui ont été faites. Il est probable qu'il y ait une grande diversité.

Répondre