Le surgreffage consiste à changer la variété d’un sujet adulte.

Je vous présente ici les différentes méthodes utilisées pour la vigne.

Dans tous les cas, les rameaux auront été prélevés pendant l’hiver, conservés en repos végétatif.

Le porte-greffe sera parti en végétation, ce qui correspond au mois d’avril-mai.

La greffe de la vigne étant conditionnées par des variables de température et d’humidité, les résultats seront bien-sûr moins bons que dans le cadre d’une greffe-bouture cultivée en atmosphère contrôlée.

 

Bourgeon de vigne qui débourre

Stade végétatif à partir duquel les surgreffages peuvent être réalisés

 

 

La greffe en fente

 

Le greffon devra être protégé de la déshydratation pendant la reprise de la greffe, soit deux à trois semaines, mais pas plus, car sinon il risque de se bouturer.

Pour cela, il doit être butté sous un monticule de terre ou de sable humide.

Deux façons de procéder se proposent à vous.

La première est la façon de surgreffer la vigne en fente de façon traditionnelle :

 

 

 

Surgreffage de la vigne

 

 

On déchausse le pied du cep existant, on décapite ce dernier au niveau du sol [1].
A l’aide d’une serpette, et parfois d’un maillet, on réalise une incision en fente.
Fente dans laquelle on insère deux greffons taillés en double-biseau, avec alignement classique des zones génératrices.

On ligature, mastique, et on butte le tout de façon à recouvrir les greffons [2].

 

La deuxième façon consiste, afin de rendre la tache moins fastidieuse, à décapiter le cep à une quinzaine de centimètre du sol, et mettre un manchon en plastique, ou tout autre accessoire équivalent, remplit d’un substrat humide, en vue de protéger de la déshydratation.

 

Surgreffage de la vigne

Le porte-greffe est décapité à une quinzaine de centimètres du sol, puis fendu en deux à l’aide d’une serpette

 

Greffons de vigne

Insertion de deux greffons taillés en double biseau dans la fente, et ligature au raphia

 

 

 

 

Mastiquage des plaies

Mastiquage des plaies

 

 

 

Manchon

Pose d’un manchon autour de l’ensemble, rempli de sable humidifié, à défaut de terre humidifiée.

 

 

 

On enleve le manchon

Environ quinze jours après la greffe, on enlève le manchon. Un bourgeon qui débourre n’est pas forcement signe de reprise car le greffon a très bien pu s’autobouturer dans le substrat humide.

 

 

 

 

Greffe de vigne qui débourre

Un mois plus tard, le greffon débourre.

 

 

 

La greffe de côté

L’inconvénient de la méthode en fente est que la vigne va perdre quelques années de production.
Il est alors tout à fait possible de trouver une parade à cela : on greffe, toujours sur le même principe, mais sur le côté du porte-greffe, en vue d’avoir un développement simultané de notre greffe et de la poursuite de production du cep existant :

 

 

 

Le surgreffage de la vigne

 

 

 

 

 

Le chip-budding

Le greffage en chip-budding peut-être utilisé pour surgreffer la vigne. On procède de facon tout à fait classique.

Chip budding vigne

 

Chip budding vigne

Après avoir râpé l’écorce pour nettoyer la zone de travail, on procède à l’incision classique en chip-budding

 

 

Chip budding vigne

On dépose un ou deux chip dans l’encoche.

 

 

Chip budding vigne

On ligature