Nous allons détailler ici une méthode de bouturage, particulièrement adaptée aux Prunus (pêcher, nectarinier, cerisier…).

Alors que ces espèces sont assez récalcitrantes à la bouture ordinaire, cette méthode permet de surmonter l’échec et propose de très bons résultats.

Vous pourrez ainsi multiplier des variétés qui peuvent bien se comporter sur leurs propres racines, tout comme multiplier du porte-greffe.

Matériel requis :

Du fil métallique de faible section.

Un grand récipient transparent ayant rôle de cloche (un vase en verre par exemple)

Un substrat de bouturage, très aéré.

Pots transparents, type pots à orchidées.

Du gel de bouturage, type Clonex.

Un couteau bien affuté.

 

Mode opératoire :

Cette méthode se pratique en début d’été, lors les pousses de l’année sont dans un état semi-aoûté.

La première partie se pratique sur l’arbre à multiplier.

On repère une belle pousse de l’année, d’une vingtaine de centimètres de long.

Repérez un bourgeon foliaire, et, deux centimètres en dessous, procédez à une strangulation avec du fil métallique, sans néanmoins blesser l’écorce, ce qui serait la porte d’entrée aux maladies.

strangulation

 

Quel est le but de cette strangulation ?

Les plantes ont une double circulation de la sève. L’une montante, l’autre descendante . La sève descendante est située en proximité de l’écorce, donc sera bloquée par notre strangulation ; la sève montante ne le sera pas, car plus proche de la moelle.

Grâce à la photosynthèse, les feuilles produisent une hormone : l’auxine. Cette hormone se déplace vers le bas, via la sève descendante.
L’un des effets le plus marquant de l’auxine est son pouvoir rhizogène : appliqué à des concentrations assez fortes, l’auxine provoque l’apparition de racines en particulier. La strangulation va donc nous permettre de concentrer l’auxine à cet endroit, sous l’emplacement d’un bourgeon foliaire.

 

 

Découpe de la bouture sous la strangulation

 

 

Nous maintenons donc cette strangulation pendant une semaine, à la suite de quoi, nous coupons la branche avec un sécateur, en dessous du fil de fer, pour récupérer notre boutures, puis ensuite, plus soigneusement, avec un couteau bien affuté et désinfecté, entre le bourgeon foliaire et le fil, là où l’auxine s’est concentrée.

 

découpe de la bouture

 

Afin d’éviter les problèmes de déshydratation, réduisez de moitié les feuilles.

Appliquez au niveau de la découpe du Clonex, cela apportera une aide supplémentaire à l’enracinement.

Plantez les rameaux dans des pots, en les enterrant de 5 cm, jusqu’à trois boutures par pot.

Humidifiez légèrement.

Mettre sous cloche. Brumisez de temps en temps pour maintenir une certaine humidité.

L’usage d’anti-fongique n’est pas nécessaire.

Maintenez dans une ambiance lumineuse, mais sans soleil direct.

 

mise sous cloche

 

 

La formation des racines est rapide, 3 semaines environ. On les voit apparaitre à travers le pot transparent.

 

 

apparition des racines

 

 

Ensuite, transplantez les boutures dans des pots individuels, qu’on maintient encore une semaine dans une athmosphère confinée et humide.

 

athmosphère confinée