Parmi les diverses méthodes de bouturages des actinidia, il y en a une qui donne un très bon taux de réussite : c’est le bouturage herbacé qui se fait fin mai, début juin. Une reprise quasiment assurée.

Prendre une bouteille en plastique. La découper sur presque toute sa circonférence. Percer le fond pour réaliser des trous de drainage.

Decoupe bouteille pour bouture à l’etouffée

On récupère une pousse herbacée (verte, pousse de l’année) d’actinidia, ici un kiwai :

Rameau d’actinidia à bouturer (kiwai)

On ôte les feuilles, sauf celles du haut qu’on raccourcit pour limiter l’évaporation:

Bouture de kiwai, rameau effeuillé

L’utilisation d’hormone de bouturage est nécessaire. A défaut, on peut utiliser des méthodes alternatives, tel tailler en croix la base et y enfoncer un grain de blé (la partie pointue dans la tige) qui en germant libérera des hormones de bouturage.

Bouture, base taillée en croix, insertion grain de blé, hormone de bouturage

On pique une ou plusieurs boutures ainsi réalisées dans la bouteille, qu’on aura remplit d’un substrat (ici terreau universel) arrosé.

Bouture du kiwai repiquée dans son substrat

On scelle hermétiquement la bouteille avec du ruban adhésif.

Bouture à l’etouffé du kiwi, bouteille fermée

On place au chaud mais à l’ombre.

Un mois après, on enleve le bouchon de la bouteille :

Bouture actinidia

Deux mois après la réalisation de la bouture, on enlève le couvercle.

Bouture herbacée kiwi