déperissement de l'abricotier

Répondre
Message
Auteur
Ludo
Messages : 8
Enregistré le : 14 juin 2013 09:00

déperissement de l'abricotier

#1 Message par Ludo » 29 juin 2013 16:28

Bonjour

En Auvergne, les abricotiers subissent une maladie que l'on appelle dépérissement de l'abricotier.
Quel qu 'un est il confronter au problème? Y a-t-il des solutions?
On m'a parlé de greffer en tête sur pêcher rubira.
Qu'en pensez vous?

Avatar du membre
klakos
Messages : 1798
Enregistré le : 05 mars 2006 08:36
Localisation : Anjou
Contact :

Re: déperissement de l'abricotier

#2 Message par klakos » 29 juin 2013 17:36

Ce doit être assez équivalent à la moniliose ou d'autres bactériose - maladie redoutable
Les conditions humides y participent.
On cite effectivement ce PG :
http://www.terredhumus.fr/content/view/74/
Pourquoi pas...

gourmand
Messages : 36
Enregistré le : 15 janv. 2013 11:23
Localisation : Nyons ( Drôme provençale )

Re: déperissement de l'abricotier

#3 Message par gourmand » 08 juil. 2013 23:22

Le nom de dépérissement de l'abricotier est une appellation ancienne qui correspond en fait à plusieurs maladies . Il y a :

1 _ La verticiliose . Déssèchement brutal d'une partie ou de la totalité de l'arbre . L'hiver suivant , il y a un écoulement de gomme généralement incolore , un cerne annuel est entièrement noir si la suite de la branche est entièrement morte , partiellement noir si seule une partie de la suite de la branche est morte . Il s'agit de l'attaque d'un champignon présent dans le sol . Il n'y a pas de traitement , mais la maladie attaque surtout lors des périodes de forte pousse . Donc , il faut réduire fortement les apports d'azote , voire les supprimer temporairement ( même éventuellement , pour diminuer encore l'apport d'azote , enlever les bois de taille au lieu de les broyer sur place si l'attaque est très forte ) . Les sols sont contaminés par les solanées , les cucurbitacées et de nombreuses légumineuses ( le pire étant la luzerne ) . La contamination dure au moins 25 ans après ces cultures . En fait le seul bon précédent cultural de l'abricotier est une céréale ou un oléagineux ( colza , tournesol ) . Si possible , arroser au moins une fois par mois en cas de sècheresse pour éviter un sursaut de vigueur lors de la reprise des pluies .

2 _ L'enroulement chlorotique ( rien à voir avec la chlorose qui est une carence ) . Complète désorganisation du métabolisme de l'arbre . Les abricots sont asymétriques , insipides , verts d'un côté , murs de l'autre , flétris avant maturité . La production est très faible . Le bois est plus mou . Certaines fleurs sont pédonculées comme une cerise , ont des pétales supplémentaires . Les feuilles sont plus petites , enroulées et chlorosées sur certaines branches ( attention , tout l'arbre est contaminé , rien ne sert de les couper ) . Mais surtout l'arbre entre en végétation en plein hiver , 15 jours ou un mois avant les autres et souvent meurt de gel . L'hiver suivant les premiers symptômes , le liber est noir sur les branches les plus attaquées ( mais , il faut le répéter , la totalité de l'arbre est contaminée ) . Il s'agit de l'attaque d'un mycoplasme , transporté par la Cicadelle de flor . Il n'y a pas de traitement , mais la maladie étant très contagieuse , il faut arracher l'arbre , même s'il paraît guéri ( c'est même obligatoire ) avec toutes les repousses de porte-greffe s'il s'agit de prunier ( qui ne montre pas la maladie , mais est contaminé et sert alors de réservoir ) . La maladie peut venir de chez un voisin ou des plants d'abricotier ( elle met plusieurs années avant d'apparaître ) .

3 _ Le chancre bactérien . Eclatement de l'écorce suivi d'écoulement de gomme rouge-brun , puis souvent mort de la branche si le chancre a fait le tour complet de celle-ci . Bien entendu , si c'est la base du tronc qui est touchée ( cas le plus courant ) , l'arbre est condamné . Le traitement plus ou moins efficace est une bouillie bordelaise au début de la chute des feuilles , une autre à la fin . Il ne faut pas tailler par temps de gel ni , en principe , moins d'une semaine avant une pluie ou une rosée ( presque impossible ailleurs que sur les coteaux de Provence , et encore ) . Une mesure préventive est de greffer au moins à 50 cm de hauteur , sur les porte-greffes autres que l'abricotier , afin d'éloigner l'abricoter des basses couches d'air , plus froides et plus humides . Et surtout , surtout , de ne jamais dépasser 70 unités d'azote à l'hectare ( à vous de calculer ce que ça fait pour votre verger de 3 arbres :wink: ) que ce soit sous forme d'engrais de synthèse ou de fumier . En cas de verger très raisonnablement nourri en azote , les chancres évoluent lentement et guérissent souvent d'eux-mêmes . En climat à hiver froid ( Provence intérieure , Valais suisse ) , les vergers trop nourris en azote ( la majorité ) sont littéralement ravagés par ce parasite .

Eric

Avatar du membre
ké20
Messages : 834
Enregistré le : 30 déc. 2013 10:02
Localisation : Sud Périgueux (24)

Re: déperissement de l'abricotier

#4 Message par ké20 » 18 nov. 2016 11:38

Merci Eric pour ces précisions !

Dans le cas d'une attaque , un greffon prélevé sur une branche "apparemment saine" sera contaminé ou non ?

Dans le doute , je suppose que c'est à éviter.
Merci pour les précisions

gourmand
Messages : 36
Enregistré le : 15 janv. 2013 11:23
Localisation : Nyons ( Drôme provençale )

Re: déperissement de l'abricotier

#5 Message par gourmand » 29 nov. 2016 12:30

1 _ Dans le cas de la verticilliose , pas de problème , un greffon pris sur un arbre verticilliosé peut être utilisé , car la maladie ne se conserve que dans le sol . Mais beaucoup de sols sont contaminés , surtout ceux des anciens jardins . Vérifier quand même que le greffon n'a pas un cerne de bois noir , auquel cas il ne prendrait probablement pas .

2 _ Pour l'enroulement Chlorotique . Il ne faut surtout pas prendre de greffon sur un arbre atteint , même apparemment guéri . Il est même très imprudent de prendre un greffon sur un arbre apparemment sain dans un verger où des arbres sont visiblement malades , la maladie mettant souvent plusieurs années avant d'apparaitre après une contamination . En fait , il vaut mieux , si possible , éviter de prendre des greffons d'abricotier dans une région de production de cette espèce . Bien entendu , il ne faut surtout pas prendre un porte-greffe prunier dans une zone de production d'abricotiers ( ou même de pêchers ) . Le porte-greffe le plus sûr : un semis fait chez vous . Si seul un porte-greffe reproduit végétativement convient à votre terrain , il faut qu'il vienne de chez un pépiniériste pour professionnels ou de chez un amateur très compétent hors zone de production d'abricots .

3 _ Le chancre bactérien se propage surtout par contact ( outils de taille , déplacements d'insectes ) . Un greffon peut donc être pris sur un arbre contaminé , mais de préférence loin d'une zone où il y a des écoulements de gomme brune . Dans un verger très contaminé , une parade possible est peut-être de barbouiller le rameau à prélever de bouillie bordelaise sur-dosée , une semaine avant prélèvement , puis de le nettoyer avec un chiffon mouillé à l'eau propre quelques minutes avant prélèvement pour éviter de mettre de la bouillie bordelaise sur les coupes du greffon . Mais je n'ai jamais essayé ça . S'il s'agit d'une greffe en écusson faite l'été , le risque est faible , les bactéries responsables étant peu présentes par temps chaud et sec .

Eric

Avatar du membre
ké20
Messages : 834
Enregistré le : 30 déc. 2013 10:02
Localisation : Sud Périgueux (24)

Re: déperissement de l'abricotier

#6 Message par ké20 » 20 déc. 2016 13:35

Je me pose aussi la question si le PG est aussi assez essentiel à la bonne santé d'un abricotier.

j'ai 5 types de PG (myrob., saint julien, franc pêcher, rejet d'un prunier rustique et prunellier) pour de l'abricotier que j'ai greffé .... j'aime ce fruit , je veux mettre les chances de mon coté... après , j'ignore si cela suffira pour espérer avoir des fruitiers en bonne santé.

Je pourrai bien comparer même si un franc de Pêcher n'est pas comparable à un Myrob. en terme de longévité , enracinement etc ...

gourmand
Messages : 36
Enregistré le : 15 janv. 2013 11:23
Localisation : Nyons ( Drôme provençale )

Re: déperissement de l'abricotier

#7 Message par gourmand » 20 déc. 2016 21:06

Il faut impérativement éliminer le prunellier , qui est peu durable même non greffé , les drageons ( innombrables ) étant programmés pour remplacer rapidement les premières tiges . Pour les autres , je ne connais pas leur classement sur le critère de la longévité .

Le saint-julien doit être arrosé en climat sec . Il drageonne fortement lui aussi .

Le myrobolan est le PG le moins sensible à la verticilliose .

Le pêcher induit une évolution très rapide de l'enroulement chlorotique , ce qui n'est pas un inconvénient , contrairement à ce que l'on pourrait croire . L'arbre atteint a ainsi moins de temps pour contaminer tout le verger . Les fruits sont plutôt meilleurs et plus colorés sur ce porte-greffe .

Pour le prunier rustique ( indéterminé ) , les résultats seront , en toute logique .......... indéterminés . Rien n’empêche , bien sûr , qu'ils soient bons .

Ces porte-greffe ne sont pas compatibles avec tous les cultivars d'abricotier , seul le porte-greffe abricotier l'est .

Eric

argos31
Messages : 488
Enregistré le : 10 sept. 2006 15:18
Localisation : baziege
Contact :

Re: déperissement de l'abricotier

#8 Message par argos31 » 21 déc. 2016 10:18

Gourmand Merci et bravo pour votre exposé sur les maladies! Comme je suis totalement d'accord sur le franc de semis comme P g .J'ai une remarque personnelle .En dehors des affinités au P G Il me semble que toutes les variétés ne se plaisent pas en l'endroit en fonction du climat . En fait aucun problème chez-moi avec Rouge du Roussillon (climat Méditerranéen )mais Bergeron et...d'autres dépérissent vite ! Ké20 je pense qu'il faut en tenir compte ,!

Avatar du membre
ké20
Messages : 834
Enregistré le : 30 déc. 2013 10:02
Localisation : Sud Périgueux (24)

Re: déperissement de l'abricotier

#9 Message par ké20 » 21 déc. 2016 11:26

oui c'est vrai encore merci à toi Eric.

Oui Argos , j'étudie ça, et surtout l'emplacement car chez moi j'ai plusieurs configuration , et en plus d'étudier le type de PG , j'ai aussi cette question à résoudre... un peu un casse-tête.
Je me demande même si je ne vais pas tenter de greffer sur Mirabellier , car ici , on en voit qui poussent spontanément dans les haies , dans ce sol argilo-calcaire bien caillouteux avec une couche de végétale qui varie entre 10-60cm , ils s'y plaisent. C'est agréable quand on marche dans les chemins de rando d'en voir et dans consommer au passage !

Je sais que les francs de pêchers/brugnoniers dans mon secteur se comportent très très bien , j'ai au moins cette sécurité pour greffer de l'abricotier , mais c'est juste la durée de vie qui est contraignante sur ce PG , quoi que , comme le souligne Eric , le franc de Pêcher a beaucoup de qualité au final.

De plus , ce n'est pas un arbre volumineux , facile à remplacer si besoin , facile à faire germer.
Arracher un Myrobolan est une autre histoire .....

Foufouche
Messages : 301
Enregistré le : 06 sept. 2011 23:26
Localisation : Landes

Re: déperissement de l'abricotier

#10 Message par Foufouche » 21 déc. 2016 13:59

Ton sol est acide Ké et plutôt léger= rubira pour le pêcher. Si ta greffe foire t'aura un joli pêcher ornemental :mrgreen:

argos31
Messages : 488
Enregistré le : 10 sept. 2006 15:18
Localisation : baziege
Contact :

Re: déperissement de l'abricotier

#11 Message par argos31 » 21 déc. 2016 16:07

De toutes façons ,tu fais l"essai de plusieurs P g tu verras lequel te convient Attention pour le pécher en écussonnage d'automne Pécher et amandier si il pleut abondamment même l'oeil pris .Il peut être noyé par un afflux de sève.Sur ces 2 P G je fais le té de l'écusson à l'envers ainsi la sève s'écoule et l'oeil est souvent sauvé

Avatar du membre
ké20
Messages : 834
Enregistré le : 30 déc. 2013 10:02
Localisation : Sud Périgueux (24)

Re: déperissement de l'abricotier

#12 Message par ké20 » 22 déc. 2016 11:56

Foufouche a écrit :Ton sol est acide Ké et plutôt léger= rubira pour le pêcher. Si ta greffe foire t'aura un joli pêcher ornemental :mrgreen:
Non , je ne pense pas qu'il soit acide , en surface , par endroit , c'est certain , mais au delà de 10-15cm , je pense que c'est l'inverse.
J'ai de quoi tester , je verrai bien cet hiver. j'ai divers types de champignons qui poussent mais à des endroits bien distinct de ma parcelle, et l'un et l'autre ne se trouvent jamais au même endroit. pas simple tout ça ... j'ai même des peupliers blancs sur un endroit de la parcelle ... (je pense que le drain de la fosse ou les EP du voisin arrive par là ...)

avec toutes vos infos , et ceux que j'ai déjà entrepris , j'ai de quoi cogiter , tester ! :good:

gourmand
Messages : 36
Enregistré le : 15 janv. 2013 11:23
Localisation : Nyons ( Drôme provençale )

Re: déperissement de l'abricotier

#13 Message par gourmand » 22 déc. 2016 21:03

argos31 a écrit :Gourmand Merci et bravo pour votre exposé sur les maladies! Comme je suis totalement d'accord sur le franc de semis comme P g .J'ai une remarque personnelle .En dehors des affinités au P G Il me semble que toutes les variétés ne se plaisent pas en l'endroit en fonction du climat . En fait aucun problème chez-moi avec Rouge du Roussillon (climat Méditerranéen )mais Bergeron et...d'autres dépérissent vite ! Ké20 je pense qu'il faut en tenir compte ,!
Les cultivars d"abricotier de la vallée du Rhône comme Bergeron sont totalement inadaptés au climat méditerranéen . Ils n'ont pas leur dose de froid permettant de lever la dormance et par conséquent , soit ne fleurissent pas , soit carrément meurent .

Eric

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré