Malus sieversii

Répondre
Message
Auteur
olivaluil
Messages : 3
Enregistré le : 18 nov. 2011 13:15
Localisation : Cognac (16)

Malus sieversii

#1 Message par olivaluil » 12 déc. 2011 08:31

Bonjour,
je recherche le documentaire diffusé l'an dernier "Aux origines de la pomme" sur les pommiers du Kazakhstan. Si quelqu'un l'a enregistré à l'époque...
Sinon, est ce que quelqu'un a réussi à récupérer des greffons ou pépins de cette souche ?
J'aimerais en récupérer pour faire des croisements. Merci d'avance pour vos infos.
Olivaluil

Avatar du membre
neo66
Messages : 84
Enregistré le : 06 oct. 2007 18:22
Localisation : Pyrénées Orientales (66)

#2 Message par neo66 » 12 déc. 2011 08:51

Bonjour,

Tu as peut être une chance de le récupérer. :)
André a écrit :J'ai enregistré le documentaire. Me contacter par MP pour les modalités de mise à dispo.
http://www.greffer.net/forum/viewtopic.php?t=3369

olivaluil
Messages : 3
Enregistré le : 18 nov. 2011 13:15
Localisation : Cognac (16)

#3 Message par olivaluil » 12 déc. 2011 08:52

ça marche merci

alma
Messages : 16
Enregistré le : 21 déc. 2011 08:48

Malus sieversii - en savoir plus

#4 Message par alma » 29 déc. 2011 10:52

Bonjour à tous,
la réalisatrice Catherine Peix, avec un groupe de scientifique et d'autres amoureux des pommes ont créer une association pour la sauvegarde de malus sieversii qui est grandement menacé sur son territoire kazakh. Cette espèce, ancêtre de toutes nos pommes, est exceptionnelle et sa préservation nous concerne tous. Pour se procurer le film, obtenir toutes les infos sur malus sieversii ou rejoindre l'association Alma, il faut écrire à

originedelapomme@gmail.com

Nous aimerions éviter que des copies du film circule car les bénéfices de sa vente vont à l'association Alma pour la sauvegarde des pommiers du kazakhstan.
par ailleurs, l'association organise un peu partout en france des projections ou des expositions ouverte gratuitement au public.

Pour l'instant, il est impossible de se procurer des semences ou des greffons de malus sieversii. C'est une espèce étrangère, il y a des risques éventuels de pollution génétique avec malus sylvestris (le pommier sauvage européen), vous comprendrez que la diffusion du pommier kazakh est trés encadrée. Par ailleurs, il nous faut trouver le moyen pour que l'utilisation et/ou l'exploitation commerciale de malus sieversii se fasse intelligemment. Il est trés important pour l'avenir que l'espèce soit préserver sur place, dans les forêts, avec toute sa diversité. L'idée est donc que si un jour on exploite cette espèce et on commence à la planter dans nos jardins ou à la commercialiser, une partie des fonds soit allouée à sa sauvegarde. C'est fondamental, éthique et durable !

Alma

Avatar du membre
patrice
Administrateur - Site Admin
Messages : 8759
Enregistré le : 10 janv. 2006 08:03
Localisation : Ardèche

#5 Message par patrice » 29 déc. 2011 13:11

Bonjour.

Heureux d'apprendre qu'il existe enfin une version commerciale du film. A l'époque Arte avait été contacté, et n'avait pas pu donner suite à ceux qui souhaitaient acheter un dvd de ce reportage. De nombreuses personnes n'avaient pas eu écho de la diffusion de ce reportage à la tv, et le bouche à oreille quant à son intérêt et sa qualité a augmenté son intérêt. Mis à part quelques rares personnes qui l'avaient enregistré sur magnétoscope ou le replay d'arte+7, bien du monde s'est retrouvé frustré, d'autant plus qu'Arte n'annonçait pas de rediffusion. Beaucoup vont être heureux de l'acquérir. D'ailleurs vous pouvez indiquer ici les modalités, si vous le souhaitez.

alma
Messages : 16
Enregistré le : 21 déc. 2011 08:48

#6 Message par alma » 29 déc. 2011 13:20

pour acquérir le film, c'est trés simple : envoyez-nous un mail à originedelapomme@gmail.com
ou écrivez-nous à

Alma
31 Villa d'Alésia
75014 Paris

nous vous transmettrons un bon de commande
le film est au prix public de 20 euros et à 12 euros pour les membres de l'association Alma (adhésion + film =32 euros)

