La greffe du noyer est exigeante en température et humidité. C’est pour cela que les professionnels greffent le noyer dans une atmosphère maîtrisée. Je vais donc vous expliquer comment procéder de façon équivalente, à titre amateur.

Cette méthode se pratique de janvier à mars.

 

Matériel requis :

  • Un congélateur ou un réfrigérateur hors-service
  • un câble chauffant ou un tapis chauffant, muni impérativement d’un thermostat et d’une sonde. Ce matériel peut se trouver en jardinerie spécialisée ou au rayon « reptile » des animaleries.

tapis chauffant

  • un thermomètre et un hygromètre

thermometre

  • de l’eau de javel
  • de l’anti-fongique
  • de la sciure de bois : le volume nécessaire en vue de remplir complètement votre congélateur. Cette sciure doit être récente (moins de six mois), une sciure de peuplier ou de résineux est préférable. Ne pas utiliser de la sciure de chêne à cause des tanins.
  • le matériel habituel de greffage (coupe, ligature…).

Porte-greffes

Des plants de noyer d’un à deux ans de semis, diamètre 5 mm à 3 cm.

Ils seront arrachés en début d’hiver, et mis en jauge en serre froide ou cave hors gel, afin de ne pas avoir de difficulté à les récupérer au moment du greffage.

 

Greffons

Ils seront soigneusement sélectionnés selon les impératifs rappelés dans le chapitre « Choix des greffons de noyer » de la fiche générale greffage du noyer. La récolte se fera entre décembre et fin février. Les greffons seront nettoyés et désinfectés, avant d’être mis dans un sac hermétique au réfrigérateur, avec papier absorbant assurant une humidité faible (faute de quoi un excès d’humidité favoriserait le développement de moisissures néfastes aux bourgeons) , additionné d’une goutte d’eau de javel diluée à 1%.

Préparation de la chambre chaude

  • Nettoyer et désinfecter à l’eau de javel votre congélateur
  • Déposer au fond du congélateur une couche de sciure de 5 cm d’épaisseur
  • Mettre en place le câble ou tapis chauffant

frigo sciure

 

frigo rempli

 

  • Remplir le congélateur avec toute la sciure
  • Installer la sonde, le thermomètre et l’hygromètre

 

installer sonde

 

  • Fermer le congélateur et lancer la chauffe, thermostat réglé sur +30°C. Il vous faudra environ 24 heures avant de chauffer l’ensemble à cette température.

 

Le greffage

  • Sortir les porte-greffes de leur jauge, nettoyer les racines à l’eau et avec une brosse non agressive, en vue d’ôter les résidus de terre.

 

porte greffe sale

 

 

porte greffe propre

 

 

  •  Greffer au collet, avec la méthode de votre choix (anglaise simple ou compliquée, cadillac, omega…). Ligature classique (flexiband).

 

greffe au colet

 

 

  • Plonger les greffes réalisées dans un bain anti-fongique
  • Enlever une partie de la sciure et installer les greffes en les inclinant à 45° dans la chambre de chauffe.

 

greffe enterrées

 

  • Recouvrir de sciure. Vous pouvez réaliser ainsi, si nécessaire, plusieurs couches. Le tassement doit être léger.
  • Réinstaller la sonde, thermomètre, hygromètre et fermer le congélateur

 

 

Étapes de chauffe

  • Les premières 24 heures sont maintenues à +30°C.
  • Ensuite, la température est abaissée à +26°C, pour une durée de trois semaines. Vous vérifierez tous les deux jours la température et le taux d’humidité, qui doit être compris en 75 et 90%. L’état sanitaire des greffes et de la sciure seront vérifiés chaque semaine.
  • Au bout de ces trois semaines, les plants doivent avoir un cal cicatriciel, signe de succès de l’opération :

cal cicatriciel

  • Maintenir deux jours de plus les greffes en chambre chaude, à une température entre +10 et +15 °C

Mise en culture

Après avoir sorti les greffes de la chambre de chauffe, nettoyer délicatement les racines en vue d’ôter les résidus de sciure.
Il va falloir maintenant adapter les plants à leur nouvel environnement de culture, après ce forçage en chambre chaude.

Voici des exemples de cas de figure pouvant se présenter :

  • Une greffe réalisée en janvier, après trois semaines de chauffe à +26°, ne provoquera pas un démarrage marqué des bourgeons. Dans un tel cas, vous pourrez les temporiser en cave jusqu’au printemps.
  • Une greffe tardive réalisée en mars, trois semaines de chauffe à +26°C, aboutira généralement à une pousse marquée du greffon (parfois plus de 8 cm), sans pigmentation : il faudra alors les réadapter soigneusement, dans une serre sous voile d’hivernage par exemple. (On peut limiter le débourrement, pour les greffes tardives, en passant sur une chauffe de +28°C pendant seulement deux semaines ; mais cela peut favoriser développement des moisissures et pourra mettre en péril votre entreprise).

 

Mise en culture

En suivant méticuleusement ce mode opératoire, on peut arriver jusqu’à des taux de 100% de réussite, pas seulement avec les noyers (Juglans), mais aussi les pacaniers (Carya), mûriers (Morus), etc.

L’an prochain, je tenterai de remplacer la sciure par de la perlite.

Compte-tenu de l’investissement matériel, ce procédé est à réserver si vous avez des quantités des greffes importantes. Le cas échéant, vous avez tout intérêt à vous tourner vers la méthode de greffe en chip-budding forcée.

 

 

Résultats du remplacement de la sciure par un mélange  perlite /vermiculite

Voici un complément d’article qui complète la version initiale, rapportant l’essai de remplacer la sciure par un mélange perlite/vermiculite (qu’on peut trouver par exemple à ~15 € les 100 litres chez Brico-Dépôt).

La procédure reste la même à la différence que l’on démarre avec un  produit sec (contrairement à la sciure fraîche qui est naturellement humide) : il faut donc un arrosoir muni d’une pomme pour arrosage en pluie fine. (Pour gagner du temps de chauffe, l’arrose avec de l’eau chaude à 30°C, additionnée de quelques gouttes d’eau de javel).

Au 2ème point de l’étape « Préparation de la chambre chaude », ’ il faut déposer une couche moins importante  (2  ou 3 cm)  et arroser d’un mouvement ample et continu pour bien humidifier le mélange  perlite/vermiculite. Répéter l’opération jusqu’au 5/6 cm avant pose du système de chauffe et de même  jusqu’au remplissage de la chambre. Mis à part cela, rien ne change au mode opératoire ci-dessus indiqué.

Pour un mélange de 300 litres de perlite/vermiculite, j’ai utilisé plus de 40 litres d’eau.

Pour la désinfection des plants, j’avais la possibilité d’utiliser un fongicide à large spectre réservé aux professionnels, mais il a fallu trouver un produit accessible à l’amateur.

Le produit en question est (Previcur® N Jardin) de Bayer Jardin pour traitement des maladies d:u sol, pourritures racinaires, fonte des semis.
C’est un fongicide systémique polyvalent contre le Pythium, Phytophthora, pourritures racinaires, pourriture des collets, dépérissements.

La procédure employée est une dose de 15ml pour 10 litres d’eau (eau à 25°C) : plonger les racines dans le bain environ 3mm (Obligatoire : porter des gants et par précaution un masque respiratoire). Ne pas rincer le produit et mettre en place de façon normale à 45° dans la chambre de chauffe.

Le mélange perlite/vermiculite à ma grande surprise ne demande pas plus d’énergie que pour la sciure ; étant un isolant, avec une  aération plus grande entre les grains de perlite/vermiculite, je supposais qu’il consommerait plus d’électricité mais en fait il agit un peu comme les matériaux réfractaires en emmagasinant et restituant la chaleur.

Le test est donc positif ; le seul défaut est le coût de cette technique qui s’en trouve augmentée par rapport à la sciure gratuite en scierie.

 

 

mélange perlite/vermiculite

 

Résultat final :

 

Plants qui n’ont pas encore débourré en sortie de chambre chaude :

 

non débourré

 

 

Évolution d’un plant qui a commencé à débourrer en chambre chaude : 

 

débourés dépigmentés

  Les plants sont mis en pots, les feuilles sont dépigmentées

 

 

 

Dépigmentée après un jour de lumière

  Après un jour, le feuillage est encore dépigmenté

 

 

après 3 jours

  Après trois jours, le feuillage commence à devenir vert.

 

 

après une semaine

Après une semaine.

 

 

après une semaine.

Après une semaine