Nous organisons en ce moment une exposition de photo inédites sur malus sieversii (dans son habitat sauvage !) au Chai de Bercy dans le 12e à paris. Jusqu'au 5 mars 2012. Entrée libre, tous les jours

Les membres de l'association Alma et Catherine Peix y assure une permanence chaque mercredi après midi, venez nous rencontrer !

autrevie
Messages : 1919
Enregistré le : 15 janv. 2007 21:12
Localisation : Morvan 71 cote d'or France zone6
Contact :

#7 Message par autrevie » 30 déc. 2011 11:30

Ne contaminons pas nos pommiers souffreteux avec leurs parents sieversii dont ils sont l'origine,qu'aucun gêne taquin ne rendre inutile un des 37 traitements de nos pommes en culture conventionnel,n'y l'industrie du porte greffe...
je suis soulagé de savoir que les 300 sieversii de l'inra en France 400 en Angleterre 500 au Us et d'autres resterons aussi inaccessible que les sélections fruitières ultra rustique et vigoureuse qui n'entrerons éventuellementque dans la composition génétique de quelques nouvelles variétés brevetés.
un jour détrôné par une autre politique agricole...
à coté des russe qui font une pomme ogm 500 fois plus sucrée que le sucre...http://www.youtube.com/watch?v=fhtYV7Xj ... e=youtu.be
notre mythologique siervsersii n'aura jamais un grand avenir dans notre civilisation qui préfère protéger en conservant pour valoriser la raretée,au noms de la contamination ,plutot qu'en diffusant des solutions trop innovantes ou plutot trop indépendante des lobbies industriels.
La bien-pensance de conservatoires privé,...ou recherche payé par nos impôts,c'est toujours des gens avides,intéressée par l'argent ou le pouvoir.
achetez le dvd de la pomme originel,et surtout restons en la.

Avatar du membre
patrice
Administrateur - Site Admin
Messages : 8759
Enregistré le : 10 janv. 2006 08:03
Localisation : Ardèche

#8 Message par patrice » 30 déc. 2011 14:04

alma a écrit :il nous faut trouver le moyen pour que l'utilisation et/ou l'exploitation commerciale de malus sieversii se fasse intelligemment.
L'opération me rappelle un peu la recherche de financement pour la sauvegarde du pin wollemi (en australie?). Il y avait des plants de wollemi qui étaient (chèrement, mais le but affiché était justement le financement d'un projet) vendus (avec un dvd) au profit du financement du projet de sauvegarde.

Est-ce que l'exposition va itinérer dans le sud-est de la France (Lyon, Marseille) ?

Avatar du membre
patrice
Administrateur - Site Admin
Messages : 8759
Enregistré le : 10 janv. 2006 08:03
Localisation : Ardèche

#9 Message par patrice » 30 déc. 2011 14:14

autrevie a écrit :Ne contaminons pas nos pommiers souffreteux avec leurs parents sieversii ... resterons aussi inaccessible
A l’occasion de l’inauguration, un spécimen de Malus sieversii sera exceptionnellement présenté au chai du parc de Bercy. Donné à la Ville de Paris par l’association Alma, qui œuvre à la préservation de cette espèce menacée, le pommier sauvage sera planté prochainement dans l’arboretum de l’école du Breuil. Source : http://jne-asso.org/blogjne/?tag=malus-sieversii

Aux échos que j'ai eu, dans d'autres pays, semences et greffons ont été confiés à des amateurs passionnés, etc.

Les divers conservatoires hors zone d'origine.

La contamination a commencé ...

alma
Messages : 16
Enregistré le : 21 déc. 2011 08:48

#10 Message par alma » 30 déc. 2011 17:07

si vous voulez d'autres échos, la ville de New York a planté, en ce mois de décembre 2011, 99 malus sieversii. En ville, pas de soucis, ça fait longtemps que les pommiers sauvages ont disparu...

les risques de pollution génétique ne concerne que Malus sylvestris le pommier sauvage européen que l'on rencontre dans certaines de nos forêts.

et bien entendu, l'idée est de polluer les pommiers commerciaux élevés aux pesticides avec malus sieversii !

Mais il y a plusieurs cas de figure pour l'utilisation et l'exploitation future de malus sieversii.
Soit quelques uns, scrupuleux ou non, font du profit en laissant tout disparaitre derrière eux, en bref ce qu'on fait d'habitude = l'exploitation bête et méchante des ressources naturelles

soit un collectif se crée, des producteurs, amateurs, chercheurs ou simple quidam, échangent leurs information pour une meilleure diffusion de l'espèce et des résultats d'expérimentations mais tout en assurant en même temps la sauvegarde.
Nous essayons de créer une plateforme et le travail ne fait que commencer. d'où l'action pédagogique avec l'Ecole du breuil à paris (cf plantation d'un sieversii dans l'arboretum) et des producteurs et des amateurs sont en contact avec nous. Rien n'est fermé

Il existe un cadre légal en France pour toute introduction d'espèce (autorisation et mise en quarantaine) et la nouvelle réglementation internationale sur les échanges de matériel génétique fait foi (cette réglementation existe car les populations locales sont encore plus désolées quand les laboratoires se sucrent sur leurs plantes médicinales traditionnelles). Il faut donc des accords avec le kazakhstan, ça prend du temps.
pour info, tous les sieversii que vous trouvez en circulation proviennent de la collection américaine (expédition des années 90), ce qu'il y a à l'inra y compris. On peut déjà travailler avec ce qu'on a mais on ne sait jamais ce que la nature nous réserve, d'où l'importance de la conservation sur place. Le sujet mérite vraiment une réflexion commune et un peu de vision à long terme...

Avatar du membre
patrice
Administrateur - Site Admin
Messages : 8759
Enregistré le : 10 janv. 2006 08:03
Localisation : Ardèche

#11 Message par patrice » 30 déc. 2011 18:32

alma a écrit : les risques de pollution génétique ne concerne que Malus sylvestris le pommier sauvage européen que l'on rencontre dans certaines de nos forêts.
Je ne comprends pas cette crainte, un aspect du problème a dû m'échapper. Pouvez-vous expliquer? Par exemple comparé au Malus floribunda, Malus pumila,... diffusés et plantés en france.

Avatar du membre
floyd
Messages : 5720
Enregistré le : 25 janv. 2008 09:03
Localisation : le Mans

#12 Message par floyd » 31 déc. 2011 14:16

Dans le verger de tout un chacun nous hybridons à tout va sans en avoir conscience. Cela n'a pas d'importance puisque rares sont les jardiniers qui sèment les pépins issus de leurs fruits…

Il est important que soient conservées les espèces botaniques dans l'état d'origine. Pour ce faire, il est important que des populations assez nombreuses de sujets soient maintenues à l'abri d'apport génétique intempestif.
D'où l'extrême importance de sauvegarder les forêts décrites par Alma.

Les quelques arbres placés au USA et en Europe deviennent à leur tour des sortes de copies de sauvegarde. Il n'est jamais certain que ces quelques sujets suffisent à la conservation de tout le patrimoine génétique des populations d'origine.

On se retrouve dans la problématique de Sorbus domestica, dont les sujets isolés se comportent comme des clônes indépendants simples représentants d'une espèce complexe.

Le parallèle vaut aussi pour le Malus sylvestris dont il faut conserver intactes des populations pures. Populations pures, dans le sens de population sans hybride interspécifique.

Procéder à des hybridations, pourquoi pas, mais de manière raisonnée et contrôlée pour tirer parti des gênes de valeur de Malus sieversii

Avatar du membre
patrice
Administrateur - Site Admin
Messages : 8759
Enregistré le : 10 janv. 2006 08:03
Localisation : Ardèche

#13 Message par patrice » 31 déc. 2011 14:34

floyd a écrit :
Le parallèle vaut aussi pour le Malus sylvestris dont il faut conserver intactes des populations pures. Populations pures, dans le sens de population sans hybride interspécifique.
Dans le cas du Malus sylvestris en France, pourquoi Malus sieversii serait une menace potentielle là ou Malus floribunda ou autres ne le seraient pas ?

alma
Messages : 16
Enregistré le : 21 déc. 2011 08:48

#14 Message par alma » 31 déc. 2011 16:22

dans la nature, malus sieversii a montré des capacités d'adaptation et de diffusion hors du commun, elle vit dans des conditions incroyables au kazakshtan et est extrêmement robuste (d'où son grand intérêt, mais qui peut avoir des effets secondaires). On a vu déjà des plantes exotiques introduites dans les jardins se transformer en espèces invasives. Elle peut également transporter avec elle (en cas d'introduction non contrôlée) des parasites ou des bactéries. C'est un simple principe de précaution. et comme le dit justement Floyd, pour l'instant mieux vaut procéder de façon raisonnée. Aujourd'hui nous ne savons pas du tout comment peut réagir un espèce dans un nouvel environnement...

Avatar du membre
patrice
Administrateur - Site Admin
Messages : 8759
Enregistré le : 10 janv. 2006 08:03
Localisation : Ardèche

#15 Message par patrice » 31 déc. 2011 17:53

Vu sous l'aspect risque invasif, je comprends mieux.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré